Livres - Bit-Lit

Anita Blake de Laurell K. Hamilton

cirquedamnes_0

Titre : Anita Blake

Auteur  :  Laurell K. Hamilton

Années de parution vf  : Depuis 2002

Éditeur vf : Milady (version poche)

Nombre de tomes vf (poche) : 26 (série en cours)

Résumé du tome 1 : Mon nom est Blake, Anita Blake. Les vampires, eux, m’appellent « l’Exécutrice » et par égard pour les oreilles les plus chastes, je ne vous dirai pas comment, moi, je les appelle. Ma spécialité, au départ, c’était plutôt les zombies. Je relève les morts à la nuit tombée pour une petite PME. Ce n’est pas toujours très exaltant et mon patron m’exploite honteusement, mais quand on a un vrai don, ce serait idiot de ne pas s’en servir. Tuer des vampires, c’est autre chose, une vieille passion liée à des souvenirs d’enfance. Depuis qu’ils sont officiellement reconnus et ont pignon sur rue, ils se croient tout permis. Certes, il yen a de charmants, voire très sexy, mais il y en a aussi qui abusent. Ceux-là je les élimine. Rien de tel pour garder la forme : ça vous fouette le sang !

 Mes avis :

Anita Blake, tome 13 : Micah
Ce tome a le mérite d’approfondir le personnage de Micah qui était un peu laissé de côté. Malgré la brièveté, c’était agréable de suivre cette enquête et de découvrir son passé. Par contre, les nouvelles ensuite n’apportent strictement rien à mon goût et servent juste à combler. Déçue vu le prix ^^!

Anita Blake, tome 16 : Sang noir
Tome très moyen où il se passe encore moins de choses que d’habitude. J’ai vraiment eu une sensation de vide en le refermant comme si il me manquait des pages. J’espère que le prochain sera meilleur et surtout plus fourni.

Anita Blake, tome 17 : Jeux de fauves
C’était mieux que le tome précédent mais je me suis encore ennuyée pendant toute la première moitié du roman et ce n’est vraiment devenu addictif que sur la fin. J’ai tout de même aimé retrouver l’équipe des marshalls et découvrir le pendant de Marmée la noire, mais celui-ci a été expédié un peu trop vite. Je me demande maintenant ce que nous réserve la suite et vers quoi l’histoire va s’orienter.

Anita Blake, tome 18 : Flirt
Sympa mais sans plus. Je ne suis jamais très fan de ces formats courts, j’ai à chaque fois l’impression que l’histoire est tronquée. Bref, c’est sympa de renouer avec la nécromancie d’Anita mais se voir rajouter un lion dans le harem ne m’emballe pas plus que ça. J’ai juste bien ri avec les scènes de flirt au restaurant ^^ Espérons que le prochain tome me rassasie plus.

Anita Blake, tome 19 : Coups de feu
Un tome sympathique mais qui tarde franchement à démarrer et dont la fin est bien trop rapide. Le groupe évolue avec les remises en questions de certains et l’arrivée de petits nouveaux, mais c’est presque trop lent. Il y a peu d’action comparé aux scènes de sexe comme d’habitude mais je me lasse un peu. Espérons que les promesses faites au niveau de l’histoire seront tenues dans les prochains tomes.

Anita Blake, tome 20 : Liste noire

Grosse déception sur ce tome. Au vu du début, je pensais enfin retrouver avec plaisir les enquêtes d’Anita. En plus, j’aime bien son duo avec Edward alors j’étais ravie. Mais malheureusement, il ne se passe RIEN dans ce tome. Une fois de plus, les amants d’Anita se ramène et tout tourne autour d’eux. Même la tentative de nous faire peur avec Olaf qui part en live, ne fonctionne pas et fait plouf. L’histoire avec Marmée la Noire fait aussi l’effet d’un pétard mouillé tant la résolution est simple, rapide et bâclée. En plus, l’auteur n’a pas arrêté de rappeler tout au long du tome ce qui s’était passé dans les tomes précédents, ce qui était très lourd et redondant… J’espère que ça va bientôt changer.

