Séries Tv - Films

Mercy Street

mercy-street-banner

Titre : Mercy Street

Une série créée par David Zabel

Genres : Drame, Histoire

Durée des épisodes : 53 min

Statut : Saison 1 (6 épisodes) et Saison 2 (6 épisodes) : Terminée

Avec : Mary Elizabeth Winstead, Hannah James,Josh Radnor, Luke Macfarlane,  Anna Sophia Robb, Gary Cole… (Le casting en entier : Ici)

Histoire : Les parcours de deux infirmières bénévoles en pleine Guerre de Sécession : l’une du côté des abolitionnistes, l’autre du coté des confédérés.

Mes avis :

SAISON 1

Episode 1 : Un premier épisode vraiment immersif. Dès les premières minutes j’ai été prise par l’histoire. Celle-ci ainsi que les personnages sont très bien définis. Le personnage de Mary que nous suivons m’intrigue par son idée de devenir infirmière après avoir perdu son mari, surtout dans un « hôpital » tel que celui d’Alexandria. On sent qu’elle a encore beaucoup de chemin à faire pour avoir le niveau nécessaire tellement elle tremble et a peur face à toute l’horreur qui lui éclate à la figure. L’autre personnage féminin que je vais suivre avec plaisir, c’est la jeune et belle Emma, fille des anciens propriétaires de l’hôtel transformé en hôpital. On sent en elle la petite fille trop gâtée mais qui veut s’écarter du monde qu’elle a connu pour être plus libre et notamment retrouver son cher Frank. Du côté des hommes, ce sont des personnages plus rudes qui ont vécu au contact de la guerre depuis plus longtemps qu’elles et ont vu bien des horreurs. J’aime le décalage entre les univers surtout sachant qu’ils vont se rejoindre. Le décor de la guerre de Sécession et de cet hôpital de campagne m’ont plu direct surtout que c’est très bien rendu, de même que le débat : « pour ou contre l’esclavage » que personnifie Mary. J’aime beaucoup le début de sa relation tendue avec Foster.

20151222_175208_180252_ms_meetbloggers

Episode 2 : Ça y est je suis fan ! J’ai adoré la façon dont Mary a pris les choses en main dans cet épisode. Elle s’affirme de plus en plus et ses relations avec Foster et avec les autres infirmières sont très prometteuses. J’ai aussi beaucoup aimé découvrir le travail de Foster et son triste mariage. La série mêle à merveille vie privée et vie de l’hôpital, c’est un régal. On découvre aussi un peu plus la famille d’Emma, dont celle-ci est l’un des rares membres à avoir la tête sur les épaules. Je déteste son lâche de frère, je suis plus mitigée concernant son père qui aimerait bien faire, et sa soeur est vraiment bien trop jeune et naïve mais j’ai espoir pour elle. Enfin, j’ai apprécié qu’on s’intéresse aussi au regard et au devenir des noirs dans cette petite ville d’Alexandria. Ceux-ci sont contrastés, on a à la fois celui qui a eu la chance de recevoir une éducation et ceux qui ont toujours vécu sous la férule d’un horrible maître, de même que ceux qu’on vient arrêter alors qu’il croyait avoir réussi à gagner leur liberté. C’est un univers très rude et pourtant passionnant.

5588c297a3c03.image

Episode 3 : L’histoire est toujours aussi riche et se développe même au fur et à mesure qu’on en apprend plus sur le passé et la situation de chacun. C’est une nouvelle fois la famille d’Emma qui se dévoile avec son père qui hésite toujours à changer de camp et sa soeur qui vient retrouver son fiancé qui a été brisé par la guerre. De plus, le fiancé d’Emma aussi décide de pointer le bout de son nez, ça a l’air d’être un sacré numéro pour pénétrer dans l’hôpital en se faisant passer pour l’assistant d’un dentiste ^^ Du côté de Mary, celle-ci cache de moins en moins ses sentiments pour le beau docteur Foster, mais celui-ci qui vient de passer chirurgien pour l’armée est confronté à un nouveau défi : soigner son frère qui est dans le camp opposé. C’est l’occasion de revenir brièvement sur son passé et sa famille qui sont assez complexes. On découvre aussi au détour de l’opération (sa 1ère amputation) qu’il est accro à la morphine et bien sûr la belle Mary va décider de l’aider à en guérir. Enfin, concernant Aurélia, elle va pousser un jeune noir à s’affranchir à son tour, tandis que sa situation à elle se complique avec sa grossesse enfin révélée et qu’elle dévoile aussi d’où elle vient et de ce qu’elle risque.

