Séries Tv - Films

Au revoir là-haut

Titre : Au revoir là-haut

Réalisateur : Albert Dupontel

Année : 2017

Pays : France

Genre : Comédie dramatique – Histoire

Durée : 2 h 00

Acteurs : Albert Dupontel, Nahuel Pérez Biscayart, Laurent Lafitte, Niels Arestrup, Émilie Dequenne, Mélanie Thierry, Héloïse Balster…

Histoire : Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l’un dessinateur de génie, l’autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l’entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire…

D’après le roman du même nom de Pierre Lemaitre

Mon avis :

Je n’en ai pas vu beaucoup, mais en général j’aime bien les films d’Albert Dupontel, j’aime son petit grain de folie. C’est donc confiante que je me suis embarquée dans ce film dont je trouve déjà l’affiche tellement belle et poétique. La surprise fut au rendez-vous et je ne regrette pas, j’aimerais même voir plus de films français de cet acabit.

Il faut d’abord dire que je n’ai pas lu le roman et que je ne connaissais pas l’histoire ou très peu avant de voir le film. Ainsi, les premières minutes qui se passent lors de la guerre de 14 m’ont cueillie à froid. Je n’ai jamais apprécié les oeuvres retraçant cette guerre alors j’ai eu peur que la suite ne soit pas telle que je l’attendais. Heureusement, passé ce court épisode nécessaire à la contextualisation de l’histoire, c’est très vite oublié et on entre dans le coeur du sujet.

C’est l’histoire d’une de ces gueules cassées, littéralement, qui a survécu à la guerre, mais de n’importe laquelle, parce qu’avant Edouart Péricourt était un artiste et c’est l’art qui va le sauver alors qu’il aurait tout pour avoir envie d’en finir. Sa rencontre avec Albert Maillard va aussi être décisive pour lui parce que c’est grâce à leur association qu’ils vont s’en sortir tous les deux.

Il y a énormément de choses à dire sur ce film. J’ai aimé qu’on y délaisse la guerre, qu’elle soit juste en arrière-plan et qu’on voie juste ce qu’il faut la France après celle-ci avec ses gueules cassées, sa pauvreté, sa reconstruction, son chômage, etc. Pour contrebalancer cette tristesse, j’ai adoré la poésie et la pointe de folie apportées par l’entreprise d’Edouart et Albert. C’est très amusant de les voir monter cette arnaque au monument au mort. De même, j’ai trouvé l’entreprise de leur ex- chef, Henri, très cocasse aussi avec cette arnaque aux cercueils. Dupontel joue avec nous avec beaucoup plus de subtilité que d’habitude, peut-être parce qu’il suit le scénario d’un roman, mais on retrouve sa douce folie dans le personnage haut en couleur d’Edouart.

Celui-ci est au coeur du film. J’ai adoré Nahuel Pérez Biscayart, l’acteur qui l’incarne. J’ai adoré son jeu subtile, plein de douceur, de poésie et de tristesse rentrée. Le travail sur les masques qu’il porte est fantastique. Sa relation avec la petite Louise qui va devenir son interprète est extrêmement touchante. La petite Héloïse Balster qui l’interprète est très juste. Albert Dupontel est aussi tout en retenu pour une fois, interprétant un rôle bien plus calme que d’habitude. Mais celui qui m’a le plus touché avec Nahuel Pérez Biscayart, c’est Niels Arestrup, le père de ce premier. Il a un charisme fou et le rôle de ce père ultra protecteur, un peu dégueulasse au premier abord, mais plein de nuances, était fait pour lui. Le casting est donc un vrai régal.

L’histoire, elle, se laisse suivre sans ennui du début à la fin, on ne voit pas le temps passer. Les péripéties des uns et des autres sont amusantes à suivre, même si les critiques derrières sont assez évidentes. Il n’empêche que ça permet d’en faire un film divertissant et non moralisateur, ce que je n’aurais pas aimé. J’ai été touchée par l’histoire de cet homme en quête d’un avenir. Mon seul regret et de n’avoir pas retrouvé un élément du roman dont j’avais entendu parler, l’homosexualité du héros si je ne me trompe pas. Je trouve ça dommage de ne pas être allé jusqu’au bout, surtout que je ne vois aucune raison valable à cette omission.

Au revoir là-haut est un beau film sur l’après-guerre comme on en voit peu. Un film où l’on retrouve ce qui se fait de mieux dans le cinéma français aussi bien du côté du scénario, des acteurs, de la mise en scène que des décors et costumes. J’en sors enchantée.

Ma note : 16 / 20

4 commentaires sur “Au revoir là-haut

  1. Salut
    J’aimerais juste réagir sur le cinéma français.
    Je vais faire l’avocat du diable mais il suffit de chercher il doit avoir 10 bons films français par an.
    J’ai en mémoire Irréprochable que je conseille de regarder sans lire de résumé. Les yeux fermés.
    Je pense qu’il vaut le coup.

    Aimé par 1 personne

    1. Personnellement, je ne dis pas que le cinéma français est mauvais, juste qu’il y a peu de films qui m’y parlent. 10 bons films par an sur l’ensemble de la production, ça fait pas beaucoup quand même. Je trouve les films français mis en avant souvent mal joués et mal réalisés ou avec des sujets plombants et un brin moralisateur/prises de tête, ça ne donne pas toujours envie d’aller chercher plus loin, ça ne correspond pas à ce que je recherche dans le cinéma. C’est bien dommage.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s