Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Nodame Cantabile de Tomoko Ninomiya

largeanimepaperscans_nodame-cantabile_bouinbouin159__thisres__213645-500x315

Titre : Nodame Cantabile

Auteur : Tomoko Ninomiya

Editeur vf : Pika

Années de parution vf : Depuis 2009

Nb de tomes vf : 23 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Shin’ichi Chiaki est le fils d’un célèbre pianiste de stature internationale.
C’est aussi l’élève le plus doué de l’université de musique où il étudie le piano en 3e année. Il rêve de partir en Europe étudier la direction d’orchestre. Malheureusement, il est coincé au Japon ! C’est là qu’il fait la connaissance de Nodame, une jeune fille excentrique qui a fait de son appartement une vraie décharge publique… Pourtant, elle montre un talent certain pour le piano… L’histoire de ces deux jeunes mélomanes ne fait que commencer…

nodame-cantabile-868271Mes avis :

Tome 1

Un véritable coup de coeur ! J’aime le thème novateur du manga, c’est intéressant ponctué d’un humour irrésistible, parfois complètement loufoque, avec des personnages ultra attachants. Chiaki est un fou furieux complètement obsédé par sa réussite et j’aime les failles que lui donne l’auteur. Nodame, elle, vit totalement dans un autre monde. C’est un génie, mais aussi une grande enfant complètement barré, et l’équilibre entre les deux bizarrement est parfait. Ce premier tome est vraiment sympathique et amusant, ce qui est fort pour un manga qui parle de musique classique, c’est original et vraiment bon ! A suivre

Tome 2

Ce nouveau tome est encore meilleur que le précédent, plus drôle et plus loufoque. L’histoire me plaît toujours autant. On est à fond dans les découvertes musicales du petit groupe formé autour de Chiaki et Nodame, petit groupe qui une nouvelle fois s’agrandit de personnages hauts en couleur. C’est toujours aussi bon à lire !

Tome 3

Encore mieux que le tome précédent dont il poursuit l’histoire sans s’arrêter. C’est toujours très drôle et les personnages tous plus dingues les uns que les autres nous entraînent vite dans leurs folles aventures. L’arrivée du célèbre maestro, Stresemann est vraiment un grand moment. Celui-ci va réveiller les ambitions guerrière de Chiaki pour notre plus grand plaisir quand il le nomme pour le seconder, puis pour diriger l’orchestre A ! L’auteur est toujours là où on ne l’attend pas, un régal !

Tome 4

Ce tome est un peu moins réussi que le précédent qui atteignait des sommets, parce que l’histoire principale ralentit, l’auteur casse le rythme, dommage. Il y a un peu trop d’élément sur Milch. Mais, cela reste une série super intéressante et toujours aussi drôle. De plus, le bonus en fin de volume est parfait pour en apprendre plus sur les débuts de Nodame au piano.

Tome 5

Très bon tome qui relève largement le niveau du dernier. J’ai pris une vraie claque lors du concert de Chiaki et j’avais déjà beaucoup aimé celui de Nodame juste avant. Il se dégage une vraie magie des scènes où les personnages se donnent à fond pour jouer leur musique. Mais l’auteur est aussi douée pour exprimer les sentiments plus sombre, comme la jalousie et la tristesse d’avoir perdu l’être aimé au profit de quelque chose de plus grand. L’histoire de l’ex de Chiaki est belle à suivre et donne lui à un super duo Chiaki-Nodame au piano, j’adore ! En prime, l’histoire bonus à la fin, nous raconte la drôle de rencontre de Chiaki avec Viera où la mère du 1e me rappelle beaucoup Nodame, une pise te à suivre lol