mercy-st-art

Episode 4 : Encore un excellent épisode. Les intrigues se resserrent. On se concentre ici à la fois sur la guérison de Foster et donc sa relation avec Mary, que j’aime de plus en plus sous ses dehors un peu froids, mais aussi sur les devenirs de Tom et Aurélia. Le premier est prisonnier à l’hôpital vu qu’il est soldat dans le camp adverse et Frank, qui est revenu, propose de le faire s’évader. Malheureusement, la fin sera aussi inattendue que tragique pour moi. La seconde, Aurélia, cherche à se débarrasser du bébé qu’elle porte et elle va pour cela aller très loin, au point de se mettre en danger. J’ai trouvé sa détresse touchante et en plus ce fut encore l’occasion d’une belle association Foster-Mary, secondés par Samuel, un moment très fort dans l’épisode. Cette série fait vraiment la part belle à la médecine.

mercy-street

Episode 5 : Peut-être l’épisode le plus sombre de la série jusqu’à présent puisqu’il traite des conséquences de la mort de Tom. Les soldats Confédérés qui le ramènent sont horribles, à l’image de ceux qui interviennent au cimetière, à croire qu’ils ont perdu toute humanité avec la guerre. J’aime la réaction du père d’Emma droit dans ses bottes qui essaie de défendre tout le monde. Celle-ci se rapproche pas mal du pasteur d’ailleurs, ça fait plaisir à voir, je l’aime bien ce type qui cherche à comprendre qui il a face à lui. Nous continuons aussi à voir évoluer la vie de l’hôpital avec la visite d’un inspecteur qui chamboule un peu tout, c’est amusant à voir d’ailleurs comme ils cherchent à lui cacher plein de choses mais aussi comme il révèle les ambitions des uns et des autres. Par contre, je continue à trouver horrible la façon dont les noirs sont traités, alors qu’on est censés être du côté de ceux qui veulent les libérer,  c’est à se demander pourquoi ils se battent vraiment… En tout cas, les histoires de Samuel aussi bien que d’Aurélia sont tragiques, les pauvres.

Mercy_Street_Ep3_18_tx700

Episode 6 : Malgré ce qui se préparait, j’ai trouvé cet épisode moins intéressant et prenant que les précédents. J’ai beaucoup ri des déboires et désillusions d’Hale et Hasting (c’était trop drôle de la voir saoule). J’ai été attristée par ce qui arrivait au père d’Emma surtout avec un tel crétin pour fils, heureusement qu’il s’est repris sur la fin. J’ai trouvé que le duo Mary-Foster fonctionnait plutôt bien à la tête de l’hôpital et j’ai aimé voir Hale se faire remettre en place. En plus, Mary continue à se dévoiler et à faire preuve d’énormément de compassion envers les patients, ce qui lui a permis je pense d’entendre enfin les paroles qu’elle attendait depuis longtemps. Mais l’ensemble était moins touchant et percutant sauf dans les dernières minutes, notamment grâce aux retrouvailles d’Aurélia et sa famille. La préparation de l’attentat était assez bateau, elle, de même que son dénouement, mais elle aura au moins eu le mérite de nous débarrasser de cette saleté d’intendant. Quant à la fin, elle ne fait vraiment pas fin de saison, ça va être atroce d’attendre la suite.

