Livres - Romance / Romance historique

Chroniques à l’encre rouge d’Eva Leigh

Titre : Chroniques à l’encre rouge

Auteur : Eva Leigh

Éditeur vf : J’ai Lu – Pour Elle (Aventures & Passions)

Années de parution vf : 2018

Nombres de tomes vf : 3 (série terminée)

Résumé du tome 1 : Journaliste, Eleanor Hawke adore révéler les frasques croustillantes de la haute société dans les pages de sa gazette, L’Oeil du Faucon. Un torchon ! clame Daniel Balfour, comte d’Ashford, qui débarque furibond dans les locaux de la jeune femme pour la sommer de cesser ses écrits diffamatoires. Rapidement, un accord est conclu : Eleanor suivra le comte dans ses activités quotidiennes afin de rédiger une chronique. Elle régalera ses lecteurs et lui contrôlera ses publications. Tous les deux sont ravis, chacun espérant manipuler l’autre. Or, une passion inattendue et ravageuse va bouleverser leurs plans.

Mes avis :

Tome 1 : L’aristocrate et la roturière

En général, j’aime beaucoup les histoires avec des journalistes ou des auteurs comme personnages principaux, ils ont des caractères différents des personnages habituels et je me sens plus proche d’eux. C’est donc avec la certitude d’adorer ce titre que j’ai entamé ma lecture. Malheureusement les premières pages ne furent pas le coup de coeur annoncées, je peinais dans ma lecture et je n’arrivais pas à voir où voulait en venir l’autrice, mais petit à petit, elle a réussi le tour de force de me faire complètement changer d’avis. Revenons là-dessus plus en détail.

Nous suivons l’histoire  d’Eleanor, une journaliste qui a monté toute seule une gazette dans laquelle elle écrit. Un beau jour, le beau et dépravé comte d’Ashford débarque dans son bureau pour lui proposer de le suivre afin qu’elle écrire la vérité sur ce qu’il fait de ses soirées au lieu des mensonges qu’elle publie selon lui. Mais, il ne fait pas ça par altruisme, il a lui aussi un but caché.

Ce début fut clairement bancal pour moi. Si j’ai aimé la rencontre haute en couleur entre ces deux protagonistes qui ont chacun de la répartie, je ne comprenais pas le but d’Ashford, même si l’autrice nous l’expliquait, pour moi, ça avait quelque chose de vraiment bancal qui m’a vraiment gênée pendant tout le premier tiers de l’histoire. Du coup, suivre Daniel et Eleanor dans les soirées folles du premier ne m’a pas procuré le plaisir attendu. Je trouvais ça complètement artificiel et sans grand intérêt.

Par contre, j’ai d’emblée accroché à leur personnalité à chacun. J’ai aimé le côté droit et chevaleresque de Daniel, qui est un vrai défenseur des femmes, peu importe leur condition. J’ai aimé aussi sa fidélité en amitié. Il prend des risques énormes pour retrouver un vieil ami et aider sa soeur en cela. J’ai été touchée par sa fragilité et la culpabilité qu’il ressentait à l’égard de son passé. Enfin, j’ai vraiment été séduite par sa lente transformation aux côté d’Eleanor. Celle-ci l’a fait sortir de son marasme, lui a donné un but et l’énergie de l’accomplir. Eleanor de son côté est une femme forte et sûre d’elle. J’ai de suite adoré la façon dont elle s’assume pleinement. Elle a eu une vie avant Daniel et compte continuer à la mener. Elle a monté seule sa gazette, elle a des amis auteurs et artistes. C’est une femme libre et indépendante qui reste fidèle à elle-même même après être tombée sous le charme de Daniel.

