Les larmes d’Artamon de Sarah Ash

couv53448343  couv34020103

Titre : Les larmes d’Artamon

Auteur : Sarah Ash

Editeur vf (poche) : Le livre de poche

Années de parution vf (poche) : 2008-2009

Nombre de tomes : 3 (série terminée)

Histoire : Gavril Andar mène dans le Sud une vie paisible… jusqu’au jour où de féroces guerriers viennent bouleverser cette sérénité. Ramené de force dans le royaume hivernal d’Azhkendir, il apprend que le roi, son père qu’il n’a jamais connu, a été assassiné, et que dans ses veines coule le sang brûlant du Drakhaoul.
Dès lors, le destin du jeune Gavril est scellé. Prisonnier de Kastel Drakhaon, cerné pas les glaces, il est censé venger la mort de son père. Mais le jeune homme doit lutter pour garder son âme humaine et retenir les sombres instincts qui menacent de s’emparer de lui. Car être Drakhaon ne signifie pas seulement accéder au trône d’Azhkzndir: cela implique de devenir un guerrier-dragon, d’un puissance extraordinaire… et de puiser dans le sang d’innocents pour survivre!

Mes avis :

Tome 1 : Seigneur des Neiges et des Ombres

Je voulais vraiment aimer cette saga mais ce ne fut malheureusement pas le cas. J’ai été gênée dès le début par le côté très immature des personnages ainsi que par leur manque de profondeur. Sarah Ash a beau leur faire vivre plein d’aventures, leur prêter des dialogues sérieux, je n’arrive pas à trouver ça crédible et j’ai eu en tête les héros de la série TV Shannara pendant une grande partie de ma lecture… Autant dire que ça ne m’a pas du tout aidée à entrer dans l’histoire.

L’histoire en elle-même aurait pu être intéressante mais tout se déroule aussi très rapidement, on n’est pas emporté par un souffle épique et on devine assez rapidement comme les choses vont se dérouler. J’ai par contre beaucoup aimé l’univers créé où la magie ne semble pas présente partout. Il y a des pays où elle est même absente et relève presque plus du mythe que de la réalité. D’un autre côté, il y a des pays où celle-ci est essentielle pour ses dirigeants. Ce sont justement ces pays qui vont s’affronter et créer la tension nécessaire à toute bonne histoire de fantasy. J’ai également aimé la mythologie qui entoure le Drakhaoul, créature mi-dragon, mi-vampire. C’est vraiment original et en cela j’ai adoré les dernières pages où il tient la vedette. J’ai aussi aimé la mythologie entourant ses différents rivaux, aussi bien la famille Arkhel que le sorcier du roi Eugène, mais l’ensemble reste tout de même assez binaire et sans finesse malheureusement.

C’est dommage parce qu’il y avait du potentiel avec ce jeune héritier qui ne veut pas de son héritage, ainsi qu’avec le pays voisin qui souhaite le conquérir pour reformer un ancien empire. Il y a aussi tout un mystère qui entoure certains bijoux répartis dans l’ensemble des royaumes : les larmes d’Artamon, qu’on aborde à peine dans ce premier tome alors que c’est le nom de la saga. On sent donc qu’il y a quelque chose de bien plus vaste derrière, quelque chose qui remonte aux temps anciens et qui potentiellement sera bien plus intéressant que ce premier tome d’introduction. Il y a aussi bien sûr encore bien des mystères autour du Drakhaoul parce qu’on n’en a pas fini avec lui. Ses interactions avec la jeune Karila, fille d’Eugène, m’ont ainsi beaucoup intriguée. Ce sont ces quelques éléments qui potentiellement me donnent envie de lire la suite mais pas du tout ce tome où l’immaturité des personnages et le manque de profondeur de l’intrigue m’ont plombé la lecture.

En effet que ce soit Gavril, Elysia sa mère, la belle Astasia ou encore son amie Kiukiu, tous sont d’une naïveté confondante. Ils passent beaucoup trop de temps à se plaindre et sont tout bonnement ennuyeux à suivre. Même les personnages secondaires comme Kostya et ses soldats, les membres de la maisonnée de Gavril, les hommes politiques que rencontre Elysia, manquent cruellement de charisme. Les seuls qui potentiellement sont intéressants sont Eugène, sa fille Karila, la grand-mère de Kiukiu et le Drakhaoul. Les autres sont plus un frein à l’histoire. De même, l’auteur a complètement raté les relations qui se nouent au cours de l’histoire ne rendant pas du tout crédible l’amitié de Gavril et Jaromir, ou encore la romance entre Kiukiu et le premier. C’est encore une déception. Vous le comprendrez, je ne vais pas lire la suite de ci-tôt.

Ma note : 13 / 20

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s