dm banner

Bilan : J’aurais finalement dévoré cette série en une petite journée tellement je l’ai trouvée excellente et addictive. C’est une magnifique série historique desservie par de bons acteurs, un bon scénario et une très belle photographie. On nous fait un portrait des coulisses de la guerre assez déplaisant, rien n’est blanc ni noir, personne n’est bon ni méchant. Cette guerre on ne l’aperçoit que de loin, à travers le devenir des habitants de cette petite ville et surtout de la vie à l’hôpital. La médecine tout aussi bien que les patients sont vraiment mis en avant de belle façon, on prend le temps de les découvrir et les comprendre dans leurs douleurs et chaque personnage grandit à leur contact. Alors, je suis ravie qu’il y ait une saison 2 pour continuer à les voir évoluer et explorer leurs différentes relations.

Bonus : Comme souvent dans ce genre de série, le générique est très beau avec une belle musique envoûtante qui rend bien l’ambiance, c’est juste dommage qu’il soit si court.

SAISON 2

Episode 1 : C’est un vrai plaisir de retrouver la série et son beau générique. On replonge très facilement dans le bain de Mercy Street et l’histoire prend place directement après l’explosion de la fin de la saison 1. C’est un épisode de remise en route qui manque de tension. Je suis de plus en plus déçue par le petit révolutionnaire, Frank, qui bien qu’astucieux n’a pas la droiture que je lui souhaiterais. J’ai aussi été déçue qu’ils sauvent le porc qui harcelait Amélia. Enfin, j’ai trouvé très intéressante l’ambiguïté de la relation entre Mary et Foster qui continue à s’approfondir. C’était bien joué de les rapprocher pour les éloigner ensuite et montrer ainsi la réserve de Mary qui ne veut pas se laisser aller. J’ai également beaucoup aimé l’arrive de cette femme noire qui leur explique que non certaines épidémies ne sont pas réservées aux Noirs et qu’ils feraient mieux de se méfier.

Episode 2 : L’arrivée d’un nouveau patron dans la clinique (le Major McBurney) rend l’épisode vraiment drôle parce qu’il est complètement à côté de la plaque et n’y connait rien. Bien sûr Anne essaie de se le mettre dans sa poche mais ça se retourne contre elle quand il demande à Hale de passer ses exams de docteurs qu’il n’a pas… Cet épisode signe aussi le retour d’un peu d’action avec Alice qui veut aider Frank, le révolutionnaire, et Mary qui tombe gravement malade. Concernant Mary, ça oblige Foster à se rebeller un peu et ça fait du bien. Quant à Alice, elle n’est vraiment pas douée dans ce rôle et ça finit tragiquement, il fallait s’y attendre. Pendant ce temps-là, « le gros porc » a des remords avec tout ce qu’il a fait et aide Samuel à se sortir d’un mauvais pas. Ça fait du bien de voir des personnages comme ça changer.

Episode 3 : J’ai trouvé cet épisode un peu plat. Avec Foster absent pour une mission avec Anne, McBurney en profite pour l’exclure de l’hôpital. Leurs retrouvailles sont d’autant plus belles et touchantes surtout quand on sait que pour une fois c’est grâce à Anne qui montre qu’elle a un coeur. Ils se livrent enfin et c’est beau ! Quel dommage qu’elle soit si malade et qu’elle doive vraiment partir. Dans le même temps, ça m’a amusée de voir la famille d’Alice et Emma tout faire pour cacher leur crime mais je sens que ça va leur éclater à la figure à un moment donné. Frank remonte aussi un peu dans mon estime en permettant à Alice de tourner un peu la page de son ancien fiancé.

