Livres - Fantasy / Fantastique

L’Héritage des Rois-Passeurs de Manon Fargetton

Titre : L’Héritage des Rois-Passeurs

Auteur : Manon Fargetton

Editeur : Bragelonne – Milady

Année de parution : 2015 (grand format) – 2016 (poche)

Nombre de pages : 473

Histoire : La dernière héritière d’une lignée royale doit fuir notre monde et retourner dans celui de ses ancêtres pour échapper aux hommes qui veulent l’éliminer. Là-bas, une princesse rebelle rentre chez elle pour prendre ce qui lui est dû : le trône d’Ombre. Voici l’histoire de deux femmes, de deux mondes imbriqués, de deux retours simultanés qui bouleverseront une fois de plus le destin tortueux du royaume d’Ombre. Coïncidence, ou rencontre orchestrée de longue date ?

Mon avis :

J’ai un peu fait les choses à l’envers avec cette autrice et cette saga, en commençant, il y a un peu plus de un an par le deuxième tome se déroulant dans l’univers d’Ombre : Les Illusions de Sav-Loar qui furent un gros coup de coeur. Je répare les choses aujourd’hui, en lisant, ce qui fait donc office pour moi de préquelle : L’Héritage des Rois-Passeurs et contrairement à certains peut-être, je ne regrette pas de les avoir lus dans ce sens.

En effet, on sent clairement dans L’Héritage des Rois-Passeurs que nous sommes dans une oeuvre moins aboutie que sa petite soeur. La plume et le style sont plus légers, moins aboutis, de même que l’histoire et la narration dans l’ensemble. Il en reste une oeuvre plaisante avec un univers qui dévoile toutes ces promesses, mais ce n’est pas à la hauteur de sa suite qui fut l’un de mes gros coups de coeur de 2017. Ici, tout est trop simple, trop facile, trop léger en quelque sorte et c’est un peu dommage.

J’ai pourtant été emportée dès les premières pages, grâce notamment au plaisir de retrouver Ravenn, la princesse héritière du royaume d’Ombre que j’avais croisée dans l’histoire précédente, qui est une femme forte et intelligente comme je les aime. De plus, j’ai trouvé que c’était une assez bonne idée d’introduire une petite dose de fantastique avec l’arrivée d’un personnage venant tout droit de notre époque et encore plus de notre chère France. Ça donnait une petite touche d’originalité rarement vue dans le genre. Mais petit à petit, j’ai quand même un peu déchanté face à une plume résolument jeunesse et pas assez mature à mon goût.

Il en résulte une écriture des personnages qui manque de profondeur pour moi. Par exemple, concernant Ravenn on ne voit pas assez ce qui a permis de lui forger un tel caractère. Dans le cas d’Enora, c’est plutôt sa passion pour les garçons que je trouve assez malvenue ici, et son désir de vengeance aveugle tout du long, qui la ramènent sans cesse à l’image d’une gamine adolescente, ce qui est fort dommage. Les garçons, eux, sont assez transparents et leur caractère bien trop simpliste entre le solaire Charly qui ne sert pas à grand-chose et le torturé Julian qui ne fait que manier l’épée et vouloir protéger sa belle…

Autre élément qui pèche, faute à une plume pas assez mature, c’est l’écriture des aventures de nos héroïnes. En effet, leurs aventures se déroulent très vite, trop vite. Ça manque ici aussi de profondeur. Il n’y a pas de souffle épique. On passe d’un danger à l’autre très rapidement. Les batailles, les combats ne font pas frémir et n’emballent pas notre coeur. On n’a jamais vraiment peur pour les personnages, même le premier massacre que l’on suit qui est pourtant assez brutal et plutôt survolé comme ce sera le cas par la suite lors des Heures Sombres dans la dernière partie. Je regrette vraiment le fait que l’autrice n’ait pas pris plus le temps de poser son histoire et ce qui la rythme, pour la rendre plus sombre et menaçante.

A côté de ça, j’ai trouvé l’univers passionnant. J’ai aimé l’idée d’associer l’univers d’Ombre au notre à travers l’histoire des Rois-Passeurs et des Noirs Portraits. Je trouve le monde d’Ombre très intéressant aussi avec cette alliance entre religion, magie et pouvoir autour du trône. J’ai aimé le développement autour de chacun de ces partis, de ces ordres et j’ai aussi apprécié de suivre les conflits au palais autour de la succession, mais aussi autour de ceux qui devaient diriger le royaume d’un point de vue plus large. L’introduction par moment dans l’histoire des Dieux régissant ce royaume est également une riche idée qui n’a pas été sans me rappeler mon titre chouchou de N.K. Jemisin. J’ai aussi beaucoup aimé les petits textes parsemant le volume qui explique des événements passés ou des coutumes de leur royaume, ça enrichit vraiment l’univers de la saga.

