Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Le bateau de Thésée de Toshiya Higashimoto

Titre : Le bateau de Thésée

Auteur : Toshiya Higashimoto

Éditeur vf : Vega – Dupuis (seinen)

Année de parution vf : Depuis 2019

Nombre de tomes vf : 9 / 10 (en cours)

Histoire : Tokyo, de nos jours… la vie d’un père bascule lorsque sa femme meurt lors de l’accouchement de leur enfant. Face à sa vie et perturbé, le père part à Hokkaido, terrain de son enfance. Mais alors qu’il retrouve les traces de son passé familial, on apprend que son propre père fut un criminel responsable d’un massacre à Hokkaido. Un mystère entoure cette histoire, qu’il se défie de résoudre. Thriller « temporel », le manga offre une jolie construction en miroir, entre présent et passé.

Mon avis :

Tome 1

Dès l’annonce de ce titre, j’ai senti qu’il était fait pour moi. Le côté brumeux des couvertures, le titre qui fleure bon la mythologie, l’histoire de ce fils qui cherche à savoir si son père est bien un criminel, tout ça m’attirait énormément. La lecture du premier tome a confirmé cette attirance et j’ai passé un excellent moment à découvrir ce premier thriller des jeunes éditions Vega.

Nous découvrons, en France, le travail de Toshiya Higashimoto avec son titre le plus récent, mais il n’en est pas à son coup d’essai dans le domaine des seinen manga et cela s’en ressent d’emblée grâce à une narration d’une grande fluidité, construite pour conserver l’attention du lecteur de bout en bout. Il tisse peu à peu la toile du mystère qui entoure l’accusation de meurtres du père du héros et nous fait ainsi pénétrer dans les méandres de l’affaire avec grand talent.

Au début, nous suivons un jeune trentenaire dont la femme est enceinte. Shin est un peu étrange, à travailler comme manoeuvre alors qu’il pourrait être prof, et à porter sans cesse un masque alors même qu’il n’est pas malade. On découvre que tout cela vient du passé de sa famille. Son père a été accusé de terribles meurtres avant même sa naissance et sa famille fait tout depuis pour passer inaperçue et ne pas réveiller la peine des familles des victimes.

A travers ce récit, le mangaka parle de sujets lourds dans notre société : peut-on faire porter la responsabilité d’un crime à la famille du coupable ? Qu’en est-il de la présomption d’innocence ? Les médias doivent-ils sans cesse faire ressortir une histoire qu’on pense close ? etc. Les questions sont nombreuses et pour le moment, les débuts de réponses apportés en disent beaucoup à la fois sur la société japonaise et sur cet auteur qui cherche vraiment à faire la part des choses.

Ainsi, on va suivre le fils du présumé coupable, Shin, qui suite à un terrible drame personnel, va se mettre en quête de la vérité sur les meurtres dont on accuse son père, puisque ce dernier clame encore son innocence et que le contexte où cela a eu lieu était bien trouble. Pour cela, l’auteur va utiliser un procédé narratif déjà vu dans d’autres histoires mais qui prend tout son sens ici et que j’ai beaucoup aimé, mais dont je vous conserve la surprise. Il permet en tout cas de nous plonger en plein coeur de cette sombre histoire et de nous mettre bien dans les pas du héros. On va donc suivre ce dernier et se poser mille questions avec lui.

C’est en effet l’une des richesses du titre : la mise en place et la tenue du mystère. Le mangaka nous distille des informations au compte-goutte, à travers les récits des journaux, les notes de certains, ou des K7 audios qu’on entend. Du coup, on échafaude des hypothèses mais rapidement on se met à douter. Tout le monde semble suspect et la brume qui entoure cette affaire est encore plus épaisse en fermant le tome qu’en l’ouvrant. D’ailleurs, l’ambiance n’a pas été sans me rappeler par moment celle qu’aime instaurer Stephen King dans ses histoires, c’est dire.

Les dessins, eux, sont très typés seinen et thriller. Toshiya Higashimoto donne une vraie identité graphique à ses personnages. Les décors sont bien présents et jouent un vrai rôle dans l’histoire. Le découpage est classique mais efficace et l’introduction de découpes de journaux/magazines est bien faite. Seule la couverture est au final un peu décevante par rapport au contenu parce qu’elle a un côté dur et très figé, mais cela va évoluer par la suite.

