Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Fruits Basket Another de Natsuki Takaya

Titre : Fruits Basket Another

Auteur : Natsuki Takaya

Éditeur vf : Delcourt-Tonkam

Année de parution vf : 2018-2019

Nombre de tomes vf : 3 (série terminée)

Histoire : Sawa est une toute nouvelle élève du lycée Kaibara, l’établissement où ont étudié, entre autres, Tohru, Yuki et Kyô. La jeune fille n’est pas très à l’aise en présence d’autres élèves. Harangué par un professeur dès le premier jour, elle perd tous ses moyens lorsqu’elle est secouru par un mystérieux et séduisant jeune homme.

Mes avis :

Tome 1

Des années plus tard, Natsuki Takaya reprend l’univers qui a fait son succès au lieu de reprendre la série qu’elle a mise en pause… (Oui, je milite pour le retour de Liselotte !) Nous sommes donc en présence d’un Fruits Basket like mais sans la fraicheur du titre d’origine bien sûr. Le dessin est beau, la mise en page soignée et aérée comme la mangaka sait si bien le faire, mais le titre ne décolle pas. Paru au début sur le net dans un format très court (quelques quinzaines ou vingtaines de pages), cela s’en ressent un peu dans la narration que j’ai trouvé peu fluide par endroit. Mais il n’en reste que la série fonctionne très bien sur la nostalgique que je suis.

Revenons d’abord sur l’histoire, celle-ci ressemble sur pas mal de point à celle de sa grande soeur. Nous suivons une jeune lycéenne qui se fait aider par l’un des Soma qui a l’air bien mystérieux à ses yeux. On va ensuite tomber sur différents membres de cette vaste famille et ce sera l’occasion pour l’héroïne de s’ouvrir à un autre monde et de prendre confiance en elle. Pour moi, les ressemblances s’arrêtent là.

L’héroïne, Sawa, n’a rien d’une Tohru. C’est une fille à la personnalité bien plus sombre et triste, qui se dévalue sans cesse et qui a une mère assez détestable. Suite à des réflexions d’amies dans son enfance, elle a perdu toute confiance en elle, et est devenue à son tour plutôt agaçante pour ne pas dire autre chose. Elle me rappelle un peu Ritsu et sa mère sans le côté déjanté.

Par contre, Mutsuki et Hajime, eux, ainsi que leurs cousins/cousines ressemblent énormément à leurs parents, au point qu’il est assez facile de deviner qui les a enfantés. J’ai tout de même pris grand plaisir à découvrir ainsi la progéniture des personnages que j’ai aimés suivre autrefois. Du coup, même s’ils font clichés, je les ai appréciés. J’ai aimé la gentillesse, la désinvolture, la ruse et le côté bordélique de Mutsuki. J’ai aimé la maladresse, le sérieux et le côté grand-frère d’Hajime. J’ai aimé la joie de vivre et la franchise des jumeaux de Sora et Riku. J’ai ri devant le côté très brute de décoffrage de Michi. J’ai souri devant la froide désinvolture de Kinu. Et il me tarde déjà de rencontrer les prochains membres de leur famille.

Du coup, ce que j’ai peut-être le plus apprécié, ce sont les anecdotes sur la vie de tous ces Soma et les allusions au passé de leurs parents, plutôt que ce qui se passe pour Sawa. J’ai eu beaucoup de mal avec celle-ci parce qu’elle n’a pas le caractère lumineux de Tohru qui permettait d’accepter toutes ses faiblesses. Ici, on est noyé sous tout son mélodrame, c’est assez étouffant. De plus, comme elle pleurniche beaucoup et n’est pas très forte pour le moment, ça donne des épisodes assez longuets quand elle est trop longtemps au centre de l’intrigue.

J’ai donc oscillé pendant ma lecture entre le plaisir de retrouver l’univers et un certain agacement face à cette héroïne à laquelle je n’ai pas réussi à adhérer. Toutefois la série est courte, j’en ai aimé l’humour et la nostalgie qui s’en dégage, alors je vous donne rendez-vous pour les prochains tomes.

Tome 2

On ne va pas se mentir, ce ne serait pas le spin-off de Fruits Basket ma critique serait bien plus acerbe, mais comme ça l’est je ne peux pas m’empêcher de trouver du bon dedans…

Pourtant l’histoire est toujours aussi mollassonne. Il ne se passe quasiment rien de significatif dans ce tome en dehors de la rencontre de Sawa avec Shiki. L’autrice joue encore énormément sur les mystères et les non-dits comme elle sait si bien le faire. Du coup, on passe plus de temps à chercher ce qu’elle peut nous cacher qu’à vraiment apprécier l’histoire pour ce qu’elle est.

C’est dommage parce qu’il pourrait y avoir des éléments intéressants comme la pression que ressent le fils d’Ayame parce qu’il ne ressemble pas à son père, ou le poids qui pèse sur Shiki du fait du passé de sa mère en tant que chef de famille. Malheureusement tout n’est qu’effleuré et c’est encore pire du côté de l’héroïne Sawa. On nous montre sa relation catastrophique avec sa mère, mais on n’y comprend rien. Pourquoi sa mère est aussi horrible avec elle ? Qu’est-ce que cela peut bien cacher parce que c’est quand même très violent pour un enfant ce qu’elle lui fait subir.

Je ne sais pas si l’autrice parviendra à répondre à toutes mes questions dans le seul tome qu’il lui reste pour conclure la série. Quitte à reprendre Fruits Basket, à retrouver son ambiance si particulière pour parler des problèmes familiaux, j’aurais aimé qu’elle prenne plus son temps et qu’elle joue moins sur notre nostalgie de lecteur. C’est donc une petite déception même si ça reste très agréable à lire, mais j’en attendais plus.

Tome 3

Il est déjà l’heure de redire au revoir à cet univers si cher à mon coeur qui cette brève incursion n’aura jamais su pleinement satisfaire. La fin est à l’aune de la série, un peu très abrupte et rapide à mon goût.

Dans cet ultime opus, on se concentre sur Sawa et Shiki et l’événement qui peut les unir. Une fois de plus l’autrice parle de relations familiales toxiques et de comment l’amitié peut nous aider à nous en sortir. C’est encore bien triste, mais j’ai trouvé ici que le récit avait bien moins d’impact que celui de la série mère. Oui, ce que la mère de Sawa lui fait vivre n’est pas joli joli mais l’autrice n’a pas su me communiquer autant d’émotion que dans F.B. premier du nom. Pour autant, c’est mignon tout plein de voir la relation de confiance qui se noue peu à peu entre Sawa et Shiki, deux personnages se ressemblant beaucoup.

Du côté de la mythologie de la série, c’est toujours agréable de retrouver les enfants de personnages connus et de chercher des traits de personnalité de ces derniers chez eux. J’aime aussi assez avoir des nouvelles d’eux à travers leurs enfants, cette fois ce fut notamment le cas de Shigure, Tohru, Kyo ou encore Saki. Mais le fait de juste les évoquer sans les voir est assez frustrant quand même.

Avec cette mini saga, j’ai eu droit à ma petite madeleine de Proust mais celle-ci m’aura laissé sur ma faim avec une reprise plus fade des thèmes chers à la mangaka sans que l’impact émotionnel y soit. Ça se laisse bien lire, ça appâte le fan de la saga d’origine mais on reste trop en surface à utiliser des formules déjà éculées. Dommage.

Ma note : 14 / 20

4 commentaires sur “Fruits Basket Another de Natsuki Takaya

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s