Séries Tv - Films

Violet Evergarden

Titre : Violet Evergarden

Créé par : Kyoto Animation

Pays : Japon

Année : 2018

Chaine : Netflix

Durée : 13 épisodes de 24 min + 1 spécial prochainement

Genre : Drame – Guerre – Paix

Histoire : L’histoire tourne autour des « poupées de souvenirs automatiques » : des poupées mécaniques initialement créées par le professeur Orland pour aider sa femme aveugle Mollie à écrire ses romans, et plus tard louées à d’autres personnes qui avaient besoin de leurs services. Avec le temps, le terme se réfère également aux personnes qui remplissent la fonction d’écrivain public, dont le but est de retranscrire la parole et les sentiments des gens. Suite à 4 ans de guerre acharnée, une jeune fille au lourd passé tente non sans mal de reconstruire son avenir, à commencer par l’exercice de ce métier. Cependant, parmi toutes les blessures qui lui auront été infligées au cours de la guerre, une semble ne pas vouloir se refermer. Les mots d’un être cher résonnent encore dans son cœur, sans que la jeune fille en sache la véritable raison. Elle veut savoir, comprendre leur signification. Ainsi commence la quête de Violet Evergarden, apprentissage mêlé de lettres, de rencontres et d’émotions variées…

Mon avis :

Attention, voilà bien un anime à côté duquel il ne faut pas passer ! J’avais entendu parler de lui avant sa sortie mais ça ne me disait trop rien et puis à force de voir des gens en parler en bien, j’ai fini par me laisser tenter et quelle claque !

D’abord visuellement, cet anime est superbe. L’animation est belle et fluide, sans fausse note. J’adore le travail fait sur les paysages, la nature, les intérieurs et la lumière ainsi que les couleurs qui ont vraiment leur importance. Les personnages sont tous esthétiquement très beaux, les costumes un peu fantaisistes m’ont beaucoup plu aussi. J’aime tout le côté steampunk qui se dégage de l’univers créé.

L’univers parlons-en, nous sommes dans un pays fictif rappelant l’Angleterre industrielle du début XXe, un pays qui vient de connaître la guerre mais qui essaie de se relever et d’y mettre un terme définitif. La guerre est l’élément central de l’histoire, celui autour duquel les scénaristes ont tout développé avec un grand brio. La guerre n’a rien d’amusant, de beau ou de chevaleresque, non ici on en parle crument avec sa violence, sa cruauté, ses pertes, ses horreurs mais on parle aussi de reconstruction et ce chemin là est très beau à voir.

Pour cela, nous suivons le destin d’une jeune fille, Violet, qui a été enfant soldat. On l’a longtemps juste considérée comme une arme avant qu’elle rencontre quelqu’un, Gilbert, qui la considère et la prenne sous son aile, mais elle l’a perdu tragiquement. Elle doit maintenant vivre avec cette perte, se reconstruire, se bâtir une vie et surtout trouver qui elle, ce qu’elle veut. Violet est un superbe personnage qui touche droit au coeur du temps où elle n’était qu’une enfant perdue sans émotion qui suivait les ordres comme une machine, au temps où elle découvre peu à peu ses sentiments au contact des gens qu’elle croise. Son histoire est dure mais terriblement touchante. J’ai beaucoup aimé les rencontre qu’elle va faire que ce soit ses collègues de travail ou les gens qu’elle va aider. Tout le cheminement qu’elle fait m’a fait verser de nombreuses larmes tant j’ai été touchée.

