Snegurochka d’Hiroaki Samura

tumblr_inline_net29k8DH71t3wsc5

Titre : Snegurochka

Auteur : Hiroaki Samura

Editeur vf : Casterman – Sakka

Année de parution vf : 2016

Nb de tome : 1 (série terminée)

Histoire : En URSS, à la fin des années 1930. Belka, une jeune fille handicapée, et Shchenok son domestique, s’installent dans une datcha gérée par le parti communiste. Ils sont en quête d’un mystérieux objet. Un jour, ils sont arrêtés et envoyés dans un camp de travail. Mais Shchenok, hémophile, s’épuise. Belka découvre qu’elle peut le soigner grâce à un don qu’elle aurait hérité de son père, Raspoutine.

Mon avis :

J’ai voulu lire ce titre parce que je suis une fan d’Histoire et que j’aime souvent les mangas historiques surtout quand ils me permettent de découvrir des éléments que je ne connais pas. Et ici, j’avoue que je ne connais que les grandes lignes de l’histoire de l’URSS, alors j’ai été ravie de découvrir un aperçu de la vie qu’on pouvait y mener avec ce titre. Je connaissais déjà l’auteur qui a commis L’Habitant de l’infini dont j’ai testé le premier tome il y a des années mais qui ne m’a pas laissé un souvenir impérissable si ce n’est pour ses dessins. Je partais donc en terrain conquis, et conquise je le fus ^^

Parlons tout d’abord du dessin, il est juste magnifique, riche et plein d’émotion. Les personnages sont magnifiquement croqués avec ce côté très vif et vivant de l’auteur. Les décors sont superbes aussi, aussi bien le bord de mer, les intérieurs, les camps en Sibérie… Et en plus les arrières-plans sont riches en détails, comme si l’auteur avait les fonds blancs en horreur. C’est un vrai régal pour les yeux. Samura est d’une grande inventivité en plus comme le montre la beauté du fauteuil de Belka. Surtout que la narration et la mise en page bien que classiques sont parfaitement maîtrisés pour nous entraîner dans cette histoire.

L’histoire est sombre et complexe. J’ai eu peur de ne pas parvenir à y rentrer au début mais en fait je me suis fait happer peu à peu jusqu’à ne plus pouvoir en sortir avant la fin. Dans les premiers temps de l’URSS, nous suivons Belka et Shchenok, deux individus suspects qui ne sont pas ceux qu’ils semblent être. Ils cachent tous les deux leur passé et sont à la recherche d’un mystérieux objet. Pour cela, ils se mettent en danger et se font arrêter par l’OGPU puis sont placés sous la surveillance de l’horrible Mikhalkov. Nous les suivons dans leur nouvelle vie sous la coupe de celui-ci. Je l’ai vraiment détesté au début pour ce qu’il leur fait subir, mais peu à peu mon dégoût a fait place à de la perplexité et des interrogations. Beaucoup de monde gravite autour d’eux, on se demande vraiment pourquoi. Le mystère se révèle peu à peu mais parfois une nouvelle couche s’ajoute en même temps. Hiroaki Samura joue vraiment avec nos nerfs et notre curiosité distillant des indices au fur et à mesure. J’ai beaucoup aimé tout l’arrière-plan sur les famille de Belka et Shchenok. J’ai aussi été surprise par les révélations qui y ont trait. Leur relation à tous les deux est complexe mais très belle à découvrir. Belka est fière et forte, elle a survécu à des choses horribles et ce depuis toute petite. Je l’admire vraiment. Shchenok a l’air plus fragile au premier abord, mais lui aussi n’a pas eu une vie facile et il a appris à faire avec et à aller de l’avant sans perdre ses convictions. Ils forment un très beau duo.

D’un autre côté, ces deux personnages sont le prétexte pour nous dresser le portrait de l’URSS militariste et oppressive de l’époque. On voit comment sont traités les citoyens dès qu’il y a la moindre suspicion de menace du régime. Le passage dans les camps de travail (?) est saisissant. Mais on découvre aussi l’entraide qui se met en place, les marchés souterrains et la résistance. C’est vraiment intéressant à lire. J’ai aussi passé un très bon moment et cela m’a donné envie d’en apprendre plus, de voir des documentaires ou de lire des témoignages.

Ce titre est une belle découverte. Je pense qu’il va me marquer un moment pour sa violence crue, la tristesse mais aussi l’espoir qui s’en dégage. C’est un joli témoignage sur cette période de l’Histoire russe.

Petit point sur l’édition : Celle-ci est très soignée. La couverture avec son papier épais est sublime avec son vernis sélectif qui montre l’emblème du Parti d’un côté et celui des Romanov de l’autre. Le papier est de qualité permettant un très bon rendu des niveaux de noir et blanc. Et à la fin, nous avons même droit à un appendice comprenant la présentation des personnages et une postface expliquant la naissance du projet.

Ma note : 17 / 20

Snegurochka-visual-1

Publicités

Une réflexion sur “Snegurochka d’Hiroaki Samura

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s