Livres - Album / Jeunesse / Young Adult

The Dark Artifices / The mortal instruments : Renaissance de Cassandra Clare

couv49035920 couv61534221

Titre : The Dark Artifices / The mortal instruments : Renaissance

Auteur : Cassandra Clare

Éditeurs vo : McElderry (US) / Simon & Schuster (UK)

Année de parution vo : 2016-2018

Nombres de tomes vo : 3 (série terminée) – Une suite est en préparation ^^

Résumé du tome 1 : Emma Carstairs est une chasseuse d’ombres, issue d’une longue lignée de chasseurs d’ombres missionnés pour protéger le monde contre les démons. Avec son parabatai Julian Blackthorn, elle patrouille les rues de la partie secrète de Los Angeles dans lesquelles les vampires font la fête sur Sunset Strip, et les fées sont au bord d’une guerre ouverte avec les chasseurs d’ombres.
Quand les corps, d’humains et de fées sont retrouvés assassinés de la même façon dont ont été assassinés les parents d’Emma des années auparavant, une alliance loin d’être simple se met en place. C’est une chance pour Emma de se venger, mais c’est aussi une opportunité pour Julian de ramener son demi-frère, en partie fée, Mark, qui a été kidnappé cinq ans plus tôt. Ensemble, Emma, Mark et Julian ont deux semaines pour résoudre ces meurtres… Avant que le meurtrier ne les prenne pour cible. Leurs recherches conduisent Emma depuis des grottes sous-marines ensorcelées à une sombre loterie dont la finalité est la mort.
Alors qu’elle découvre le passé , elle commence à mettre à jour les secrets du présent : Qu’est-ce que Julian lui cache depuis toutes ces années ? Pourquoi la loi des chasseurs d’ombres interdit aux parabatai de tomber amoureux l’un de l’autre ? Qui a vraiment tué ses parents – et peut-elle supporter de connaître la vérité ?

Mes avis :

Tome 1 : Lady Midnight

Je dois d’abord dire que je suis une fan de la première heure de la saga Mortal Instruments de Cassandra Clare. Il y a eu des hauts et des bas mais j’ai toujours beaucoup aimé son univers et j’attendais la sortie de cette nouvelle série avec une certaine impatience après avoir découvert les personnages dans ces précédentes saga.

C’est donc avec un immense plaisir que j’ai retrouvé, en vo cette fois, la plume de Cassandra Clare que j’ai trouvé plus mature que dans ses précédentes oeuvres. Son univers est toujours aussi riche et elle semble même vouloir faire en sorte de relier tout ce qu’elle a fait jusqu’à présent, ce qui est une excellente idée pour la fan que je suis. J’ai donc plongé de suite dans son univers et je n’ai pas décroché un seul instant. On retrouve dans ce premier tome des Dark Artifices tout ce qui a fait le sel de ces précédentes saga : une histoire d’amour passionnelle mais impossible, une fratrie ultra liée, des personnages fouillés, drôles et attendrissants, de fortes personnalités, de la magie, du mystère, un côté sombre, de la cruauté et bien sûr de l’espoir. Malgré la longueur relative de ce premier tome, le rythme ne faiblit jamais, on est emporté par l’histoire dès le début et on ne décroche pas tant c’est passionnant de suivre les aventures d’Emma.

On avait déjà rencontré celle-ci pendant la Dark War, alors qu’elle perdait ses parents mais se liait à son parabatai, Julian. Emma est un personnage comme je les aime, très forte et fragile à la fois. Elle n’est pas agaçante comme a pu l’être Clary, elle est bien plus mure mais elle a aussi ses failles. Elle ferait tout pour protéger Julian qui est sa bouée de sauvetage, son ancre, son rayon de lumière dans les ténèbres. Mais en même temps, elle est rongée par son passé et par les sentiments qui commencent à naître en elle. C’est très beau de la voir lutter ainsi sans relâche. Julian est à l’aune d’Emma, c’est son autre pendant. Ce garçon a tout sacrifié à sa famille, pour pouvoir la garder réunie et élever ses frères et soeurs correctement. Il est d’une grande force morale et en même temps est prêt à tout pour protéger les autres. C’est quelqu’un qui peut sembler faire pâle figure comparé à Emma, il ne brille pas comme elle mais est d’une froide efficacité et d’une intelligence redoutable. J’ai eu un vrai coup de coeur pour lui. Vient ensuite, Mark, le frère qu’il a perdu et dû céder à la Horde sauvage et qu’il retrouve enfin. Celui-ci m’a brisé le coeur, il a tellement perdu et a tellement de mal à refaire des liens avec sa famille. Sa relation avec Kieran est très belle également et je suis triste de ce qui leur arrive. Mark reste encore un peu une énigme dans ce tome, il navigue à vue et je pense qu’on le découvrira mieux par la suite car il a un vrai potentiel.

