Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Card Captor Sakura – Édition deluxe

Titre : Card Captor Sakura – Édition Deluxe

Auteur : Clamp

Éditeur vf : Pika (shojo)

Années de parution vf : 2018

Nombre de tomes vf : 9 (série terminée)

Histoire : Alors qu’elle feuillette un livre mystérieux, Sakura laisse accidentellement s’échapper aux quatre vents des dizaines de cartes magiques ! La jeune élève de CM1 décide de les récupérer au plus vite. Mais les esprits farceurs des cartes sont peu enclins à se laisser capturer ! Accompagnée de Kélo, un petit animal étrange, et de son amie Tomoyo, la jeune fille devra apprendre à maîtriser au mieux ses pouvoirs magiques pour devenir une vraie héroïne !

Mes avis :

Tome 1

Card Captor Sakura est un peu une série culte en France. Je l’ai achetée à l’époque de sa première sortie chez Manga Player puis chez Pika et j’avais suivi la diffusion de son anime à la télévision sur M6. J’étais vraiment fan. Alors avec la sortie de cette réédition aux si belles couvertures, je n’ai pu que craquer. Si je retrouver avec plaisir les aventures de notre magical girl, je suis un peu déçue par le travail de Pika.

En effet, malgré un joli travail en apparence qui donne l’impression d’un vrai fac-similé de l’édition japonaise, j’ai découvert au fil de ma lecture des bulles vides, une traduction non retravaillée et un sous-titrage des onomatopées dont je ne suis pas très fan. En gros, l’intérieur est presque identique à l’édition d’autrefois, le texte a juste été redécoupé mais non modifié et les onomatopées qui avaient été retravaillées ont été remplacées par les originales sous-titrées. Bof bof. Heureusement l’emballage est plus séduisant, lui. Les couvertures sont belles et harmonieuses. On a droit à une page couleur en ouvrant ainsi qu’a une petite carte qui une fois accolée aux autres formera une grande illustration, je parie. Certes, je préfère mes cartes version cartes de Clow de la première édition, mais j’aime bien cette initiative aussi.

Venons-en maintenant à l’histoire. Celle-ci met en avant une fillette de CM1 qui a pour mission de rassembler des cartes magiques qui se sont échappées. A l’aide de ses pouvoirs et de ses amis, elle va donc vivre bien des aventures.

Card Captor Sakura est en apparence une histoire de magical girl on ne peut plus classique avec une fillette qui a des pouvoirs magiques, qui lutte pour sauver le monde avec son sceptre et balance des incantations en veux-tu, en voilà. Elle présente tous les codes qui ont fait le succès du genre, mais Clamp oblige, ces dernières ont aussi ajouté leurs petites touches. Ainsi en plus de suivre les aventures magiques de Sakura, on découvre son quotidien, un quotidien qui change de celui des fillettes de son âge. Sakura a perdu sa mère très jeune et vit avec son père, prof d’université et son frère, lycéen. On découvre leur quotidien au fil des pages avec un père attentif mais souvent absent, un frère protecteur mais qui aime bien l’embêter. Autour de ces personnages gravitent leurs amis proches avec lesquels ils ont des relations ambigües. Toya et Yukito sont très proches pour de simples amis et Tomoyo ne cache pas ses sentiments plus qu’amicaux pour Sakura, de la même façon que sa mère en avait pour sa cousine Nadeshiko, la mère de Sakura. On sent alors qu’au-delà de la chasse aux cartes magiques, les sentiments des personnages auront une place importante, shojo oblige.

Mais ce n’est pas un shojo classique, c’est ici un shojo d’aventure. Les chapitres sont dynamiques avec un démarrage qui nous plonge de plein pied dans la mission que Sakura mène en compagnie de Kélo, le gardien des cartes. Les scènes de captures sont vives et dynamiques, très bien mises en scène avec de jolis cadrages, de la vivacité, de la légèreté et de l’astuce. Sakura porte toujours les tenues et les gadgets de Tomoyo ce qui renforce le sentiment de fraicheur de la série. Bien sûr comme dans nombre de leurs séries, les Clamp n’oublient pas de nous instiller une dose de mystère avec un univers fantastique intriguant qui ne donne pas encore toutes les réponses.

Graphiquement, on est bien dans un shojo typé années 90 avec un dessin qui fait un peu vieillot maintenant comparé aux publications récentes du studio. J’ai un peu de mal avec le côté très anguleux des adultes et beaucoup plus rond des enfants. Les sourcils et les yeux sont un peu trop exagérés aussi. Par contre, je suis fan des tenues inventées par Tomoyo ainsi que de la mise en scène des combats.

