Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

L’Académie musicale Alice de Tachibana Higuchi

Titre : L’Académie musicale Alice

Auteur : Tachibana Higuchi

Éditeur vf : Glénat (shojo)

Année de parution vf : 2018

Nombre de tomes vf : 3 (série terminée)

Histoire : Dans ce monde, il existe des personnes possédant un pouvoir spécial, appelé Alice. L’académie musicale Alice a pour but de former des jeunes filles pour en faire des stars de comédies musicales… grâce à leur Alice ! Hikari Andô, jeune fille banale sans aucun pouvoir, décide de s’y inscrire pour retrouver son frère Tsubasa enlevé à sa famille à cause de son pouvoir. Mais elle sera vite passionnée par sa formation musicale, d’autant plus qu’elle fait la rencontre de la belle Ema… qui se révèle être un garçon !

Spin-off de la série L’Académie Alice

Image associée

Mes avis :

Tome 1

C’est en grande fan de la série L’Académie Alice que j’ai commencé ce spin-off. Tout comme Fruits Basket Another, c’est le plaisir de retrouver l’univers de l’autrice qui m’aura fait lire ce tome et le faible nombre de tomes qui me fera continuer parce que l’histoire en elle-même n’est pas trop à mon goût.

Nous suivons, Hikari, la petite soeur de Tsubasa, qui pour le retrouver décide de s’enrôler dans l’Académie musicale Alice, une branche artistique de l’école. Malheureusement tout ne se passe pas comme prévu. Elle parvient à y entrer mais n’est pas très douée et finit dernière de sa classe. Heureusement, la mystérieuse Ema la prend sous son aile et elle va découvrir avec elle le plaisir de monter sur scène et de jouer la comédie.

Honnêtement, si j’avais voulu lire une série sur le théâtre, je me suis serais plutôt dirigée vers Glass no Kamen (non publiée en France) que vers l’Académie Alice. On sent bien que l’autrice est passionnée par ce monde mais ça donne malheureusement une bouillie assez indigeste. On a une histoire qui mélange pouvoir des Alices, personnage au passé mystérieux et encore poursuivi pour cela, quête d’identité et volonté de renouer avec sa famille, le tout avec de la musique, du chant, de la danse et du théâtre. Ça fait beaucoup ! Si j’ai aimé retrouver le monde des Alices avec ce que ça implique, je n’ai pas du tout accroché à cette branche de l’Académie. Tout y est beaucoup trop grandiloquent, mélodramatique, bref extrême. Il manque la subtilité de la première série dans la description des émotions des personnages. Ici, c’est tellement exagéré que ça en devient trop superficiel, c’est dommage.

Il faut dire que les personnages n’arrangent rien. J’ai trouvé, l’héroïne Hikari très caricaturale pour ne pas dire assez agaçante. Je comprends sa volonté de renouer avec son frère, son désir de ne pas déranger et de s’intégrer en se faisant discrète, mais sa fascination pour Ema est assez ridicule. Leur relation à toutes deux est bancale. Les dialogues (ou la traduction ?) n’aident pas vraiment non plus. C’est ultra lourd et précieux, à la limite du ridicule bien souvent. Mon seul plaisir a été de croiser les anciens personnages de l’Académie Alice (Narumi, Shiki, Natsume, Mikan, Mr Bear, …).

Heureusement l’histoire s’annonce courte, seulement 3 tomes et elle permettra peut-être d’avoir des infos sur les quelques mystères non dévoilés de la série principales. Je terminerai bien sûr cette courte série pour cela et pour les dessins que j’aime toujours autant mais je ne suis pas sensible à ce nouvel univers.

Tome 2

Même si on reste très loin du niveau de la série d’origine, j’ai senti un léger mieux dans ce deuxième tome bien plus digeste que le premier parce que contrairement à lui, il a commencé à avoir un vrai fil directeur.

En effet, nous continuons à suivre les aventures d’Hikari, la soeur de Tsubasa, lors de son voyage scolaire au sein de l’Académie Alice. Elle doit également participer à un concours qui vise à élire la meilleure actrice dans un rôle masculin. Cela donne ainsi l’occasion à l’autrice, non seulement de nous faire revoir les anciens personnages qu’on aime tant, mais aussi de mettre Hikari dans des situations bien farfelues. Elle fait par exemple la rencontre du demi-frère d’Ema, qui a une alice de « loup-garou » et qui tordant de maladresse.

En parlant de maladresse, j’ai trouvé que la mangaka en faisait pas mal preuve ici, en essayant de nous tenir un discours sur le genre et ce qu’elle considère nécessaire pour être un homme ou une femme. C’est très cliché et ça a difficilement sa place ici, même si je me doute que c’est pour faire le lien avec la tradition japonaise du travestissement dans le théâtre. Mais ça a eu du mal à passer chez moi…

Le titre reste tout de même frais, amusant à suivre, moins brouillon et plus clair car on sait vers quoi on se dirige : le concours + le problème d’Ema avec ses frères. Hikari et Ema évoluent un petit peu et commencent à montrer ce qu’ils veulent. Ça reste léger mais j’aime bien.

Tome 3

Il est déjà temps de dire au revoir à l’univers de l’Académie musicale Alice, alors qu’on venait juste de retrouver leurs aînés, ça me rend un peu triste… Alors oui, cette série apporte très peu à l’univers découvert dans la série principale mais j’étais contente de retrouver les petites loufoqueries des Alices et leurs jolies histoires pleines de tendresse.

Entre aventure et histoire d’amour à l’eau de rose, nous avons ici une conclusion honnête à ce court spin-off. On reste aussi bien dans l’esprit un peu fou fou de la série avec la fin du concours pour savoir qui est le meilleur otokoyaku (=la meilleure fille dans un rôle masculin). Mais pendant ce temps-là, la famille de Thomas passe à l’action, chamboule tout et vient mettre en danger certains personnages. Le trio de tête Thomas, Hikari et Aruma sont ainsi au coeur de l’histoire et se montrent chacun sous leur meilleur jour, se comportant de façon héroïque sous le regard et avec l’aide de leurs aînés Alice (petit coucou de nos chouchous de la série principale ^^).

C’est mignon, drôle, dynamique et prenant. On n’en perd pas une miette mais il faut avouer encore une fois que c’est assez évident, simple et plein de bonnes intentions, donc ça ne vole pas haut. La romance est bateau et n’a pas l’ampleur dramatique de celle de Mikan et Natsume, du coup elle fait fade, même si elle donne lui à des scènes très mignonnes, notamment quand Hikari est sur scène.

Cette série ne restera pas dans les annales pour moi. Je pense que l’autrice s’est surtout faite plaisir mais on repassera pour l’intrigue. J’aimerais par contre un jour avoir une histoire sur les pérégrination d’Hotaru ><

Ma note : 13 / 20

2 commentaires sur “L’Académie musicale Alice de Tachibana Higuchi

  1. Je trouvais déjà, qu’aussi intéressante qu’elle soit, l’Académie Alice était bien complexe par moment ^^, Je ne peux que t’encourager à découvrir Glass no Kamen, que j’adore, même si je désespère d’avoir la fin un jour, ou une traduction française 😥

    Aimé par 1 personne

    1. T’as bien raison, l’Académie Alice était bien prise de tête par moment.
      Je connais déjà Glass no Kamen, d’où la comparaison, je disais plus ça pour une relecture 😉 C’est vraiment un chouette titre, dommage qu’il soit si long parce que je ne pense pas qu’on l’aura un jour chez nous du coup :/

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s