Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

The Grim Reaper and an Argent Cavalier de Irono

Titre : The Grim Reaper and an Argent Cavalier

Auteur : Irono

Éditeur vf : Kana (Dark)

Années de parution vf : 2017-2018

Nombre de tomes vf : 6 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Le Seigneur de la mort et ses envoyés, les monstrueux Larvas, sillonnent le monde pour ôter la vie aux hommes… Cyan a perdu ses parents, tous deux chevaliers et tués par les Larvas. Surmontant son chagrin, il devient à son tour Chevalier d’argent pour affronter les ténèbres, sans se douter que là commence le vrai désespoir…

Mes avis :

Tome 1

Nouvelle série de la collection « Dark » de Kana, The Grim Reaper n’est pourtant pas si sombre que ça. C’est plutôt une histoire de fantasy assez classique avec un chevalier qui va tout faire pour sauver la princesse qu’il a promis d’aider dans sa lutte contre le Mal. Les dessins sont fins et dynamiques. Les premiers chapitres sont entraînants mais le schéma que laisse deviner le dernier peut ne pas plaire à tout le monde.

J’ai repéré ce titre pour son décor très héroïc-fantasy et de ce côté, c’est une franche réussite. C’est certes classique mais l’univers est bien pensé, la mythologie est cohérente et la société créée également. J’ai aimé l’idée de départ avec le frère et la soeur qui doivent s’affronter parce que l’un a cédé aux ténèbres, tout comme j’ai aimé que l’on retrouve cet affrontement chez leurs descendants. Les pouvoirs magiques dont bénéficient la princesse et ses descendants ne sont pas exagérés, tout comme ceux du Seigneur des ténèbres et de ses Larvas. Tout est expliqué au fil des pages sans que cela soit lourd, au contraire, c’est mélangé avec l’action et ça passe très bien.

Les personnages sont classiques eux aussi. Il n’y a pas de surprises de ce côté, mais ils font bien le job que ce soit Cyan, qui devient à son tour chevalier après la mort de son père, ou Reinette qui développe ses pouvoirs et veut aider son peuple. J’ai surtout aimé l’ajout de Jade en milieu de tome, il ajoute un peu plus de complexité mais apporte aussi une dose d’humour bien nécessaire pour que la série ne se prenne pas trop au sérieux.

Parce que malgré tout ce contexte un peu lourd de guerre entre le bien et le mal, The Grim Reaper est un manga de fantasy assez léger, beaucoup moins plombant qu’un Ubel Blatt par exemple si je reste dans les mangas de ce genre. J’ai donc passé un très bon moment à découvrir ce nouvel univers à travers les trois premiers chapitres que forme le Prologue. Il y avait une vraie tension, de l’action et des bons sentiments. J’ai moins aimé le dernier chapitre avec lequel aurait dû commencer l’histoire à proprement dite et que j’ai trouvé accessoire comme une mauvaise transition. Il est trop calme et il ne s’y passe pas grand-chose. C’est du temps perdu pour rien et il ne faut pas en perdre dans une série aussi courte (6 tomes) pour pouvoir finir correctement.

Tome 2

Ce deuxième tome est à l’avenant du premier. Il continue à développer une histoire somme toute classique mais bien écrite dans un univers qui s’enrichit au fil des aventures et des rencontres du héros.

J’ai aimé l’alternance entre l’enquête de Cyan et Jade, et ce qui se passe du côté de la princesse Reinette. C’était aussi intéressant de voir les sbires du Seigneur de la mort développer leur offensive et élargir leur cercle de victimes. Ce deuxième tome reste très dynamique. On rencontre de nouveaux alliés et aussi de nouveaux ennemis. On découvre que l’organisation de ceux-ci est encore plus complexe qu’annoncée. J’aimerais juste qu’on leur redéfinisse un nouveau but.

Les personnages restent sympathiques à suivre. Le duo Cyan-Jade fonctionne bien. Les nouvelles têtes sont légères mais complètent bien l’équipe. Chacun a sa pointe de mystère. Reinette confirme qu’elle n’est pas juste une faible princesse.

J’ai trouvé ce tome très équilibré et intéressant à suivre malgré sa simplicité. Je continuerai la série encore un petit moment.

Tome 3

Ici la série marque un peu un temps d’arrêt. Je n’ai pas trouvé qu’on avançait énormément dans l’intrigue principale. Au contraire, j’ai eu l’impression qu’on se posait pour développer un peu les personnages.

On revient d’abord sur la relation Cyan-Reinette sans que ça n’apporte grand-chose. Plus intéressant, on découvre le passé de Bright et ses relations avec une certaine Layla. Cela permet d’avoir quelques révélations sur les suiveurs du Seigneur de la Mort comme Iris ce que j’ai trouvé classique mais intéressant.

En plus des révélations, on a aussi droit à un peu d’action avec quelques combats contre les larvas mais rien qu’on n’ait déjà vu par le passé. C’est bien fait mais ça devient fade à force de redite.

