Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

L’Histoire des 3 Adolf d’Osamu Tezuka

adolf_deluxe_01

Titre : L’Histoire des 3 Adolf

Auteur : Osamu Tezuka

Editeur vf : Tonkam

Années de parution vf : 2008 (édition découverte)

Nombre de tomes : 4 (série terminée)

Résumé du tome 1 : L’histoire est racontée par Sohei Togue qui décide de narrer l’histoire des 3 hommes tous appelés Adolf. Son récit débute pendant les Jeux Olympiques de 1936 alors qu’il était journaliste, Togue est envoyé en tant que reporter pour couvrir les JO. Il veut par la même occasion revoir son frère, Isao, qui étudie en Allemagne.
C’est alors qu’il reçoit un appel de celui-ci. Isao lui dit alors qu’il veut lui confier des documents si importants qu’ils pourraient renverser Hitler et le régime Nazi. Mais avant même de pouvoir mettre la main dessus Isao se fait mystérieusement tuer. Togue essaiera de découvrir la vérité sur ce meurtre et sur ces documents.
En parallèle, nous suivons deux enfants Allemands vivant au Japon, l’un du nom d’Adolf Kauffmann, fils d’un nazi ; et l’autre du nom d’Adolf Kamil, un juif.

adolf-2

Mes avis :

Tome 1

Ça faisait longtemps que je voulais tester cette série et me remettre à lire du Tzeuka. J’ai toujours eu un peu de mal dans les précédentes oeuvres que j’ai testé que ce soit au niveau de l’histoire, des dessins ou du découpage des cases, mais ici ce ne fut absolument pas le cas. J’ai été de suite embarqué par ce thriller historique à la sauce Tezuka.

Ce premier tome se partage en 2 parties un peu inégales. La première est palpitante. On se croirait plongé en plein thriller américain comme savait si bien les porter à l’écran Hitchcock. Le découpage est ultra dynamique, il est simple, sans fioriture et va droit au but tout en exacerbant les émotions. Ça happe complètement le lecteur dans l’histoire de ce journaliste qui découvre son frère assassiné par des SS en pleine Allemagne nazi et qui sait qu’il cachait un secret qui pouvait faire tomber le régime. Le contexte est parfaitement rendu que ce soit les J.O. de Berlin, la montée du nationalisme allemand ou les rassemblements des partisans d’Hitler. Tezuka se sert d’éléments et rumeurs bien connus et les distille pour en faire une histoire sombre, oppressante et prenante. J’ai vraiment adoré suivre les aventures de Sohei.

Dans la seconde partie que j’ai trouvée bien plus faible, nous suivons le destin de 2 autres Adolf dans la ville de Kobe que Tezuka a bien connu dans sa jeunesse. Là encore nous sommes en plein contexte pré Seconde Guerre Mondiale avec la montée de l’antisémitisme dans ce port accueillant des étrangers. On suit deux jeunes garçons, l’un mi-allemand, mi-japonais mais dont le père a adhéré au Parti, et l’autre allemand aussi mais de confession juive. Leur amitié est menacé par la montée de l’antisémitisme et c’est l’occasion pour Tezuka à travers leur lien de montrer l’absurdité de cette idéologie. Cependant, il tombe vite dans un de ses travers, la surexposition des sentiments de ses personnages et le tout a un ton trop grandiloquent. On ne retrouve pas non plus l’ambiance de thriller de la 1ère partie même si là aussi un mystère est présent. Ce mystère en question rejoignant habillement celui auquel est confronté Sohei avec son frère. Cependant j’ai trouvé ça moins bien fait et plus caricatural ici avec les liens du père d’Adolf avec le Parti, puis l’enrôlement forcé de ce dernier. J’ai tout de même beaucoup aimé la retranscription du contexte, de la ville de Kobe, des relations entre étrangers là-bas, de ses allemands qui rejoignaient le Parti, de l’enrôlement dans les Jeunesses Hitlériennes. On sent que Tezuka maîtrise son sujet et il se montre très pédagogue sans que cela pèse un instant sur la narration de son histoire. Il mêle avec beaucoup d’habileté la petite et la grande histoire. Quel talent !

