Livres - Jeunesse / Young Adult

The Mortal Instruments : Les origines de Cassandra Clare

  couv58307209 couv26746036 couv13557813

Titre : The Mortal Instruments : Les origines

Auteur : Cassandra Clare

Editeur vf : Pocket Jeunesse

Années de parution vf : 2012-2015

Nb de tomes : 3 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Tessa débarque à Londres pour rejoindre son frère. Mais à peine arrivée, elle tombe dans un piège : enlevée par les horribles Soeurs Noires, elle développe des pouvoirs qu’elle ignorait posséder. Jusqu’au jour ou Will, un Chasseur d’Ombres, la libère et lui apprend qu’elle est une Créature Obscure. Un nouveau destin attend Tessa dans un monde mystérieux, ou vampires, sorciers et autres créatures de l’ombre règnent en maîtres…

Mes avis :

Tome 1 : L’ange mécanique

J’ai voulu découvrir cette série après avoir découvert l’un des personnages dans la trilogie d’origine de l’auteur (et dont je tairai le nom pour ceux qui ne l’ont pas lu). Pour l’instant, je trouve que Cassandra Clare a su créer un univers très différent de celui de sa première série. Ici, l’ambiance est bien plus sombre et glauque. On se croirait en plein steampunk et les références au genre sont parfaitement assumées entre les automates et l’Angleterre victorienne. De ce côté-là, je me régale vraiment !

Par contre, j’ai plus de mal en ce qui concerne l’univers des chasseurs de la nuit. Je n’ai pas encore retrouvé ce qui faisait la saveur de la première série à savoir la légèreté qui perçait parfois à travers les ténèbres d’une part, mais aussi la grande quête salvatrice de l’autre. Ici, l’ambiance est lourde 99% du temps et les tentatives de l’alléger ne fonctionnent pas. Le personnage de Will qui est censé être un autre Jace ne lui ressemble en rien, dommage :/ Par contre, j’aime beaucoup le duo qu’il forme avec Jem, même si ce dernier est différent d’Alec. Jem me plaît pour lui-même. Jessamine, le personnage féminin des Néphilim, me déplaît au possible. Tessa me plaît bien pour son côté forte tête et sa faculté, mais c’est surtout son passé qui m’intrigue et qu’il me tarde de découvrir. Les autres personnages restent encore vraiment à être définis pour que je puisse en dire plus, mais je sais déjà que Charlotte, Henry et Sophie me plaisent parce qu’ils savent défendre ceux qu’ils aiment. J’aime ce côté familial de la série. Justement, on retrouve des membres des familles qu’on a rencontrées lors des précédentes trilogies : les Carstairs, les Herondale, les Lightwood… mais cela reste à remettre en perspective.

Du côté de l’histoire, même si dans l’ensemble j’ai apprécié ma lecture, je dois avouer avoir eu quelques coups de mou quand même, voire même de vrais passages à vide parfois. C’est une très bonne idée de centrer l’histoire d’une part à Londres, puis autour de Tessa et de son pouvoir, les chasseurs d’ombres n’étant qu’une aide rapportée et non le coeur de l’intrigue pour l’instant. C’est aussi une bonne idée d’intégrer les éléments qu’on connait de son univers : chasseurs d’ombre, sorciers, vampires, frères silencieux, Idris… Mais du coup, on ne peut s’empêcher d’attendre des liens avec les deux autres trilogies et de les chercher, puis d’être déçues quand on ne les trouve pas ou pas encore, même si ça donne aussi une motivation pour lire la suite. Donc, j’ai trouvé les débuts avec la découverte des pouvoirs de Tessa intrigants mais mous jusqu’à ce qu’on vienne la sauver, puis son intégration à l’Institut et l’enquête m’ont bien plus avec leurs rebondissements dans l’ensemble. Par contre, je n’ai pas été surprise par la fin qui était attendue.

Il reste maintenant pour les prochains tomes à lever le mystère sur les parents de Tessa, le secret de Will, les sentiments de Jem, le devenir de l’institut et bien sûr le but du Magistère, que de bonnes choses que je suivrai avec plaisir !

Ma note : 13 / 20

Tome 2 : Le prince mécanique

Avec ce deuxième tome, l’auteur montre d’un cran et d’un bon. L’histoire devient véritablement palpitante. La narration est énergique. On ne s’ennuie pas du tout et les pages filent sans qu’on s’en rende compte. J’ai dévoré ce tome en un rien de temps alors que j’avais énormément peiné sur le premier, et j’en suis ravie. J’ai enfin retrouvé ce qui me plaisait chez Cassandra Clare : de l’action, de l’aventure, du mystère, des sentiments, de l’humour, de la tendresse.

Dans ce tome, notre trio de choc poursuit son enquête avec l’aide de Charlotte et Henry et d’autres tels Magnus Banes. On apprend plus sur l’origine de Mortmain et ses raisons, même si au final on ne le voit pas véritablement dans ce tome, on sent qu’il se prépare pour le grand final, complotant dans l’ombre et montant son armée. Mais il est bien présent partout derrière chaque personnage même les plus inattendus. Du fait de son absence physique peut-être, j’ai trouvé l’ambiance plus légère, moins plombante et glauque que dans le première tome et cela m’a fait du bien. J’ai aimé les suivre dans leur enquête, les voir courir partout, partir dans plein de directions, c’était très riche. Sans vouloir en dire trop, il y a même de jolis trahisons inattendues qui ajoutent du sel à l’intrigue. Mais on reste quand même complètement dans le flou concernant Tessa et sa nature. On nous a juste confirmé qu’elle n’était pas la soeur de Nate, et il y a un brin de mystère avec la façon dont le vieux Starkweather réagit en sa présence. De ce côté-là, il faudra attendre le dernier tome.

