Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

La fillette au drapeau blanc de Saya Miyauchi

Titre : La fillette au drapeau blanc

Auteur : Saya Miyauchi

D’après la vie de Tomiko Hiba

Editeur vf : Akata (L)

Année de parution vf : 2017

Nombre de pages : 187

Histoire : Avril 1945, Okinawa. Tandis que le Japon est rentré en guerre depuis quelque temps déjà, la petite île tropicale nippone semble encore épargnée par les conflits. C’est là-bas que vit la petite Tomiko, dans la joie et la bonne humeur, malgré l’absence de sa mère. Pourtant, quand les bombardements commencent et que son père doit partir sur le front, son quotidien bascule et… Désormais, il lui faudra survivre… Survivre, envers et contre tout !!

Mon avis :

Même si d’habitude je ne suis pas fan de tout ce qui a trait à la Seconde Guerre Mondiale, je dois dire que quand ça touche la Guerre dans le Pacifique, je suis assez curieuse. Ce titre ne déroge pas à la règle. Je voulais lire le témoignage de cette fillette dont la vie a basculé en avril 1945 et je n’ai pas été déçue. Cette lecture fut une vraie claque, un vrai bouleversement. Lire son témoignage fut lourd et poignant mais oh combien instructif. Je recommande ce titre à tout le monde.

Akata a choisi de se montrer très sobre dans la présentation de ce manga et c’est tout à son honneur. Ainsi sur la couverture, on voit juste la fameuse fillette avec son drapeau blanc sur un fond neutre. Au verso sur et sous la jaquette, il y a la fameuse photo, la prenant sur le vif à la fin de l’histoire. Je n’ai pas lu le résumé avant de commencer ma lecture pour ne pas être influencée mais le message qu’a écrit Akata en-dessous est très juste.

En effet, ce témoignage rappelle bien « avec force et violence les horreurs de la guerre et qui en sont les premières victimes. » Dans les premières pages, on suit le quotidien simple mais heureux de la petite Tomiko, 6 ans. Elle vit avec son père et ses plus jeunes frère et soeurs après avoir perdu sa mère quelques mois auparavant. Sa vie n’est pas luxueuse mais sa simplicité et l’amour de sa famille la rend heureuse. Ses petits moments simples du quotidien sont terriblement bien rendus. On s’attache d’emblée à la belle et gentille famille de Tomiko qu’on voit à travers ses yeux d’enfant. Malheureusement, la guerre les rattrape très vite comme le narrateur le laissé penser.

On plonge alors rapidement dans l’horreur et la violence. C’est fort, c’est percutant. On n’a pas le temps de souffler que la guerre est déjà là. L’auteur de nous épargne rien. On suit le long périple de cette famille à la dérive et le destin de la petite Tomiko qui est ballotée d’un coin à l’autre de l’île tandis qu’elle fuit les champs de batailles. On découvre ses moments d’errance, de doute, de faim, de peur mais aussi d’espoir, de souvenirs, de débrouillardise, de courage et d’envie de vivre. On ne peut pas rester insensible face à un tel témoignage, en tout cas moi je n’ai pas pu. J’ai fini avec la gorge toute nouée et le sentiment d’un énorme gâchis. On a l’habitude, nous occidentaux, d’avoir la vision européenne et américaine de cette guerre où les Japonais étaient « les méchants » mais avec ce nouveau témoignage, j’ai encore plus senti combien c’était ridicule de penser (et d’enseigner) ça. Dans la guerre, il n’y a ni gentils, ni méchants, mais juste des victimes et ici l’histoire de Tomiko nous le rappelle avec force. Ce sont les civils qui n’avaient rien demandé qui ont le plus pâti des bombardements et on l’oublie trop souvent.

Heureusement avec des titres comme celui-ci, on a une vraie ode à la paix. Les moments où Tomiko compte sur elle-même pour survivre sont très beaux. De même, les quelques rencontres qu’elle fait sur son chemin ont une vraie valeur poétique et philosophique, que ce soit avec le lapin ou le couple de personnes âgées. J’ai senti l’âme pacifiste de cette femme dans son témoignage où elle se rappelle ce qu’elle a vécu enfant.

La Fillette au Drapeau Blanc est très beau titre, un témoignage fort, qu’on devrait partager avec les enfants quand on leur parle de la Seconde Guerre Mondiale et des guerres en général pour qu’ils en aient une vision plus juste.

Ma note : 17 / 20

9 commentaires sur “La fillette au drapeau blanc de Saya Miyauchi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s