Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Bride Stories de Kaoru Mori

Probablement l’une des plus belles séries de bande-dessinées graphiquement parlant !

Bride-Stories_planche

Titre : Bride Stories

Auteur : Kaoru Mori

Editeur vf : Ki-Oon

Années de parution vf : Depuis 2011

Nb de tomes : 9 (en cours)

Résumé du tome 1 : La vie d’Amir, 20 ans, est bouleversée le jour où elle est envoyée dans le clan voisin pour y être mariée. Elle y rencontre Karluk, son futur époux… un garçon de huit ans son cadet ! Autre village, autres mœurs… La jeune fille, chasseuse accomplie, découvre une existence différente, entre l’aïeule acariâtre, une ribambelle d’enfants et Smith, l’explorateur anglais venu étudier leurs traditions.
Mais avant même que le jeune couple ait eu le temps de se faire à sa nouvelle vie, le couperet tombe : pour conclure une alliance plus avantageuse avec un puissant voisin, le clan d’Amir décide de récupérer la jeune femme coûte que coûte…

Mes avis :

Tome 1
Très jolie découverte. Je m’attendais à une sorte de recueil d’histoires sur le thème des femmes mariées, des anecdotes, etc. Mais pas du tout, on suit les aventures d’une jeune fille de 20 ans très sympathique, dans sa nouvelle famille d’adoption. Le tout est très frais et les dessins magnifiques.

Tome 2
Encore un superbe volume, qui confirme tout le bien que je pensais à la lecture du 1e. L’auteur passe à merveille des scènes de la vie quotidienne à des scènes d’action plus enlevée, le tout sans jamais nous ennuyer. Les personnages se dévoilent et sont de plus en plus touchants. Vivement la suite.

Tome 3
Une nouvelle surprise, voilà ce que je me suis dit en lisant ce volume. On ne suit plus notre jeune couple mais M.Smith et les rencontres qu’il fait sont déterminantes. L’auteur notre brosse avec tendresse et tac le portrait d’une société complexe. Dommage que M.Smith ne soit pas plus téméraire…

Tome 4
L’auteur a encore su se renouveler dans ce tome. On retrouve d’abord avec plaisir la famille de Pariya, qui devient un personnage de plus en plus touchant de par sa maladresse. Puis, on découvre ces fantastiques jumelles, qui sont d’une fraîcheur irréelle. J’ai adoré suivre leurs aventures pour se trouver des fiancés. C’était très drôle et palpitant parfois. Les dessins eux sont toujours sublimes!

Tome 5
Je quitte avec tristesse les jumelles. J’ai adoré leur enthousiasme, leur joie de vivre et leur énergie. Les moments avec elles étaient magiques que ce soit le banquet, la séparation d’avec leur famille ou l’accueil dans leur nouvelle famille. J’aurais aimé les suivre encore. Du coup, le retour avec Amin et Karluk a été rude. Je n’ai pas replongé direct dans leur histoire et j’ai trouvé ça mou.

Tome 6
Tome sensationnel ! Beaucoup d’action, d’émotion ici. La lecture est haletante. Je n’ai pas pu lâcher mon tome avant la dernière page. Kaoru Mori est aussi douée pour les scènes de la vie quotidienne que pour celle de bataille. Les passes d’armes sont un régal pour les yeux! Les frères d’Amir sont vraiment des personnages très intéressants et j’ai été ravie de retourner de ce côté-là de l’histoire.

