Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Marine Blue d’Ai Yazawa

marine_blue_visuel marine-blue-2-delcourt

Titre : Marine Blue

Auteur : Ai Yazawa

Editeur vf : Delcourt (shojo)

Année de parution vf : 2015

Nb de tomes vf : 4 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Haruka mène une vie paisible au bord de la mer. L’insouciance de sa jeunesse se mêle à la douceur du vent qui, chaque jour, vient caresser son visage. Mais vient le jour où Arikawa, son amour de jeunesse, revient d’un long voyage en Amérique. Pourquoi est-il parti sans rien dire ? Et n’est-il revenu que dans l’unique but de battre Ipei, le cousin de Haruka, dans une compétition de surf ?

Mes avis :

Tome 1

J’attendais cette vieille série d’Ai Yazawa depuis longtemps déjà. Il faut dire que je préfère ses anciennes séries aux dernières. Je suis donc ravie de la voir enfin arriver en français, surtout que les couvertures sont magnifiques.

J’ai aimé le dessin un peu old school avec les looks qui vont avec. J’ai aimé le découpage des pages simple mais dynamique et toujours aussi riche en émotions. Emotions superbement rendues par des dessins très doux. Certes, ils sont un peu vieillots et on est loin des dessins de Nana ou même de Gokinjo, mais il n’empêche que moi, je les aime beaucoup.

Au niveau de l’histoire, on est dans une romance on ne peut plus classique mais très bien faite. Chaque personnage du trio de tête est bien travaillé. Haruka et Arikawa se ressemblent énormément par bien des côtés, mais Haruka est un peu trop passive à mon goût. J’adore la fraîcheur du personnage d’Ippei, qui même s’il tente sa chance, sait bien que ses sentiments sont voués à l’échec et n’insiste pas. Arikawa est très sympathique lui aussi, c’est un personnage un peu solaire, qui attire tout le monde par sa jovialité et sa fraicheur de vivre. Quant aux personnages secondaires, j’espère qu’on verra un peu plus les parents qui me plaisent déjà. Du côté des lycéens, ce sont des archétypes – ils me rappellent d’autres personnages de l’auteur -, mais ils ne demandent qu’à être développés et connaissant Ai Yazawa ils le seront prochainement.

Enfin, l’ambiance bord de mer est assez dépaysante et en même temps familière. L’histoire se passe dans une petite ville paisible où on aimerait tous vivre. Les décors sont superbement choisis, donnant une ambiance mélancolique, tendre et fraîche à la fois, comme dans un petit coin de paradis désuet.

Bref, Marine Blue est une romance classique mais avec des personnages touchants et des sentiments bien dosés, le tout dans une ambiance douce et fraîche à la fois. Une réussite !

Tome 2

Mon avis sur le tome 2 ne sera pas aussi dithyrambique que pour le tome 1 malheureusement. En effet, on sent déjà un certain essoufflement de l’histoire et une impression de tourner en rond se dégage très vite chez les personnages. Haruka et Tôru m’ont énormément agacée ici. Ils sont beaucoup trop mous, abandonnent trop facilement, bref ils sont chiants. Haruka en plus pleurniche tout le temps, je ne le supporte plus. Ils se compliquent inutilement la vie et ça ne me touche pas du tout comme ça a pu être le cas dans Gokinjo ou Je ne suis pas un ange, de l’auteur. On sent clairement l’oeuvre de jeunesse mal maîtrisée ici. Heureusement, les personnages secondaires sont plus agréables à suivre. Ippei est un fonceur, il a vraiment du caractère et ne se laisse pas abattre. Je l’adore. C’est LE personnage à suive dans l’histoire. Rika, l’ancienne amie d’Haruka, est super elle aussi, dans le genre bonne copine mais lucide et qui sait te dire tes vérités, un joli rôle. Même Tomoyo malgré sa naïveté est bien plus agréable à suivre qu’Haruka, parce qu’au moins, elle est sincère et honnête. Elle ne se complique pas la vie et suit ses envies. Du coup, heureusement qu’Ai Yazawa a la bonne idée de leur donner à tous un vrai rôle dans l’histoire parce que sinon je m’ennuierais ferme…

Tome 3

L’histoire reste toujours aussi fleur bleue dans ce tome mais au moins, il y a un léger mieux. Il faut dire qu’enfin la romance Haruka-Tôru est en retrait et ce n’est pas plus mal. Ce tome se concentre sur Ippei et les conséquences de son accident. Ai Yazawa nous montre combien il est dur de renoncer à son rêve, de se reconstruire et d’en trouver un autre. C’est joliment fait et ça donne un joli cachet à la série. Du coup, j’y ai retrouvé certains sensations perçues lors de mes lectures de « Je ne suis pas un ange » ou de « Gokinjo », notamment avec la bande de loubards. J’ai vraiment beaucoup apprécié ce passage où Ippei part en vrille et se rapproche d’un garçon qu’il admirait au collège. De même, j’ai trouvé l’histoire de Ruka particulièrement touchante et j’aurais presque aimé qu’elle soit plus développée. Je suis donc ravie de cette évolution. Pareillement, j’ai trouvé agréable qu’on se recentre sur le surf et l’amitié, cela donne lui à de jolies passages. L’idée d’Ippei d’être un sorte de coach sportif pour son ancien rival, Tôru est touchante, ainsi que le fait qu’il lui fabrique sa planche. Par contre, l’arrivée du rival qui est une ancienne connaissance est un ressort un peu trop classique à mon goût et surtout pas très très bien amené, ni très fin dans les propos que cela sou-tend. Je m’attendais à mieux quand même. Mais dans l’ensemble, j’ai plutôt apprécié ce tome.

Tome 4

Malheureusement avec ce dernier tome, on retombe à fond dans la romance à l’eau de rose bien gnian gnian, et le surf repasse au second plan. Bien sûr je m’y attendais un peu, mais je suis quand même déçue. C’est vraiment le côté sport et amitié qui m’a plu dans le titre, mais ces deux côtés ont quasiment disparu dans ce tome, quel dommage. Pourtant il y avait un vrai potentiel, et surtout ça nous aurait épargné les sempiternels gémissements et larmes d’Haruka. J’ai vraiment eu du mal à la supporter jusqu’au bout, de même que Tôru contrairement à Ippei dont j’ai beaucoup aimé l’évolution. Pour les fans du couple, on aura une conclusion on ne peut plus satisfaisante, notamment grâce au chapitre supplémentaire, mais c’est on ne peut plus convenu, donc sans surprise et sans saveur. Par contre Ai Yazawa nous offre le plaisir d’introduire des personnages dont on parlait depuis un moment : les parents d’Haruka et le frère de Tôru, ils m’ont bien plu chacun à leur façon. Le frère aurait notamment mérité d’être plus présent dans la série. Une série, qui se sera révélée trop inaboutie, une vraie série de jeunesse, quel dommage vu le potentiel qu’avait l’histoire. Heureusement, le tout dernier chapitre est vraiment très joli, triste et touchant à souhait. Il raconte un pan de l’histoire essentiel que je suis ravie de découvrir et qui me marquera plus que les chapitres qui l’auront précédé. On y retrouve déjà des prémices de ces futures séries, notamment avec le design de la mère d’Ippei. A choisir, je préfère donc ses autres séries de jeunesse : Je ne suis pas un ange et Gokinjo, qui sont bien plus originales et abouties.

Ma note : 13 / 20

 marine-blue-ai-yazawa-visual-4

Un commentaire sur “Marine Blue d’Ai Yazawa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s