J’ai également beaucoup aimé, comme ce fut le cas dans Les Illusions de Sav-Loar, d’avoir une sorte de fantasy au féminin où les héros sont des héroïnes, avec des personnalités toutes aussi fortes et imposantes, tout en conservant leur caractère féminin. J’ai aussi apprécié d’avoir une héroïne ouvertement homosexuelle et une autre assez libérée sur le plan sexuel, ça change des bondieuseries et des femmes objets/femmes soumises qu’on croise trop souvent en High Fantasy. Ainsi, on croise brièvement les magiciennes de Sav-Loar qui sont l’emblème de ses femmes fortes que veut mettre en scène l’autrice et que le lecteur se plaira à retrouver par la suite. Par contre, ce sont les personnages masculins que j’ai trouvés un peu trop effacés pour le coup… L’équilibre n’est pas encore tout à fait réussi.

Il reste qu’il y a beaucoup de belles idées en germes dans cette histoire, certaines se sont concrétisées dans L’Héritage des Rois-Passeurs et d’autres ne demandent encore qu’à l’être peut-être dans une nouvelle incartade dans le monde d’Ombre. En tout cas, si l’autrice devait y retourner, je serais au rendez-vous !

Note : Je préfère largement la couverture en grand format à celle de sa version poche où je n’aime pas du tout le design de la Princesse…

Ma note : 15 / 20

14 commentaires sur “L’Héritage des Rois-Passeurs de Manon Fargetton

  1. C’est dommage que tu ne l’aies pas apprécié autant que Les illusions de Sav-Loar.

    Ceci dit, je reste persuadée que l’ordre de lecture a un impact sur notre appréciation. Ayant commencé par L’héritage des Rois-Passeurs que j’avais adoré, mais que j’estimais très rapide (a contrario, la dynamique était excellente, donc je ne pouvais pas lui en vouloir), j’ai trouvé que Les illusions de Sav-Loar était l’approfondissement que tous les lecteurs attendaient. Du coup, ça n’a fait que renforcer mon coup de coeur pour cette saga 🙂

    Mais, bien entendu, chacun est libre d’avoir sa propre appréciation 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. C’est sûr que l’ordre compte, là ayant commencé par quelque chose de plus sombre, plus travaillé, mieux écrit, la comparaison était forcément plus rude, je n’en doute pas. Mais j’aurais sûrement ressenti les mêmes défauts dans l’ordre inverse et peut-être que je n’aurais pas lu la suite du coup, alors personnellement je suis ravie de l’avoir fait dans ce sens.
      Après ce sont aussi de vieilles habitudes de lectrice. Quand j’étais ado, je lisais les séries dans le désordre le plus complet en fonction des tomes que je trouvais en librairie vu que je ne pouvais pas y aller très souvent et qu’il n’y avait pas le net comme de nos jours 😉

      Aimé par 1 personne

      1. C’est vrai que tu aurais pu t’arrêter au premier volet s’il ne t’avais pas plus emballée que ça ;).

        Ah, je lisais aussi quelques séries dans le désordre, pour les mêmes raisons que toi, mais c’était des livres pour la jeunesse, donc c’était quand même possible de suivre. Par la suite, quand j’ai commencé la fantasy, j’ai compris que je ne pourrais plus faire ça ^^.

        Et puis, en fin de compte, il n’y a pas vraiment d’ordre pour cette série. On estime que le premier est L’Héritage des Rois-Passeurs, simplement parce qu’il est sorti avant l’autre 🙂

        Aimé par 1 personne

      2. C’est exactement ça, c’est bien pour ça que ça ne m’a pas gênée de le lire après côté histoire.
        Mais c’est vrai que maintenant, quand je peux, je préfère tout de même lire dans l’ordre surtout pour des sagas qui ont un vrai fil conducteur à suivre. Ça m’évite de me casser la tête comme avant pour tout faire recoller (j’ai lu les premiers tomes de la Roue du temps dans le désordre par exemple ><).

        Aimé par 1 personne

  2. Le fait que les personnages masculins soient un peu effacés ne m’a pas trop dérangé… pour une fois que c’est pas le contraire xD Ah et moi même si j’apprécie la couverture du GF, je préfère celle de la version poche. Je pense que d’avoir commencé par le « deux » au lieu de celui-ci a du jouer sur son ton appréciation globale.

    Aimé par 1 personne

  3. Ça a été l’inverse pour moi. Bien que je sois d’accord avec le fait qu’on sent un gain de maturité et d’envie d’approfondir véritablement son histoire entre les deux tomes, j’ai préféré L’héritage des rois-passeurs aux Illusions(…). Pour diverses raisons d’ailleurs : je trouvais que Les illusions avaient un début me rappelant trop le tome 3 de la saga Kushiel, puis certains aspects de l’histoire m’avaient semblé longs à se mettre en place.
    Par contre cette idée de superposer les deux mondes ça c’était la vraie force de cet univers !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s