Tome 7

Avec ce tome, j’ai eu l’impression de lire un hors-série de l’histoire. En effet, on n’y voit pas le moins du monde Amir et Karluk, même pas un petit clin d’oeil, rien, et en plus il introduit des personnages et un univers complètement inédit. Ce changement se ressent dès la couverture avec un personnage très longiligne et filiforme ce qui détonne de la part de Kaoru Mori. L’histoire se déroule dans un univers assez clôt où l’on suit Anis, une jeune femme comme sait si bien les peindre l’auteur. Elle est vive, fraiche, très amoureuse, très simple, voire naïve mais je l’ai adoré de suite. Malgré son extrême minceur, je l’ai aussi trouvé très belle, parce qu’elle change tout le temps d’expression. J’ai beaucoup aimé son histoire, celle de cette femme qui vit dans un vase clôt et va peu à peu s’ouvrir, se faire des amies et surtout UNE amie très chère. Cela donne lieu à de belles scènes entre femmes, qui parfois sont tout de même ambigües. En effet, la tradition de « la soeur conjointe » dont il est question ici, est une sorte de mariage entre femmes, alors que cela soit platonique ou non, j’ai trouvé ça assez bizarre et j’ai même été un peu mal à l’aise, en particulier à cause du choix fait par Anis à la fin… Mais leur histoire est tout de même belle et touchante, parce qu’elle est empreinte d’une sorte de douce tristesse à cause de la dureté de leur vie. Par contre, j’ai trouvé les scènes qui se passent au hammam magnifiques, pleines de formes et de rondeurs, de douceur et de gaité. Cela donne l’image d’un monde féminin très vivant et chaleureux. Maintenant, direction le prochain tome où j’espère retrouver Amir ^^

Tome 8

Quel plaisir de retrouver cette série ! Le premier chapitre revient encore une fois sur le ménage trois qui s’est formé autour d’Anis, Shirin et le mari de la première. Je ne suis pas fan du tout de cette partie de l’histoire mais on ressent vraiment bien l’attachement de chacun. La suite du tome nous fait revenir auprès d’Amir et c’est l’occasion de retrouver la vie du petit village qui doit aider la famille de Pariya à se reconstruire après qu’elle ait tout perdu. J’ai adoré suivre les aventures de Pariya, elle est tellement drôle et touchante. Elle est vraiment d’une timidité maladive mais en même temps elle ne peut s’empêcher d’être honnête. Elle vit mal cette ambiguïté d’autant plus à l’approche de son mariage. C’est très mignon de la voir s’agiter dans tous les sens pour grandir et mûrir afin de plaire à son futur mari mais j’ai l’impression que celui-ci préfèrera la voir au naturel ^^ En attendant, on retrouve le monde des femmes autour de la confection du trousseau de mariage, mais on les voit aussi aider les hommes dans la reconstruction. A côté de ça, on continue à suivre l’évolution du couple Amir-Karluk qui sont de plus en plus complices. J’aime la façon dont ils s’acceptent pleinement tout en continuant à vouloir progresser pour plaire encore plus à l’autre. Les scènes de vie quotidienne, tout comme celle de chasse, sont toujours aussi belles, c’est un régal pour les yeux. J’ai notamment beaucoup aimé la courte séquence avec les gazelles qui montre la virtuosité de Kaoru Mori quand elle dessine des animaux. Quel bonheur cette série !

Tome 9

Je suis toujours aussi fan de cette série ! Les dessins sont une fois de plus superbes et le mot est faible et en plus il y a tout plein d’émotions. Dans ce tome, on continue à s’intéresser de façon drôle, touchante et bienveillante aux fiançailles de Pariya et Umar, mais l’auteur en profite aussi pour glisser des petits passages sur les autres personnages qu’on a rencontrés. Ainsi on a droit à des strips humoristiques en 4 cases et un court chapitre hors-série où on suit plusieurs groupes sur 5 pages. C’est toujours aussi bien fait et on les retrouve avec grand plaisir. Mais revenons au couple principal de ce tome, avec eux c’est encore l’occasion d’en apprendre plus sur la culture nomade asiatique. J’ai beaucoup aimé voir Pariya interagir avec les filles de son âge, mais aussi la suivre tandis qu’elle aide son père au travail ou lors de sa petite virée avec son fiancée. On découvre plein de choses sur leurs us et coutumes le tout enrobé dans de charmantes histoires parce que le petit couple c’est bien trouvé il faut le dire. Chacun est atypique à sa façon et c’est en ça qu’ils se correspondent bien comme l’a compris le père d’Umar. J’adore leur maladresse, leurs sentiments balbutiants et leur fraicheur. J’ai vraiment passé, encore, un superbe moment !

Ma note : 18 / 20

Publicités

Un commentaire sur “Bride Stories de Kaoru Mori

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s