Livres - Contemporain

Annie Ernaux

Voici les quelques livres que j’ai pu lire de cette auteur dont l’interview sur France culture m’avait beaucoup intéressée. Elle a une vraie belle voix et parle un très beau français, simple mais riche. Bref elle avait su m’intriguer. Voyons voir maintenant le bilan…

couv47838135

Titre : La Honte

Auteur : Annie Ernaux

Année de parution : 1997

Éditeur : Gallimard

Résumé : « J’ai toujours eu envie d’écrire des livres dont il me soit ensuite impossible de parler, qui rendent le regard d’autrui insoutenable. Mais quelle honte pourrait m’apporter l’écriture d’un livre qui soit à la hauteur de ce que j’ai éprouvé dans ma douzième année. »
Annie Ernaux. 

Mon avis :

Un livre et surtout un ton surprenant. L’auteur a un style très simple, un peu âpre mais décrit son enfance avec beaucoup d’émotion. Ses portraits aussi bien de ses parents que de son école ou DU moment clé de son enfance sont saisissants. En peu de pages, elle brosse un portrait très vivant et je me retrouve dans sa définition de la honte.

couv7035201.gif

Titre : Une femme

Auteur : Annie Ernaux

Année de parution : 1988

Éditeur : Gallimard

Résumé : Suite à la mort de sa mère atteinte de la maladie d’Alzheimer, Annie Ernaux éprouve le besoin d’écrire sur elle et de revenir sur les différents moments de sa vie. C’est une manière de faire son deuil et de ressaisir une dernière fois par le souvenir les images successives qu’elle a eues de cette femme, c’est aussi une façon d’apprendre à réapprivoiser un monde dans lequel elle n’est plus.

Mon avis :

Une œuvre à l’écriture toute aussi âpre que celle que j’avais découverte dans La Honte et qui rebondit sur les mêmes thèmes, à savoir une écriture à visée cathartique. Les premières pages sur son enfance sont peu intéressantes mais les dernières sur la déchéance de sa mère sont splendides et riches en émotions.

 « Je n’entendrai plus sa voix. C’est elle, et ses paroles, ses mains, ses gestes, sa manière de rire et de marcher, qui unissaient la femme que je suis à l’enfant que j’ai été. J’ai perdu le dernier lien avec le monde dont je suis issue. » Annie Ernaux, Une femme

couv21035631

Titre : Journal du dehors

Auteur : Annie Ernaux

Année de parution : 1993

Éditeur : Gallimard

Résumé : De 1985 à 1992, j’ai transcrit des scènes, des paroles, saisies dans le R.E.R., les hypermarchés, le centre commercial de la Ville Nouvelle, où je vis.

Il me semble que je voulais ainsi retenir quelque chose de l’époque et des gens qu’on croise juste une fois, dont l’existence nous traverse en déclenchant du trouble, de la colère ou de la douleur. 

Mon avis :

Bon ben cette fois, je n’ai pas du tout accroché. J’ai trouvé le tout trop disparate, anecdotique, décousu… Je ne suis pas rentrée dedans, je n’ai pas saisi le message de l’auteur. Bref grosse déception aussi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s