Anita Blake, tome 21 : Baiser rebelle

Le changement n’a pas l’air pour de suite. J’ai vraiment l’impression que la série est sur la pente descendante. Je n’ai pas aimé ce tome et c’est peu de le dire. D’abord l’enquête est part trop polluée par les histoires de cul d’Anita. A peine celle-ci a-t-elle démarré que déjà on parle de ses amants sans arrêt… sans commentaire. En plus, l’enquête n’est pas des plus folichonne et son développement tient dans un mouchoir de poche. Il n’y a aucune surprise ici. Sa conclusion est balancée à vitesse grand V histoire que le lecteur ne dise pas qu’il n’y a pas de conclusion. En gros, elle est donc présent au début du tome  – et rend ce début lourd et maladroit – et à la fin, où elle apporte le strict strict minimum de tension lors de la prise d’otages dont on devine tous l’issue et qui sera réglée en un temps record (1 page !). Je suis vraiment déçue, on a définitivement perdu l’Anita des débuts. Du côté de ses amours – ou coucheries ? – que c’est répétitif. Cette fois, on a droit à une crise de conscience (encore une !) avec Sin, puis une sempiternelle dispute avec Asher (quel gâchis ce personnage), et au milieu 2-3 seconds rôles viennent se mêler à la fête. Encore rien de bien transcendant, cela en devient même lassant. Je continue vraiment la série par habitude…

Anita Blake, tome 22 : Affliction

Avec ce nouveau tome, j’ai enfin commencé à retrouver ce que j’aimais dans la série, à savoir une vraie enquête, des poils, des canines, de la nécromancie et de la baston. Seule la fin un peu trop rapide et simpliste à mon goût m’a déçue. Par contre, j’ai beaucoup aimé tout le développement de l’histoire, depuis l’appel pour le père de Micah, jusqu’à l’affrontement à distance avec l’Amoureux de la Mort, en passant par le développement des relations des uns et des autres (à l’exception de cette ridicule idée de mariage…). J’ai aimé retrouver aussi bien des personnages principaux (Micah, Nathaniel, Anita) que secondaires (Ted, Dem, Nicky, Arès, …) qui étaient plus mis en avant que d’habitude, ce qui est agréable. Par contre après une telle affaire, on se demande toujours ce que l’auteure pourra inventer de pire/mieux comme menace à affronter.

Anita Blake, tome 23 : Jason

Tome limite hors-série qui ne sert pas à grand-chose dans l’histoire. C’est une histoire de cul point barre et le tout sur 270 pages (en petit format), bon avec une police bien plus grande que d’habitude mais quand même… D’ailleurs Bragelonne pour l’arnaque niveau prix pour ce tome (7,10 € pour 270 pages en police pour aveugle ou presque è_é).

Du côté de l’histoire, on part des problèmes de Jason pour finir avec ceux d’Anita pour changer. Mais ce n’est au final qu’un prétexte pour parler de sexe sous plusieurs formes : du sexe brutal, du sexe à 4 ou 5, du sexe lesbien et hétéro, du sexe oral… Ça a été un peu l’overdose pour moi, je ne lis pas cette série pour le cul mais plutôt pour son côté fantastique et l’action et ici c’est tout l’inverse. Donc je me suis dépêchée de terminer cette lecture au cas où il y ait quelque chose d’intéressant (révélation : ce ne fut pas le cas !) et maintenant je passe vite à la suite.

Anita Blake, tome 24 : Coeur de glace

Sur le papier ce tome avait beaucoup d’arguments pour que je l’apprécie mais après l’avoir refermé ce ne fut pas tant que ça le cas. J’aimais bien l’idée que l’intrigue allait encore tourner autour des pouvoirs de nécromancienne d’Anita mais sans Edward cette fois, ça me plaisait. Malheureusement l’intrigue policière est trop vite reléguée en arrière-plan de l’histoire. On ne la retrouve vraiment qu’au début et à la fin avec quelques passages assez brefs au milieu. J’ai cru qu’une deuxième intrigue sur les pouvoirs d’Anita qui évoluaient allait prendre la relève mais là aussi, ça n’a occupé qu’une toute petite partie au milieu avant d’être oublié aussi sec. Non, le plus gros de l’histoire concerne encore son groupe polyamoureux comme elle l’appelle. Il y a d’abord cette histoire de mariage qui m’a bien pompée l’air. Déjà je n’aime pas l’idée d’un mariage (mais ça c’est personnel) et celui que veut organiser Jean-Claude me hérisse tant il est vieux jeu. En plus, le fait que ça devienne à nouveau une prise de tête parce que certains sont exclus puis qu’il faut inclure un tel ou un tel pour leur base de pouvoir, tout ça m’énerve et ne mène à rien. C’est chiant et répétitif. S’ajoute là-dessus la dernière connerie d’Asher, qui est vraiment un personnage détestable. On a droit à une belle embrouille entre les différents clan de garou. Le pire c’est que l’auteure a trouvé que ce n’était pas assez, elle a ajouté un nouveau pouvoir à Anita qui a rejailli sur Micah et Dem, ainsi que les éternels problèmes moraux de notre chère Exécutrice envers le jeune Sin. Bref, du réchauffé qui n’apporte rien à part donner un roman qui part dans tous les sens mais jamais dans le bon, c’est-à-dire celui de l’intrigue alléchante qu’on nous propose au début. Je suis déçue parce que j’avais beaucoup aimé le tome 22 en comparaison.

