Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Les Découvertes d’Akata #6 : Jumping d’Asahi Tsutsui

Nouveau rendez-vous du mercredi où je pars à la découverte d’un nouveau titre du catalogue d’Akata avec lesquels j’ai le plaisir d’avoir un partenariat.

Cette semaine, j’ai choisi de vous parler d’un titre qui m’intriguait depuis un moment, moi la fan de chevaux quand j’étais gamine : Jumping d’Asahi Tsutsui.

Pour les prochains rendez-vous, vous pourrez vous-même choisir le titre que vous aimeriez que je lise et vous présente dans le catalogue ici présent. Comment faire ? M’indiquer dans les commentaires, le titre que vous aimeriez découvrir et dont je n’ai pas encore parlé (je listerai plus bas les titres déjà disponibles). Faute de proposition, je choisirai toute seule bien évidemment. J’espère que cette idée vous plaira.

Je vous laisse maintenant découvrir le nouveau titre choisi.

Titre : Jumping

Auteur : Asahi Tsutsui

Éditeur vf : Akata (M)

Années de parution vf : 2017-2018

Nombre de tomes vf : 4 (série terminée)

Histoire : Depuis qu’elle a raté ses examens d’entrée à l’université, Ran vit enfermée chez elle, ne sachant plus quoi faire de sa vie. Heureusement, Sayuri, sa seule véritable amie, décide de l’embarquer de force à Aomori, région plus reculée du Japon, où elle fait ses études. Elle y fréquente notamment le club équestre, en parallèle de ses études. Au contact des membres du club d’équitation, mais aussi des chevaux, Ran va, malgré son manque d’assurance, retrouver goût à la vie !

Découvert en numérique grâce à mon partenariat avec Akata que je remercie !

Mon avis :

Tome 1

Jumping est un titre parfaitement dans la ligne éditoriale d’Akata, à savoir une histoire parlant avec beaucoup de bienveillance d’un sujet de société grave et important au Japon : l’hikikomori. Alors que j’avais quelques a priori, j’ai d’emblée été touchée par cette histoire et son héroïne et je n’ai pas vu les pages défiler.

C’est donc l’histoire de Ran, qui vit enfermée chez ses parents après avoir ratée le concours d’entrée à la fac. Elle a une très mauvaise image d’elle-même depuis toujours et n’a qu’une seule amie, l’extravagante Sayuri. Lors d’une visite chez elle, celle-ci lui rappelle l’un de ses rêves d’enfance : monter à cheval, et lui donne ainsi le coup de pouce pour essayer de changer de vie.

Jumping est donc l’histoire d’une reconstruction, celle d’une jeune femme mal dans sa peau, inadaptée à cette course à la performance de la société japonaise. C’est un parcours de vie qu’on va donc nous proposer. Tout commence avec une héroïne, Ran, ultra timide, maladroite, inhibée, mais qui a des parents et une meilleure amie adorables avec elle, puisqu’ils l’acceptent telle qu’elle est. Cela donne d’emblée une ambiance très bienveillante au titre qui va se poursuivre par la suite. A chaque rencontre qu’elle va faire, une grande douceur et une vraie acceptation vont se faire ressentir, donnant une dimension très positive au titre, qui m’a vraiment séduite. On va alors voir Ran essayer de sortir de sa coquille, en se forçant à bouger, avancer, rencontrer des gens, affronter ses peurs, etc. Ran est finalement quelqu’un de bien plus fort qu’elle ne le croit. Les personnes autour d’elle y sont aussi pour beaucoup que ce soit Sayuri, ses parents, le chef du club d’équitation ou même Hina sans le vouloir. Cela donne une dynamique très agréable au titre que j’ai aimé de bout en bout.

Dans ce premier tome, l’histoire est bien construite. Elle avance rapidement du fait des rencontres et des choix que fait Hina. Les personnages sont bien définis et l’autrice les creuse au fil des chapitres. Elle en ajoute aussi régulièrement sans qu’on ait le sentiment qu’il y en ait trop puisque chacun a son rôle à jouer dans l’émancipation de Ran. Le cadre campagnard change de ce qu’on voit habituellement, de même que la grande présence des animaux et en particulier des chevaux grâce au club d’équitation, montrant le rôle de ceux-ci auprès des hommes. A la fin, on n’a qu’une envie : se jeter sur la suite pour voir si Ran, Hina et son cheval Tsugaru vont s’en sortir.

Les dessins quant à eux qui me semblaient un peu froids au début sont en fait très chaleureux, mais il faut savoir être attentif aux regards échangés et aux rougeurs qui apparaissent. Les personnages sont très expressifs, passant facilement du rire aux larmes et nous de même. L’autrice sait aussi rendre son trait très dynamique quand il s’agit de dessiner les chevaux en action ce que j’ai apprécié. Elle a un coup de crayon simple mais parfaitement adapté à ce titre.

Jumping est donc une très jolie découverte pour ma part. J’ai été sensible à la quête de liberté de cette jeune hikikomori et au rôle que jouent ses proches humains et animaux pour cela. C’est une très bonne pioche de la part d’Akata qui nous a ici choisi un titre qui sort des sentiers battus aussi bien dans le fond que dans la forme. Je vais poursuivre avec grand plaisir.