En ce qui concerne l’objet, l’édition deluxe de Tonkam est magnifique. Elle rend bien hommage à l’oeuvre avec sa couverture rigide, son signet et surtout son appareil critique. Celui-ci apporte pile poil les informations nécessaires pour que le néophyte comprenne l’histoire qui se déroule sous ses yeux. C’est complet et simple à la fois, revenant sur les éléments clés du tome pour les expliquer avec un éclairage scientifique. J’ai beaucoup aimé. Mon seul reproche serait sur l’attache des pages, j’ai peur que cela ne résiste pas au temps…

L’Histoire des 3 Adolf est donc une très belle découverte qu’il me tarde de compléter malgré le prix important des tomes (près de 20€ pièce). Cela me donne même envie de me pencher sur les autres parutions de Tezuka à destination des adultes.

Tome 2

Après avoir dû changer d’édition faute de trouver la même encore disponible en neuf ou en occasion à un prix correct, me revoilà avec la suite de l’histoire des 3 Adolf. J’ai trouvé ce tome un brin en-dessous du premier. Tezuka se concentre ici sur la partie qui m’intéressait le plus : l’enquête de Sohei, et on ne voit l’Adolf germano-japonais que lors d’un court chapitre.

Cependant en se concentrant sur la partie soi-disant d’aventure, il délaye malheureusement un peu et ça se sent dans une narration poussive parfois. A chaque fois que Sohei avance et s’apprête à mettre la main sur les documents que voulait lui faire passer son frère, il lui arrive une tuile. Ça fait donc un peu répétitif. En même temps, j’ai bien aimé suivre ses péripéties, le voir poursuivi par la Police secrète qui fait tout pour lui pourrir la vie, ce qui permet à Tezuka de montrer comment étaient traités les « rouges » et les ennemis au régime au Japon avant et pendant la guerre était intéressant. On voit aussi combien la misère a gagné la population et les restrictions qu’ils doivent subir. J’aime beaucoup cet arrière fond et je pense bientôt me procurer un ouvrage plus sérieux sur le sujet pour me documenter. C’est là le talent de Tezuka, arriver en plus de son histoire, à peindre la grande Histoire du Japon à cette époque et à nous donner envie de la découvrir encore plus.

Mais revenons-en aux aventures de Sohei. La police secrète ne va pas se contenter de l’empêcher d’avoir un toit et un boulot, leur but c’est de le faire craquer pour qu’il leur donne les documents de son frère, et j’ai trouvé l’implication de plus en plus importante de Lamp parfaite pour ça. Celui-ci ressemble trait pour trait à Ulric dans les Blake et Mortimer et il est tout aussi barré. J’ai aimé les chassés croisés entre lui et Sohei ainsi que le face à face très dynamique à la décharge entre Sohei et l’inspecteur de la Police secrète.

Mais cela aurait été trop beau si ça s’arrêtait là, la deuxième partie du tome où Sohei s’allie avec le commissaire Nigawa est encore meilleure. On les voit tous les deux partir à la poursuite du fameux inspecteur qui a récupéré les documents mais ne les comprend pas, le tout avec Lamp sur les talons. Leur petit road trip est classique mais très efficace avec son lot de surprises et de déconvenues. L’apogée sur l’île m’a furieusement rappelé certains passages d’albums de Tintin (on sent bien les influences de Tezuka ^^).

Enfin le dernier chapitre était aussi très intéressant grâce à la présence de cette « veuve » de guerre tenancière d’un petit bar dans un petit port de pêche. J’espère qu’on la reverra même si le fait que Tezuka veuille absolument faire de Sohei un tombeur qui séduit toutes les femmes qu’il croise me dérange un peu. En tout cas maintenant que les documents ont été récupérés, l’histoire va pouvoir à nouveau avancer, peut-être dans une nouvelle direction même vu à qui ils vont être confié et cela permettra enfin de mieux relier les deux parties, celle des 2 Adolf et celle de Sohei. J’espère que Tezuka équilibrera mieux l’ensemble et qu’on reparlera plus de politique internationale.

