Séries Tv - Films

Mary et la Fleur de la Sorcière

Titre : Mary et la Fleur de la Sorcière

Réalisateur : Hiromasa Yonebayashi

Pays : Japon

Année : 2017

Durée : 1 h 40

Genres : Animation • Aventure • Fantastique • Magie

Histoire : C’est l’été. Mary vient d’emménager chez sa grande-mère dans le village de Redmanor. Dans la forêt voisine, elle découvre une fleur mystérieuse qui ne fleurit qu’une fois tous les 7 ans. On l’appelle la « Fleur de la sorcière ». Pour une nuit seulement, grâce à la fleur, Mary possédera des pouvoirs magiques et pourra entrer à Endor, l’école la plus renommée dans le monde de la magie, qui s’élève au-dessus du ciel, au-delà des nuages. Le secret de la fleur de la sorcière se révélera à elle petit à petit…

Adapté du roman The Little Broomstick de Mary Stewart

Mon avis :

Voilà un film qui me faisait envie depuis son annonce. Le fait que le réalisateur ait travaillé pour les studios Ghibli n’y est pas étranger. Les bandes-annonces nous présentaient un univers qui n’était pas sans rappeler celui des meilleurs films d’Hayao Miyazaki. Je me suis donc laissée embarquer dans ce voyage, malheureusement tout le monde n’est pas le maître et à force d’emprunter grossièrement à son univers, ce film manque un peu d’âme.

Hiromasa Yonebayashi a travaillé sur Arietty et Marnie, deux films produits par le studio Ghibli, que j’ai beaucoup aimés. Malheureusement ici, il semble ne pas arriver à se détacher de cet héritage ou plutôt de ces influences, et beaucoup trop d’emprunts ressortent dans les 1 h 40 du film.

L’histoire pourtant démarrait bien avec cette petite fille, me rappelant Anne de la maison aux pignons verts, qui débarquait dans un coin de campagne qu’elle ne connait pas où elle commet bourdes sur bourdes. Cette gamine, qui répond au prénom de Mary, est très attachante. Elle est maladroite mais n’a pas la langue dans sa poche. Elle est courageuse et pleine d’énergie. Elle peut sembler agaçante au début mais il faut s’imaginer débarquer dans une grande maison inconnue comme elle, avec tout plein de gens qu’elle ne connait pas autour, alors qu’elle a vécu de mauvaises expériences depuis toujours à cause de la couleur de ses cheveux.

Les aventures, dans lesquelles elle va être embarquée, la propulsent dans un monde qui nous est inconnu à nous aussi, un peu à la manière d’Alice au pays des merveilles. Elle se lie d’amitié avec un mystérieux chat noir, découvre une forêt atypique où pousse une fleur mystérieuse avec de drôles de propriétés, tout cela au nez et à la barbe des adultes. A la suite de tout ça, elle va vite se retrouver dans un monde extraordinaire mélange de Chihiro et d’Harry Potter où un méchant couple de sorciers va essayer de servir d’elle.

Si on ne peut pas dire qu’il n’arrive pas tout plein d’aventures à Mary, j’ai parfois trouvé dans ce film qu’on passait un peu du coq à l’âne sans transition. Il manque vraiment de liant entre les scènes et les aventures qui lui arrivent. A la place, j’ai eu l’impression que le réalisateur essayait de caser tout ce qu’il avait aimé dans les films du Studio Ghibli, ici un château magique dans le ciel, là une maison ambulante, là-bas des animaux rappelant ceux de Mononoke, ou encore une dose de fantastique à la Marnie et une ambiance dérangeante comme dans Chihiro, etc. Les emprunts sont légions, tellement que ça empêche vraiment à l’univers de s’épanouir et devenir original. J’ai vraiment été gênée par ça durant mon visionnage, surtout qu’on nous montre un monde immense et riche trop rapidement, rien n’est approfondi. On ne s’attache que très peu à cet univers et aux personnages parce qu’on ne leur donne pas la chance de s’émanciper de ce pesant héritage.

Du point de vue des messages, n’ayant pas lu le roman dont le film est inspiré, je ne sais pas à qui les incriminer, mais là aussi, j’ai senti une influence très ghiblesque aussi. Nous suivons des enfants qui vont sortir de l’innocence de l’enfance après les aventures qu’ils vont vivre et qui vont prendre pleinement conscience de ce qu’il y a de beaux mais aussi de dur dans ce qui les entoure. La magie n’est pas la réponse à tout. On ne peut pas toujours fuir ses problèmes. Il faut s’ouvrir, parler, oser affronter ses problèmes et savoir s’appuyer sur les gens qu’on aime pour pouvoir aller de l’avant.

Par contre, je dois reconnaitre que visuellement, c’est un régal. Les couleurs éclatent à nos yeux. L’animation est fluide et dynamique. Les dessins est très beaux, ils pétillent et éclatent sous nos yeux. J’ai vraiment passé un très bon moment de ce côté-là.

Je ressors donc avec un sentiment un peu mitigé. J’attendais beaucoup plus de ce film. Je voulais un univers vraiment original et ici je ne l’ai pas eu. J’ai trouvé le déroulement de l’histoire trop brouillonne. Je ne me suis pas vraiment attachée au couple central, un comble pour la fan de romance et d’amitié que je suis. Par contre, j’ai aimé le travail graphique et les messages développés.

Ma note : 14 / 20

2 commentaires sur “Mary et la Fleur de la Sorcière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s