J’ai donc passé un très bon moment de lecture. J’ai enchaîné les chapitres l’air de rien, complètement immergée dans l’histoire de cette quête d’un fils voulant apprendre à connaître un père qu’il n’a jamais vu, et ainsi faire la lumière sur l’affaire qui a empoisonné la vie de toute sa famille, afin de pouvoir offrir un cadre serein à sa propre fille. Il me tarde vraiment de poursuivre cette histoire au sein de ce petit village de campagne où tant de mystères se produisent.

Tome 2

Ce thriller continue à tenir toutes ses promesses dans un deuxième tome où le huis clos se fait encore plus sentir. Notre héros poursuit son enquête et sa mission, et trouve rapidement une aide inattendue mais bien utile et assez logique au final.

L’histoire a un déroulement assez classique dans sa construction. Ça ne part pas dans tous les sens. L’auteur prend le temps de poser son ambiance de petite ville tranquille où des incidents étranges se produisent. C’est une ambiance très particulière, un peu à la Stephen King comme je vous l’avais dit, mais avec une touche japonaise très prégnante. De plus Toshiya Hgashimoto commence à corser les choses en nous faisant entendre de plus en plus la voix du tueur, en parallèle des événements qui se produisent, ce qui alourdit l’atmosphère et c’est parfait pour ce genre de titre.

Après ne vous attendez pas à une évolution folle dans ce tome, l’histoire suit juste son cours avec l’arrivée d’événements prévus qui arrivent à être évités ou pas, et l’ajout de nouveaux parce que la présence de Shin va forcément changer des choses. C’est donc simple mais efficace et ça marche très bien avec moi.

Tome 3

Merci à Vega de continuer à publier cette série à un rythme soutenu permettant de savourer l’avancée de ce thriller si bien écrit. La tension monte d’un cran dans ce tome après le deuxième qui était un peu plus mou. Le criminel passe à l’action, une petite fille disparait et c’est le duo père-fils qui est sur l’enquête, mais ils sont eux aussi suspect pour d’autres. Cela donne une toile saisissante où on retient notre souffle du début à la fin en se demandant s’ils vont la sauver, si le coupable est bien celui qu’on croit et s’il a vraiment osé faire ça, et si eux aussi ne vont pas bientôt avoir des ennuis. C’est simple, classique mais très bien écrit, alors je me suis régalée une fois de plus. J’aime la façon dont l’enquête avance avec ces deux protagonistes se faisant une confiance aveugle, enfin jusqu’à un certain point puis qu’on commence à sentir l’agacement de l’un face aux connaissances de l’autre. De notre point de vue de lecteur, l’histoire est de plus en plus trouble et le coupable et sa complice qu’on nous présente semble être de parfaits hommes de paille pour un criminel plus machiavélique mais encore bien caché, qu’on ne découvre qu’à travers les quelques mystérieuses paroles qu’il dissémine dans les pages de chaque tome. Que de suspenses, que de suspense !

Tome 4

Nouveau tome toujours aussi tendu. L’angoisse monte petit à petit et nous saisit à la gorge tandis que l’auteur fait avancer son histoire un peu sur le même schéma qu’Erased. Le rythme est excellent et l’histoire palpitante tant on continue à se demander qui se cache derrière la voix de l’assassin.

Dans ce tome deux confrontations clés avec deux hommes cherchant à comprendre qui est Shin, vu qu’il est maintenant l’un des suspects majeurs de l’affaire à force d’y mettre son nez. L’enquête peine à avancer un peu à cause de ça je trouve, mais à la fin du premier tiers, nous avons une avancée majeure dans l’histoire en tant que telle grâce à un aveux cathartique du héros. C’est d’ailleurs le point d’achoppement avant un nouveau basculement de l’intrigue. J’ai été surprise de ce changement de paradigme que je n’attendais pas ici, du moins pas si tôt, pas comme ça. Tout change et le drame est encore plus présent, on sent vraiment le désespoir de Shin, encore plus qu’avant et on se demande comment il va rebondir à présent.