C’est là la force de cet anime, nous émouvoir à chaque épisode. Dans les premiers, on découvre brièvement le passé de Violet par flashbacks tandis qu’elle découvre la vie en dehors de la guerre et se trouve un travail. Elle va souhaiter devenir Poupée de souvenirs automatiques afin de comprendre les derniers mots que lui a laissés Gilbert mais ce n’est pas facile quand on n’a jamais compris ce qu’étaient les sentiments. Elle va donc devoir faire de nombreuses rencontres toutes plus tristes et touchantes les unes que les autres afin d’arriver à comprendre. On va la suivre tandis qu’elle aide un frère et une soeur à se retrouver, un prince et une princesse à se marier, un père à faire le deuil de sa fille, un jeune garçon à accomplir son rêve, une mère à dire au revoir à sa fille, un jeune soldat à dire au revoir à sa famille, etc. Au début, on a un épisode = une histoire mais petit à petit cela va s’entremêler avec sa vie d’autrefois et on va découvrir que malgré toute leur volonté, ce n’est pas si facile de faire la paix avec soi-même mais aussi avec les autres. Les derniers épisodes nous ramènent alors dans l’horreur de la guerre pour mieux nous transmettre le magnifique message de paix qui est véhiculé dans tout l’anime.

Cet anime est donc un vrai coup de coeur pour moi. J’ai adoré la quête de sentiments et de compréhension de Violet, son attachement à Gilbert, les relations qu’elle va nouer et tout le message sur la guerre, la paix et la reconstruction. L’univers est magnifiquement construit et la musique qui l’accompagne magique. J’écoute d’ailleurs en ce moment l’OST qu’on peut trouver sur Youtube et c’est un vrai bonheur. Cet anime est une réussite de A à Z pour moi et j’espère qu’on aura l’occasion de le croiser en Bluray pour que je puisse le conserver et le re-regarder.

Ma note : 18 / 20

20 commentaires sur “Violet Evergarden

  1. Toi qui ne regarde pas des animes voire très peu comme tu as bien fait de prendre la main que Violet te tendait 🙂 (c’est même un brin poétique tiens)
    Je suis contente de te lire en le connaissant et également de voir ton enthousiasme et ta passion.
    Du coup je peux me lâcher, si d’autres gens nous lisent pour moi il vaut mieux quand l’avoir vu.
    Oui, très dur la guerre n’est-ce pas, celle qui s’est passée et quand elle prend un risque en aidant quelqu’un dans une zone en pleine guerre. C’est super marquant, et on ne devinerait pas en la voyant que c’était une enfant soldat, avant elle avait un simple costume, et comme les yeux vides, mais qu’est-ce qu’elle était efficace, redoutable. La traiter que comme un outil, une arme les arrangeait, de là il ne lui donnait pas de nom. Il n’y a que la major Gilbert qui la voyait autrement et lui a donné un nom, qui l’humanisait déjà, j’aime bien ce moment où elle achète sa pierre aussi. C’est triste qu’il ne soit plus là, mort, on en est sûr que quand elle l’apprend elle-même.
    Exactement, elle découvre les sentiments avec les gens qu’elle croise, collègues, ses clients, en se questionnant elle-même, en discutant. Les histoires sont vraiment touchantes et intéressantes.
    Je vois qu’on fait la même chose pour l’OST. Je l’ai écouté en rédigeant l’article aussi ça le faisait fort bien <3.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, les images de la guerre sont terribles. C’était glaçant de la voir agir avec autant d’efficacité alors qu’elle était/est si jeune.
      Toi, tu penses que le Major est bel et bien mort ? Moi, j’ai un doute après la dernière image. J’ai envie de croire que c’est lui derrière la porte ^^

      Aimé par 1 personne

  2. Quand je me suis donnée la peine de noter sur SB la série entière, que je comparais, que j’appelais ma raison et mon coeur, j’ai atterrit sur la même que toi, un grand coup de coeur, comme toi je me vois le revoir et le posséder.

    Aimé par 1 personne

    1. On n’a pas les mêmes goûts pour rien 😉
      Par contre, je ne suis pas sûre d’arriver à le trouver en version physique un jour, je crois que Netflix n’a pas pour politique d’éditer en dvd les séries qu’ils sortent et c’est bien dommage V.V (Je voudrais tellement Stranger Things aussi !)

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s