Goggles de Tetsuya Toyoda

maxresdefault

Titre : Goggles

Auteur : Tetsuya Toyoda

Editeur vf : Ki-Oon – Latitudes

Années de parution vf : 2013

Nb de tomes : 1 (série terminée)

Résumé : Élevée par un père absent et une mère violente, la jeune Hiroko a fini, petit à petit, par se renfermer complètement sur elle-même et se mure désormais dans un silence total. Son seul lien avec le monde extérieur : une paire de lunettes de motard ayant appartenu à son grand-père, qu’elle porte jour et nuit et refuse obstinément d’ôter.
Recueillie provisoirement par une connaissance de ses parents, Hiroko cohabite dans son nouveau foyer avec Kôichi, un jeune chômeur nonchalant qui va devoir s’occuper d’elle…
Recueil de six histoires fragiles et délicates.

goggles-mix

Mon avis :

Goggles est un recueil assez inégal qui est clairement la moins bonne oeuvre de Tetsuya Toyoda que j’ai pu lire. Certaines histoires sont extrêmement touchantes tandis que d’autres sont banales et fades.

La première, Slider, sur les dieux de la misère et de la fortune m’a ennuyée. Certes elle est bien dessinée et bien racontée mais elle ne touche pas au coeur. Le discours est moralisateur et chiant, même l’humour m’a gonflé. Bref, à oublier.

Avec la deuxième, Mr. Bojangles, on retrouve le personnage du détective qu’on a rencontré plusieurs fois dans les précédentes oeuvres de Toyoda. Mais ici l’histoire qui aurait pu être touchante est trop courte et bancale pour cela. J’ai quand même bien aimé l’idée d’un arnaqueur repenti, c’est bien dans l’esprit de l’auteur.

Enfin le diptyque formé par la troisième histoire, Goggles et la cinquième, Aller voir la mer, est la seule raison qui ne me fera pas regretter mon achat. En effet, l’histoire de cette pauvre enfant maltraitée par sa mère et de son grand père touche des sommets de justesse. Toyoda raconte avec beaucoup de doigté une histoire pourtant dure et difficile que certains auraient sûrement préféré garder cachée. La maltraitance des enfants n’est pas un sujet facile et les réactions de l’entourage le démontre. On n’ose pas dénoncer la mère dans ces cas-là surtout quand on sait comment elle en est arrivée là, alors que pour le bien de l’enfant on devrait tout de même le faire. Cette ambivalence est au coeur de l’histoire et est très bien traitée. J’aurais peut-être aimé avoir encore quelques pages, pour cette fois, avoir une vraie conclusion.

La quatrième histoire, Nouvelles acquisitions à la bouquinerie Tsukinoya, est très drôle mais beaucoup trop courte même si je comprends très bien l’effet de style ^^

Quant à la sixième et dernière histoire, Tonkatsu, je l’ai aussi beaucoup appréciée. Elle reprend les thèmes chers à l’auteur. La vieillesse, la séparation, les souvenirs, la jeunesse qui aide le troisième âge sur fond de critique sociale, le tout comme toujours avec une justesse effroyable d’efficacité. Il est amusant de voir comment la quête du Tonkatsu qu’avait connu le vieux monsieur, a permis à Chiaki de faire son deuil et d’accepter de se rendre à l’anniversaire de la mort de son père. Un régal !

Ma note : 13 / 20

Goggles - Annonce V1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s