Tome 6

Très joli tome centré sur Chiaki et ses psychoses. On commence par un superbe moment de mélancolie avec cette sorte de fête de fin d’année pour clôturer toutes les années d’études de ceux qui partent, c’est beau et ça rappellera des souvenirs à certains. Puis, comme Chiaki fait parti des diplômes se pose la question de son avenir, on le sent vraiment perdu, coincé alors qu’il aimerait avancer, du coup à la fin, il se venge un peu sur Nodame et la pousse elle aussi à s’interroger sur ce qu’elle veut faire. Cela donne une jolie dynamique entre eux. J’ai aussi énormément apprécié de découvrir la famille maternelle de Chiaki, ils sont aussi fous que lui par certains côtés ^^

Tome 7

Encore un très bon tome où l’on suit l’évolution de l’orchestre monté par Chiaki : sa composition, ses entraînements, ses errements, ses préparatifs… tout cela pour donner un grand concert ! Il me tarde vraiment de le voir mis en scène. Du côté de Nodame, elle est un peu effacée dans ce tome, on ne la voit pas beaucoup, mais il est très drôle de la voir se débattra pour échapper à son nouveau professeur/tortionnaire. On sent vraiment que tout plein de choses bouillonnent en elle et qu’elles n’attendent que le déclic pour sortir, espérons que cela soit pour bientôt.

Tome 8

C’est très sympa de continuer à suivre l’évolution de l’orchestre de Chiaki, de le voir jouer en live devant un vaste public (dommage que la scène soit si courte…) et de voir les membres changer au gré de la vie. Nodame revient également sur le devant de la scène dans ce tome grâce au concours qu’elle prépare avec Harisen. Elle est vraiment phénoménale, quel dommage qu’elle n’ait pas plus confiance en elle. J’aimerais un jour qu’on creuse son personnage et qu’on en sache plus sur les raisons de sa loufoquerie. Par contre, elle a vraiment un grand coeur quand on voit ce qu’elle entreprend pour aider Chiaki à vaincre sa phobie de l’avion, alors que ça risque de les séparer. Vite, vite, la suite de son concours !

Tome 9

Sûrement l’un des meilleurs tomes jusqu’à présent. Il s’ouvre avec la suite du concours de Nodame qui tient toutes ses promesses, c’est palpitant (et à écouter avec les musiques qu’elle joue, c’est encore mieux ><). La chute n’en est que plus dure, mais j’ai adoré la réaction de Chiaki et de sa mère. Ensuite on continue à voir l’évolution de l’orchestre monté par Chiaki alors que celui-ci sait qu’il va désormais partir, mais l’auteur ne laisse rien en plan et explique comment le projet va se poursuivre. Puis on termine avec la découverte de la famille de Nodame où elle est allée se réfugier. Celle-ci a vraiment du mal à accepter la réalité, mais avec une famille pareille on comprend un peu pourquoi. J’ai aimé que Chiaki la rejoigne et cherche à la convaincre de continuer le piano. J’ai trouvé ce tome très équilibré entre les deux personnages et j’ai aimé les passages où l’on voit leur famille. Maintenant, direction Paris !

53357710

Tome 10

Premier tome qui se passe à Paris et je suis déjà sous la charme. On dit au revoir à toute la petite équipe du Japon, et on découvre déjà de nouveaux personnages tout aussi haut en couleur entre les voisins de Chiaki et Nodame à Paris, et les futurs rivaux de Chiaki pour diriger des orchestres. Tout avance toujours aussi vite sans que l’on perde ce qui fait la saveur du titre : son côté farfelu et sa générosité musicale, car oui une fois de plus j’ai pris une claque en voyant les chefs d’orchestre diriger tour à tour. C’est toujours aussi bon et il me tarde de voir ce que cela changera chez Chiaki (et puis, je voudrais voir encore un peu de Nodame au piano…).