Anita Blake, tome 25 : Mort écarlate

J’avais déjà trouvé le tome précédent un peu trop verbeux, ce qui m’avait gâché mon plaisir, ce fut à nouveau le cas ici malheureusement. L’autrice met beaucoup trop de temps à faire démarrer l’histoire. Le résumé nous promet une aventure où Anita se rend en Irlande épauler Ted/Ed dans une affaire de vampires, mais elle ne part pas avant la moitié du tome parce qu’elle passe son temps à essayer de résoudre les problèmes de coeur et d’égo des hommes de son entourage. C’est épuisant ! En plus Laurell K. Hamilton doit vraiment nous croire amnésiques pour avoir autant besoin de répéter à chaque fois qu’on croise un personnage à quoi il ressemble, d’où il vient et combien il est beau et/ou doué au lit… Bref, si on enlève toutes les répétitions venant des tomes précédents et les blablas inutiles de chacun, on doit facilement pouvoir enlever les deux tiers des pages de ce tome inutilement long.

C’est dommage une fois de plus parce que l’intrigue avait de quoi être intéressante. On apprend de petites choses sur le passé de Damian, sur d’autres vieux et méchants vampires, sur la magie en Irlande, etc. Il se pose aussi quelques questions importantes sur la vie sentimentale et + d’Anita : son désir possible d’enfant, son triumvirat avec Nathaniel et Damian, ses pouvoirs depuis qu’elle a vaincu La Mère de Toutes les Ténèbres, etc. Mais tout ça est noyé. Une fois que l’action arrive enfin, j’ai eu l’impression qu’elle était plus spectatrice, se laissant porter par les événements. De plus, elle a des réactions parfois un peu illogiques qui peuvent faire grincer des dents, sans parler du fait que l’écrivaine ne s’embête pas trop à faire dans l’originalité. Elle résout son intrigue beaucoup trop vite et facilement. Elle nous avait habitués à mieux et on sent qu’elle comme nous commençons à nous lasser de cet univers. Il serait peut-être temps d’y apporter une conclusion, parce que j’ai beau aimer les personnages, on tourne en rond.

Anita Blake, tome 26 : Serpentine

Quoiqu’un brin meilleur que le tome précédent, nous sommes toujours loin de la qualité des premiers tomes d’Anita Blake, mais au moins dans ce tome, on sait à quoi s’attendre. On sait dès le début que ça va plus tourner autour des relations de couples des uns et des autres, puisque c’est le moment du mariage de Ted/Ed, le grand copain d’Anita. Du coup, en le sachant, j’ai mieux supporté les digressions sur les émois des uns et des autres. Il faut dire aussi que les personnages étaient moins nombreux cette fois. Pour autant, l’intrigue met un moment à démarrer. Oui, ça dérape vite dans la préparation du mariage, avec la copine de la mariée complètement barrée et hystérique qui emmerde tout le monde, mais l’enquête qui va en découler va patiner un long long moment avant d’être intéressante. Pourtant j’aimais bien l’idée d’une enquête sur des demoiselles d’honneur disparues dans une ville côtière où vivaient de mystérieuses créatures avec des serpents sur le corps. A ce moment-là la mythologie autour du coupable m’a vraiment intéressée ainsi que les liens entre celui-ci et l’un de nos héros, même si c’était très glauque. L’autrice gâche donc encore une fois le potentiel de son enquête, dommage, surtout que c’était l’occasion de montrer les 4 Cavaliers de l’Apocalypse en action.

Laurell K. Hamilton conserve donc les mêmes défauts que précédemment : une histoire qui tarde à démarrer, trop de blablas sur les relations de couple des uns et des autres – surtout que c’est de la redite -, et une enquête expédiée dans les 50 dernières pages, ce qui gâche tout son potentiel. De plus, elle laisse en suspens des questions vraiment intéressantes, autour du groupe poly d’Anita (Micah & Nathaniel ; Ru), d’Olaf et de Peter, le fils de Ted. Va-t-elle finir par se reprendre ou vais-je me lasser définitivement avant ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s