Séries Tv - Films

Joy de David O. Russell

Joy_Affiche_MoideMayBLOG

Titre : Joy

Réalisateur : David O. Russell

Année de sortie : 2015

Acteurs : Jennifer Lawrence, Robert De Niro, Edgar Ramirez, Dascha Polanco, Bradley Cooper…

Histoire : Inspiré d’une histoire vraie, JOY décrit le fascinant et émouvant parcours, sur 40 ans, d’une femme farouchement déterminée à réussir, en dépit de son excentrique et dysfonctionnelle famille, et à fonder un empire d’un milliard de dollars. Au-delà de la femme d’exception, Joy incarne le rêve américain dans cette comédie dramatique, mêlant portrait de famille, trahisons, déraison et sentiments. (Source : A voir, A lire)

Mon avis :

Voici un film qui sur le papier a tout pour plaire et me plaire. J’adore les Biopics et j’aime encore plus les histoires sur des femmes fortes. Malheureusement ici, c’est la réalisation qui a encore péché.

L’histoire est très longue à démarrer. J’ai détesté toute l’introduction avec l’horrible famille de Joy. D’ailleurs, chapeau à De Niro que j’avais adoré dans Le nouveau stagiaire et qui est détestable ici, en père bon à rien à part donner des soucis à sa fille. Celle-ci est sans cesse rabaissée par sa famille, qui en plus ne l’aide pas du tout. Sa mère passe son temps à regarder des soaps à la télé, sa demi-soeur est une peste et son père… no comment. Au milieu de tout ça, Joy est une bouffée d’air frais. Jennifer Lawrence l’interprète très bien. J’ai trouvé qu’elle faisait vraiment de bon boulot et s’adaptait bien aux nuances du rôle. C’est une fille courageuse, très intelligente et qui a le coeur sur la main mais qui se laisse trop bouffer par sa famille. Heureusement, elle peut et pourra toujours compter sur son ex-mari et meilleur ami, Tony, et sa meilleure amie Jackie, deux piliers dans sa vie.

Au début, c’est assez lourd de la suivre dans toutes ses galères et de ne pas vraiment la voir réagir. Ça agace, on a envie de la secouer, mais finalement elle va le faire toute seule le jour où elle a cette fantastique idée sur une nouvelle serpillère. D’un coup, l’histoire s’égaie un peu le temps qu’elle crée le concept et le fabrique, mais très vite les galères reprennent et le film redevient plombant. Le réalisation n’a pas su soit rendre cela plus amusant, soit le rendre plus dramatique. C’est trop long, trop redondant, trop lourd et surtout en total décalage avec la folie de sa famille qui est toujours omniprésente.

J’ai encore eu un regain d’espoir quand elle a fait la rencontre de Neil (Bradley Cooper) – au passage que c’est mensonger de le mettre autant en avant sur l’affiche vu son petit rôle – mais cela n’a encore duré qu’un temps. Certes Joy lutte et ne se laisse jamais abattre, mais c’est saoulant de la voir prendre constamment des coups. Le moment où elle prend les choses en mains sur le plateau télé est grandiose, l’un des meilleurs moments du film ! J’ai trouvé intéressant de voir comment le télé achat fonctionnait. Mais les galères sont loin d’être finies. Elle se retrouve encore dans les ennuis jusqu’au coup à cause de sa fichue famille (On ne peut pas les éliminer ceux- là ?). Mais dernier retournement (Quoi ? Vous ne l’aviez pas vu venir ?), Joy prend les choses en main et retourne la situation à son avantage, dénonçant la fraude dont elle a été victime et elle en ressort enfin vainqueur et en paix ! Ce moment de grâce est symbolisé à l’écran par sa nouvelle coupe, son nouveau look et surtout ces flocons de neige (artificiels ?) qui lui tombent pile poil dessus ! Très joli mais un brin artificiel tout ça ^^

Résultat, on a enfin une Joy heureuse et femme d’affaire accomplie dans les dernières minutes. Bien sûr, sa saleté de famille est toujours là, mais elle n’a pas oublié ses amis Jackie et Tony qui l’épaulent dans son entreprise et surtout elle aide à son tour les jeunes talents comme elle aurait aimé qu’on le fasse avec elle. C’est une belle morale à l’américaine pour cette self made woman.

Mais fallait-il vraiment autour de tours et détours pour nous livrer ça sur près de 2h ? Quel dommage que la réalisation ne soit pas à la hauteur parce que le film aurait pu avoir un rendu bien plus agréable s’il n’avait pas été aussi longuet et redondant.

Ma note : 11 / 20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s