Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Fool’s Paradise de Ninjyamu et Misao

Titre : Fool’s Paradise

Auteurs : Ninjyamu (Histoire) et Misao (Dessins)

Éditeur vf : Kana (Dark)

Année de parution vf : 2018-2019

Nombre de tomes vf : 4 (série terminée)

Histoire : La super-idole Sela Hiiragi a été gravement blessée dans un attentat à la bombe. Tout le monde pense que l’auteur des faits pourrait être Kazutaka Nichiya, un garçon ayant commis plusieurs attentats à la bombe quelques années plus tôt, alors qu’il avait 13 ans.
Après cet incident, l’amour qu’éprouvent les fans pour Sela fait place à une haine collective à l’égard du criminel, ce qui bouleverse petit à petit la société japonaise…

Mon avis :

Tome 1

Voici un titre que je n’aurais assurément jamais découvert ni lu sans l’article d’Opale chez Xander. Il faut dire qu’avec sa couverture qui fait tout sauf dans la dentelle, il y avait de quoi nous conduire sur la mauvaise voie. Et pourtant, maintenant que j’ai découvert le titre, ce qui me repoussait, trouve maintenant sens.

Fool’s Paradise, c’est bien l’histoire d’une idole derrière laquelle une ombre se tapit et vient tout bouleverser de manière fort sanglante. Au premier abord, on pourrait croire à une histoire un peu racoleuse avec cette jeune fille en petite robe blanche à froufrou et ce sang qui gicle devant elle. Mais en découvrant le titre, on découvre que l’histoire va bien plus loin et c’est pour ça que j’ai passé un aussi bon moment.

Le duo Ninjyamu et Misao nous offre un seinen diablement bien pensé et imaginé avec une histoire construite comme un iceberg dont on découvre peu à peu la face cachée. L’ambiance est sombre, étouffante, digne d’un vrai thriller. On ressent une peur rampante s’infiltrer en nous au fil des chapitres quand on voit d’abord l’héroïne être blessée, puis une vraie folie s’emparer de ses fans de plus en plus nombreux et de plus en plus extrêmes, et qu’on commence à s’interroger sur la personne derrière tout ça.

L’histoire devient peu à peu plus glauque, plus tordue, mais aussi plus sérieuse. Ce n’est plus seulement d’une idole qu’il est question mais de la limite entre idolâtrie et fanatisme, et surtout du système judiciaire japonais et à travers lui de celui des autres pays. Les mangakas nous proposent une véritable critique de notre société. Ils ont imaginé un monde très réaliste où un système de remise de peine et de réinsertion très efficace a été mis en place, mais comme avec l’industrie des idoles, ce n’est que la vitrine que l’on présente au public. La réalité se révèle beaucoup plus sombre et dérangeante (castration chimique, conditionnement, poussée au suicide, etc.). C’est une réalité vraiment terrifiante qui nous est décrite ici.

Le talent des auteurs fait que cela nous est révélé peu à peu au fil d’une intrigue qui mélange industrie du spectacle, monde politique et judiciaire, et société japonaise en général. On suit une héroïne, Sela, qui est chanteuse pop, ainsi qu’un homme, Kudo, qui semble très proche d’elle et au travers les yeux duquel on découvre l’histoire. On rencontre des gens de son travail et des gens intéressés par ce qu’il fait et par ce qui arrive à Sela. Tout ce petit monde, se croise et se mélange l’air de rien, faisant monter la mayonnaise avec une grande facilité, pour donner une recette très cohérente au final.

J’ai assez vite trouvée la révélation finale du tome mais cela n’enlève rien à la qualité de ce titre que je trouve très bien écrit tant il sait rester mystérieux et nous emmener là où il le souhaite l’air de rien. La série sera courte, 4 tomes, et je la suivrai avec grand plaisir jusqu’à son dénouement si la qualité reste de mise.

Tome 2

A la lecture de ce deuxième tome, je peux dire que le titre n’a rien perdu en qualité. Les rouages mis en place continuent à mettre en branle une machine qu’on ne peut plus arrêter. Le piège savamment mis en place par Sela continue à se refermer sur tout le monde. C’est passionnant et glaçant à la fois à suivre en tant que lecteur. L’auteur nous décortique petit à petit les réactions de ceux qui sont bien conscients de ce qui se passe, mais aussi celles de ceux naïfs qui suivent le mouvement. C’est un tableau assez réaliste malheureusement de notre société et de ses dérives. On voit combien les réseaux sociaux ou encore le monde du spectacle et ses représentants peuvent nous embarquer dans un mouvement dangereux, encore plus peut-être au Japon où ils ont une aura qu’ils n’ont pas chez nous. La dénonciation de la dérive sectaire est glaçante avec ses gens qui sont près à perdre de leur libre arbitre sous l’influence d’une seule personne. Effrayant !