lady-midnight

A côté de ce trio de tête, il y a bien sûr toute la fratrie Blackthorn pour laquelle j’ai une vraie affection dont une toute particulière pour Ty car il n’est pas comme les autres. J’espère qu’on continuera à voir chacun d’eux et qu’on aura le loisir de les voir évoluer. Il y a aussi bien la charmante Cristina, une amie parfaite pour Emma, mais un peu trop en retrait dans l’histoire et dont la romance avec Diego m’a semblé un peu fade, de même que son flirt avec Mark. Diego, justement, on ne le découvre que sur la fin mais j’espère qu’il sera encore là pour pouvoir ainsi en apprendre plus sur la Scholomance. Viennent ensuite toute une flopée de personnages secondaires intéressants dont on aimerait découvrir le passé comme l’oncle de Julian, Arthur, sa tutrice, Diana ou la famille Rook. Enfin, l’auteur n’a pas été avare avec les fans que nous sommes et elle nous a servi le retour de personnages qu’on a adoré : Jem, Tessa, Jace, Clary, Magnus et Alec sont brièvement de la partie.

Vous l’aurez compris, j’ai vraiment beaucoup aimé la nouvelle génération de Shadowhunters et j’ai été ravie de revoir les anciens. Mais ce n’est pas la seule chose qui m’a plu. J’ai aussi beaucoup aimé l’intrigue de ce tome qui est d’abord centrée sur la recherche du meurtrier des parents d’Emma mais qui va nous donner tellement plus. L’enquête qu’elle va mener est palpitante, elle permet à l’auteur d’enrichir son univers en parlant aussi bien des Fays, des Downworlders et des Magiciens. On reparle à nouveau de magie noire mais aussi de nécromancie et il y a un autre mystère en plus de la mort des parents d’Emma avec ces nouvelles morts 5 ans plus tard à L.A. Je ne veux pas trop en dévoiler mais j’ai suivi leur enquête avec délice et j’ai été surprise à plusieurs reprise aussi bien par les personnes impliquées que pour le tour que ça prenait. En plus, on mêle à son enquête le passé de Julian dans la horde, les secrets d’Arthur et de Julian, ceux de Diana (qui restent encore à être révélé), la quête de Jem et Tessa et bien sûr le passé de la famille Blackthorn. Je comprends maintenant que le roman soit aussi long ^^

L’ambiance est sombre malgré quelques traits d’humour et cela se ressent aussi sur la romance au coeur du livre, celle d’Emma et Julian. En effet, ceux-ci sont parabatai, ils n’ont donc pas le droit de s’aimer et c’est pourtant ce qui va arriver. On en voit vite tous les signes chez Julian, c’est plus long à arriver chez Emma, mais dans les deux cas, c’est déchirant de les voir tomber dans les bras l’un de l’autre. On sent une telle harmonie entre eux qu’on voudrait aussi que la Loi soit différente mais quand vient la dernière révélation (qu’on avait bien senti venir) on comprend pourquoi. C’est pour ça que leur romance est  tellement belle, elle est faite de passion, de désir contrarié, de secret à porter et de souffrance. C’est très shakespearien tout ça et c’est un régal. Certaines phrases qu’ils se disent sont de toute beaucoup comme le monologue de Julian sur l’amour à la page 100. J’ai rarement autour aimé un couple dans un roman de Young Adult, alors j’espère qu’ils trouveront une solution pour être ensemble ><

Ce tome est donc pour moi un vrai coup de coeur aussi bien au niveau des personnages, de l’ambiance, de la romance que de l’intrigue. J’espère vraiment que Cassandra Clare va continuer sur cette lancée pour la suite !