Card Captor Sakura confirme son statut de shojos de magical girls culte pour moi et cette nouvelle édition est une belle occasion de découvrir ou redécouvrir la série malgré les quelques bémols que j’ai émis.

Tome 2

Avec ce nouveau tome qui correspond à peu près au à la fin du tome 2 et au tome 3, les autrices développent un peu l’univers de la Card Captor. On continue à suivre ses aventures pour capturer les cartes qui se sont échappées mais on apprend aussi à faire connaissance avec les personnages qui l’entourent. Ainsi ses amies ont de plus en plus un rôle à jouer et surtout arrive son rival, Shaolan Li. Ce personnage est un vrai régal. Shaolan est propulsé au milieu de l’histoire sans trop d’explications au début, mais celles-ci vont vite arriver. C’est un garçon naïf et maladroit qui s’impose plus qu’il s’intègre au petit groupe qui entoure Sakura. C’est amusant de le voir en rivalité avec Sakura à la fois pour capturer les cartes et pour obtenir l’affection de Yukito. C’est mignon parce que ça reste enfin à portée d’enfant, contrairement à la relation que les Clamp montrent entre Rika (une amie de Sakura) et leur professeur qui personnellement me dérange beaucoup.

Du côté de l’histoire, l’arrivée de Shaolan permet d’avoir plus d’informations sur les cartes et leur créateur ainsi que la magie dont elles sont issues. On sent un univers fascinant derrière tout ça, dommage que les mangakas ne fassent que l’effleurer. Shaolan pousse aussi Sakura à se dépasser, ainsi les combats pour attraper les cartes se corsent et notre jeune magicien ne sera pas en reste pour aider notre petite chasseuse. Cela permet aussi de montrer toutes les capacités de referment les cartes et leurs différentes sources d’énergie, j’ai beaucoup aimé. Les cartes, elles, prennent plus vie et agissent vraiment pour ou contre Sakura ce qui permet de continuer à insister sur les pouvoirs latents de Toya qui est décidément intriguant.

Avec cette suite, je reste sous le charme de l’univers de la série qui rebondit grâce à l’arrivée de Shaolan et qui en même temps avance bien sur sa lancée. Les Clamp savent où elles vont et elles maîtrisent parfaitement leur histoire.

Tome 3

Un tournant est pris avec l’arrivée de Mizuki dans ce tome. Grâce à cette belle jeune femme mystérieuse, fille du prêtre du temple du coin, l’histoire devient encore plus mystérieuse.

Comme elle arrive très tôt dans le tome, nous passons celui-ci à suivre les paroles mystérieuses qu’elle distille tout en regardant Sakura attraper de nouvelles cartes. J’ai beaucoup aimé cela. Surtout que cela se couple avec des révélations pleines de tendresse sur le passé de Toya. (J’ai juste été gênée encore une fois par la question de l’âge…) Du coup, celui-ci ainsi que Yukito sont bien plus présents dans l’histoire et j’en suis ravie.

Les autrices ont trouvé un bon équilibre pour intégrer tout le monde dans l’histoire, faire en sorte que celle-ci avance mais aussi développer les relations des personnages entre eux, à l’exemple de Sakura et Shaolan. Ils deviennent bien plus proches ici et je m’amuse de plus en plus des transformations qui se produisent chez ce dernier, qui est juste adorable.

L’histoire reste donc dynamique, mystérieuse et tendre à souhait.

Tome 4

Ce tome qui commence tout tranquillement fait en fait tout tranquillement monter la tension, montrant bien toute l’ingéniosité des Clamp dans leurs ressorts narratifs.

Nous avons d’abord une première partie toute douce et mignonne qui nous permet de présenter le père/grand-père de la mère de Sakura (ce n’est pas très clair dans la traduction…). Puis, on se voit embarquer dans la pièce de théâtre que va jouer la classe de Sakura pour la fête de l’école. On se dit, tient encore un petit moment classique, plein d’humour, pour illustrer une tradition des écoles japonaises. Mais c’est alors que tout bascule, les autrices accélèrent alors le rythme et font monter les enjeux. Il y a de plus en plus de révélations faites à demi-mots en grande partie grâce à Mlle Mizuki et c’est vraiment jouissif. Les nouvelles cartes que Sakura attrape sont bien plus puissantes et les combats plus durs du coup. C’est passionnant.

