Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

La Cité Saturne de Hisae Iwaoka

dossier-cite-saturne-28Titre :  La Cité Saturne

Auteur : Hisae Iwaoka

Editeur vf : Kana

Années de parution vf : 2009-2012

Nb de tomes : 7 (série terminée)

Résumé du tome 1 : La Terre est devenue une zone protégée, interdite d’accès. Pour que les hommes continuent d’habiter à proximité, une cité formant un anneau autour de la planète a été construite. Mitsu est le fils d’un laveur de carreau qui a disparu lorsqu’il nettoyait les vitres extérieures de l’anneau. À peine sorti du collège, le jeune garçon décide de reprendre le travail de son père. Arrivera-t-il à résoudre le mystère qui entoure sa disparition ?

20101120-citesaturne-couv1Mes avis :

Tome 1

Avec ce premier tome, on rentre de plein pied dans l’histoire et l’univers d’Hisae Iwaoka. Un univers, qui oscille entre poésie et science-fiction, par ses ambiances et ses décors. Et il faut bien dire que c’est l’atout essentiel de ce titre, car ici on ne suit pas vraiment une grande histoire mais des petits moments de la vie du héros, Mitsu. Celui-ci a perdu son père il y a quelques années et rêve de reprendre le travail de celui-ci en nettoyant les vitres de la station spatiale où vivent les hommes désormais. Ce personnage même s’il a un côté très doux et rêveur est aussi empreint d’une grande force de caractère, il ne se laisse jamais abattre et fait tout pour que son travail soit bien fait. Il est le moteur de l’histoire, c’est à travers lui que l’on fait des rencontres et quelles rencontres ! Il y a toute une foule de personnages dans ce monde. On rencontre aussi bien des riches que des pauvres, des gens de toutes les classes sociales même si on se concentre forcément sur les petits puisque Mitsu en fait partie. Mais c’est agréable de voir se peupler tout cet univers, ça me rappelle même un peu La Mélodie de Marie pour ce point. Cependant, le rythme est assez lent et il y a peu d’enjeu, ce qui rend la lecture de ce premier tome assez malaisée.

Tome 2

On continue dans la lignée du premier, si ce n’est que comme on connait déjà les principaux personnages il ne reste plus qu’à les enrichir avec quelques nouvelles rencontres. Le rythme s’en ressent et devient bien plus agréable. Même si l’on reste avec des petites histoires du quotidien de Mitsu, le titre n’en demeure pas moins plus facile à suivre. Il devient alors intéressant de voir l’évolution des interactions de Mitsu avec ses collègues mais aussi de celui-ci avec ses clients. Le titre reste aussi dans un ton très poétique mais peut-être plus léger ici. J’aime de plus en plus.

Tome 3

Ce nouveau tome, dans la lignée du précédent, est tout aussi agréable à suivre. Je pense que l’auteur a su trouver sa vitesse de croisière et la narration en devient beaucoup plus fluide et simple à suivre. J’aime toujours autant voir les interaction entre collègues nettoyeurs de vitres et les petites histoires avec leurs clients. Elles sont toutes touchantes à leur façon et permettent à la fois d’en apprendre plus sur leur univers, mais aussi d’affirmer la beauté du métier choisi par Mitsu. Mais surtout, ce que j’ai aimé dans ce tome, c’est qu’un fil rouge apparait avec la quête de Sôta pour aller sur Terre. J’espère que l’auteur continuera à s’en servir.

Tome 4

L’auteur continue à creuser ses personnages dans ce tome, ainsi que les relations de Mitsu avec les gens du niveau supérieur. Elle n’oublie pas non plus d’approfondir petit à petit le fil rouge sur un hypothétique voyage d’exploration sur Terre. On sent qu’elle maîtrise parfaitement son récit entre tranche de vie et réflexion sur la société qui vit dans cette station spatiale. J’ai notamment beaucoup aimé le récit sur Kageyama et comment il doit abandonner un métier qu’il aime tant, ou bien la passation de témoin entre Jin – Aki et Mitsu, qui grandit et devient à son tour un modèle, un guide. C’est vraiment une chouette série.

