Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Arte de Kei Ohkubo

arteTitre : Arte

Auteur : Kei Ohkubo

Editeur vf : Komikku

Années de parution vf : Depuis 2015

Nombre de tomes : 7 (série en cours)

Résumé du tome 1 : Florence, début du 16e siècle. Dans ce berceau de la Renaissance, qui vit l’art s’épanouir dans toute sa splendeur, une jeune aristocrate prénommée Arte rêve de devenir artiste peintre et aspire à entrer en apprentissage dans un des nombreux ateliers de la ville… Hélas ! Cette époque de foisonnement culturel était aussi celle de la misogynie, et il n’était pas concevable qu’une jeune femme ambitionne de vivre de son art et de son travail. Les nombreux obstacles qui se dresseront sur le chemin d’Arte auront-ils raison de la folle énergie de cette aristo déjantée ?

news_qw7trU21v9p6oRzMes avis :

Tome 1

Cette nouvelle série parlant de la Renaissance et d’Art, il me fallait absolument la lire ! En plus, le titre étant chez Komikku dont je connais la qualité de travail, je n’ai eu aucune hésitation à le prendre, et j’en suis bien contente. J’ai accroché dès les premières pages grâce à la personnalité passionnée de l’héroïne. Arte est une forte tête, elle fait tout ce qu’elle peut pour sa passion et n’hésite pas à aller contre sa famille pour ça. Attention, ne cherchez aucune vraisemblance historique ici, aucune jeune fille de l’aristocratie n’aurait pu faire ça sous la Renaissance… Et c’est malheureusement ce qui m’a particulièrement gêné dans ce titre, alors que j’ai aimé plein de choses dont je reparlerai plus tard. Il y a un trop grand décalage avec la réalité de l’époque. Le contexte n’est pas maîtrisé et on sent trop l’esprit anachronique que l’auteur a insufflé dans son titre. Tout respire notre époque contemporaine dans les réactions des personnages et c’est fort dommage. Cela ne m’empêche pas d’aimer suivre le parcours d’Arte, du moment où elle part de chez elle, à celle où elle devient apprenti chez Leo. J’aime voir les travaux, les corvées qu’il lui confie et j’espère qu’ils seront développés par la suite. J’aurais aimé voir la vie d’un vrai atelier, un atelier avec bien plus de monde, mais j’aime bien celui-ci déjà. J’ai aimé rencontrer la mécène de Leo. Mais une fois de plus, une gêne est apparue : les sentiments qu’Arte est en train de développer par Leo me gâchent mon plaisir. Pourquoi faut-il absolument passer par là ? Pourquoi ne pas plus s’attacher au développement de sa carrière artistique et c’est tout ? Comme si une histoire ne pouvait pas se passer de romance pour être intéressante… Les choix narratifs de Kei Ohkubo sont trop classiques, dommage. Il y a de bonnes idées, les dessins sont beaux, j’aime les personnalités des personnages, mais si les défauts persistent cela restera malheureusement une série moyenne.

Tome 2

J’ai largement préféré ce tome au précédent. En effet l’histoire d’amour est peu à peu laissée de côté au profit de l’apprentissage d’Arte. Alors certes il y a encore quelques relents par ci par là, mais c’est bien moins agaçant que dans le tome 1. Au contraire, j’ai beaucoup apprécié la leçon que la courtisane essaie d’inculquer à Arte au début du tome, même si celle-ci la rejette. Au moins, ça a l’air bien plus crédible que le restant de l’histoire. En plus, l’amitié qui nait entre elles a quelque chose de bien plus sincère une fois toutes les cartes mises sur table. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé les décors qui accompagnent cette partie de l’histoire, la demeure de Veronica étant de toute beauté. La deuxième partie avec Angelo est plus légère et drôle, mais elle est l’occasion pour nous montrer le fonctionnement d’un atelier plus grand que celui de Leo. J’espère qu’on l’y reverra d’autres fois. J’ai bien ri aussi de la famille si féminine d’Angelo et de son changement de point de vue après sa rencontre avec Arte. Ils forment un bon duo tous les deux. Enfin, la dernière partie est peut-être la plus intéressante car elle est au coeur du métier qu’Arte veut exercer. J’ai appris plein de choses sur cet aspect des commandes aux artistes que je ne connaissais pas et j’aime le caractère dur et bourru de ce nouveau personnage. En plus, sa demeure est encore une fois sublime, et sa relation avec Arte promet des étincelles. Je m’en frotte d’avance les mains.

Tome 3

L’auteur est vraiment partie dans une bonne direction depuis qu’elle a mis l’histoire d’amour en sourdine pour se consacrer sur l’apprentissage d’Arte. Dans ce tome encore, elle a fait de l’excellent travail pour nous montrer toute la richesse de son univers. Dans la première partie, nous suivons Arte qui doit apprendre l’art de la négociation. Être artiste ce n’est pas seulement peindre, c’est aussi vendre ses oeuvres et répondre à des commandes, ce qu’elle doit apprendre ici. J’ai aimé son idée d’aller cherche de l’aide auprès de Veronica, c’est bien vu. Mais surtout, j’ai aimé découvrir un petit peu le passé de Leo, comment il était quand il était apprenti. Dans la seconde partie, plus intéressante selon moi, Arte va devoir se faire accepter par ses confrères mâles, ce qui n’est pas une mince affaire. C’est l’occasion de découvrir d’autres pans de son métier : la réalisation de fresque et le rôle de la corporation. On voit bien que ce n’est pas simple pour une femme de se faire accepter dans un milieu d’homme, mais Arte ne baisse jamais les doigts et parvient même à se faire accepter pour elle-même. On la voit remonter ses manches et travailler aussi dur que n’importe qui sur le chantier. J’ai plus de mal avec Angelo qui continue encore beaucoup trop souvent à la voir comme une faible femme, il faut qu’il perde cette mauvaise habitude. Sinon, je suis très intriguée par l’arrivée de ce voyageur à la fin et je pense que nous allons vite le retrouver dans le prochain tome avec peut-être enfin un arc sur les dessins et tableaux d’Arte (?).

