Séries Tv - Films

Wonder (le film)

Titre : Wonder

Réalisateur : Stephen Chbosky

Année : 2017

Pays : Etats-Unis

Genre : Drame – Emotion

Durée : 1 h 51

Avec : Jacob Tremblay, Julia Roberts, Owen Wilson, Izabela Vidovic…

Histoire : L’histoire de August Pullman, un petit garçon né avec une malformation du visage qui l’a empêché jusqu’à présent d’aller normalement à l’école. Aujourd’hui, il rentre en CM2 à l’école de son quartier. C’est le début d’une aventure humaine hors du commun. Chacun, dans sa famille, parmi ses nouveaux camarades de classe, et dans la ville tout entière, va être confronté à ses propres limites, à sa générosité de coeur ou à son étroitesse d’esprit. L’aventure d’Auggie finira par unir les gens autour de lui.

Adapté du livre Wonder de R.J. Palacio

Mon avis :

Je partais pour regarder ce film sans en attendre grand-chose, en me disant que ça allait juste être un bon petit mélo et c’est tout, mais j’en ressors très touchée. Il faut d’abord savoir que le sujet du handicap sous toutes ses formes est quelque chose d’assez sensible pour moi vu que j’ai une petite soeur elle aussi handicapée alors en général ça passe ou ça casse assez rapidement. Ici, j’ai trouvé dans l’ensemble une grande justesse par rapport à ce sujet et c’est ce qui m’a touchée.

En effet, dans le film (je n’ai pas lu le livre) nous suivons la famille d’Auggie, un petit garçon qui est né avec tout un tas de malformations génétiques et qui a été opéré à plusieurs reprises. A l’âge de 10 ans, sa mère décide qu’il est désormais temps pour lui de se confronter à la réalité en allant à l’école avec d’autres enfants. Cela ne va pas être un moment facile, pour personne, mais ce sera une belle leçon de vie.

Tout le film repose d’abord sur cette famille qui a accueilli en son sein un enfant handicapé il y a 10 ans. J’ai beaucoup chacun des membres. Commençons bien sûr par Auggie, ce petit si courageux qui vit avec son handicap au quotidien et qui a déjà dû supporter bien des souffrances pour un enfant de son âge. Il est très intelligent, bourré d’humour et a un coeur immense. On ne peut que craquer pour lui même si parfois il oublie un peu que ses difficultés sont aussi celles des enfants « normaux ». Cela m’amène naturellement à sa soeur, Via, qui est mon coup de coeur de l’histoire. Je me suis beaucoup identifiée à elle. Elle s’est mise entre parenthèses dans la famille après l’arrivée de son frère. Pour elle, il est très important, compte beaucoup et c’est une grande soeur géniale qui ne cache jamais son frère. Mais elle aimerait qu’on fasse aussi attention à elle et ça, il faut l’avoir vécu, pour vraiment le comprendre et ne pas croire qu’elle fait juste un caprice. C’est souvent très dur d’être l’enfant « normal » dans une telle famille car on attend beaucoup de nous et que nous-même on s’empêche de demander beaucoup de choses pour ne pas déranger. Quant aux parents, ils sont géniaux eux aussi, surtout avec Auggie. La mère (Julia Roberts, je t’adore !) a complètement mis sa vie entre parenthèses pour s’occuper de lui. Le père, lui, est un peu trop effacé pour moi, c’est ma petite déception. Tous les deux sont de très bons parents pour Auggie, présents ou distants quand il faut. Le seul hic, c’est leur relation avec Via qu’ils ont tendance à beaucoup trop oublier. Mais c’est malgré tout une très jolie famille.

Tout au long de l’histoire, on va les suivre pendant qu’Auggie découvre la vie à l’école. Celle-ci ne va pas être de tout repos, normal quand on est différent. Les autres enfants ne sont pas tendres. Certains se montrent franchement cruels mais Auggie a beaucoup de caractère heureusement. J’ai beaucoup aimé la figure bienveillante du principal, celles cools mais présentes des professeurs. La galerie des camarades de classe d’Augie est bien représentative de ce qu’on peut trouver. Petit coup de coeur ici aussi pour Jack Will qui est adorable de maladresse et pour la courageuse Summer qui va bien aider Auggie. Les épreuves qu’il va affronter sont aussi celles d’autres enfants bien moins différents que lui alors j’ai trouvé bien qu’on en parle et qu’on mette aussi l’accent sur les ravages du harcèlement à l’école.

J’ai aimé suivre ça à travers différents points de vue, ça enrichissait vraiment l’histoire, c’était très bien trouvé. On a ainsi pu découvrir Via, Jack Will, ou encore Miranda (la meilleure amie de Via). Ça cassait un peu le rythme installé au début, ce qui était chouette. Ensuite, j’ai trouvé bien qu’on nous montre que tout n’est pas tout beau et tout rose, et heureusement cerise sur le gâteau ç’a été fait avec beaucoup d’humour, ce qui n’était pas gagné. Ça allège vraiment une ambiance qui aurait pu être très lourde vu le sujet.

Par contre, j’ai trouvé la fin un peu trop facile, un peu trop simple, un peu trop heureuse. Il me manque le vrai clash, la vraie confrontation vers laquelle je pensais que le film se dirigeait aussi bien pour la famille que pour Auggie à l’école. Tout est un peu trop consensuel et bon enfant mais j’imagine que c’était ce qui était voulu par l’auteur et qu’ainsi il espérait donner une touche d’espoir et de bienveillance.

Wonder est donc un très joli film sur le handicap. J’ai eu un petit coup de coeur pour toute l’histoire autour de la famille du héros, un peu moins pour ce qui concerne sa vie d’écolier, mais j’ai passé un très bon moment.

Ma note : 16 / 20

2 commentaires sur “Wonder (le film)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s