Tome 11

Ah la la, que j’aime cette série. Malgré le nombre conséquent de tome, j’ai l’impression qu’elle se renouvelle sans cesse. J’ai bien le début de ce tome avec la fin du concours de Chiaki, qu’il remporte en faisant de gros efforts sur lui même. Quelle évolution au niveau de son caractère depuis le début de la série quand même ! Puis aussitôt fini que le voilà embarquer dans une tournée drôlissime avec Milch au grand dam de Nodame qui se retrouve seule à Paris. Se repose alors encore la sempiternelle question : pourquoi veut-elle faire du piano et j’espère que sa rencontre avec son nouveau professeur : Charles Auclair, l’aidera à trouver la réponse. J’aime bien la voir travailler au conservatoire dans les différents cours et rencontrer d’autres personnages farfelus, ça m’amuse toujours autant.

Tome 12

L’histoire se poursuit à Paris, avec cette fois, un tome plus centré sur Nodame et ses sempiternels problèmes pour lire et comprendre les oeuvres vu qu’elle fonctionne surtout à l’oreille et à l’instinct. La série est toujours aussi riche, il y a des moments très intéressants sur la vie des élèves d’un conservatoire. Mais Tomoko Ninomiya n’en oublie pas pour autant de faire retomber la pression avec des moments très drôles comme ceux des balbutiements de la relation amoureuse Chiaki-Nodame, ou bien ses interactions avec le jeune prodige, Lucas. J’ai aussi énormément apprécié la partie consacrée au peintre de la résidence qui donne une saveur particulière à la perception qu’on a des interprétations des musiciens. Bref, la mangaka est toujours aussi douée pour agrandir la foule de personnages qui peuplent sa série, j’adore.

Tome 13

Ce que j’ai aimé ce tome encore. On retrouve un Chiaki fébrile aussi bien dans sa relation avec Nodame que dans son avenir professionnel avec le nouvel orchestre qu’on lui confie, qui sera vraiment une gageure. On retrouve des éléments de la partie qui s’est déroulée au Japon avec ce nouvel orchestre où rien ne va et qu’il va devoir conduire et amener à l’excellence, comme il l’avait avec l’orchestre S. La dynamique reste la même, mais Chiaki a bien changé depuis et du coup, il me tarde de voir comment il va s’y prendre maintenant. Nodame elle, avance mais une rivale inattendue arrive à son tour à Paris. Cependant la toute fin, donne très très envie, avec peut-être enfin le duo qu’on attendait.

Tome 14

L’histoire continue à avancer sur les chapeaux de roues avec une entrée en matière assez catastrophique pour Chiaki, qui se relève plutôt bien de ce désastre par rapport à celui qu’il était au début. Je me répète mais quelle évolution chez ce personnage, c’est vraiment devenu un chic type ! J’aime beaucoup son implication dans l’orchestre, il ne lâche pas l’affaire malgré les calamités qui lui tombent dessus. J’aime aussi l’évolution de sa relation avec Nodame, il dit clairement ici qu’il a arrêté de lutter contre ses sentiments pour elle, c’est mignon. Et puis ses interactions avec les autres sont toujours aussi drôles, pareil pour Nodame d’ailleurs, même si je la trouve plus posée ces derniers temps. C’est juste dommage qu’ils n’aient pas pu jouer ensemble au final. Dans ce tome, les 2 personnages voient donc leur histoire avancer et le cliff de fin me donne très envie de voir la suite.

Tome 15

Un tome qui a su tenir toutes ses promesses ! On voit enfin Nodame donner un récital et elle s’en sort comme une pro tout en restant elle-même et en gardant son grain de folie, c’est excellent ! J’ai aussi beaucoup aimé toutes les références culturelles à la France, assez justes dans leur ensemble, bravo. De son côté, Chiaki fait passer des auditions pour compléter son pauvre orchestre en perdition. Il avance aussi à sa façon, comme le fait Nodame. C’est sympa à voir et bien sûr la série garde également ses touches d’humour habituelles. Que du bon.

