Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Rouge éclipse de Shiki Kawabata

couv11530527  couv36462221

Titre : Rouge éclipse

Auteur : Shiki Kawabata

Editeur vf : Akata (M)

Année de parution vf : 2016

Nombre de tomes vf : 3 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Ayumi est une lycéenne parfaitement ordinaire. Et depuis peu, elle vit sur un petit nuage, car le garçon qu’elle aime lui a demandé de sortir avec elle ! Mais alors qu’elle se rend à son premier rendez-vous amoureux, et tandis qu’une lune écarlate s’affiche fièrement dans le ciel, un étrange événement se produit : sous les yeux d’Ayumi, la grosse et impopulaire Zenko se suicide et… ?! Sans comprendre comment ni pourquoi, Ayumi se réveille à l’hôpital. Mais elle est devenue Zenko ! « Moche » et obèse, elle va devoir affronter une nouvelle vie, tout en cherchant à retrouver son propre corps… Hélas, tout le monde ne l’entend pas de la même oreille !

Mes avis

Tome 1

J’ai de suite été attirée par la très jolie couverture de cette nouvelle série licenciée par Akata avec son bleu qui prédomine et cette lune rouge en arrière-plan. Je l’ai été un peu moins par le graphisme plus passe-partout que l’on découvre à l’intérieur qui n’est pas sans rappeler parfois celui de Reiko Momochi, auteure de Double Jeu que je n’avais pas du tout aimé. De plus, les premières pages sous fond de romance lycéenne n’étaient pas des plus engageante. Je partais donc avec quelques a priori plutôt négatifs. Pourtant en peu de pages la série a su me convaincre et ce premier tome est un vrai coup de coeur.

J’ai tout d’abord été convaincue par l’ambiance fantastique qui se dégage de ce titre avec l’intrigue sur l’échange des corps grâce à la Lune rouge. J’aime vraiment ce genre d’histoire et ici, elle est très bien traitée par l’auteur. On a une des filles, celle à l’origine de l’échange, qui sait des choses et qui est une manipulatrice de première, tandis que l’autre naïve se fait avoir et cherche ensuite comment retrouver son corps. La partie enquête  est assez plaisante même si ce n’est pas véritablement le coeur du titre. Au début, elle ne sait pas trop quoi chercher et ne fait pas le lien avec la Lune, mais cela va venir, et la rencontre qu’elle fait dans le dernier chapitre relance encore l’enquête dans une autre direction vu que la solution envisagée dans un premier temps n’est plus possible. C’est donc une histoire fantastique palpitante et prenante que nous livre Shiki Kawabata.

Mais la mangaka ne  s’arrête pas là. Elle profite de cet échange de personnalité pour traiter de sujet plus sérieux comme la place qu’on occupe dans la société, et en particulier au lycée, à cause de l’apparence qu’on a. Elle pause aussi des questions intéressantes : nous aimera-t-on toujours de la même façon si on change, si on est différent ? Les réponses apportées pour le moment sont plutôt bien trouvées entre l’un qui comprend qui se cache vraiment derrière le visage d’Uminé et continue à l’aimer pour sa personnalité et non son apparence, et l’autre qui au contraire même en sachant la vérité préfère rester avec celle dont l’apparence lui plait. Mais la mangaka nous laisse aussi entendre que ce n’est peut-être pas aussi tranché et que la personne en question poursuit un autre but. C’est bien joué de sa part de ne pas en rester à une bête opposition du gentil et du méchant et je pense qu’on en découvrira plus dans le prochain tome dont ils ornent la couverture.

Ce titre est donc une très jolie surprise. Tout comme Kasane il traite de l’échange de personnalités, de corps, mais de manière bien plus subtile et avec une ambiance fantastique plus présente et riche. En plus, ce serait une série courte en 3 tomes. Akata a encore fait une bonne pioche !

Tome 2

Passé l’attrait de la nouveauté, je trouve cette série toujours aussi prenante et percutante. J’ai beaucoup aimé le traitement de la méchanceté des autres face à une personne en surpoids ainsi que les différentes réactions que peut avoir celle-ci en fonction de se personnalité. C’est frappant de voir comment la première Uminé a été prise dans un engrenage dramatique la conduisant au suicide à cause de cette absence d’estime de soi, voire de ce dégoût de soi. J’ai vraiment été très touchée par sa détresse, me retrouvant moi aussi dans ce qu’elle a pu ressentir. De même, quand Ayumi qui est désormais dans son corps réalise le regard que les autres posent sur elle et qu’elle est tout à coup en grande détresse, c’est poignant. En effet, quand on est tranquille de son côté, que personne ne nous fait de remarque, on peut se sentir bien. C’est dès que quelqu’un émet un jugement que cela change tout, surtout si on est déjà fragile à la base, ce n’est pas juste une question de poids et d’apparence. L’auteur est vraiment très fine dans son analyse des conséquences du regard des autres.

