Les Mendiants des mers de Paul Kearney

couv2024019  couv68764000

Titre : Les mendiants des mers

Auteur : Paul Kearney

Editeur vf (poche) : Le livre de poche

Année de parution vf (poche) : 2010

Nb de tomes : 1 (en vf série interrompue) 2 (en vo série interrompue)

Histoire : Dans un monde abandonné par son créateur a autrefois existé une race très ancienne, « Ceux d’Avant », doués de pouvoirs que l’humanité peut à peine imaginer.
Selon certaines légendes, ils furent les derniers des anges. D’autres prétendent qu’ils étaient des démons. Rol Cortishane a grandi dans un petit village de pêcheurs isolé sans savoir quelle était au juste place en ce monde. Mais le sang de cette race depuis longtemps oubliée coule dans ses veines et va décider de sa destinée. Marqué du sceau de Ran, accusé de sorcellerie et de magie noire, Rol doit fuir son village et trouver refuge dans la Tour du mage Michal Psellos, un personnage sombre et effrayant qui règne en maître.
Là, il sera formé pour devenir un assassin, sous la direction de la séduisante mais trouble Rowen. Psellos utilise cette dernière comme son jouet, ce que Role à beaucoup de mal a supporter. Car la rencontre de Roi et Rowen n’est pas due au hasard, et tous deux vont bientôt découvrir le secret qu’ils partagent sur leur passé. Ce secret les conduira à prendre leur destin, un destin qu’ils devront tracer dans le sang…

Mes avis :

Tome 1 : Le sceau de Ran

Ça fait longtemps que j’entends parler de Paul Kearney et je tenais à découvrir sa plume avec Les mendiants des mers parce que j’ai toujours aimé les sagas maritimes. Si j’ai beaucoup aimé la plume de l’auteur, je ne l’ai pas trouvée aussi sombre qu’on me l’avait annoncé. Par contre, je l’ai trouvée vite prenante et entraînante avec un sens du détail maîtrisé ni trop ni trop peu. Il arrive aussi très rapidement à dépeindre un univers riche et complexe qui intrigue. Bref, tout le décor est très bien planté dès les premières pages.

La magie est présente mais de manière subtile au début puisqu’on se concentre plus sur la formation du héros et ses particularités physiques, ce n’est vraiment que dans la seconde partie qu’elle commencera à prendre sens. Justement pour parler de l’histoire, l’auteur a eu la bonne idée de découper son récit en deux parties ici. La première s’attarde sur la jeunesse et la formation de Rol, qui vient de perdre sa famille et ne sait pas bien qui il est. Elle est assez sombre et un peu glauque parfois. La seconde prend place des années plus tard et on le découvre sous un nouveau jour en tant que second sur un bateau, prêt à vivre de grandes aventures dans lesquelles son passé va avoir une place importante.

J’ai aimé ce mélange de roman d’apprentissage, de quête personnelle, de magie et de politique. L’histoire avance vite, on ne s’ennuie pas. L’apprentissage de Rol est rude, il ne se fait pas sans heurts aussi bien physiques qu’émotionnels. J’ai aimé le côté sans concession de Paul Kearney qui veut nous faire comprendre que tout n’est pas rose pour qui veut gagner en puissance. Le maître de Rol et Rowen, Psellos, en est le parfait exemple même s’il restera assez mystérieux pour moi. Il est extrêmement cruel avec Rol et Rowen et ne leur épargne rien, mais en même temps c’est lui qui leur apprend tout ce qu’ils savent sur eux-même ensuite et notamment sur leurs origines. Celles-ci sont au coeur de l’histoire, elles forment même en quelque sorte la mythologie de la série et même si cette question d’un Ancien peuple d’une race supérieur n’a rien de neuf, c’est une idée que j’aime et qui m’intrigue. J’aimerais que ce soit un peu plus développé par la suite mais j’en doute.

Avec la seconde partie s’ajoute des aventures maritimes comme je les aime entre batailles navales, missions de secours, échouage en mer et marche en milieu hostile. C’est beaucoup plus vivant et moins sombre que la première partie. Rol y est bien plus intéressant vu qu’il n’est plus l’adolescent énamouré et en butte à la figure paternelle des débuts. C’est un homme fait maintenant et j’aime le trio qu’il va former avec Elias et Gallico. Il y a une bonne dynamique entre eux et sans vouloir trop en révéler ils lui seront d’une aide précieuse quand son pouvoir émergera pour qu’il ne se retrouve pas à nouveau seul. Mais seul, on ne laissera jamais vraiment l’être parce que sans le vouloir, il se retrouve toujours mêlé à des intrigues qui le dépassent et avec Rowen qui cherche à récupérer son trône, on sent qu’on va être servis par la suite.

Ce premier tome a donc été un plaisir à lire. Il est court mais intense. Les bases de la mythologie de la saga sont bien posées. Paul Kearney a une plume vive et sans fioriture qui dynamise bien le récit. C’est donc fort dommage que la série ait été interrompue aussi bien français qu’en anglais même s’il y a un tome supplémentaire chez ces derniers que je me suis empressée de commander.

Ma note : 17 / 20

Tome 2 : This Forsaken Earth 

A suivre

Publicités

2 réflexions sur “Les Mendiants des mers de Paul Kearney

  1. Salut !
    Dès que j’ai vu que tu le lisais celui-là, je m’y suis intéressée,et je dois dire que ça me faisait de l’oeil déjà à ce moment-là, mais en plus avec cet avis positif de ta part, j’avoue que je vais m’y intéresser de beaucoup plus près !
    merci pour cette chronique éclairée 😛
    Bonne journée !

    Aimé par 1 personne

    • Si tu le testes j’espère qu’il le plaira autant qu’à moi et que tu ne seras pas trop gênée par l’absence de suite en vf ^^
      Moi, je compte bien tester Les monarchies divines maintenant pour voir si c’est aussi bien.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s