A côté, les mangaka ont le talent de continuer à développer leurs personnages avec un Shaolan qui prend de plus en plus de place et dont le revirement sentimental est de plus en plus évident, la preuve Tomoyo et Toya l’ont remarqué xD D’ailleurs la vie sentimentale de ce dernier est plus présente elle aussi, ce qui me plaît. La série gagne vraiment en qualité au fil des tomes.

Tome 5

La série continue à gagner en qualité avec ce nouveau tome qui marque la fin de la première partie de Sakura et le début de la seconde.

Dès les premières pages, nous sommes plongés en pleine action avec Sakura qui doit attraper la toute dernière carte de Clow. Le combat est dynamique et rythmé, tout en restant tendu et en nous révélant toujours plus d’information sur la magie qui est à l’oeuvre ici. Mais même une fois terminé et malgré les petites touches d’humour apportées par Tomoyo, la tension reste palpable car il reste une dernière épreuve et ici je salue l’ingéniosité des autrices. Ce jugement dernier et ce fléau annoncés ne sont pas du tout tel que je les avais imaginés. Ils sortent du lot et prennent beaucoup de sens par rapport aux thèmes de la série. Ce vrai combat final qui occupe pas mal de pages lui aussi est donc l’occasion de voir toute la force de Sakura mais également de ceux qui l’entourent qui jouent un rôle chacun à leur façon. J’ai vraiment beaucoup beaucoup aimé.

La seconde partie qui démarre juste après est toute aussi intéressante. On sent de suite que la dynamique va être sensiblement différente, un peu plus sombre et un peu plus mature. Les premières pages sont à nouveau drôles et tendres et permettent de replacer tout le monde après les dernières péripéties. J’aime beaucoup la nouvelle dynamique entre Tomoyo et Shaolan, qui forment un duo truculent parce que cette dernière se rend compte avant lui de ses sentiments. Mais très vite, les Clamp relancent leur intrigue dans une nouvelle direction. Certes Sakura a attrapé toutes les cartes et est leur maîtresse, mais elle doit passer à l’étape supérieure et c’est ce que la pousse à faire la nouvelle menace. Cela permet de voir Kero et Yue jouer un rôle un peu plus actif, et de découvrir de nouveaux personnages haut en couleurs. Vivement la suite !

Tome 6

C’est encore un vrai plaisir de retrouver les aventures de Sakura & Co dans cette seconde partie bien plus sombre que la première. C’est fou quand je la compare avec le spin-off comme la série originelle est mieux écrite alors qu’elle a près de 20 ans. Bien sûr, les dessins ont vieilli eux et sont meilleurs dans la nouvelle série, mais c’est tout.

Ici, on sait déjà qui est le grand adversaire de Sakura dans ce nouvel arc, mais cela n’enlève rien à la tension de l’histoire. On peut vraiment se demander ce qu’il cherche en causant autant de souci à Sakura. Certes, cela l’oblige à transformer ses cartes pour se les approprier mais qu’est-ce que cela lui rapporte ? Pour nous lecteurs, c’est l’occasion de voir de jolis combats bien orchestrés mais surtout de suivre le développement des personnages.

Parce qu’en dehors de l’ambiance fantastique ultra réussie, ce sont vraiment eux la clé de voûte de l’histoire. Voir Shaolan tomber amoureux de Sakura et se rendre compte de ses sentiments est ultra touchant. Regarder l’entourage de Sakura s’inquiéter pour elle, l’est tout autant, que ce soit avec Tomoyo, son père, Kero ou Yue. Mais dans ce tome, c’est surtout assister à l’évolution de la relation Toya-Yukito qui m’a plu. Toya sait ce qu’il se passe. Il voit Yukito changer et il a peur de le perdre. Le double discours entre ses sentiments romantiques pour lui et leurs pouvoirs respectifs donne des moments savoureux pour le lecteur.

Les Clamp continuent donc à allier avec talent aventure, sentiment et magie dans une série qui ne perd pas en qualité. J’ai beau connaître l’histoire, je la relie avec autant de plaisir si ce n’est plus que lors de ma première découverte. L’univers est vraiment attirant et l’histoire plus complexe qu’on pourrait le croire. J’en raffole.

Tome 7

Encore un très bon tome de Sakura avec des éléments essentiels à la poursuite de l’histoire aussi bien du côté de l’intrigue que des personnages.