A côté de cet aspect psychologique du récit autour des deux jeunes filles, il y a aussi le caractère des deux garçons. Kaga est mon chouchou pour le moment parce qu’il sait passer outre les apparences et le quand dira-t-on pour exprimer ses sentiments envers la fille qu’il aime. Il donne une très belle leçon à tout un chacun quand à la place des apparences dans une relation. Mais d’un autre côté, je trouve Shirô  encore plus intéressant tant il est complexe. Je n’arrive pas bien à savoir s’il cherche en fait à les protéger et à aider Ayumi ou s’il a lui aussi des complexes non réglés. C’est du coup l’élément moteur du tome, celui qui fait avancer l’intrigue et nous amène à nous poser des questions parce que ses motivations sont encore très floues. J’espère que le prochain et dernier tome apportera des explications et saura conclure cette jolie série de manière satisfaisante et surtout en restant sans concession comme dans les autres tomes.

Par contre, le graphisme reste un vrai point négatif pour moi malgré les jolies couvertures et l’intensité qui s’en dégage parfois, on sent encore trop un trait hésitant et malhabile chez Shiki Kawabata.

Tome 3

D’entrée, je dois vous dire que j’ai été un peu déçue par la fin de Rouge éclipse. Je m’attendais à quelque chose avec plus d’envergure et au final, c’est assez classique et ça a fait flop chez moi. En même temps, je voyais mal l’auteure se diriger vers quelque chose de franchement original et surprenant mais j’aurais quand même aimé être surprise. Après je ne peux pas dire que ce n’est pas bien fait. D’abord l’idée des garçons est simple mais bien vue et logique. Elle n’est pas tirée par les cheveux et est bien dans la veine de la série. La confrontation avec Zenko était nécessaire mais tombe un peu trop dans le caricatural. Son mal être me semble réel mais la façon dont elle l’exprime est tellement caricatural. Moi aussi, j’ai été le sujet de moqueries comme elle et j’ai eu du mal dans mes relations avec les autres, mais c’est moi que je remettais en question, pas les autres. Du coup, je n’ai pas un seul instant adhéré à ce personnage. A la limite, j’ai largement préféré sa mère pour laquelle j’ai eu de la peine et que j’ai compris bien plus facilement. De même que Zenko, j’ai eu beaucoup de mal avec Shirô et Ayumi dans ce tome. Ils dégoulinent trop de bons sentiments et ne sont pas crédibles. C’est dommage parce que j’avais bien aimé celle-ci jusqu’à présent, mais là ça fait « too much ». Le seul que j’aime bien comme d’habitude, c’est Kaga et je suis terriblement déçue pour lui. Après tout ce qu’il fait, après la sincérité, la générosité et l’abnégation dont il fait preuve, il n’est absolument pas récompensé. C’est nul ! Franchement, ça a été la goutte d’eau dans ce dernier tome et malheureusement c’est ce mauvais arrière goût qui risque de me rester alors que j’avais adoré les deux premiers tomes. Je les avais trouvés bien plus subtiles et originaux.

Ma note : 16 / 20

 

Publicités

5 commentaires sur “Rouge éclipse de Shiki Kawabata

  1. Concernant le dernier tome, même si j’ai bien apprécié, je suis quand même assez d’accord avec ton point de vue. En toute franchise, la fin m’a carrément laissé un sentiment de déjà vu (coucou Orange). Et pour Kaga, j’ai été extrêmement déçue, car il s’est donné beaucoup de mal, a été sincère mais n’a rien eu en retour. Koshiro s’en sort trop facilement, je ne sais pas si tu ad également cette impression, mais quand il montre ce qu’il pense « réellement », j’ai trouvé ça tellement gros…
    Un peu comme l’attitude de Zenko, qui est extrapolé. Je pense pas que la mangaka était certaine de bien connaître le sujet du harcèlement scolaire. On peut devenir extrêmement aigri, malheureux, méchant, négatif certes, mais je pense pas que ça arrive a ce point sans que la personne ne se remette en question…
    Ceci dit ça reste quand même une bonne petite série, et je tenais à te remercier de me l’avoir fait découvrir grâce à ton blog! :3

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, moi aussi j’ai trouvé ça trop gros et surtout trop facile quand Koshiro a retourné sa veste. C’était pas crédible ^^!
      Après tu as raison, ça reste une bonne surprise, il faudrait juste peut-être laisser plus de temps à l’auteur pour développer ses histoires. Et je suis ravie d’avoir pu te la faire découvrir alors ^-^

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s