D’ailleurs en parlant de leur romance, ce que j’ai adoré, c’est qu’il n’y a pas de faux semblants entre eux de ce côté-là. Ils sont vite honnête l’un envers l’autre sur leur attirance. Leur liaison commence rapidement et ils trouvent comment satisfaire les besoins de chacun tout en tenant compte de leur réalité respective. J’ai aimé cette cohabitation qui se met en place rapidement, de même que la façon dont ils agissent de concert dans leur enquête. Pour eux, l’autre compte énormément et chacun serait prêt à tout pour l’autre. Ce sont deux personnages fondamentalement bons et ça fait du bien. Leur histoire est passionnée, sensuelle mais surtout elle prend aux tripes. Ils luttent chacun pour obtenir ce qu’ils veulent sans rien perdre en échange ce qui n’a rien de simple quand l’un est comte et l’autre journaliste.

Malgré des débuts compliqués, j’ai vraiment passé un très bon moment à suivre la construction de ces personnages, de leur romance et de leur enquête. J’ai beaucoup aimé les personnages qui gravitent autour d’eux, que ce soit la meilleure amie dramaturge d’Eleanor, le meilleur ami déglingué par la guerre de Daniel, son autre ami débauché et grinçant, ou son parrain et je compte bien les revoir dans les prochains tomes.

Ma note : 16 / 20

Tome 2 : Le coeur du scandale

J’attendais ce nouveau tome avec impatience après l’introduction du futur couple dans le tome 1 : Maggie, l’amie d’Eleanor, dramaturge de son état, et Marwood, ami d’Ashford et débauché mais fan de théâtre de son côté. Malheureusement, même si j’ai beaucoup aimé les personnages et leur développement, je suis ressortie un peu mitigée de ma lecture.

L’histoire partait très bien avec une Maggie et un Cam électriques, dont l’attirance fut immédiate mais que tellement de choses séparaient. J’ai aimé le contexte théâtral avec une dramaturge écrivant des burlettas, genre que je ne connaissais pas du tout et qui m’a fait apprendre plein de choses. C’était amusant de voir Ashford faire des pieds et des mains pour attirer son attention, tandis qu’elle faisait tout pour l’éviter de peur qu’il ne devienne sa muse alors qu’elle avait perdu l’inspiration depuis des mois.

Malheureusement, très vite, on s’est embourbé dans ce schéma : une autrice au triste passé qui ne veut pas retomber dans les bras d’un aristocrate et qui lutte contre ses désirs, et un riche débauché perdu dans sa course aux plaisirs, blasé par la vie, qui se réveille au contact d’une femme exceptionnelle mais qui ne veut pas admettre qu’il a trouvé le grand amour comme ses parents et son meilleur ami. Du coup, on a droit à de longs, très longs passages, où ils se plaignent l’un l’autre, où ça n’avance pas, où ils remâchent leur différence de classes et c’est juste chiant.

C’est dommage parce que les personnages sont fantastiques. Maggie est une femme forte, qui a fait son chemin toute seule après avoir été trompée par un aristocrate et abandonnée par sa famille. Elle est devenue dramaturge à la seule force de son poignée. C’est une femme indépendante mais qui a profondément peur de s’appuyer sur quelqu’un et d’être à nouveau déçue. Cam, lui, est un riche héritier qui a toujours eu le modèle de ses parents, heureux en ménage sous les yeux. Il s’est mis dans la tête que ce miracle ne pourra pas se reproduire pour lui et donc que ça ne sert à rien qu’il cherche. Aux yeux de tous, il mène donc une vie de débauché, mais en fait c’est un homme responsable, qui gère ses affaires de main de maitre et qui a une vraie passion pour le théâtre. Il se révèle au fur et à mesure de l’histoire comme quelqu’un de profond, d’affectueux mais aussi de cabotin et surtout d’attachant. L’épisode où l’on découvre sa bibliothèque où il a conservé tout plein de souvenirs de son enfance est l’un de mes préférés.