Tome 5

Voici probablement le meilleur tome de la série jusqu’à présent. Il est placé sous le signe de l’émotion et va droit au coeur. On commence avec un Mitsu qui est contesté au sein du syndicat par ses collègues. La situation est lourde, les propos qu’on lui tient sont durs et mesquins, mais révèlent bien des malaises au sein du groupe. Cette partie est particulièrement bien traité et le dénouement est vraiment émouvant. Ensuite, on repart avec l’intrigue qui consiste à aller sur Terre et celle-ci progresse bien vite puisque le véhicule est en passe d’être construit. De plus, de plus en plus de gens sont dans « le secret » et l’instigateur de tout ça devient encore plus mystérieux quant à ses motifs. Mais c’est surtout le dernier chapitre avec Jin et sa femme qui m’a émue. J’ai trouvé leur couple particulièrement touchant et j’ai aimé que l’auteur se resserve de personnages déjà vu auparavant. Son univers est riche et foisonnant, mais il a vraiment un côté très chaleureux et accueillant. J’adore.

Tome 6

Encore un très bon tome bourré d’émotions. A l’image de la couverture, on va se concentrer sur Tamachi, l’ancien compagnon d’Aki (père de Mitsu) et grâce à cela, on se retrouve avec un excellent tome qui oscille entre tristesse et joie du renouveau. Tamachi a beaucoup de mal à tourner la page sur ce qu’il s’est passé et à retourner à sa grande passion, mais c’est quelqu’un de fondamentalement intègre, un homme comme en fait peu, et j’aime le voir changer peu à peu au fil des tomes pour affronter ses peurs. Ici, c’est une véritable quête qu’il va mener et qui va lui permettre de se retrouver en laissant le passé derrière lui. C’est très beau. En parallèle, on découvre le triste passé de Nishimaru et l’on comprend mieux son envie de rivaliser et d’écraser les gens du niveau supérieur. C’est aussi une histoire très poignante, même si ça a fait de lui un vrai manipulateur un brin psychopathe. Avec tous ces éléments, j’attends maintenant un final à la hauteur de mes espérance !

Tome 7

La conclusion parfaite pour une bien belle série ! Ce tome est la quintessence de ce que l’auteur peut faire de mieux. J’ai vraiment décoré ce tome et j’ai ressenti beaucoup d’émotions en le lisant. Tout commence avec l’incendie de l’usine Biogaz, qui est un moment clé et palpitant de l’histoire, notamment pour Tamachi pour qui c’est un tournant. Mitsu se révèle aussi au cours de l’expédition de sauvetage et grandit brusquement. J’aime aussi l’entraide qui se développe autour de l’équipe des nettoyeurs. Ensuite, l’auteur profite du chaos créé pour montrer comment Nishimaru a prévu de manipuler tout ce petit monde pour aboutir là où il voulait, c’est effrayant. Je me doutais qu’il mijotait quelque chose de louche mais je ne pensais pas que ça irait jusque là. Heureusement grâce à Sota et au groupe qui l’entoure ses plans seront déjoués et il réalisera le mal qu’il aurait pu faire. C’est une très belle séquence dans l’histoire qui montre à nouveau l’entraide dont font preuve les personnages qui sont tous bons amis. Ainsi le projet de descendre sur Terre peut aboutir et les pages montrant l’arrivée de Mitsu, pages couleurs, sont superbes et mettent parfaitement en avant l’événement. On découvre alors qu’il y avait déjà des missions de ce genre et que ça n’a rien de nouveau, c’est dont plus l’intention que la réalisation qui comptait. Cette quête étant celle de Mitsu pour s’affranchir de l’influence de son père. Pour cela, j’ai trouvé son évolution tout au long de la série très bien menée et j’ai adoré le fait que l’auteur pense à nous montrer toute la fine équipe 5 ans plus tard. C’était une très bonne idée, comme ça on ne les quitte pas sans un dernier au revoir.

Pour conclure, je suis ravie d’avoir découvert cette petite série de science-fiction sans prétention. L’univers futuriste est très bien pensé et s’accorde à merveille avec le côté tranche de vie que met en avant l’auteur. Elle développe ainsi un monde foisonnant avec des personnages tous très attachant, un univers qui me rappelle beaucoup La Musique de Marie par son côté chaleureux et accueillant. Je recommande vivement cette série à tous les fans de science-fiction, mais aussi de poésie et de tranche de vie.

Ma note : 16 / 20

1282675930

Un commentaire sur “La Cité Saturne de Hisae Iwaoka

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s