Tome 2

L’auteur ne mollit pas dans ce tome 2. Le rythme est soutenu et l’histoire avance bien, les personnages prenants confiance en eux et les relations s’approfondissent. Nous continuons à suivre le travail de Ran pour sortir de son isolement, mais cette fois, vient se joindre à son histoire, celle de Hina. J’ai trouvé très intéressant de montrer un autre genre de personne mal à l’aise. Le passé d’Hina est très intéressant et montre les limites de la gentillesse dont on veut faire preuve envers les autres mais également la culpabilité que l’on peut ressentir après ce qu’on pense être une erreur, même si ici on voit très bien que ce n’est pas voulu. C’est très intéressant cette plongée dans le psyché humain, surtout que Asahi Tsutsui le fait toujours avec autant de délicatesse.

Elle n’oublie pas pour autant de continuer à nous parler d’équitation. On a presque droit à une initiation pour apprendre à monter à cheval et à s’en occuper, c’est amusant. En plus, l’arrivée du petit frère d’Hina, Ippei, semble ramener le titre vers cet aspect là, en reparlant de ce qui est arrivé à Tsugaru.

J’ai trouvé ce deuxième tome tout aussi bon que le premier. Le rythme et la dynamique du titre sont agréables. C’est touchant de voir Ran s’ouvrir et mignon de voir Hina commencer à développer des sentiments pour elle. J’aime l’ambiance douce et bienveillante qui se dégage de ce manga, ça fait très série doudou.

Tome 3

Asahi Tsutsui continue à déployer tout son talent dans ce tome où se mêlent très joliment les destins de Ran et de Tsugaru. Ils ont tous les deux été blessés par la vie et sont tous les deux en phase de reconstruction.

Nous suivons donc les débuts de Ran à la fac. Ce n’est pas facile et cela fait ressurgir beaucoup de mauvais souvenirs chez elle parce qu’elle est sur ses gardes et interprète mal les signaux des autres tandis qu’elle en émet de mauvais, elle aussi. Cela crée de gros malentendus mais heureusement, Ran a changé et une rencontre qu’elle va faire va l’encourager sur cette voie pour affronter ses peurs. Grâce à cela, on a un moment très fort où elle ose enfin se montrer telle qu’elle est auprès de ses nouvelles amies et ça paie.

De la même façon, elle va enfin faire face à Tsugaru en se rendant compte que leur relation est bancale. Le résultat sera aussi à la hauteur grâce au combat de longue haleine qu’elle va mener pour gagner son respect et sa confiance. Dans ce pan de l’histoire, par contre, j’ai eu beaucoup de mal avec le discours d’Hina sur les chevaux et le fait de les dresser. J’avoue que ça m’a profondément déranger cette idée de relation de domination obligatoire. Ce n’est pas ma conception des choses.

Pour finir, je suis un peu mitigée concernant la relation amoureuse qui pointe le bout de son nez entre Hina et Ran. Je pense que la série aurait pu s’en passer parce que ce n’est pas le propos essentiel. Il n’y a pas nécessairement besoin d’une relation amoureuse pour qu’une personne se sente totalement bien dans sa peau.

Tome 4

Déjà la conclusion de cette belle histoire sur le handicap, l’amitié et la compréhension de l’autre et de soi. La longueur aura été presque parfaite. Il me manque quand même quelques petites pages à la fin car celle-ci reste un peu trop ouverte même si elle est pleine d’espoir.

Comme il fallait s’y attendre, ce dernier tome revient longuement sur Tsugaru et son passé avec Hina et, surprise, Sô, le cousin de Ran. Je n’avais pas vu venir cette révélation, j’avoue. C’est donc l’occasion de remettre tout le monde en selle et pour cela l’autrice organise un tournoi où rien ne va se passer comme prévu. J’ai aimé la finesse avec laquelle elle présente les pensées de Tsugaru tout du long. Ce cheval est adorable et sa relation avec Ran tellement belle. J’ai eu plus de mal avec Hina que j’avais très très envie de secouer. Je comprends qu’il s’en veuille mais il pleurniche beaucoup trop à mon goût. Heureusement tout est bien qui finit bien comme souvent dans ce genre d’histoire et le parcours de Ran est assez beau.

Finalement, on l’aura vu rester elle-même et s’épanouir en même temps tout au long de l’histoire. Comme le dit très bien Sayuri, l’enjeu c’est d’apprendre à vivre avec son handicap, de l’accepter et de l’affronter. On ne peut jamais s’en débarrasser, il faut apprendre à devenir fort et à s’adapter. En cela, le titre est très juste et présente cela avec beaucoup de force et de justesse. Certains diront que Ran n’a pas changé, ils n’auront pas tort, son handicap est toujours là, mais elle aura su s’ouvrir aux autres, se faire des amis, et c’est là le principal !

Ma note : 15,5 / 20

Retrouvez Jumping sur Akata.fr

Découvrez aussi sur mon blog, les titres suivants d’Akata :

 

 

    

 

14 commentaires sur “Les Découvertes d’Akata #6 : Jumping d’Asahi Tsutsui

      1. Oui, faut voir que le titre aille quelque part. Il y a des séries courtes super comme Le mari de mon frère ou Orange, mais parfois t’as des titres dans lesquels il n’y avait pas grand chose à raconter je trouve. Tout dépend de la qualité du titre je pense ^^

        Aimé par 2 personnes

  1. Ah oui j’avais oublié cette partie du résumé « Depuis qu’elle a raté ses examens d’entrée à l’université, Ran vit enfermée chez elle, »….je comprends que ça la marque…
    rhhha tu me donnes trop envie …enfin tu la ravives….

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s