Séries Tv - Films

Film : Les Animaux Fantastiques 2 : Les Crimes de Grindelwald

Titre : Les Animaux Fantastiques 2 : Les Crimes de Grindelwald

Réalisateur : David Yates

Scénariste : J.K. Rowling

Pays : Royaume-Uni et Etats-Unis

Année : 2018

Durée : 2 h 14

Genre : Fantastique

Acteurs : Eddie Redmayne, Johnny Depp, Jude Law, Katherine Waterston, Ezra Miller, Zoë Kravitz, Callum Turner, Alison Sudol, Dan Fogler, William Nadylam, Claudia Kim…

Histoire : 1927. Quelques mois après sa capture, le célèbre sorcier Gellert Grindelwald s’évade comme il l’avait promis et de façon spectaculaire. Réunissant de plus en plus de partisans, il est à l’origine d’attaques d’humains normaux par des sorciers et seul celui qu’il considérait autrefois comme un ami, Albus Dumbledore, semble capable de l’arrêter. Mais Dumbledore ne peut intervenir et va devoir faire appel au seul sorcier ayant déjoué les plans de Grindelwald auparavant : son ancien élève Norbert Dragonneau. L’aventure qui les attend réunit Norbert avec Tina, Queenie et Jacob mais cette mission va également tester la loyauté de chacun face aux nouveaux dangers qui se dressent sur leur chemin, dans un monde magique plus dangereux et divisé que jamais.

Mon avis :

En bonne fan de l’univers créé par J.K. Rowling, comme la fois précédente, je suis allée le jour même voir ce nouveau volet de sa saga consacrée aux Animaux Fantastiques. Autant vous dire d’emblée, je n’ai absolument pas été déçue. J’ai préféré ce film au précédent, je l’ai trouvé plus sombre, mieux construit et mieux écrit, et j’ai trouvé les enjeux plus intéressants. Cependant malgré cela, plusieurs points m’ont dérangée et je ne serais pas une telle fan de l’univers, je pense que ma note de ce film serait bien moins bonne. J’ai été trop indulgente ^^

ATTENTION CRITIQUE AVEC SPOILS

Fini New York, place à l’Europe dans ce nouvel opus. Les aventures de Norbert se partagent entre Londres et Paris, tandis qu’on le suit sur les traces de Grindelwald et de ses mystérieux plans maintenant qu’il s’y est réfugié après son impressionnante évasion des premières minutes. Norbert qui n’a rien d’un Auror va se retrouver embarqué bien malgré lui dans ce rôle afin de traquer le magicien mais surtout de sauver le jeune Croyance.

Par rapport au premier film, j’ai trouvé celui-ci bien plus cohérent. L’histoire se centre sur des histoires de familles qui titillent la curiosité de tous les fans de l’univers de HP : les familles Lestrange et Dumbledore. Du coup, on apprend plein de choses sur eux qui expliquent certains événements du premier volet qui avaient pu sembler très tirés par les cheveux. Et cela permet de bien faire le lien avec ce qui se produit dans ce deuxième film. Après, je ne suis pas forcément d’accord avec tous les choix faits. Je trouve certains d’entre eux trop faciles, difficilement explicables voire incohérent avec la mythologie de l’univers déjà posée dans la saga principale, mais j’attends de voir les explications de Rowling dans les prochains films.

Deuxième point positif du film, j’ai beaucoup aimé le développement qui y est fait des personnages. On y creuse très joliment le personnage de Norbert dans toute sa complexité, notamment à travers sa relation avec son frère et sa belle-soeur. Le premier n’est pas du tout le fier à bras que j’attendais mais un personnage bien plus complexe pour qui son frère compte beaucoup. La seconde est mon COUP de COEUR du film. J’ai trouvé Zoé Kravitz très convaincante dans le rôle de cette méchante qui n’en est pas une. Avec une nom pareil, je m’attendais au pire, mais Léta est un beau personnage incompris, dont je regrette énormément le sort final. On découvre également Dumbledore jeune et c’est l’occasion de le voir sous les traits du cabotin Jude Law, ce qui lui va très bien. J’aime beaucoup la complexité que l’on ressent derrière son sourire de façade. C’est un personnage tortueux qui est très bien rendu ici que ce soit de par sa relation avec Norbert, avec Grindelwald avec le Ministère ou avec sa famille. Bien sûr, on retrouve aussi les personnages croisés à N.Y, Jacob est toujours un bon ressort comique mais en développant sa relation avec Queeny, on lui a donné une autre dimension. Celle-ci m’a fait vraiment de la peine dans le film et j’aurais aimé qu’on s’attarde plus sur son malaise pour expliquer son choix final. Seule Tina m’a semblé assez fade et mal exploitée. C’est aussi le cas de Croyance et de Nagini dans ce film, ce qui est fort dommage vu leur place centrale dans le scénario.