En ce qui concerne les personnages, ils ont bien évolué. L’auteur a enfin pris le temps de les approfondir et de leur donner une vraie personnalités pour qu’ils ne restent pas juste des noms. Du coup, j’aime de plus en plus chacun d’eux, que ce soit les principaux Jem, Will et Tessa, ou bien les secondaires Charlotte, Henry, Sophie ou même les frères Lightwood. Plusieurs relations se nouent et me plaisent bien avec bien sûr en premier le triangle amoureux Jem-Will-Tessa qui devient bien plus clair désormais, surtout avec la révélation que Will reçoit dans ce tome. Mais le résultat en est encore bien incertain et bien doué sera celui qui saura dénouer les fils ici. J’aime aussi beaucoup le couple Sophie-Gideon qui commence à apparaitre dans ce tome, ce dernier est vraiment un homme bien, il préfigure très bien Alec son descendant (?). Enfin, même s’ils m’intéressent peu en temps que couple, on a aussi droit à quelques révélations concernant Charlotte et Henry qui les aideront bien par la suite. Enfin, ce sont les relations d’amitié, je crois, que je préfère ici aussi bien entre Jem et Will, qu’entre Sophie et Tessa. Il est plaisant de voir l’amitié mis en avant au même titre que l’amour, dans des romans pour ados. Toutes ces relations créent une vraie dynamique dans ce tome et le rendent bien meilleur à suivre que le premier.

Par contre, la petite déception pourrait être du côté de l’univers de Mortal Instruments qui n’est encore une fois pas du tout creusé dans cette série. Cassadra Clare se contente juste de se servir de celui déjà existant qu’elle a créé précédemment, c’est dommage.

Ma note : 15 / 20

Tome 3 : La princesse mécanique

Ce dernier tome tient toutes ces promesses et confirme que Cassandra Clare sait bien mieux terminer ses sagas que les commencer.

Le début de ce tome est palpitant avec la chasse au ver géant chez les Lightwood, donnant une nouvelle dynamique aux personnages. Puis tous les événements s’enchaînent ensuite rapidement ne nous laissant que peu de temps pour souffler. L’espionnage des deux frères, l’enlèvement de Tessa, les révélations sur sa nature et sa famille, la quête de Will, l’agravement de la maladie de Jem et le choix qui en découle, la mission de sauvetage de Charlotte, la trahison du Consul, etc. On sent que tous les événements sont vraiment concentrés dans cette fin épique. Il y a peut-être juste un petit moment de flottement quand Will part à la recherche de Tess, mais en même temps, c’est normal, c’est pour montrer la longueur du voyage entrepris. En tout cas, niveau action, je n’ai nullement été déçue ici.

En ce qui concerne les personnages, j’ai beaucoup aimé l’apport de Cecily, la soeur de Will, qui créé de nouvelles interactions bien intéressantes. Elle révèle des côtés cachés de son frères et de Gabriel Lightwood, et fait le lien entre les deux famille. En plus, c’est une jeune fille très courageuse qui préfigure un peu Isabelle, je trouve. Du coup, j’en viens aux deux frères Lightwood dont j’ai aimé continuer à voir l’évolution dans ce tome. Ils conservent ce qui forge leur identité mais en même temps prennent un peu de recul et s’améliorent. Gideon est pour moi un vrai modèle ! J’ai aussi énormément apprécier la mise en lumière de Charlotte, qui prend encore de l’assurance et ne cède pas d’un pouce face à un Consul bouffi d’orgueil, qui cherche maintenant à se débarrasser d’elle (ah que j’ai pu le détester dans ce tome). Et pour en revenir à notre trio de tête, je n’ai pas aimé l’évolution de Jem depuis le dernier tome. Je le trouve de plus en plus fade, en comparaison de Will qui s’affirme en véritable héros romantique. Il fait vraiment pale figure (sans mauvais jeu de mots). Je ne comprends pas pourquoi l’auteur l’a laissé se ramollir à se point, c’est triste. Du coup, j’ai parfaitement compris les choix de Tess. L’auteur a réussi ainsi à ce que chacun obtienne ce qu’il veut au final, jolie pirouette. Will et Tess auront eu leur moment (bonne idée de nous raconter leur vie après, même si c’est rapide) et Jem et Tess auront tout le temps ensuite de faire de même. D’ailleurs, le choix de la transformation de Jem était assez évident, mais je suis heureuse qu’il l’ait fait, il a ainsi laissé le champ libre à Will. Par contre, je ne comprends pas comment plus d’un siècle plus tard quand ils se retrouvent, ils peuvent encore se comporter lui et Tess comme des adolescents. Il faudrait envisager de les faire murir, bon sang !

Enfin pour conclure au niveau de l’intrigue des Machines mécaniques, j’ai trouvé plutôt astucieux la façon dont Tessa utilise son pouvoir de transformation pour régler la situation à la fin, en se transformant brièvement en ange (surtout que c’est encore une tête connue ^^). Juste avant, on avait eu droit à une bataille un peu désespérée du côté des chasseurs de la nuit. Il est bon parfois de ne pas toujours les voir vainqueurs. J’aurais peut-être aimé en voir plus du côté de la bataille lors de la réunion du Consul. Mais c’était vraiment la seule solution pour vaincre. Et dans l’ensemble, j’ai trouvé l’intrigue autour de Mortmain bien menée, avec assez de mystère et d’action pour nous tenir en haleine sur les 3 tomes.

Ma note : 15 / 20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s