Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Les Découvertes d’Akata #12 : Les naufragés de Min-Ho Choi

Nouveau rendez-vous du mercredi où je pars à la découverte d’un titre du catalogue d’Akata.

Cette semaine, j’avais eu envie de vous parler d’un titre qui vient de tomber en arrêt de commercialisation : Les naufragés de Min-Ho Choi, l’auteur de Moi jardinier citadin dont je vous ai parlé la semaine dernière, mais qui revient avec un diptyque de leur collection « roman graphique du monde » aux couvertures poétiques.

Je vous laisse maintenant découvrir le nouveau titre choisi.

Titre : Les naufragés

Auteur : Min-Ho Choi

Éditeur vf : Akata (Roman graphique du monde)

Année de parution vf : 2015

Nombre de tomes : 2 (série terminée)

HistoireAprès avoir longtemps séjourné à l’étranger, un jeune adulte rentre en Corée pour habiter dans la vieille maison qu’il vient d’hériter de son père. Il décide alors, malgré le quartier chaud dans lequel il se trouve, de transformer cette maison en boutique d’aquariophilie. Traumatisé par une enfance douloureuse, sa passion pour les poissons va lui servir de nid, pour s’isoler du reste du monde… Mais au fil de ses rencontres, et notamment grâce à la belle Eunsou, prostituée du quartier autant écorchée par la vie que lui, une nouvelle flamme va naître dans son cœur.
Et si, malgré cette société trop étouffante, ces deux-là, véritables naufragés de la vie, réussissaient enfin à vivre ?

Mon avis :

Tome 1

Après Moi jardinier citadin, Min-Ho Choi nous embarque à la découverte de deux naufragés de la vie dans un titre très poétique et pas forcément facile d’accès.

Nous marchons dans les pas d’un jeune homme qui revient dans sa maison de famille après en avoir hérité parce que son père s’est retrouvé paralysé suite à une hémorragie cérébrale. Il décide d’y ouvrir un magasin vendant des poissons, et y fait la rencontre de la mystérieuse Eun-Soo qui devient une cliente régulière.

Honnêtement, au début, je ne voyais pas où voulait en venir l’auteur. Bien sûr, je trouvais le héros très singulier mais je ne comprenais pas pourquoi. J’ai donc suivi l’histoire tranquillement, profitant de la belle ambiance poétique que l’auteur avait su créer dans ce petit quartier atypique où le héros côtoie des voisins un peu farfelus et une vie nocturne très animée. Tout comme les dessins, c’était doux, triste et mélancolique à la fois, donnant une ambiance un peu hors du temps et de la réalité.

Et puis, petit à petit, au fil de ses rencontres avec la belle et troublante Eun-Soo, le voile de mystère l’entourant se lève et l’on comprend de quoi il souffre. Ce qui était mystérieux devient terriblement douloureux et poignant et l’histoire prend alors une toute autre ampleur. La tragédie qui a su faire se rencontrer ses deux êtres, a également su éveiller mon intérêt de lectrice et donner envie de lire la suite, ce qui n’aurait peut-être pas été le cas autrement.

Car les débuts sont vraiment difficiles, pour ne pas dire hermétiques, malgré les très beaux dessins de ce titre tout en couleur. Les métaphores sont foisonnantes et n’aident pas toujours à la lecture au début. De même, le thème des poissons qui inonde l’oeuvre est intéressante mais parfois un peu abscons. Heureusement tout s’éclaircit dans la dernière partie et nous démontre que l’auteur est vraiment un excellent narrateur.

Tome 2

Dans le premier tome, j’avais découvert un univers subtile et poétique mais terriblement dur et cruel dans lequel deux jeunes gens essayaient de surnager et de survivre. Dans ce second et dernier tome, l’auteur parachève leur voyage.

Cette fois, je n’ai pas été troublée par les débuts qui sont la suite directe du premier tome. On plonge en plein dans le passé et l’histoire de ces deux héros tellement ravagés par leur famille et le destin. Le héros fait face à sa relation compliquée avec son père. On apprend aussi l’origine tragique de son trouble qui est également confirmée dans les dernières pages comme je le pressentais.

Face à lui, nous avons la belle Eun-Soo qui porte ce tome. Elle a tout de l’héroïne de tragédie. C’est terriblement triste de découvrir petit à petit son parcours et ses blessures au sens propre comme au figuré. A travers elle, l’auteur parle de ces enfants ravagés par leurs parents, enfants qui sont obligés de faire des choix qui bousillent leur vie et dont il est très dur de se remettre.

C’est pourquoi, j’ai été particulièrement touchée par la lumière qui émane de cette oeuvre où la rencontre de deux être blessés permet de les faire sortir de l’impasse où ils se trouvent. Certes le ton est lent et contemplatif parfois, les métaphores sont encore foison et parfois on ne saisit pas tout tout de suite tant on a l’impression d’être hors du temps, mais une fois qu’on comprend pourquoi, c’est terriblement touchant. L’auteur fait preuve d’une grande force pour parler ainsi des enfants cabossés par la vie, de la prostitution, de la dépression, du handicap ou encore des maladies mentales. Mais il n’oublie pas de nous montrer la lumière dans ces ténèbres. Une rencontre peut tout changer et c’est ce qui se produit ici.

Les Naufragés était un titre à découvrir malgré ses dehors un peu difficiles peut-être. Le ton, le dessin, l’ambiance, mais surtout les sujets touchent et donnent à réfléchir. Merci Akata pour cette découverte qui malheureusement bientôt ne pourra pas être offerte à tous.

Ma note : 15 / 20

Découvrez, Les Naufragés sur le site Akata.fr.

Découvrez aussi sur mon blog, les titres suivants d’Akata :

 

 

    

    

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s