Bref, un tome un peu mou qui marque une pause. J’espère que ça va repartir sur une meilleure dynamique dans le prochain tome parce que mine de rien, on est déjà à la moitié de la série.

Tome 4

Arrivé à la moitié de la série, celle-ci repart de plus belle ici avec un tome dynamique où l’univers s’enrichit et où les révélations pleuvent.

Dans la première partie, on revient sur le passé des deux compagnons de Jade qu’on ne connaissait pas très bien : Rosa et Aster dont le destin a été bien tragique. L’un est devenu chevalier par admiration pour l’autre et ses idéaux, et l’autre l’est devenue pour prouver que les femmes aussi pouvait vaincre les Larves et défendre les autres, mais tous deux finiront mal et devront vivre avec cette culpabilité.

Du coup, j’ai trouvé malin de la part l’autrice d’utiliser ces révélations pour lancer la seconde partie de ce tome où l’on découvre que le royaume où ils vivent tous n’est pas ce qu’il semble être. J’aime toujours quand on creuse le passé d’un univers comme celui-là. C’est certes classique mais ça marche toujours. En plus, ça donne lieu à une petite exploration et à de belles confrontations qui nous laissent sur notre faim dans les dernières pages.

La série semble s’être bien relancée pour amorcer son dernier chapitre dans les deux prochains tomes avec un mélange d’histoires personnelles et d’enjeux plus globaux. C’est une bonne série de fantasy sans prétention pour un manga.

Tome 5

Je ne sais pas pourquoi à chaque fois qu’un tome sort j’attends pour le lire parce qu’au final je passe vraiment un bon moment. L’histoire est simple mais dynamique et pêchue avec une belle évolution. La mythologie est intéressante et bien construite. L’ensemble des personnages ont leur utilité à un moment donné.

Dans cet avant-dernier tome, le groupe des « méchants » passe à l’action et montre toutes leurs ressources, faisant se rendre compte à tout le monde que l’Histoire qu’ils connaissent est fausse. Ils se remettent alors en question à leur tour et s’interrogent sur tout et tout le monde. Ainsi nous avons de l’action et de la réflexion dans ce tome et l’intrigue se resserre tout en donnant de jolis moments de bravoures aux personnages secondaires tels que le Commandant Aickman, Rosa et Aster.

Le titre reste une simple histoire d’héroïc fantasy mais elle est très bien menée à l’image de son héros sur le fil du rasoir tout au long du tome, qui fait peine à voir, et les dernières révélations sur Le Seigneur de la Mort, Seth et Elena ne font que renforcer cette idée. C’est vraiment une bonne découverte.

Tome 6

Déjà le dernier tome de cette série finalement assez rondement menée, en tout cas bien plus que je ne l’aurais cru au début. Cet ultime volume fait d’ailleurs la part belle à tout ce qui a fait le sel de la série : l’action, les combat, les révélation sur le Lux et les sorciers, les relations entre les personnages, le tout dans un nombre de pages un peu plus conséquents que précédemment.

La première partie est largement consacrée au passé du Seigneur de la mort et de Lemuria. On apprend enfin quelles relations ils entretenaient, les secrets qu’ils renferment et comment on en est arrivé à la situation actuelle. Sans trop en révéler, le déroulement est assez classique pour un titre de fantasy mais rondement mené. On les suit sans déplaisir. On tremble et on frissonne avec eux. On se révolte et on a mal avec eux. C’est bien joué de la part d’Irono qui fait ainsi monter la pression pour une dernière partie placée sous le signe de l’action.

La seconde partie justement est explosive. Chaque camp passe à l’action pour le dernier acte. Le rythme ne mollit pas tandis qu’on découvre les plans de chacun. Ici aussi, aucune surprise dans le déroulé mais c’est encore une fois bien raconté. C’est dynamique, on a du sang et des larmes. L’émotion est à son comble entre chaque partie / duo qu’on a pu rencontrer. A part le côté classique, je ne vois aucun défaut personnellement, tout s’enchaîne et s’emboîte bien.

Maintenant, je dois avouer que même si c’est bien écrit et bien mis en scène, je ne vais pas en garder un souvenir impérissable. Je ne me suis pas assez attachée aux personnages pour cela malgré les efforts de l’auteur. J’ai d’ailleurs largement préféré certains personnages secondaires aux principaux. Je trouve l’histoire bateau, sans réelle surprise, donc pas mémorable mais ça reste un divertissement de qualité à recommander à ceux qui chercheraient un titre d’action et d’aventure avec une pointe de magie en peu de tomes.

Ma note : 14 / 20

10 commentaires sur “The Grim Reaper and an Argent Cavalier de Irono

      1. Oui, c’est prévu, mais pour le mois prochain ^^ (avec toutes les sorties qu’il y a eu début juillet, j’ai scindé mes achats en deux. L’achat des séries en cours ce moi-ci, et l’achat des nouveautés le mois prochain xD)

        Aimé par 2 personnes

Répondre à Xander Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s