Ma note : 18 / 20

  

Tome 2 : Lord of Shadows

Voici la suite très attendue de Lady Midnight. J’avais dévoré le tome 1 et j’ai pris tout autant de plaisir en lisant cette suite. C’est à nouveau un récit bourré d’actions, de rebondissements, de sentiments et de passion. Mais contrairement au premier, j’ai été un peu moins emportée.

Nous retrouvons toute la famille Blackthorns et consort juste après la mort de Malcom et les révélations de Jem à Emma sur la malédiction des parabatai amoureux. On est donc directement plongés dans une ambiance sombre, lourde et pesante qui ne disparaitra pas tout au long de notre lecture. Celle-ci est une grande réussite en soit. Je trouve que Cassandra Clare a vraiment gagné en maturité dans son écriture depuis sa première saga, elle arrive désormais à poser des ambiances vraiment réalistes dans lesquelles on s’immerge parfaitement jusqu’à ressentir tout le malaise des personnages.

Dans ce tome, j’ai aimé retrouver toute la petite famille et ceux qui gravitent autour d’eux. L’auteure n’oublie personne dans son histoire et on se délecte de recroiser d’anciennes connaissances comme Alec, Magnus, Clary ou Jace, mais aussi d’apprendre à connaître de nouveaux personnages comme Kit, Gwynn ou Annabel. Parmi tous ceux qu’on a suivis et ils sont nombreux, j’ai beaucoup aimé les nouveaux trios qui se sont formés : Kit, Ty et Livvy d’un côté, et Cristina, Mark et Kieran de l’autre. Ce sont à chaque fois des relations complexes et très prenantes. J’ai beaucoup la façon dont Kit est venu s’immiscer naturellement entre Ty et Livvy et la relation très particulière qu’il a avec le jeune homme. Il comprend très bien sa singularité et leur relation est superbe. De même, j’ai beaucoup aimé le rapprochement que je n’avais pas vu venir entre Kieran et Cristina et je croise très fort les doigts que Mark fasse le bon choix dans ce trio amoureux tant je suis fan de sa relation avec Kieran, une des révélations de ce tome pour moi tant il m’a touchée. Par contre, j’ai trouvé la relation Emma-Julian plus en retrait et moins intéressante, j’ai même été un peu déçue alors que j’en été très fan dans le tome 1. Là, je n’ai pas ressenti la même passion et la même urgence. Il faut dire que c’est aussi un peu l’histoire du tome qui force cela. En effet, on commence avec Emma qui fait tout pour que Julian cesse de l’aimer pour ne pas déclencher la malédiction. Son rapprochement avec Mark en cela était bien fait et j’ai regretté que ça s’arrête si vite. Mais l’auteur a préféré lancer très vite le trio amoureux Mark-Kieran-Cristina, ce que je peux comprendre aussi.

Au niveau de l’histoire justement, en plus de la malédiction qui pèse sur Julian et Emma, on reparle à nouveau d’Annabel et Malcom et de leur histoire tragique. J’ai aimé que Cassandra Clare en profite pour élargir encore son univers et reparler de ce racisme des Shadowhunters envers les autres espèces. C’est au coeur de la seconde moitié de l’histoire de Lord of Shadows et c’est ce qui fait toute la force du récit jusqu’à la fin. Cela m’a souvent donné envie de hurler et de ruer dans les brancards quand je voyais comment certains groupuscules de Shadowhunters se comportaient mais ça donne un côté très vivant et réaliste au récit. Cela résonne aussi fortement avec notre réalité, notre passé et notre présent, quand on lit certains discours, alors j’ai trouvé intéressant que l’auteur ajoute ça à son histoire. Une guerre couve donc aussi bien à l’intérieur du monde des Shadowhunters qu’à l’extérieur avec la menace que représente le Roi de la cour des Unseelies. C’est bien pensé de mêler tous les pans de l’histoire ainsi, ça donne un récit dense et complexe mais dont la richesse ne nous perd pas.

