Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Ping Pong de Taiyou Matsumoto

Titre : Ping Pong

Auteur : Taiyou Matsumoto

Éditeur vf : Delcourt-Tonkam

Année de parution vf : 2019 (pour cette réédition)

Nombre de tomes : 1 / 2 (en cours pour cette édition prestige)

Histoire : Smile et Peko, amis d’enfance, fréquentent le même Lycée et sont inscrits au club de ping pong. De caractères très différents, Smile a toujours vécu dans l’ombre de Peko à qui tout réussit… jusqu’au jour où face à un joueur chinois de très haut niveau, Peko, qui rêve de devenir champion du monde, perd le match sans marquer un seul point. De son côté, Smile, pour qui le pingpong est un simple loisir, se fait remarquer par l’entraîneur du club de son lycée…
À l’occasion de l’exposition Matsumoto à Angoulême 2019, Delcourt/ Tonkam réédite Ping Pong dans une version prestige.

Mon avis :

Tome 1

Ça fait longtemps que j’ai envie de redécouvrir Taiyô Matsumoto auquel je m’étais frotté sans succès dans les années 2000. Avec la vague de réédition de ses titres à l’occasion de sa présence à Angoulême, j’ai de suite pensé que Ping Pong serait parfait pour moi vu que je suis fan de titres sportifs. Cependant, après la lecture de ce premier, je me sens un peu bête d’avoir réduit Ping Pong à cela car c’est un titre beaucoup plus riche.

Une fois que l’on dépasse les dessins assez personnels pour ne pas dire particuliers de l’auteur, on découvre dans Ping Pong un très beau titre tranche de vie sur l’adolescence et la jeunesse. Nous suivons au début deux jeunes joueurs de ping pong qu’on surnomme Peko et Smile. Ils sont amis d’enfance et si l’un est très solaire et attire donc tout le monde, l’autre est plus taciturne et solitaire. Ils vivent tous les deux en dilettantes leur passion pour le ping pong mais certaines rencontres vont venir bouleverser cela, et une forme de rivalité va venir s’installer peu à peu entre eux.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance qu’installe progressivement l’auteur. C’est à la fois un peu triste et désenchanté mais avec une pointe de passion brute par moment qui vient nous fouetter les sangs et nous réveiller brutalement. Cette jeunesse qu’il expose sous nos yeux est blasée par la vie. Elle se laisse porter et semble ne rien en attendre. La passion vient donc la frapper brutalement et l’emporte d’autant plus facilement.

Avec ses chapitres courts, vifs et incisifs, Taiyou Matsumoto propose une narration un peu hachée très accrocheuse qui font de ce titre un vrai page turner alors que pourtant l’histoire n’est pas forcément passionnante au début, surtout avec ces personnages un brin antipathiques. Peko est trop sûr de lui et dilettante. Smile est trop en retrait et sans énergie. Mais il va y avoir un grain de sable qui va se glisser dans leur soulier et va venir les déranger, donnant une force inattendue au titre.

Entre les critiques sociales de cette jeunesse désabusée, des entraîneurs qui poussent parfois trop leurs joueurs ou encore du culte du groupe, on a aussi droit à des matchs de ping pong vraiment très intenses qui m’ont passionnée. On y découvre tout le talent de l’auteur qui en profite pour en faire les miroirs de ce qui agite alors ses personnages. Alors certes les trajectoires des balles sont parfois peu lisibles mais les intensions des personnages elles n’en sont que plus criantes. Et ainsi transparait sous nos yeux la transformation d’un garçon toujours en retrait, en un garçon sur de lui, qui est en train de devenir un monstre dans son domaine grâce à la fois à son entraineur qui l’aide à se trouver / révéler et ses adversaires qui le poussent à se dépasser.

Ping Pong est un titre qui aura su me surprendre. Sous ses dehors de titre sportif très efficace, notamment grâce au découpage brut de son dessinateur, il se dégage un dynamisme criant de rage et d’énergie, celle d’une jeunesse qui se cherche et s’achemine lentement mais puissamment vers l’âge adulte.

Ma note : 16 / 20

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si vous souhaitez une analyse plus poussée ensuite, je vous invite à lire le dossier de Manganews sur son adaptation animée qui correspond bien à mon ressenti ici ^-^

11 commentaires sur “Ping Pong de Taiyou Matsumoto

    1. Oui, c’est une édition deluxe comme celles des Tezuka, donc environ 30€ le tome (il y en aura 2). Après, c’est « vieux » oui, mais si tu aimes le style de Matsumoto maintenant, tu aimeras celui qu’il avait à cette époque parce que les deux sont quand même assez intemporels du fait de leur côté atypique ^^
      A toi de voir, peut-être que je peux le trouver en médiathèque dans l’ancienne édition pour tester 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Désolée, Ping Pong est le seul dont je suis venue à bout. Je me suis contentée de regarder (ou abandonner les autres ><) lol
        Mais Sofia de Lire en Bulles m'a dit que son dernier oneshot Eveil était très bien apparemment 😉

        Aimé par 1 personne

      2. Il faut vite palier à ce drame xD
        Mes préférences vont à Paradise Kiss et Gokinjo, suivis de Nana et Je ne suis pas un ange. J’ai eu plus de mal avec Last Quarter qu’il faudrait que je relise, et Marine Blue est totalement dispensable, je trouve ^^
        Quels sont tes préférés dans tes souvenirs ?

        Aimé par 1 personne

      3. Nana est mon favori, mais hélas je me suis séparé de mes tomes car on n’aura jamais la fin…
        J’avais beaucoup aimé Last Quarter, mais c’était un peu court. Paradise Kiss m’avait laissé un bon souvenir. J’ai vu qu’une intégrale en un seul tome était dispo, mais le format fait pas envie, je trouve va assez gros comme objet, pas très confortable à lire.
        Je pense essayer Gokinjo et Marine Blue, que je n’ai jamais lus.

        Aimé par 1 personne

      4. Oh c’est dommage de t’en être séparé pour ça. Pour moi, c’est pas grave de ne pas avoir de fin si on a tout aimé jusqu’à présent, c’est frustrant certes mais ça ne me donne pas envie de m’en séparer.
        Effectivement, l’intégrale de ParaKiss en un tome est un format qui ne me donne pas très envie. J’ai l’ancienne édition en 5 tomes…
        Après si je peux te conseiller, à ta place, je prendrais plutôt Gokinjo, plus abouti, plus belle édition 😉

        Aimé par 1 personne

      5. Bah, ça me prenait de la place pour rien au final, donc j’ai préféré les revendre (puis c’était il y a longtemps, je regrette un peu maintenant ^^)
        Oui, je vais prendre Gokinjo en priorité ^^

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s