Tome 16

Tome intense et peut-être un peu lourd portant quasiment que sur les répétitions de Chiaki avec son orchestre. C’est dommage parce que du coup, il efface les autres personnages comme Nodame et ses comparses du conservatoire. Certes, il est intéressant de les voir travailler quand on sait d’où ils partent, mais il aurait peut-être mieux valu l’étaler sur 2 tomes que tout concentrer en un seul, je ne sais pas.

Tome 17

Un tome clé ! On rencontre enfin le père de Chiaki qui n’est pas du tout comme je le croyais. Leur histoire a l’air bien plus compliquée que je ne croyais et je sens que je vais vraiment aimer la découvrir. Par certains côtés, ils se ressemblent beaucoup tous les deux. Du coup, le tome parle pas mal de Chiaki et de son mal être. Les scènes se passant pendant ses concerts sont superbes et palpitantes, surtout le 2e quand il joue lui-même. Mais l’élément central c’est le doute qui s’installe en lui et comment il fait pour surmonter ça. C’est là qu’on voit la belle évolution de Nodame qui est devenue bien plus mature et qui essaie vraiment de l’épauler pour qu’il surmonte ça. J’ai trouvé leur couple très équilibré dans ce tome. Mais il me tarde qu’on recommence à voir un peu plus Nodame même si on suit son histoire en filigrane.

Tome 18

J’ai encore beaucoup aimé ce tome mais il me laisse une drôle d’impression. J’ai aimé qu’on retrouve enfin un peu tous les personnages parisiens, en particulier le focus sur Rui. J’ai aimé voir Chiaki prendre son envol, idem pour Nodame. Mais la fin me fait un peu peur concernant leur couple et leur avenir. D’ailleurs, la mère de Chiaki avait bien prévenu ce dernier mais il ne l’a pas écoutée malheureusement. J’espère que ce n’est pas un mauvais signe. En attendant, j’ai adoré le récital de Nodame, très très fort et il me tarde de voir ce que va donner la rencontre de Chiaki.

Tome 19

Encore un tome un peu choral où on a le plaisir de suivre toute la petite troupe d’étudiants parisiens et en plus de retrouver Kyora et Mine. J’ai énormément ri en lisant ce tome plus léger que le dernier. On retrouve des petites scènes de la « vie conjugale » de Chiaki et Nodame qui sont drôlissimes. Ils ne supportent vraiment pas bien l’alcool l’un et l’autre. Et en même malgré ce côté léger, l’histoire avance aussi entre les concours que passent Tanya et Yunlong et les suite de la rencontre Chiaki-Viera (que j’aurais aimé voir plus développée). Maintenant, je vais malheureusement devoir patienter jusqu’à la sortie des prochains tomes… et mon dieu qu’il sont lents à sortir en France T.T

Tome 20

Ici, l’histoire commence lentement, pour ne pas dire mollement, avec les concours de Kyora et Tanya que je n’ai franchement pas trouvés passionnant. Je me suis même presque ennuyée à ces moments-là tant les personnages en question m’ont indifférée. Par contre, une fois qu’on bascule sur Nodame c’est vraiment passionnant. J’ai adoré la voir se passionner pour un nouveau morceau et foncer à nouveau. Sa confrontation avec Auclair en dit beaucoup sur elle aussi. Et franchement, le fait que Chiaki décide de venir l’aider est trop touchant. J’adore les voir interagir ensemble. Quand ils se mettent à parler des morceaux, c’est passionnant et cela montre quel chemin ils ont parcouru, wow ! Vraiment j’adore leur couple, il a si bien grandi et muri. D’ailleurs, j’ai été surprise par la dernière réaction de Nodame, je ne m’y attendais pas la connaissant. Quelle excellente série, toujours prompte à nous surprendre. Vivement la suite.