Et c’est dans ce contexte très tendu que chacun des personnages qu’on a appris à connaitre continue à évoluer. J’ai aimé voir Ty, Kit et Livvy commencer à se comporter en vrais Shadowhunters. J’ai aimé continuer à suivre les aventures de Mark, Emma, Julian et Cristina, notamment quand ils vont chez les faes sauver Kieran. J’ai aussi aimé les voir poursuivre leur quête du Livre Noir avec l’aide de Magnus et Alec entre autres. J’ai aussi aimé les voir lutter contre la clique de Zara et voir Julian échafauder des plans toujours plus complexes pour se sortir de situations inextricables.

C’est un tome vraiment très riche où il se passe énormément de choses. Du coup, j’avoue que la référence du titre Lord of Shadows au roi des Unseelies est un peu légère pour moi car il est loin d’être vraiment au coeur de l’histoire selon moi, et je préfère me dire qu’il fait plus référence à Julian, tout comme Lady Midnight faisait plus référence à Emma pour moi ^^ J’attends donc le dernier tome avec beaucoup beaucoup d’impatience surtout au vu de la fin tragique de ce tome 2 (que j’avais un peu vu venir…).

Ma note : 17 / 20

Tome 3 : The Queen of Air and Darkness

J’étais très impatiente de lire ce dernier tome de The Dark Artifices et pourtant j’en ai repoussé la lecture jusqu’à la fin de l’année. Je savais que j’allais me sentir bien orpheline après même si connaissant l’autrice je me doutais qu’elle nous préparait une suite.

Cette lecture fut une nouvelle fois un vrai ascenseur émotionnel. De ce côté-là, pas de déception. Par contre, j’ai été moins emportée que lors des tomes précédents. Le côté drame romanesque et romantique que j’appréciais c’est un peu essoufflé ici et ça s’en ressent beaucoup dans le rythme de l’histoire, les idées et les dialogues bien sûr. Du coup, c’est pour moi le tome le plus faible de la série.

Les aventures de nos chers Shadowhunters sont encore riches en surprises et rebondissements. On navigue d’une contrée à l’autre : Alicante, Los Angeles, Faerie Seelie, Fearie Unseelie et même autre dimension. Ce n’est pas une lecture de tout repos. On croise également énormément de personnages (voire tous ?) de la galaxie Shadowhunters et c’est l’occasion de clins d’oeil aux fans avides de nouvelles de leurs personnages préférés. Mais au final, ça fait beaucoup de choses en un seul volume. Il y a par exemple énormément de POV à suivre, au point qu’on ne passe que quelques pages avec chacun avant d’en changer, ce qui peut être frustrant. Et en même temps, quand on en consacre un super long à Emma au milieu du tome, c’est assez longuet à lire ^^! Oui, je suis contradictoire.

Ce dernier tome se place sous le signe des au revoir et du renouveau. Il s’ouvre sur un deuil insupportable qui va tout changer. Cassandra Clare s’attache avec une certaine justesse à présenter les différences de réaction de chacun et leurs conséquences. Mais il ne faut pas oublier la menace qui pèse sur leur monde et entre petites histoires personnelles (pas si petites que ça) et vaste histoire, elle trouve assez vite le bon équilibre. Ainsi, j’ai aimé suivre les méandres des différentes relations amoureuses de l’histoire (j’y reviendrai après), tout comme celles des combats politiques qui se mènent à plus vaste échelle.

Le monde des Shadowhunters est dans une impasse. Tout comme le nôtre, les extrêmes montent et il est dur de trouver comment les contrer. La quête menée dans ce sens est très intéressante et j’aime assez la conclusion que lui trouve l’autrice. Cela nous permet d’assister à bien des luttes et des trahisons parfois évidentes, parfois surprenantes.

Les romances restent bien sûr au coeur de l’histoire. A croire que Cassandra Clare cherche obligatoirement à caser tous ses personnages, ce qui peut être parfois un peu agaçant. Cependant, j’ai été complètement charmée par l’originalité de la romance de Kieran, Mark et Christina. C’est mon gros coup de coeur du tome parce que c’est rare de voir ça et encore plus dans du Y.A. J’ai aussi adoré les liens qui se nouent entre Diana et Gwyn, tout comme de voir Helen avec sa chère Aline. Ça fait du bien aussi de suivre des couples adultes. Parce qu’il faut avouer que dans ce tome, le couple principal : Emma et Julian, est quand même particulièrement pénible et je ne croyais pas dire ça un jour. Leur histoire d’amour impossible où on avance d’un pas pour reculer de dix m’a bien souvent fait soupirer pour ne pas dire plus. J’ai eu envie de les secouer plus d’une fois !