J’en viens ainsi à un autre point qui m’a beaucoup plu, ce que je n’aurais pas cru pouvoir dire : Grindelwald. J’ai trouvé Johnny Deep bien meilleur que je le pensais dans ce rôle. On ressent bien toute la noirceur, la folie mais aussi la ruse du personnage qui est un vrai dictateur et manipulateur dans l’âme, il fait froid dans le dos. La mise en scène de tout son travail de sape pour se trouver des fidèles prêts à le suivre dans sa voie est bluffant. La façon dont petit à petit il encercle Croyance pour le convertir à sa cause est extrêmement simple mais malin. La scène finale où il réunit tous ces « disciples » dans cette espèce d’arène est très bien pensée visuellement et elle marque. C’est un très bon personnage de méchant.

L’histoire est ainsi menée tambours battants depuis son évasion jusqu’à son « attaque finale » pour bien boucler la boucle. J’ai d’ailleurs trouvé le rythme bien meilleur que dans le premier. Que ce soit quand Norbert est à Londres au début ou quand il est ensuite à Paris, les péripéties abondent et on ne s’ennuie pas. Les scènes sont dynamiques et en cela, j’ai trouvé les scènes d’action forts bien filmées et prenantes, sombres à souhait et filant des frissons, que ce soit lors de l’évasion de Grindelwald, des attaques de Croyance ou du combat final contre le feu bleu. On sent qu’on a voulu nous en mettre plein les yeux et ça marche.

D’ailleurs, je salue la prouesse technique du réalisateur sur les décors, il nous a vraiment gâtés de bout en bout. J’ai adoré revoir le ministère de la magie anglais et Poudlard. J’ai été fascinée une fois de plus par la maison de Norbert et ses créatures. J’ai aimé découvrir Paris à travers leur regard même si je l’ai parfois trouvée un peu trop figée. Le ministère parisien est plein de poésie et le cimetière du Père Lachaise gothique à souhait. Bref, j’en ai pris plein les yeux.

Mon seul gros regret de ce côté-là, c’est qu’une fois de plus les créatures sont belles et fascinantes mais qu’elles ne servent pas à grand-chose dans l’histoire et c’est bien dommage. On sent clairement la volonté mercantiliste derrière… Tout comme on sent tous ces petits moments où la réalisation a voulu faire plaisir aux fans : l’humour avec Jacob et les Nifleurs, la romance avec Tina, les cours à Poudlard, le passage éclair de McGonagall, le miroir du rised, Nicolas Flamel, et j’en passe. Ça fait un peu trop de fan service…

Autre point négatif, ce sont les faiblesses du scénario et certains raccourcis. Oui, l’évasion de Grindelwald est impressionnante à voir mais pas très réalistes (si je puis dire^^) dans les faits. Le revirement de Tina est beaucoup trop simpliste et brusque. Les mystères de la famille Lestrange sont très capillotractés et l’histoire de l’échange des bébés (avec les bébés en question) difficilement croyable. L’arrivée de tout le monde au caveau des Lestrange ou moment de la réunion de Grindelwald démontre que le hasard fait bien les choses… Sans parler de la révélation finale sur Croyance à laquelle j’ai eu beaucoup de mal à croire tant elle va à l’encontre du credo de la saga… Je vais avoir besoin d’explications solides pour faire passer tout ça ^^!

Il n’empêche que je n’ai pas boudé mon plaisir. J’ai adoré retrouver Norbert et son petit côté asocial adorable. Ses relations avec ses créatures me touchent. J’ai aimé le voir avec son frère et découvrir son passé avec Léta. Le voir évoluer avec Dumbledore était aussi un régal tant celui-ci n’en fait qu’à sa tête selon ses plans que personne ne connait. J’ai aimé le voir en butte avec le ministère et découvrir celui-ci sous un jour plus sombre. J’ai eu de vrais coups de coeur pour les nouveaux personnages que ce soit Léta dont j’ai déjà parlé ou la tragique Nagini que je ne pensais pas voir ici. Croyance m’a fait de la peine et j’espère le voir vraiment découvrir qui il est et exploiter son potentiel. Grindelwald m’a surprise parce que c’était vraiment un méchant complexe comme je les aime.

BILAN

J’ai trouvé l’histoire très riche, ça foisonne de partout. C’est vraiment du grand spectacle et tout est fait (ou presque) pour nous faire plaisir et nous en mettre plein les yeux. C’est sombre, c’est tortueux et plein de mystères et révélations sur l’univers de la saga. Ça donne très très envie de voir la suite ! Rendez-vous en 2020 !

Ma note : 16 / 20

2 commentaires sur “Film : Les Animaux Fantastiques 2 : Les Crimes de Grindelwald

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s