Episode 4 : Cet épisode par contre était parfait ! J’ai retrouvé tout ce que j’aime dans la série : de la médecine, de l’émotion, des sentiments, de petits moments ordinaires. J’ai aimé revoir le fonctionnement de l’hôpital depuis l’intérieur, notamment en suivant le Dr Foster, Anne et surtout Lisette. Ce nouveau personne est vraiment haut en couleur, j’adore sa relation d’égal à égal avec Foster. En parallèle, j’ai été amusée par les cours que Samuel donne à Halle pour l’aider à obtenir ses diplômes. Ils forment un joli duo. Le cas avec ce soldat qui n’est pas ce qu’il semble être m’a séduite aussi même si l’issue est assez triste. Enfin, j’ai aimé retrouver les manigances des Green pour sauver leur peau et retrouver leur statut. Mais je dois reconnaître que c’est Emma qui m’a le plus plu ici, en s’affirmant et en se débrouillant pour aller sur le champ de bataille avec le pasteur. Leur rapprochement que je sens depuis la saison 1 atteint des sommets ici et je n’ai pas pu m’empêcher de jubiler en voyant ça. J’ai vraiment passé un très bon moment ^^ 

Episode 5 : J’ai un peu moins aimé que le précédent et pourtant cet épisode était très intéressant. D’abord parce qu’il permet enfin une certaine reconnaissance de Samuel que j’ai trouvé un peu trop effacé cette saison. Ensuite parce que j’ai encore beaucoup rigolé aux dépens Mc Burney et de ce pauvre Hale qui se retrouve être sa nouvelle victime. J’ai également beaucoup apprécié la tension entre Lisette et Foster et l’issue de leur histoire, c’était assez beau et émouvant, avec une jolie leçon sur le courage d’assumer ses sentiments à temps. L’histoire de cet homme défiguré et anonyme qui les réunit était d’ailleurs fort touchante mais aussi intéressante sur ce qu’elle dit de l’utilité du portrait robot. L’histoire romantique d’Emma et du Pasteur est aussi très belle, mais elle a un côté grand drame romanesque qui a tendance à m’agacer parfois comme ici, où il trouve une excuse pour la repousser. Celle-ci décide d’ailleurs enfin de s’affranchir de sa famille et c’est pas trop tôt après toutes les horreurs qu’ils ont commise. J’ai d’ailleurs adoré la sortie que leur a fait leur servante à ce sujet. Maintenant je suis prête pour le dernier épisode.

Episode 6 : Encore un joli épisode très intéressant. Le retour du Dr Foster dans sa famille nous apprend plein de choses sur lui et surtout sur la situation des Noirs dans le sud de l’Amérique à cette époque. C’est un moment riche en émotion qui leur permettra à lui et Samuel, qui l’accompagne, de faire le point et d’avancer dans leur vie. Ainsi Foster choisit enfin d’aller retrouver Mary bien que celle-ci soit toujours gravement malade, et Samuel retourne auprès des siens à Alexandria, en Virginie, après avoir sauvé une esclave et son bébé avec Foster. Tous les deux trouvent de jolies conclusions. C’est aussi le cas d’Emma, qui avec l’aide du Pasteur, va permettre le mariage de deux Noirs qui s’aiment en secret depuis plus de 20 ans. La fête est un très beau moment plein d’émotion. Je regrette par contre que leur relation soit laissée en suspens comme ça. Enfin, les Green ont toujours autant de soucis puisque maintenant ce sont les trafics du fils qui les mettent en danger, mais Papa Green a plus d’un tour dans son sac haha

Bilan : Pour conclure, j’ai trouvé cette seconde saison un peu moins bonne que la première, moins riches en rebondissements et émotions. Elle reste toutefois de grande qualité dans sa reconstitution de cette période historique et dans le jeu des personnages. J’ai aimé les nouveaux personnages qu’on a mis en avant (Lisette, McBurney) et les anciens qu’on a continué à suivre et qui ont eu de jolies évolutions pour certains même si je regrette une certaine mise à l’écart de Samuel et Mary. Par contre, si vraiment c’est l’ultime saison et qu’il n’y a pas de suite, je serai un peu déçue parce qu’il manque une conclusion à certaines histoires, notamment les deux romances principales.

Ma note : 16 / 20

Publicités

4 commentaires sur “Mercy Street

  1. Je suis bien contente que ça t’ait aussi plu ! Ce que j’ai particulièrement apprécié c’est qu’il n’y a pas vraiment de gentils et de méchants, on peut comprendre toutes les réactions.

    Si ce style te plait, je pense que The Crimson Field te plaira aussi 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s