Tome 3

A partir de ce tome, j’ai dû bifurquer vers l’édition américaine, la fin n’étant pas disponible à un prix correct en français… Du coup, j’ai l’impression d’avoir loupé un ou deux chapitres ce qui est un peu gênant…

Sinon, j’ai énormément aimé ce tome où j’ai eu l’impression que toutes les intrigues commençaient vraiment à s’entremêler. On suit d’abord l’embrigadement progressif d’Adolf Kaufmann. C’est effrayant de voir combien quelqu’un peut changer à cause de ses lectures ou de son milieu et de ses fréquentations. Le fait de le voir progressivement devenir un vrai SS cruel et impitoyable contre les Juifs fait froid dans le dos. On le sent pourtant encore tiraillé entre son coeur et sa tête mais il a perdu toute logique dans ses opinions et son obsession pour la pureté du sang.

Puis avec Elisa qu’il sauve et envoie au Japon, on retrouve enfin le troisième Adolf, qui n’a pas changé lui. J’ai aimé leur rapprochement et la force morale du premier, comment il défend encore sa mère et ses opinions malgré la guerre. C’est alors l’occasion de revenir sur la première affaire qui nous a occupés dans l’histoire : le meurtre de cette jeune Geisha, espionne pour les rouges, et donc les documents secrets sur la naissance d’Hitler. J’ai beaucoup aimé la façon dont Tezuka relie ainsi tous ses personnages puisque ce nouvel Adolf va nous faire retrouver Sohei grâce à son lien avec le fils du commandant Honda qu’on a déjà croisé. Le monde est vraiment petit. Les documents sont vraiment bien au centre de l’histoire.

Mais j’ai aimé qu’en parallèle de son thriller, Tezuka n’oublie pas de continuer à brosser le portrait du Japon et de l’Allemagne pendant la guerre. On sent bien son regard critique dessus mais j’aurais aimé qu’il aille un peu plus loin parfois. Il n’a pas non plus oublié que malgré la guerre, les hommes et les femmes continuent à s’aimer et à se déchirer et on suit ainsi les romances qui se nouent et qui vont être source de drames plus tard.

Ce tome 3 est vraiment un tome très complet.

Tome 4

Ce dernier tome est dans la droite ligne du précédent et continue à rassembler l’ensemble des intrigues tout en brossant un portrait dur de la fin de la Seconde Guerre Mondiale et de la Guerre Israëlo-Palestinienne qui a suivi. On sent que Tezuka est plutôt un pacifiste et que peu importe le camp, il dénoncé la guerre dans son ensemble. Il manque cependant de dureté envers le gouvernement japonais, je trouve, ainsi qu’envers celui d’Israël.

Pour en revenir à son histoire, celle de ses 3 Adolf, elle trouve bien sa conclusion ici. On voit la lente déchéance d’Adolf Hitler dont les plus proches s’éloignent et vont même jusqu’à le trahir. En parallèle, c’est la descente aux enfers pour Adolf Kaufmann qui a tout perdu et que la folie guette après son embrigadement. Sa vie aura été entièrement gâchée par cela et il sera devenu un vrai monstre incapable de faire machine arrière. Le dernier Adolf ne fait pas mieux parce que lui aussi se retrouve à commettre des atrocités finalement. La guerre aura bien transformé ces deux jeunes garçons, ces deux amis.

Finalement, le seul qui s’en sort bien, qui reste un « héros », c’est Sohei qui est d’ailleurs le narrateur… On suit avec lui la vie du peuple japonais pendant la guerre et surtout pendant les bombardements. C’est très intéressant comme témoignage mais cela manque de nuance puisqu’on ne parle pas ou trop peu des exactions des Japonais pendant la guerre. L’affaire des documents sur Hilter trouve tout de même sa conclusion et on est dans du pur thriller. C’est délayé sur l’ensemble des 4 tomes mais c’était tout de même passionnant à suivre. Il est juste dommage qu’au final cela n’ait aucune porté sur la grande histoire qui se déroule en parallèle. Ça donne en effet de pétard mouillé.

Conclusion :

Je peux donc dire après avoir lu cette oeuvre que je comprends pourquoi elle occupe une telle place dans les travaux de Tezuka. C’est un titre osé pour l’époque, elle fut publiée en 1983-85 au Japon, où le mangaka n’hésite pas à dénoncer les atrocités de cette guerre et l’absurdité de toutes les guerres. Il fait passer un vrai message humaniste.

Ma note : 17 / 20

Publicités

3 commentaires sur “L’Histoire des 3 Adolf d’Osamu Tezuka

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s