Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Depth of Field d’Enjo

Titre : Depth of field

Auteur : Enjo

Editeur vf : IDP Boys Love (Hana)

Année de parution vf : 2018

Nombre de tomes : 2 (série terminée)

Histoire : J’ai pris l’habitude d’aller sur le toit du vieux bâtiment de l’école après les cours, quand je n’ai pas envie de rentrer chez moi. C’est là que j’ai rencontré Konno. Certains disent de lui qu’il est intimidant ou difficile à aborder, mais quand il prend des photos ou me parle de ses appareils, la joie illumine toujours son visage.
Respect, envie, jalousie, complexe d’infériorité…
Konno possède exactement tout ce que je désire sans avoir jamais pu l’obtenir, et mes sentiments à son égard deviennent de plus en plus complexes…
Rejeté par les autres à cause de son talent et des différences sociales, Shûichirô a préféré abandonner ses rêves et se cacher derrière un faux sourire. Konno parviendra-t-il à sauver son esprit torturé et à lui redonner le goût de la musique ?

Mes avis :

Tome 1

Je poursuis mes découvertes du catalogue d’IDP Boys Love avec ce titre d’une nouvelle mangaka sur le sol français : Enjo. Si les couvertures sont sublimes et l’histoire surprenante, j’ai tout de même eu du mal à rentrer dedans et j’ai parfois trouvé la narration et le dessin assez maladroits. Je ne sais pas si c’est la première oeuvre de l’autrice mais ça sent quand même l’oeuvre de jeunesse par moment.

Avec son personnage en apnée sur la couverture, le ton est tout de suite donné. On sait qu’on va suivre l’histoire de quelqu’un qui va mal et qui va avoir besoin d’aide pour s’en sortir. C’est effectivement le cas d’Hayakawa, une lycéen qui « dégaine sa queue plus vite que son ombre » dixit les filles de son lycée. Mais derrière cette insatiabilité se cache un vrai mal être. Hayakawa vient d’une famille de musicien, c’est lui-même un petit prodige, mais il va aller de déconvenue en déconvenue à cause de ce talent. Des années plus tard, il s’est construit un véritable personnage derrière lequel se cacher et a abandonné sa passion. Sa rencontre avec Konno, un passionné de photo au look de mauvais garçon, va le pousser à s’interroger et peut-être à changer. Il va découvrir la jalousie, l’envie et l’amour peut-être aussi.

Ce titre est plus sombre et plus cru que les autres titres de cette collection que j’ai pu lire. Hayakawa a vraiment été abîmé par la vie et il va mal vivre sa rencontre avec Konno qui a tout ce que lui-même aimerait avoir sans y parvenir. Il va réagir brutalement et faire quelque chose qui aurait pu très mal tourner et qui m’a pas mal choquée. C’est peut-être à cause de ça d’ailleurs que j’ai eu tant de mal ensuite. Pourtant, la naissance d’une vraie amitié entre Hayakawa et Konno est bien menée. Ils se sont bien trouvés et ça donne lieu à de beaux moments aussi bien au lycée qu’en dehors.

Le cadre de l’histoire est assez classique, de même que l’avancée de l’histoire. Il n’y a pas vraiment de surprise passé le moment qui m’a choquée. On revient longuement sur le passé d’Hayakawa et peut-être pas assez sur Konno qui est pourtant très intéressant, lui aussi. Mais c’est plutôt les changements qui vont s’opérer chez Hayakawa qui vont intéresser l’autrice. Celui-ci passe de quelqu’un de franchement antipathique à quelqu’un de très touchant, peut-être aussi parce qu’on le voit à travers le regard de Konno. En attendant, j’ai aimé l’alchimie et la tension qu’on sent entre eux.

Concernant les dessins, je suis un peu embêtée parce que j’adore les couvertures mais je trouve l’intérieur plus bancal avec de très belles poses et expressions, suivies de planches assez foireuses. C’est très inégal et c’est bien dommage.

Le tome est assez épais mais finalement il se passe assez peu de chose et il faudra attendre la suite pour voir vraiment les effets de Konno sur Hayakawa.

Tome 2

Dans un tome un peu plus court, nous retrouvons les deux héros trois ans après les derniers événements. Ce tome est celui de la révélation pour moi. J’y ai enfin senti tout le potentiel de la série et j’ai vraiment aimé l’évolution de l’histoire.

On retrouve donc Konno et Hayakawa trois ans plus et ce bond dans le temps était vraiment nécessaire. Ça a permis de calmer un peu les choses et de leur laisser le temps de se lancer. On tombe ainsi sur un Hayakawa apaisé et très différent de celui du début de l’histoire. Si ce changement peut sembler brutal tant il est différent, j’ai beaucoup apprécié la nouvelle personnalité de ce dernier que j’ai trouvé terriblement mignon. Konno, lui, reste assez fidèle à lui-même mais a quand même fait du chemin aussi. J’ai aimé le voir évoluer dans le milieu de la photo.

Leurs retrouvailles sont faites avec simplicité et relancent bien l’histoire dans une nouvelle direction. A nouveau, il se passe peu de choses ici, tout est concentré sur un laps de temps très court finalement, mais ce sont des événements essentiels qui sont très bien mis en page. Les dessins sont toujours aussi irréguliers mais on a aussi droit à de belles pages pleines de poésie et d’autres beaucoup plus crues quand leur relation se concrétise enfin, mais tout reste fait avec justesse sans voyeurisme excessif.

Depth of field est donc un titre inégal avec une narration et un dessin qui manquent encore de maturité mais qui a beaucoup de potentiel notamment grâce à la force de caractère des personnages et leur belle évolution. Et puis, j’ai toujours aimé les cadres un peu originaux comme ceux de la musique et de la photographie qu’on rencontre ici.

Ma note : 15,5 / 20

4 commentaires sur “Depth of Field d’Enjo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s