Livres - Science-Fiction

Les derniers jours du Paradis de Robert Charles Wilson

couv52699712

Titre : Les derniers jours du Paradis

Auteur : Robert Charles Wilson

Editeur vf : Denoël

Année de parution vf : 2014

Résumé : Alors que l’Amérique se prépare à fêter les cent ans de l’Armistice de 1914, un siècle de paix mondiale, d’avancées sociales et de prospérité, Cassie n’arrive pas à dormir. Au milieu de la nuit, elle se lève et va regarder par la fenêtre. Elle remarque alors dans la rue un homme étrange qui l’observe longtemps, traverse la chaussée… et se fait écraser par un conducteur ivre. L’état du cadavre confirme ses craintes : la victime n’est pas un homme mais un des simulacres de l’Hypercolonie, sans doute venu pour les tuer, son petit frère et elle. Encore traumatisée par l’assassinat de ses parents, victimes sept ans plus tôt des simulacres, Cassie n’a pas d’autre solution que fuir de nouveau.

Citation :

Notre génie de l’amour nous a presque tués.

Mon avis :

Du bon mais pas du grand Wilson, malgré le bonheur de retrouver le style si typique de l’auteur, je n’ai pas eu autant de plaisir que lors de mes autres lectures de l’auteur.

Ici, le style est toujours aussi simple et épuré, mais il est pollué par de trop nombreuses répétitions (explications sur la radiosphère et les sim.). On retrouve les mêmes thèmes chers à l’auteur, mais cela commence vraiment à sentir le réchauffé surtout que c’est moins bien fait que dans un Chronolithes ou un Spin. Encore des jeunes paumés qui se cherchent à travers une quête qui pour eux relève plus de leur quotidien que d’une vrai SF enlevée et mystérieuse. Mais cette fois, ils sont bien moins attachants et détaillés. J’ai toujours du mal à les cerner à la fin du roman. Encore un quotidien bouleversé par un évènement clé révélateur d’un phénomène plus vaste mais qu’on ne perçoit qu’à peine tellement on le suit du bout de la lorgnette des personnages. Du coup, cela donne une mythologie pas aboutie car pas assez creusée… J’ai été très déçue de ne pas en apprendre plus sur l’Hypercolonie (pas son fonctionnement, ça on nous en a assez parlé) ainsi que sur ce monde uchronique où la guerre aurait disparu ou presque.

D’ailleurs du côté de l’histoire, celle-ci tarde vraiment à démarrer, j’ai eu beaucoup de mal sur la première partie, je n’accrochais ni aux personnages antipathiques et fades, ni à l’histoire très molle. Heureusement ensuite quand cela démarre, on se laisse vite emporter et la fin arrive presque trop vite, mais celle-ci a le mérite d’être froide et sans concession loin du happy end.

Bref un Wilson qui ne se renouvelle pas et reprend toujours les mêmes ingrédients mais en faisant de moins en moins bien…

Ma note : 12 / 20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s