Un tome haletant, surprenant et dramatique à souhait. Je reste fan de cette série.

Tome 5

Après la surprise du tome précédent, nous revoici donc dans le présent à suivre la suite des aventures de Shin qui cherche toujours à comprendre ce qu’il s’est passé dans son village natal quand son père a été accusé d’une série de meurtre.

L’auteur reprend un peu trop des schémas narratifs déjà utilisés dans ce tome. On a un présent qui ne correspond pas exactement à celui qu’il avait laissé sans surprise. On a un meurtrier (?) qui lui envoie des dessins, indices. On a de nouveaux doutes portées sur quelqu’un de proche. Rien de bien surprenant et pour autant cela fonctionne très bien parce que l’histoire est bien rythmée, bien narrée, que le héros est attachant dans sa quête de vérité pour aider ce père qu’il n’avait pas connu avant de le rencontrer dans son voyage dans le passé.

C’est justement le point fort de ce tome : les retrouvailles entre Shin et son père, celui-ci ne l’ayant pas oublié. Ce vieil homme est terriblement touchant. Il est resté très humain malgré tout ce qu’il a vécu. J’ai bien aimé le voir nous raconter ce qu’il s’était passé après le départ de Shin, pour voir combien sa connaissance du futur a pu le trahir et le pousser à passer pour coupable. C’est tragique même si à nouveau quand même très téléphoné.

La seule chose qui m’a dérangé, c’est l’orientation ensuite du récit vers la soeur aînée de Shin. Je trouve son personnage ainsi que celui de son compagnon vraiment glauques et dérangeants, sans que ça ne sonne juste en plus. Il y avait mieux à faire ici. On passe trop vite sur ce qu’elle a vécu en tant qu’enfant d’un homme jugé coupable.

La série reste donc un vrai plaisir à lire mais j’ai eu l’impression de retrouver trop de grosses ficelles dans ce tome. J’attends plus de surprises et de stress de ce genre de série.

Tome 6

Après une pause de plus d’un an qui aura permis au petit éditeur qui portait la série de trouver une maison d’édition plus importante par le soutenir dans l’aventure, c’est avec grand plaisir que j’ai replongé dans les turpitudes de l’affaire du père de Shin.

La plume de l’auteur étant ce qu’elle est, c’est avec une grande facilité que je suis repartie avec lui dans les mystères de cette affaire, sans jamais avoir le sentiment d’être perdu. Au contraire, l’auteur nous accompagne bien, nous rappelant, sans que ce soit forcé, les derniers développements. C’est extrêmement bien fait.

Alors si on oublie la dimension fantastique, très peu présente dans ce tome, nous sommes avec un thriller assez classique mais terriblement efficace avec des développements parfaitement dosés par faire monter le suspens et la pression.

Dans ce tome, les enfants survivants revoient leur père qui leur apprend une nouvelle surprenante sur une possible révision de son procès grâce à de nouvelles preuves pouvant l’innocenter. Mais ce serait trop simple si cela s’arrêtait là. La soeur de Shin vit avec un homme qui est une ancienne victime de l’affaire et qui ignore qui elle est. « La mère adoptive » de cet homme est l’ancienne institutrice de l’école qui voue une haine viscérale à leur père. Tous les ingrédients sont là pour que ça tourne mal.

On peut avoir le sentiment que l’histoire avance peu, mais c’est parce que l’auteur tourne son focus vers de nouveaux personnages, de nouveaux drames, pour encore densifier sa trame narrative. Les rebondissements sont vraiment surprenants car ils sortent un peu brutalement du chapeau de l’auteur, comme lorsque Shin est surpris lors d’une conversation ou qu’un nouveau témoin apparait des années et des années après. On peut trouver que ce sont des facilités, pour moi, ce sont surtout de bons éléments pour relancer l’intrigue et lui éviter de piétiner. Maintenant cependant, j’ai besoin de quelques bribes de réponses parce que ça fait quand même 6 tomes qu’on attend ^^!

Le bateau de Thésée reste pour moi un très bon moment de lecture, car c’est un thriller efficace, nerveux, où l’auteur prend le temps de soigner aussi bien les personnages que l’histoire ou l’ambiance qu’il souhaite installer. Le rythme est un peu décousu mais le mystère reste complet et c’est parfait pour nous tenir en haleine !