Leur couple devient alors rapidement une évidence. Cam est vraiment sous le charme. Il en joue pour essayer de la séduire parce que c’est un beau parleur en plus d’être un homme très séduisant, mais il cherche aussi à l’aider dans sa carrière et on sent bien que cela va donc au-delà de la simple attirance. Maggie a beau lui résister, elle succombe de plus en plus et découvre l’homme derrière le débauché. C’est juste dommage que l’autrice ne s’appuie pas plus là-dessus pour moins faire trainer en longueur et rendre son récit plus touchant et dynamique, si ça avait été le cas, je pense que j’aurais eu un vrai coup de coeur pour l’histoire et non pas juste pour les personnages.

Le prochain tome devrait, je pense, être consacré au cousin de Cam qui semble chercher qui a écrit un certain livre érotique et je sens que là aussi, il y aura de nombreux passages amusants qui me feront sourire ^^

Ma note : 15 / 20

Tome 3 : Sage mais pas trop…

Comme je m’y attendais cet ultime tome est consacré à Jeremy, le cousin de Cam et pasteur de son état, ainsi qu’à la Lady de petite vertue, autrice de romans érotiques. J’ai toujours aimé les histoires avec des écrivains et celui-ci ne dérogea pas à la règle même si un problème de rythme a un peu soufflé mon enthousiasme.

Tout démarrait à merveille avec une rencontre électrique entre les deux héros de milieux différents : l’une fille de Duc, l’autre 3e fils destiné à l’Eglise. Le début faisait donc très Roméo et Juliette avec cet amour contrarié qui pourtant les emportait et auquel ils ne pouvaient résister. C’était mignon d’assister à leur coup de foudre, puis de voir Jeremy regarder Sarah comme personne ne l’avait fait avant. J’ai aimé que Jeremy ne soit pas l’image même du pasteur pudibond qu’on a parfois, mais plutôt une image assez fidèle du benjamin forcé dans une voie non désirée qui a donc d’autres aspirations et un caractère tout autre que celui attendu. Cela a donné de l’épaisseur au personnage et du corps à l’intrigue.

Ainsi en plus de suivre leur romance contrariée, on a, chose bien plus intéressante, une vraie partie de chat et de souris qui s’engage entre eux dans la première partie, parce que Jeremy cherche à découvrir l’identité de la Lady de petite vertu sur la demande de son père. J’ai aimé le suivre dans son enquête et voir Sarah inquiète au fur et à mesure qu’il se rapprochait. Malheureusement, l’enquête reste un peu superficielle et trop cousue de fil blanc pour être crédible, mais surtout elle s’arrête bien trop brusquement.

En effet, à partir du moment où ils décident de braver leurs parents et la société, ce qui aurait pu être intéressant, on tombe dans un titre plus fade car beaucoup trop convenu. Ils se marient sans s’être avoué leurs secrets ce qui présageait bien sûr le pire. Et pour tous fans de romance, ils découvrent ensemble les plaisirs de la chair en s’inspirant des ouvrages érotiques de la dite Lady. Honnêtement, je n’ai pas trouvé ça bien passionnant passée la nuit de noces qui aura eu le mérite de dire qu’une relation sexuelle n’est pas toujours aussi réussie qu’on le souhaite. Pour le reste, c’est très classique et pas forcément émoustillant pour ma part ^^!

Heureusement à côté, sur la fin de l’histoire, on aborde aussi des sujets plus intéressants comme les ambitions des femmes mariées ou non, les aspirations de chacun à faire un métier épanouissant, à se trouver un but dans la vie même en allant contre ses parents, dans une société corsetée comme celle du XVIIIe ce n’était pas chose aisée. Cela permet à l’autrice de faire revenir sur le devant de la scène les personnages de ses autres tomes et j’ai bien aimé cela.

Dans l’ensemble, j’ai donc apprécié le couple de cette histoire, leur personnalité, les débuts de leur romance, l’enquête qui les a rapprochés, mais j’ai trouvé l’ensemble trop classique et prévisible. Il m’a manqué la petite étincelle et le piquant que j’attendais.

Ma note : 15 / 20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s