Livres - Histoire

Quattrocento de Stephen Greenblatt

couv34178721

Titre : Quattrocento

Auteur : Stephen Greenblatt

Année de parution vf : 2013

Editeur vf : Flammarion

Résumé : Et si la Renaissance était née d’un livre ? Un livre perdu, connu par fragments, recopié par quelques moines et retrouve par un humaniste fou de manuscrits anciens ? L’idée, audacieuse, vertigineuse, ouvre les portes de l’histoire de Poggio Bracciolini, dit le Pogge, qui découvrit une copie du De renon nanéra de Lucrèce dans un monastère allemand. C’était a l’aube du XVe siècle. Le Pogge n’était pas seulement un bibliophile passionné et un copiste hors pair. II aimait les arts et il avait écrit des facéties grivoises. Il aimait les femmes et était père de dix – neuf enfants. Il n’aimait pas l’Eglise mais il était secrétaire d’un pape diaboliquement intelligent et corrompu. Ainsi s’ouvre à nous un monde inouï. celui d’une cour papale où s’agitaient agents cupides, moines séducteurs, filous. femmes de petite vertu et humanistes d’exception: un monde a la fois sévère et déprave, contraignant mais libre. En découvrant. copiant et diffusant l’oeuvre de Lucrèce, le Pogge aura levé le voile sur les temps modernes, et influence des esprits aussi puissants que Montaigne ou Machiavel. Car tout, selon Lucrèce, est fait d’atonies en mouvement, qui s’entrechoquent au hasard, se séparent et se rencontrent à nouveau. Telle fut l’intuition géniale du poète latin, une célébration de la danse de la matière et un bréviaire d’athéisme qui allaient bouleverser le Moyen Age finissant. Conteur né, érudit et brillant, Stephen Greenblatt emporte le lecteur au coeur de ce Quattrocento qui fit revivre l’Antiquité pour la porter jusqu’à nous.

Mon avis :

L’auteur livre plus qu’une enquête sur un manuscrit disparut mais profite aussi de l’occasion pour brosser le portrait de l’Europe de la Renaissance et des idées qui la parcourent à mettre en parallèle avec d’autres lectures sur les hommes de l’époque se révèle important. L’auteur remonte habillement chaque fil du passé avec un rare talent pour les entremêler. J’ai été ravie par cette lecture et notamment le portrait fidèle de la religion catholique dans toute sa malignité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s