Tome 7

Nous avons beau être dans un thriller on ne peut plus classique, je n’ai pu m’empêcher de le sentiment de prendre une grosse claque avec ce nouveau tome tant la mise en scène est parfaitement calculée et calibrée. C’est impressionnant.

Avec une facilité incroyable l’auteur nous emmène un peu plus à chaque chapitre dans les méandres de cette histoire de famille et de village. Alors que pendant une grande partie du tome on change de narrateur principal, cela passe tout seul, car le basculement a été savamment opéré et qu’il a du sens. Alors que ça pourrait sembler invraisemblable, tout se goupille à merveille. C’est assez fascinant à regarder se mettre en place.

Alors tout n’est pas parfait bien sûr. Si j’ai raison sur l’idée du coupable, qui nous est fortement suggérée et qu’on devrait découvrir dans le prochain tome, je serai peut-être un peu déçue (ça dépendra des explications) car j’aurais vraiment le sentiment que ça aurait pu être « mieux ». J’ai aussi un peu de mal avec le trait de l’auteur parfois. Je ne le trouve pas assez glaçant face à la folie de certains personnages, et il a du mal à faire vieillir ses personnages, ceux-ci sont assez ratés quand ils sont censés avoir passé la cinquantaine ^^! Mais ce sont presque des points de détail.

La rencontre avec Kiko est assez fascinante. Elle nous fait un récit sur les événements passés qui fait froid dans le dos tant il a quelque chose de réaliste. En effet, son attitude de femme brimée, peureuse, qui n’ose rien dire est tout à fait crédible. Et même s’il y a pas mal de deus ex machina dans le récit qu’elle fait de ce à quoi elle a assisté et de la façon dont elle est arrivée à trouver le coupable, ce n’est pas grave, on prend parce que justement cela a quelque chose mortellement fascinant. Il en a de même quand on assiste à la manifestation de la folie de Mme Kimura, leur ancienne institutrice. Cela a quelque chose de tellement exagéré, qu’on reste sur les fesses, et qu’on ne peut qu’assister morbidement à ce qui se met en branle. Tout est donc parfaitement orchestré et mis en scène pour nous scotcher devant.

Pourtant comme je le disais, l’auteur utilise énormément de raccourcis et de grosses ficèles avec des coïncidences nombreuses et bien pratiques, que ce soit lorsque Kiko tombe sur un meurtre, ou lorsque Shin apparait au bon moment pour venir en aide à sa soeur. Vraiment ça tombe à pic tout ça. Mais une nouvelle fois on pardonne tant le reste fascine et tant le rythme soutenu du récit ne donne envie que de tourner les pages le plus vite possible.

Ce titre est donc assez fascinant dans la façon dont l’auteur parvient à rendre son récit archi classique et plein de failles passionnant à lire. Le seul gros défaut notable, c’est clairement son prix. Autant, je pouvais comprendre quand c’était encore un petit éditeur seul comme Vega qui nous faisait payer 8€ pour même pas 200 pages dans un format classique de seinen, autant avec Dupuis aux manettes maintenant, je trouve ça un peu abusé, même si je sais qu’on est dans une période d’inflation des prix…

Tome 8

Alors que je pensais voir l’histoire arriver très vite à son terme après les dernières révélations, après un chapitre d’ouverture ultra stressant, l’auteur redistribue encore les cartes pour nous lancer sur de nouvelles pistes toujours aussi glaçantes et perturbantes.

Le Bateau de Thésée est vraiment de ces oeuvres qui ne paient pas de mine mais qui petit à petit de tome en tome assoie sa qualité. Je lis peu de thriller ou de polar mais j’avoue que celui-ci me tient définitivement en haleine que ce soit par son enquête ou son utilisation du fantastique fait avec brio. Au début, je trouvais l’auteur très influencé par Kei Sanbe, aujourd’hui je peux dire qu’il a dépassé le maître pour moi. En effet, là où Kei Sanbe se répète un peu pour moi au sein de sa série et des séries qu’il a faite ensuite, Toshiya Higashimoto avec plus de sobriété produit un récit plus nerveux et maîtrisé au final. J’aime !

