Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Dernière heure de Yû

Titre : Dernière Heure

Auteur : Yû

Editeur vf : Akata

Année de parution : 2017

Nombre de tomes vf : 3 / 4 (série en cours)

Résumé du tome 1 : Cela fait cinq années que le Japon est en guerre. Mais Saku, jeune collégien, ne le réalise pas vraiment. Vivant sur une petite île isolée, son quotidien n’est synonyme que d’ennui, entre les cours et la frustration de repas trop sommaires. Pourtant, tandis que les affrontements semblent s’intensifier, une terrible nouvelle vient bouleverser sa vie et celle de ses camarades : désormais, chaque vendredi, certains d’entre eux seront appelés à aller se battre sur le front. Tous, sauf Saku et Miyako, son amie d’enfance, exemptés sans savoir pourquoi de partir à la guerre…

Mes avis :

Tome 1

Nouveau titre des éditions Akata, sous ses faux airs de Larme Ultime paru chez le même éditeur il y a plusieurs années, ce seinen est une vraie claque. En effet, malgré ses traits ronds et presque enfantins se cache une histoire sombre et cruelle diablement réaliste qui prend aux tripes.

Nous suivons deux adolescents, Saku et Miyako qui vivent sur une petite île loin de tout. Ils vivent un quotidien paisible et monotone dont ils ne savent pas forcément apprécier la saveur jusqu’à ce qu’un événement vienne brutalement y mettre fin. En effet, on découvre assez rapidement qu’ils vivent également dans un monde en guerre. Loin d’eux, le Japon est en guerre contre un mystérieux ennemis et même s’ils semblent protégés cette guerre va les rattraper.

Le basculement dans la tragédie de la guerre est inattendu et brutal pour eux, et se couple de plus avec un fort sentiment d’injuste. En effet, avec une bonne dose d’absurdité, on découvre que le gouvernement a choisi de mettre fin à leur quotidien paisible pour obliger les adolescents à y participer à leur tour. A tour de rôle, une fois par semaine, ils devront aller sur le continent participer à l’effort de guerre et se battre eux aussi. C’est une vraie surprise qui nous cueille à froid et qui est vraiment incompréhensible pour le moment.

L’ennemi contre lequel se bat le Japon est encore assez mystérieux mais cela rappelle pas mal Dead Dead Dead… d’Asano que je lis également et qui traite sensiblement du même thème mais de façon radicalement différente. Dans les deux cas, l’ennemi est mystérieux et bouscule les certitudes des Japonais les amenant à prendre des décisions plus que discutables.

Ici, on voit donc peu à peu leur beau quotidien prendre fin, se transformer en quelque chose de beaucoup plus brutal. Surtout qu’il se mêle à tout ça l’incompréhension des deux héros : Saku et Miyako, qui eux sont déclarés inaptes à servir. Personnellement, je pense que c’est parce que l’une à une famille à charge avec ses frères et soeurs, et que l’autre représente un espoir pour la jeunesse japonaise avec ses très bons résultats sportifs. Du coup, ils vont devoir trouver leur propre façon de participer à l’effort de guerre et de soutenir leurs camarades. Si j’ai aimé voir Miyako utiliser son talent en cuisine, j’ai plus de mal à accrocher avec Saku, le jeune mâle cliché par excellence qui veut venir en aide à la demoiselle en détresse en se sacrifiant… J’attends donc qu’il fasse ses preuves comme Miyako a su le faire en sortant du cliché de la bécasse amoureuse du héros.

Dernière heure est un titre prometteur, qui traite de façon originale du sujet lourd que sont les pays en guerre et les conséquences sur la population civile. J’aime énormément le trait de l’auteur aussi bien dans la rondeur de ses personnages que dans la beauté des paysages de leur petite île. Sachant que la série sera courte, je ne m’avance pas beaucoup en disant que je la lirai jusqu’au bout pour voir où Yû compte nous mener.

Tome 2

Ça se lit vite mais que c’est bon. Dans ce tome, on continue à suivre le quotidien de ces enfants que la guerre a bouleversé. On ne comprend toujours pas bien ce qui se passe, qui sont les ennemis, pourquoi on envoie ces enfants à la guerre, pourquoi cette île est isolée comme ça, etc. Cela donne une ambiance étrange et pesante où l’on est souvent au bord des larmes malgré toute la bonne volonté des personnages qui font contre mauvaise fortune bon coeur. J’aime beaucoup les petits moments de vie où ceux qui restent essaient de faire oublier leur triste destin à ceux qui partent sur le front. On ressent très bien l’amour de Saku et le désespoir et l’incompréhension de Kitayama ainsi que sa rage. C’est vraiment perturbant d’être laissé dans l’ignorance la plus totale comme ça. On a l’impression d’être dans une sorte de bulle ou dans l’oeil d’un cyclone. Mais petit à petit des révélations font leur chemin, que ce soit à travers cette mystérieuse peluche en forme de lapin, ou avec le corps abattu à la toute fin. Je me demande quelle surprise nous réserve le mangaka dans les deux derniers tomes, je m’attends encore à être bien secouée.

Tome 3

Encore un très joli tome de Dernière Heure même si contrairement à ce que dit l’auteur, je trouve que les mystères augmentent au lieu de s’éclaircir. Cette fois, on s’intéresse encore à la façon dont ceux qui ne font pas au front vivent cette guerre et c’est encore plus d’émotions et de sensibilité. J’ai aimé la façon dont elle met en avant ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent pas partir à la guerre et dont elle explique comment ils participent à leur façon. Elle est tellement juste dans son propos même si c’est parfois dur. Le passage sur le peintre et son fils est poignant. De même, j’ai beaucoup aimé les petites amourettes qui pointent au fil de l’histoire, c’est plein de douceur et en même temps ces enfants sont confrontés à la dure réalité de la guerre. Par contre, à un tome de la fin, on n’est pas plus avancé de ce côté-là. Il y a juste un nouveau faisceau lumineux qui est apparu et cette mystérieuse peluche qui les observe et fait des commentaires sur eux. C’est encore plein de mystères, mystères qui englobent aussi l’île quand on apprend le rôle de la divinité Minokami dans la naissance des enfants. C’est doux, poétique et en même temps dur et sombre, j’adore.

Ma note : 16,5 / 20

Chronique partenaire chez

Fumiko no Sekai  

Publicités

Un commentaire sur “Dernière heure de Yû

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s