Tome 4

Toujours pas d’arc consacré aux dessins et tableaux d’Arte ici mais ça ne saurait tarder. Ce tome s’intéresse à la prise d’indépendance de la jeune femme. Avec la proposition qu’elle reçoit, elle doit réfléchir à son avenir. Mais malheureusement, sa décision ne sera pas prise de façon sereine mais plutôt sous la contrainte, ce qui m’embête bien, surtout qu’elle ne connait pas assez celle pour qui elle fait ce sacrifice. J’ai été gênée par cet aspect d’Arte dans ce tome, je la pensais plus indépendante et frondeuse. Par contre, j’ai aimé l’évolution de sa relation avec Leo où on sent qu’ils sont de plus en plus sur un pied d’égalité. Leo lui fait vraiment toute confiance, c’est beau à voir surtout pour quelqu’un comme lui. Les quelques bribes qu’on continue à apprendre sur son passé me plaisent toujours et enrichissent le personnage. J’ai aussi aimé les nouvelles interactions d’Arte dans ce tome aussi bien avec Veronica qu’avec Dacia ou avec la nouvelle venue : Lusanna. L’autre nouveau venu, Youri, m’intrigue énormément avec son caractère tellement fantasque et je me demande ce que va donner la nouvelle vie d’Arte auprès de sa nièce. En tout cas, même s’il ne se passe pas énormément de choses, le tome reste très dynamique. Je n’ai, une fois de plus, pas vu les pages filer.

Tome 5

Finalement ce n’est pas non plus ici qu’on s’intéresse aux talents d’Arte comme artiste. La mangaka est plutôt partie pour exploiter son talent naturel à se lier avec les autres et à en devenir leur amie. J’ai pris ce nouveau tome un peu comme un oneshot mais je dois dire que Leo m’a beaucoup manqué. J’ai tout de même aimé découvrir le nouvel environnement d’Arte. Cependant, je trouve ça vraiment artificiel d’y consacré autant de tant pour au final s’intéresser à si peu de choses. On reste en effet bloqué sur la famille de Caterina et les problèmes de celle-ci et c’est tout. Tout tourne autour d’elle et rien n’avance en dehors, alors qu’il reste pas mal de choses en suspens du côté d’Arte, c’est dommage. Alors, oui j’ai bien aimé Caterina et je trouve son histoire mignonne mais on s’éloigne beaucoup trop des thèmes d’origine à mon goût.

Tome 6

Quel joli tome ! Tout commence avec une incursion bienvenue dans le passé de Caterina. C’est tendre et triste à la fois, pauvre petite et ça explique bien son caractère si différent des autres enfants de son monde. Même si ça m’embête d’un côté qu’on s’éloigne tant du monde la peinture, je suis contente qu’on parle aussi de la condition des femmes et des enfants à cette époque-là. C’était très intéressant de voir la relation que Caterina entretenait avec sa nourrice et son frère de lait, de même que les difficultés qu’elle a eu ensuite à s’intégrer dans sa vraie famille. J’ai aimé le parallèle qu’Arte a fait entre sa situation et la sienne et j’ai été ravie de voir enfin la mère de Caterina se rebeller sous son impulsion. Ce sixième tome est riche en émotions et le petit chapitre bonus à la fin me donne l’espoir qu’un prochain retour d’Arte à Florence ou d’un séjour de Léo à Venise ^^

Tome 7

Je retire ce que j’ai dit à mon amie Nothlya, j’ai passé un très chouette moment de lecture dans ce tome qui conclut probablement l’arc vénitien d’Arte. La mangaka a l’art de mêler histoire personnelle et quotidienne avec quête et avancement de soi. J’ai trouvé l’histoire de Daphné très triste mais touchante et j’espère qu’elle aura droit à une jolie fin un jour. C’est le genre de personnage que j’aime beaucoup. Elle a un franc parlé rare et un courage à toute épreuve. J’ai aussi été charmé par Caterina une fois de plus. Cette gamine est adorable. Elle donne enfin sa pleine mesure en assumant son rôle de jeune fille noble tout en conservant son côté attentionné envers le peuple. J’aimerais voir quel genre de jeune femme elle deviendra en grandissant tant elle me plaît dans sa relation avec Arte mais aussi avec les domestiques de sa demeure. Enfin, je suis sous le charme de Youri, le beau Youri qui montre de plus en plus de facettes charmantes. Cet homme est adorable lui aussi. Il fait beaucoup pour Caterina, il la fait passer avant tout, et il a lui aussi un franc parler que j’adore. Pour terminer, notre chère Arte continue à grandir. Son interrogation sur son statut social et son statut d’artiste m’a plu, de même que la décision qu’elle finit par prendre aussi bien à ce sujet que sur son avenir. Vivement le prochain tome !

Ma note : 15 / 20

arte_chez_komikku_5187

Publicités

6 commentaires sur “Arte de Kei Ohkubo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s