Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

La revue ATOM #4

Une fois n’est pas coutume me voici à vous présenter une revue critique spécialisée dans les mangas pour laquelle j’ai enfin craqué après en avoir tant entendu parler, je parle d’ATOM le nouveau bébé de Fausto de Mad Movie.

Titre : Atom, la culture manga

Auteurs : Collectif

Rédacteur en chef : Fausto Fasulo

Nombre de pages : 130

Prix : 9,90€

Mon avis :

Parlons tout d’abord de l’objet. Dès qu’on l’a en main, on s’en une revue de qualité. La couverture est souple mais solide, le papier est épais, l’impression sans faute. C’est vraiment un bel objet avec une mise en page soignée et réfléchie, qui sait mettre en avant les dessins des mangaka présents. Le sommaire est clair et bien agencé. C’est du tout bon de côté-là.

Je vais maintenant vous parler des différents articles et interviews qui parsèment ce numéro.

L’interview de Leiji Matsumoto qui en une du numéro m’a paru fort légère, seulement 16 questions dont certaines très brèves, avec des réponses assez banales. Je n’ai pas trouvé de grosses révélations et je n’ai pas trouvé le mangaka assez poussé dans ses retranchements. Il y avait quelque chose de très consensuel qui s’en dégageait qui a rendu la lecture assez fade. Bref, je suis déçue. Heureusement la présentation de ses différents titres parus en français quoique brève fut bien meilleure, et sait donner envie, elle, de se les procurer.

L’on passe ensuite à une nouvelle interview, celle de l’auteur de No Guns Life que je ne connaissais que de vue. J’ai trouvé celle-ci bien plus intéressante et décontractée. L’auteur m’a paru très sympathique et fort intéressant. J’ai aimé ce que j’ai appris sur sa démarche artistique. Il a su me donner envie de tester son oeuvre même si je n’en suis pas forcément la cible.

Puis vient un essai sur les liens entre manga et comics qui aurait peut-être plus mérité la couverture que Matsumoto vu sa place dans le magazine. Cependant c’est un article qui s’adresse à un public averti, qui accumule un peu les citation de titres pas forcément connu du grand public et qui donc manque de vulgarisation par moment, ce qui la lecture un peu hermétique. Il manque d’illustrations pour appréhender les titres cités et se faire une idée des propos de l’auteur. Je ne suis pas fan de comics alors je n’étais pas emballée par l’idée de lire cet article mais c’était plutôt intéressant de voir les différentes stratégies avortées des américains pour implanter les comcis au Japon ^^

Ensuite nous avons eu l’interview pour laquelle j’ai acheté ce numéro, celle de Kaoru Mori, auteure des fameux Emma et Bride Stories. Celle-ci est agréable, drôle, bien fournie et passionnante. J’ai adoré découvrir la parole de l’auteure. J’ai juste été perturbée par l’enchaînement pas toujours très logique des questions mais j’ai apprécié celles qui ont été posées et j’ai eu l’impression de bien sentir la sensibilité de Kaoru Mori. Le cahier critique qui l’accompagne est fort intéressant aussi avec de très beaux articles sur Emma et Bride Stories qui donneront envie aux plus récalcitrants.

Ensuite, nous enchaînons avec une interview de Gou Tanabe que je ne connaissais pas et qui m’a donné très envie de découvrir cet auteur (enfin surtout illustrateur) à l’univers atypique qui adapte des récits de Lovecraft et qui va bientôt être à nouveau publié chez nous. Je testerai sûrement à l’occasion, j’ai beaucoup aimé les dessins très sombres qui parsèment l’interview.

Puis vient ma deuxième raison d’acheter ce numéro : l’essai sur Hiroshima en manga. Il est bien écrit mais on apprend peu de choses quand on s’est déjà un peu renseigné sur le sujet sauf en ce qui concerne le faible nombre au final de titres de mangas sur le sujet. Cependant ça vulgarise bien le sujet, c’est bien écrit, l’auteur parle des principaux titres de façon claires. Il fait bien le tour du sujet alors j’ai tout de même bien aimé.

Suit une interview de Takashi Shimada (Muscle Man), chaleureuse. On sent que c’est un auteur sympathique, je me suis amusée de ses remarques sur sa maison d’édition et ses fans. Il donne envie de le découvrir même si son oeuvre ne m’intéresse pas, n’étant pas fan de catch, ni de son dessin… L’article qui évoque son oeuvre le fait bien en en cernant les grands traits.

L’interview de Junko Mizuno m’intriguait vu son oeuvre. L’article éclaire bien sa position sur le féminisme mais aussi sur les travers de son oeuvre résultant de ses choix artistiques. J’adore son dessin si particulier mais l’univers de ses histoires ne me tente pas du tout. Ici l’ensemble est bien rendu mais l’interview fait un peu pauvre parfois. Heureusement les critiques de ses oeuvres abordent bien les différents thèmes qu’on y trouve et livrent un avis honnête sur la qualité aléatoire de celles-ci.

On termine les interviews avec celle de l’incontournable Takashi Miike, personnage haut en couleurs et sympathique qui revient avec honnêteté sur son travail. Je ne regarderai pas ses films parce que ce n’est pas mon truc mais le type m’a paru fort sympathique. J’ai trouvé l’interview honnête et agréable à lire, puis on revient sur ses deux dernières adaptations de mangas lors d’un article intéressant qui met bien en lumière les qualités et défauts du réalisateur.

Le magazine se termine par son gros point faible : le cahier critique. Je l’ai trouvé peu intéressant car au final il y a peu de titres présentés et surtout les critiques ne donnent vraiment pas envie. Il y a certes un style vif et incisif mais on sent la recherche perpétuelle de la petite phrase qui fait mouche et ça a vite le don de m’agacer. Le style manque clairement de fluidité, ça se veut pompeux alors que ça ne devrait pas l’être et ça ne me plait pas.

C’est d’ailleurs une critique que je ferais à l’ensemble du magazine. Dans plusieurs articles, les auteurs accumulent les titres, les références, pour paraitre intelligents/connaisseurs et appuyer leurs avis. Ce n’est pas ça l’argumentation pour moi, ça fait plus toc qu’autre chose et si on enlève ces titres et/ou références au final la critique est assez vide… Je cherchais une revue dans le genre de celle des Editions H (Manga 1000 images) mais ici on n’y est pas niveau qualité d’écriture et analyse et c’est bien dommage après tout le plan de com’ qui voulait faire de cette revue quelque chose d’élitiste et de haut de gamme. Ça n’enlève pas les qualités que j’ai soulignées plus haut mais je m’attendais encore à mieux.

Un commentaire sur “La revue ATOM #4

  1. Merci pour cet article. A voir la couverture j’ai envisagé de l’acquérir pour mes loulous, mais déjà qu’ils ne sont pas tentés par Coyote Mag, par exemple … Donc, ce n’est clairement pas fait pour eux, par rapport aux critiques et interviews.

    Personnellement, celle de Junko Mizuno m’intéresserait plutôt. J’ai découvert certains de ses titres (Pure Trance par exemple) et c’est toujours dépaysant. Le dessin est adorable mais on est à la limite de l’atroce avec le récit et je trouve ça fascinant !

    Mais bon, je ne pense pas que j’achèterais cette revue. Pas vu passer de com’, mais beaucoup de bruit pour pas grand-chose, j’ai l’impression.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s