Le résultat est un thriller entêtant pour lequel je me suis passionnée à chaque page. J’ai aimé suivre les investigations de Tokiwa qui nous amènent à revenir sur le passé de Sela, et qui nous conduit tout droit dans les bras des Ugajin et de leurs recherches top secrètes. Dans ce tome, encore très bien construit, j’ai trouvé intelligent de commencer à amener d’anciens « camarades » de prison de Sela qui vont j’en suis sûre jouer un rôle important par la suite.

Fool’s Paradise reste donc une lecture sous tension, avec un tome qui amorce un virage plus dur encore peut-être que le premier puisqu’on rentre de plein pied dans l’enquête de ceux se doutant de quelque chose et qu’on également combien les événements sont en train de déraper pour cette population japonaise sous influence prête à faire tout et n’importe quoi en dépit du bon sens. Une très bonne lecture !

Tome 3

Je suis un peu plus partagée qu’après mes lectures précédentes avec ce tome. C’est toujours aussi addictif mais je regrette que certaines pistes soient laissées en jachère et je n’aime pas l’arrivée d’un nouveau personnage.

Le tome s’ouvre sous tension avec le sauvetage des anciens détenus par l’un de leur camarade. J’attendais beaucoup de ce groupe mais il va s’effacer ensuite pendant tout le tome. Je n’ai donc pas trop compris à quoi ils servaient… On se recentre ensuite sur Sela qu’il faut arrêter. Celle-ci est de plus en plus ambigüe dans ses relations. Qui veut-elle vraiment éliminer ou sauver ? On se demande. Ce n’est pas clair. Du coup, je trouve que les phases où elle est censée manipuler son entourage tombent un peu à plat et font clichés. De la même façon, le psy qui arrive pour épauler son tuteur afin de l’arrêter est très cliché. J’attendais autre chose de sa part après l’avoir découvert, mais je le trouve beaucoup trop poseur et pas net.

Heureusement, environ au tiers du tome, l’intervention de papy Ugajin vient secouer tout ça le temps d’un chapitre haletant au possible où il traque Sela avec une froideur génialissime. La suite retombe un peu à plat malheureusement côté rythme parce qu’on repart sur un scénar psychologique où la manipulatrice change un temps de visage (mais pas de cercle ^^). On revoit le même phénomène qu’auparavant avec la montée en puissance de cette frénésie populaire orchestrée par une fille et une femme derrière elle qui veulent faire passer leurs idées extrémistes. C’est effrayant sur ce que ça dit de la manipulation des foules. Moi leurs idées me révoltent, mais je parie que leur discours pourrait toucher des lecteurs. En tout cas, le récit des conséquences sur les gens qui ne veulent pas faire comme tout le monde est saisissant, et très juste, je pense.

Ça reste donc un récit prenant mais avec pas mal de petits détails qui commencent à me déranger. Je ne peux cependant pas du tout deviner comment cela va se terminer, et ça, c’est jouissif.

Tome 4

Fool’s Paradise est une série que j’ai beaucoup aimé au début mais que je sentais petit à petit glisser vers la facilité et les jugement à l’emporte pièce perdant ainsi pas mal de bonnes idées en cours de route. Malheureusement cet ultime opus confirme cette analyse. J’ai trouvé l’intrigue avait avancer à marcher forcée, prenant beaucoup trop de raccourcis et au final, on se perd dans le message donné, beaucoup de pistes sont aussi abandonnées en chemin sans penser que le lecteur s’en rendrait compte, peut-être. Cela donne un dernier tome beaucoup trop rapide mais surtout beaucoup trop bancal donc décevant. Le cheminement des pensées de Sela nous ait balancé à la fin à la va-vite pour essayer de tout justifier mais ça ne colle pas pour moi. Tout est bien trop superficiel.

C’est dommage parce que le message autour de ce fameux traitement SRTP était intéressant et faisait écho à la demande de pacification (et de non armement du coup) fait aux Japonais par les Américains depuis la fin de la guerre. C’est dommage parce que la critique qui était faite à cette course absurde au taux 0 de criminalité était intéressante, de même que celle de l’utilisation de la science pure au détriment du soin psychologique. J’ai aussi apprécié de revenir sur le harcèlement des opposants et des gens différents, par la masse pour peu qu’on la pousse. Les gens sont si facilement manipulables de nos jours. Ça donnait un ton glaçant à l’oeuvre, qui malheureusement s’est perdu sous un discours trop simpliste et inabouti dans ce dernier tome. Les auteurs ne seront pas allés jusqu’au bout de leurs propos. Par peur ? Par manque d’ambition ? Je ne sais pas mais ça fait cruellement défaut.

Ma note : 13,5 / 20

6 commentaires sur “Fool’s Paradise de Ninjyamu et Misao

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s