Ce nouveau tome s’ouvre donc sur un terrible duel entre Shin et celui qu’il pense être convaincu d’être le coupable. Je n’ose en dire plus à ce stade tant tout est possible, je crois. Puis l’histoire bascule et notre héros se retrouve à nouveau projeté dans le passé, juste avant LE terrible événement mais avec ses nouvelles connaissances.

Une nouvelle enquête commence où Shin, cette fois, se confie à son père, ce qui nous donne un nouveau duo d’enquêteurs top à suivre. J’ai adoré la tension qui s’installe avec ce compte-à-rebours lancé. Chacun confronte les idées de l’autre en fonction de ses connaissances. Une piste se dégage, un peu trop évidente peut-être, qu’ils se mettent à suivre. Et bien sûr de nouvelles ramifications apparaissent venant tout perturber, ajouter du mystère, des complications. C’est juste fascinant à suivre.

On assiste également à la naissance de la figure du serial killer. Tout se met en place insidieusement, nous est raconté avec une sobriété assez effrayante, mais quand on réalise ce qui est en jeu et qui cela concerne, c’est glaçant ! Et j’adore ça ! C’est archi classique mais parfaitement narré et mis en scène. D’une efficacité folle ! Avec en prime un petit twist final qui met une tension folle aussi dans les ultimes pages et rend l’attente du dernier tome insoutenable !

Le Bateau de Thésée est vraiment une excellente surprise, la découverte d’un auteur de polar sobre et terriblement efficace, qui sait jouer des codes classiques du genre pour mieux pondre un récit tendu, prenant et glaçant où le fantastique n’est là que pour souligner la force de son récit. J’adore !

Tome 9

Je lis peu de thrillers mais je trouve celui-ci vraiment particulièrement efficace et se maintenant de bout en bout. Même maintenant que le nom du coupable est tombé, il parvient encore à nous tenir en haleine. C’est génial !

Je me demande ce que l’auteur allait bien pouvoir encore nous raconter sur deux tomes après les dernières révélations, c’était bien mal le connaitre. En retournant dans le passé avec l’identité du coupable et surtout la présence de celui-ci qui a les mêmes pouvoirs que Shin, il tend l’histoire à son maximum, rendant celle-ci ultra prenante.

L’enquête se poursuit donc au côté du duo formé par Shin et son père. Ils ont beau connaître les tenants et aboutissants rien n’est joué car la présence de Mikio adulte change tout. Vraiment l’auteur a très bien conçu tout ça. On est dans leurs pas et dans leurs têtes. On est inquiets avec eux. On cherche les failles et les indices avec eux. J’aime beaucoup cette façon dont les cartes ont été redistribuées.

Il reste encore de nombreux points d’ombre, comme l’obsession de Mikio pour Suzu. On devine cependant assez vite son plan, se débrouiller pour empêcher la naissance de Shin, tandis qu’il parachève son plan d’extermination à l’école. Mais tout se goupille à merveille à nous faire froid dans le dos. C’est vraiment glaçant, d’autant plus qu’on en vient à douter un temps que c’est ce petit garçon qui a fait ça, on se dit que peut-être il a été manipulé par ce fameux « oncle ». Alors quand le couperet tombe, c’est d’autant plus saisissant, mais j’ai adoré ! L’auteur ose vraiment. Il n’y a que la révélation d’un Mikio prétendument victime d’abus lui aussi, qui me dérange. Faut-il que tous les tueurs en série ait un tel passé et que ce soit un motif à ce qu’ils font, je ne crois pas.

Le Bateau de Thésée poursuit son excellente trajectoire, s’inscrivant sur la liste des trop rares excellents thriller que j’ai pu lire car parfaitement pensé de bout en bout. J’avais peur d’un pétard mouillé, pour l’instant ça n’en prend pas du tout la direction, bien au contraire. Je suis ravie que Vega nous ait proposé ça quand ils se sont lancés et j’espère qu’ils continueront à trouver de belles pépites comme celle-ci même maintenant qu’ils ont fusionné avec Dupuis.

TB lecture

4 commentaires sur “Le bateau de Thésée de Toshiya Higashimoto

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s