Tome 21

A chaque fois que je reprends cette série, je me demande pourquoi j’ai attendu aussi longtemps pour la lire. Il se dégage une ambiance vraiment agréable de cette série. Elle arrive toujours à trouver mon engouement grâce à sa bienveillance et son côté entraînant. Ici, nous assistons enfin à la représentation de Rui et Chiaki. Elle est très différente de ce que j’attendais, Rui parvenant enfin à se trouver. Par contre, cela a tout à fait l’effet que j’escomptais sur Nodame, ça la décourage totalement et là où j’ai été surprise c’est par la façon dont elle gère son abattement. Je ne m’attendais pas à tant de calme de sa part et tant de défaitisme. J’ai du coup été un poil déçue que Chiaki ne réagisse pas et ne la secoue pas. Heureusement que Milch passe par là. Je suis tellement contente qu’il décide de la prendre sous son aile. Ce tome marque donc le dernier tournant de la série, plus que 2 tomes avant la fin, snif.

Tome 22

Voici un tome plein de surprises où l’histoire avance très vite. J’ai beaucoup aimé la scène d’ouverture où tout le monde cherchait Nodame qui avait « disparu » puis celle vers la fin où plein de gens partout dans le monde regardent sa performance. L’auteur est vraiment douée pour la mise en scène de son histoire. D’ailleurs le coeur de ce volume, c’est-à-dire le concert de Nodame avec Milch était superbe. On ressentait très bien toute la force, l’expressivité et l’originalité du jeu de Nodame ainsi que son impact sur les autres musiciens et le public. Le seul défaut, c’est que j’ai eu l’impression que cette évolution était un peu trop brutale, comme si son talent explosait d’un coup. De ce fait, j’ai parfaitement compris qu’elle se sente vidée et qu’elle pense ne plus jamais pouvoir redonner une telle performance. De même, j’ai beaucoup aimé la confrontation entre Milch et M. Aubert, le prof de Nodame, qui lui remet bien les idées en place. A un tome de la fin, je suis toujours autant attachée à cette histoire et à ses personnages et je me demande encore comment cela va finir.

Tome 23

Ça y est l’histoire de Nodame est terminée, je suis un peu déçue et triste de quitter ce petit monde (que j’espère bien retrouver dans les 2 tomes bonus qui sont parus ensuite au Japon ><). Je ne suis pas entièrement satisfaite par cette fin ouverte qui pourtant dans un sens correspond très bien à la loufoquerie et l’excentricité des personnages. J’aurais vraiment aimé voir Nodame jouer sous la direction de Chiaki, alors même s’ils ont fini par se comprendre et se trouver, je ne peux m’empêcher de ressentir une pointe de déception. Surtout que dans ce tome, j’ai eu l’impression qu’on partait un peu dans tous les sens parfois, que ça parlait beaucoup et que tout avançait trop vite. La fuite ainsi que le retour de Nodame étaient prévisibles, de même que le fait qu’elle revienne à ses premiers amours. J’ai même eu l’impression à un moment que l’auteure voulait la voir s’engager dans la voie de la composition mais malheureusement ça n’a pas abouti. Et vraiment la fin me laisse une impression d’inachevée comme si Nodame n’avait toujours pas vraiment choisi sa voie et que rien n’était définitif avec elle, ce qui lui correspond bien ^^

Tout au long de ces 23 tomes, j’aurais appris à connaître et apprécier la loufoquerie de Nodame et le sérieux de Chiaki ainsi que la douce folie de tous leurs amis. La mangaka a vraiment réussi à transmettre leur passion pour la musique et la convivialité de leurs relations. C’était parfois long, on passait par des moments complètement rocambolesques mais j’en garde un très bon souvenir. C’est une série à part que je recommande.

Ma note : 15  / 20

2438797395_1_12_3oWMXGTE

Publicités

3 commentaires sur “Nodame Cantabile de Tomoko Ninomiya

  1. C’est un manga qui m’a été chaudement recommandée. J’ai le tome 1 en ma possession mais je ne l’ai pas encore lu. J’espère que cela me passionnera, vu ce que tu en racontes, je pense que ça me plaira.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s