Meg Corbyn d’Anne Bishop

couv10328950

Titre : Meg Corbyn

Auteur : Anne Bishop

Editeur vf : Milady

Années de parution vf : Depuis 2014

Nb de tomes vf : 2 (en cours)

Résumé du tome 1 :

Mon avis : Meg Corbyn est une cassandra sangue, une prophétesse du sang, capable de prédire l’avenir lorsqu’elle s’incise la peau. Une malédiction qui lui a valu d’être traitée comme de la viande par des hommes sans scrupules prêts à la taillader pour s’enrichir. Mais aussi un don qui lui a permis de s’échapper et va la pousser à chercher refuge chez les Autres. Là où les lois humaines ne s’appliquent pas. Même si elle sait, grâce à cette vision, que Simon Wolfgard causera également sa perte. Car si le chef des loups est d’abord intrigué par cette humaine intrépide, peu de choses la séparent d’une simple proie à ses yeux…

Tome 1 : Lettres écarlates

Je ressors de cette lecture avec un avis mitigé aussi bien au niveau de l’histoire, des choix de narration que des personnages, la seule chose à laquelle j’ai complètement adhéré, c’est la mythologie choisie et développée ici.

Concernant l’histoire, celle-ci peine vraiment à démarrer et l’on une très grande partie du livre à attendre qu’elle décolle sans que cela n’arrive. De plus, le choix de nous plonger directement dans le présent de Meg, en ne distillant que très peu d’informations sur son passé n’aide pas. Cela donne une histoire assez plan plan, banale, fait d’un quotidien mou où il ne se passe pas grand-chose et avec des événements récurrents dont répétitifs, comme l’illustre le fameux « je vais te bouffer » de Simon qui revient sans cesse… A cela s’ajoute le choix d’une narration coupée, hachée, qui n’arrange rien. Dès qu’on a l’impression que ça y est, l’histoire va s’emballer, on change de point de vue et on passe à un autre personnage, ce qui nous coupe dans notre élan, et quand on revient à ce qui nous intéressait, ça a déjà changé et au final rien n’a été lancé… Bref, il faut qu’elle s’améliore grandement là-dedans si elle ne veut pas laisser trop de lecteur sur le carreau ^^’

En lien avec la narration, il y a bien sûr les personnages, pour qui j’ai aussi un avis mitigé. Dans cette histoire, on suit environ 4 points de vue : celui de Meg, celui de Simon, celui des policiers et celui d’Asia. Autant dire de suite que ce sont les deux derniers qui m’ont vraiment cassé les pieds tout du long en cassant le rythme même si je peux comprendre leur intérêt dans ce qu’ils apportent comme éléments au récit, mais n’empêche, je n’ai pas aimé du tout. Par contre, j’ai beaucoup aimé suivre Meg et Simon. Meg dont j’aimerais vraiment apprendre plus, beaucoup plus sur son passé à l’Institut (j’espère que ce sera le cas par la suite) et Simon dont les changements subtil et son incompréhension face à ses sentiments m’ont bien fait rire. Ce qui m’amène à la relation Meg-Simon que je ne voyais pas du tout comment elle pouvait se profiler au début, mais qu’un petit rien a suffit à rapprocher peu à peu sans que ce ne soit déjà clairement dit. Ce que j’aime par rapport à beaucoup de roman du même genre, c’est qu’ils ne sont pas déjà ensemble à la fin du tome 1 et qu’on sent que ça va être compliqué pour qu’ils comprennent ce qu’ils éprouvent et l’assument, mais c’est très mignon de les voir. Et leur rapproche est dû à mon personnage préféré de l’histoire, le petit Sam. Ah ! Quelle bonne idée de l’avoir ajouté à l’histoire, j’ai adoré le suivre aussi bien en louveteau traumatisé au début qu’en petit garçon coquin et malicieux par la suite, qui mène son monde à la baguette ^^ D’autres personnages de l’Enclos m’ont plu aussi comme Hiver, Henry, Vlad, Erebus, Tess, Blair… en gros la plupart des Autres de l’Enclos.

Je trouve d’ailleurs la mythologie autour des Autres très réussie et intrigante car elle ne se rapproche de rien de connu ou plutôt d’habituel pour ce genre de créatures, que ce soit pour les Autres mais aussi pour Meg la Cassandra sangue, dont je me demande quand même si on ne peut pas la considérer comme une Autre au vu de ses pouvoirs. En plus, l’auteure a eu l’idée de faire le pont entre les deux avec le « sang doux« .

Au vu de tout cela et malgré les nombreux défauts que j’ai noté, j’ai quand même très envie de lire la suite pour continuer à voir comment Meg s’adapte à leur monde et comment les Autres fléchissent un peu vers le sien. De plus, il reste encore tellement de mystère autour de son passé, mais aussi de ce qui se passe à l’Ouest dans les autres enclos, que ça ne peut que donner envie !

Ma note : 14 / 20

Tome 2 : Volée noire

Je ne reviendrai pas sur ce que j’ai dit au-dessus sur le tome 1, puisque le deuxième de la saga présente les mêmes qualités et les mêmes défauts. Mais j’ajouterai que j’ai eu énormément de mal  re-rentrer dans l’histoire. Parfois, je n’arrivais plus à situer certains personnages et j’avais aussi oublié certains enjeux. Le début laborieux de ce deuxième tome ne m’a pas aidée. J’ai trouvé la narration hachée, saccadée,  et donc pas très agréable à suivre. A chaque fois que j’avais l’impression d’accrocher à nouveau, l’auteur changeait brusquement de point de vue et tout le travail était à refaire. D’habitude, j’aime bien suivre les points de vue de plusieurs personnages mais là ce n’est pas très bien fait malheureusement. Et au final, il n’y a qu’à la fin, quand ces changements se sont calmés, que l’histoire s’est posée et que j’ai vraiment appréciée.

C’est bien dommage parce qu’à nouveau, il y a plein de choses intéressantes dans cette série : une mythologie qui s’étoffe et gagne en profondeur (j’aime l’introduction des Intuits et des Autres du reste du continent), une intrigue palpitante (l’empoisonnement des Autres, le démantèlement des usines à cassandra sangues), et des personnages en constante évolution (Meg et Simon qui se rapprochent sans le comprendre + la meute de Meg). J’ai aussi aimé voir plus d’interaction entre les humains et les Autres, les voir s’entraider.

Par contre, la fin est beaucoup trop rapide. Tout est précipité d’un coup comme si l’auteur avait eu un nombre limité de pages et c’en était rendue compte qu’à la fin… Cela m’a un peu gâché la lecture. Il faut vraiment qu’elle trouve un équilibre entre le côté limaçon du début et cette vitesse extrême de la fin.

Ma note : 14 / 20

Publicités

Une réflexion sur “Meg Corbyn d’Anne Bishop

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s