A côté de ça, Cassandra Clare a parfaitement su jouer sur ma corde sensible avec l’ensemble de la famille Blackthorn. Ces enfants suscitent en moi des bouffées d’émotions constantes. J’ai été tellement triste pour Ty qui perd sa moitié. J’avais tellement envie de devenir l’amie de cette petite Dru tellement mature que personne ne semble voir. Ou encore de prendre dans mes bras le petit Tavvy qu’on laisse un peu trop seul. Tout comme, Helen qui débarque au milieu de tout ça, je voulais vraiment l’aider. Bref, je suis fan de cette famille, mais aussi de ceux qui gravitent autour d’eux. Comment ne pas dire un mot de Kit, ma révélation de ce tome ! Ce garçon a tout du personnage torturé que je sens que je vais adorer quand il va grandir. De la même façon, je suis déjà fan de Jaime, futur amoureux de Dru ? Les personnages sont clairement l’un des gros points forts de l’autrice et elle le sait !

Je me suis donc retrouvée au cours de ce tome à plus vouloir suivre les personnages et leurs relations les uns avec les autres, que la vaste aventure qui se tissait et nous embarquait à droite à gauche. J’ai trouvé l’histoire un peu trop touffue, partant dans plein de direction pour parfois pas grand-chose. On passe de longues pages sur des événements qui certes vont apporter quelque chose mais qui auraient mérité d’être plus courts pour dynamiser le récit et la lecture. Par exemple, les chapitres sur Thule m’ont paru interminables, de même que certains passages en Faerie

Du côté de la mythologie par contre, une fois qu’on a élagué un peu l’histoire, c’est du tout bon. On découvre des éléments nouveaux de la légende des Shadowhunters. De nouveaux personnages rejoignent le casting pour la prochaine trilogie et il y a du potentiel (même s’il y a quelques redondances avec les premières sagas…). On assiste à de la bonne vieille politique interne avec des divisions au sein de nos chasseurs. On revient aussi chez les Faes. On découvre un nouveau monde. Bref, on ne s’ennuie pas.

La conclusion est bonne. Elle apporte des réponses à la plupart des questions qui ont été posées dans la saga. On a de l’émotion, de l’action, du sang, de la sueur, des larmes. On a même droit à plusieurs jolis petits happy end et du mystère pour relancer la saga et nous préparer pour la prochaine trilogie. Ce n’est donc pas le coup de coeur des débuts mais ça reste une très bonne lecture et j’attends la suite (en 2022 ? T.T) avec impatience !

Bonus : J’ai été ravie de trouver des illustrations en noir et blanc de certaines scènes.

Ma note : 16 / 20

9 commentaires sur “The Dark Artifices / The mortal instruments : Renaissance de Cassandra Clare

      1. Quand tu souhaiteras te lancer, n’hésite pas avec les titres Young Adult, en général, ils sont assez facile d’accès. Après, il ne faut pas se rebuter avec les premières pages qui sont un peu longues à lire, il faut se laisser le temps pour prendre sa vitesse de croisière ^^

        Aimé par 1 personne

    1. Merci, c’est gentil ^-^
      Pour te répondre, Amazon indique un « The Mortal Instruments, Renaissance – Tome 3 la Reine de l’Air et des Ombres Partie 1 – Vol3 » pour le 18 avril 2019. On dirait que ce dernier tome va donc sortir en 2 fois mais la première partie arrive assez vite 😉

      J'aime

  1. Super article 😉 Je crois que le mot que tu cherchais est « Downworlers » ? ahah
    J’ai moi aussi adoré le trio Mark-Kieran-Cristina et j’aime beaucoup les développements que Cassie écrit pour ses personnages (pour Alec et Mark notamment). L’attente jusqu’à 2022 va être longue !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s