Tout d’abord, comme dans le précédent, on voit les pouvoirs de Sakura grandir de plus en plus. La magie qu’elle emploie a des conséquences mais elle les gère de mieux en mieux et parvient à transformer ses cartes plus facilement. Celui qui paie les pots cassés au final, c’est Yue-Yukito pour qui les pouvoirs de Sakura ne grandissent pas assez vite. Il est donc sur le point de disparaitre. Ça donne une tonalité très triste à l’histoire depuis quelques chapitres. Heureusement, la solution est toute trouvée et nécessitera là aussi un sacrifice, mais on n’obtient rien sans rien. Pour nous lecteurs, c’est encore l’occasion de scènes pleines d’émotions.

L’émotion est justement au coeur de ce nouveau volume. Dès le début, avec la Saint-Valentin, puis le White Day, on plonge en plein dans les histoires de coeur et de famille de Sakura. On revient doucement sur l’histoire de ses parents avec le père de Nadeshiko et sa cousine. Ce n’est jamais facile les histoires de famille. Sur une note plus heureuse, Shaolan prend pleinement conscience de ses sentiments dans ce tome et avec l’aide de Tomoyo décide de les assumer. C’est mignon tout plein et tellement plein de douceur que ça fait chaud au coeur. Tomoyo est un vrai ange gardien pour eux.

Avec encore beaucoup de douceur, les Clamp nous livre une belle leçon d’amour et d’amitié dans ce nouveau tome sous fond de périple initiatique magique. Que demander de plus ?!

Tome 8

A un tome de la fin, les Clamp savent faire monter la pression et jouer au yoyo avec nos émotions. Le tome s’ouvre sur ce très beau moment de la série où Toya se sacrifie pour Yue et où Sakura se rend compte de ses faiblesses en tant qu’héritière de Clow. C’est une grosse bouffée d’émotions qui nous prend alors à la gorge et ça ne nous lâche pas un instant. Les autrices ont tellement bien su nous attacher à leurs personnages et faire évoluer ceux-ci en même temps qu’elles tissaient leur vaste histoire autour des cartes, que tout ce qui leur arrive nous frappe de plein fouet. Ainsi, la relation entre Yukito et Toya est d’une rare justesse, tellement simple, tellement pure et tellement belle.

Puis viennent aussi peu à peu se greffer les sentiments de Sakura au milieu de tout ça. Elle réalise ses faiblesses mais fait aussi montre d’une rare force. Elle affronte ses sentiments. Elle les dévoile au grand jour et prend une jolie leçon de la part de Yukito mais c’est l’occasion rêvée pour un certain rapprochement qu’on attendait tous et qui est sur le point de se faire. C’est fou comme les mangaka ont su parler avec justesse de ses sentiments complexe pour Yukito et les différents garçons qui l’entourent pour montrer la difficulté pour un enfant parfois de faire le tri entre ses émotions et mettre des mots sur ses sentiments. C’est un très joli éveil à l’amour qu’on vit à travers son histoire. L’autre personnage dont l’évolution m’a fait frissonner ici, c’est bien sûr Shaolan, qui est toujours là en soutien pour aider Sakura dans chaque moment, que ce soient des combats avec les cartes ou des combats plus personnels. Il a vraiment grandi depuis le sale gosse qu’il était à son arrivée. Et tout ça se passe sous le regard doux et bienveillant de la belle Tomoyo dont je regrette qu’elle soit tant en retrait.

Mais il ne faut pas croire que seuls les sentiments sont à l’honneur dans ce tome. Les Clamp n’oublient pas non plus les férus d’action ou d’ésotérisme. L’intrigue autour de la nouvelle menace pesant en ville et du mystérieux Eriol avance bien. Tous les éléments sont désormais en place pour le grand final. On suit encore quelques transformations de cartes faites avec de plus en plus de facilité par une Sakura dont les pouvoirs grandissent en même temps qu’elle, sans qu’elle s’en rende compte. C’est parfois un peu trop rapide, mais du coup, c’est toujours dynamique, et les situations sont variées.

Il me tarde de (re)lire prochainement le tout dernier tome mais pas de leur dire au revoir, parce qu’on a beau dire, la suite n’est pas aussi bien V.V

Tome 9

Et voilà, il est déjà temps de dire au revoir à nos chers amis. Ce dernier tome est tel que je me le rappelle, bourré d’émotion et les Clamp y font exploser tout leur talent. Leur narration est parfaite (après le titre que j’ai lu juste avant, c’est flagrant ^^) et les dessins superbes. Quelle évolution depuis les débuts ! Et quelle régression dans le spin-off Clear Card Hen

Qu’avons-nous à nous mettre sous la dent ? Le tome s’ouvre sur le combat dantesque qu’on attendait face à Eriol/Clow et celui-ci a parfaitement su mener sa barque pour arriver à ses fins. Comme d’habitude avec les Clamp, c’est beaucoup de mystère pour une fin toute douce et amère. Les sentiments de chacun sont exacerbés. Il y a ceux d’Eriol dont la solitude touche, il est le pendant parfait de Yue. Il y également ceux de Sakura qui doit apprendre à se connaitre, à faire confiance aux autres et à elle-même avant tout. Ce titre est bien l’histoire d’une enfant qui grandit et se découvre tout en découvrant le monde. C’est une jolie fable.

Après honnêtement, il y a peu de surprises dans ce tome, tous éléments nécessaires à cette résolution ayant été disposés avant. Mais ce n’est pas le résultat qui compte mais bien le chemin et chaque personnage a bien grandi. J’ai une nouvelle fois été touchée par Toya et Yue/Yukito dans ce tome, mais également par Eriol et Mizuki, qui revient pour l’occasion. J’ai à nouveau été surprise par le père de Sakura et émue par ce qu’il gagne et qu’il mérite. Tomoyo est LE personnage de la série. Elle est toujours là pour veiller sur les autres avec bienveillance. J’ai aimé la façon dont les autrices ont su, dans les derniers chapitres, mettre sur le chemin de Sakura tous ses amis pour l’aider à y voir plus clair.

Parce qu’il faut dire qu’une fois le mystère des cartes ayant été éclairci, il ne restait qu’un morceau de l’intrigue à écrire, peut-être le plus important pour les fans fleur bleue comme moi : la romance de Sakura. Et là, encore une fois, c’est fait avec une grande délicatesse. Les sentiments de la jeune fille sont parfaitement rendus. On la sent hésiter, le questionner, éprouver des choses sans arriver à y mettre un nom dessus (normal à son âge). C’est mignon, c’est touchant et ça fait même monter les larmes aux yeux parfois. Du coup, effectivement, c’est adorable de voir tout son entourage l’aider et la guider, même Toya, celui qui sait tout depuis longtemps.

J’ai vraiment dévoré ce tome. Je suis passée par plein d’émotion. Le combat avec Eriol était vraiment vif et durait un peu plus que d’habitude même si toujours pas assez à mon goût. Les discussions ensuite étaient toutes en émotion et touchaient notre corde sensible, de même que l’éclosion des sentiments de Sakura. Je trouve cette fin réellement parfaite. C’est pour ça que je ne comprends pas l’intérêt du spin-off qui est en cours, surtout qu’on a clairement régressé du côté des dessins – sublimes dans les dernières pages et tellement plus matures – et de l’histoire – tellement mieux construite dans la série originelle… Bref, cette série a parfaitement sa place au panthéon des shojos parus en France.

Ma note : 16,5 / 20

20 commentaires sur “Card Captor Sakura – Édition deluxe

      1. Ahah, oui plus on lit la même chose plus on devient difficile à contenter j’ai l’impression ^^
        J’ai cru comprendre que l’édition de Clear Card était en adéquation avec cette nouvelle édition, raison de plus pour l’avoir ><

        Aimé par 1 personne

  1. Une agréable découverte pour moi aussi !
    Concernant l’édition de Pika, comment dire, c’est du Pika…faut pas s’attendre à des miracles 😕
    Et concernant l’accent marseillais de Kelo, ça ne t’as pas dérangé ? Moi ça me sortait de ma lecture à chaque fois 🤣

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis aussi une fan de Card Captor Sakura et je suis en train de me décider pour acheter la série. J’ai trouvé quelqu’un qui vendait la 1ère édition de pika complète.
    J’hésite donc entre les deux versions… j’aurai besoin d’un petit coup de main pour me décider =)

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne vais pas t’aider parce que je préfère les cartes présentes dans la première éditions, mais les couvertures et l’épaisseur de la nouvelle lol Après l’intérieur est quasi identique du côté de la traduction, je n’ai presque vu aucun changement, mais le papier est meilleur sur la nouvelle édition.
      En gros, si c’est une super affaire, à ta place je prendrai, mais si l’économie est moindre je prendrais plutôt la nouvelle. Je ne sais pas si ça t’aide ^^!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s