Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Echoes de Kei Sanbe

Titre : Echoes

Auteur : Kei Sanbe

Éditeur vf : Ki-Oon (seinen)

Année de parution vf : Depuis 2019

Nombre de tomes vf : 6 (en cours)

Histoire : Senri est l’unique rescapé d’un massacre qui a emporté toute sa famille. À cinq ans, il a été retrouvé seul au milieu des cadavres de ses deux parents assassinés. Kazuto, son jumeau, a quant à lui été kidnappé puis tué. Depuis, le meurtrier reste introuvable… 13 ans plus tard, la colère de Senri ne s’est toujours pas apaisée. Et pour cause : Kazuto et lui étaient plus que des frères. Douleur, peur… les émotions de l’un étaient ressenties par l’autre, parfois accompagnées de visions pendant les pics d’angoisse. Senri a donc vécu le calvaire de son jumeau comme si c’était le sien. Son seul indice pour retrouver l’assassin, des cicatrices sur le bras du coupable, entraperçues à travers les yeux de Kazuto… Alors le jour où il voit par miracle à la télé un homme avec les mêmes stigmates, son sang ne fait qu’un tour : il tient sa vengeance !

Mon avis :

Tome 1

Cent ans après la guerre, je découvre enfin Kei Sanbe, cet auteur de thriller qui semble bien populaire chez nous puisque voici sa 6e oeuvre publiée en français. Je suis toujours un peu réticente avant de commencer un thriller à cause de ma petite âme sensible mais les nombreux avis positifs que j’ai lu lire sur celui-ci ont achevé de me convaincre, ainsi que sa couverture douce amère.

Dans Echoes, Kei Sanbe, nous relate les suites d’un fait divers comme il s’en produit des dizaines chaque année. Un petit garçon perd sa famille suite au meurtre de celui-ci par un type qu’on n’a jamais retrouvé, qui après avoir tué ses parents a aussi enlevé son frère jumeau. On retrouve ce garçon des années plus tard, devenu un adolescent tout sauf équilibré, qui monte des coups avec les petits caïds du coin pour se faire des sous. Rien d’extraordinaire en soi, mais c’est oublier un peu vite qui est aux manoeuvres.

En effet, la force du mangaka est de partir de quelque chose d’assez banal au final pour nous balancer une histoire nerveuse et pleine de mystères. Le héros n’est pas un type lambda, c’est un garçon qui tout petit partageait les ressentis de son frère et pouvait même parfois voir à travers ses yeux. Alors quand le terrible incident a eu lieu, il a brièvement entraperçu le meurtrier. Donc tout ce qu’on voit de lui une fois adolescent n’est pas juste une colère mal rentrée, il y a un but derrière. Il cherche à découvrir qui est responsable de la mort de sa famille et surtout de son frère qu’il aimait tant.

En partant de ce postulat, Kei Sanbe va bâtir un récit que je sens déjà plein de promesses en rebondissements, mais ce n’est pas tout. Il se sert également de cette affaire pour faire, comme d’autres avant lui, une critique grinçante de la société moderne japonaise où les enfants envoyés dans les foyers sont vraiment malmenés par le système et laissés sans aides véritables suite à leur traumatisme, et où des enfants vivent sous le joug tyrannique de gens qui auraient mieux fait de ne pas être parents. J’ai trouvé intéressant de retrouver cela dans ce genre de titre.

Le héros est ainsi un garçon ambigu, qui peut se montrer assez peu attachant sous sa forme d’adolescent magouilleur, mais qui renferme en fait une personnalité bien plus riche et complexe, où le drame qu’il a subi mais également la vie qu’il a mené avant, vont être des facteurs décisifs. Autour de lui, peu de personnages marquants pour le moment, si ce n’est cette espèce d’amie d’enfance qu’il a rencontré au foyer et dont on découvre peu à peu le sordide passé également. Avec eux, cela pose d’emblée le ton dur de l’histoire, un ton dont je doute qu’on démorde de sitôt, ce qui n’est pas pour me déplaire.

Ainsi dans ce premier tome, Kei Sanbe dépeint déjà une histoire dont on sait qu’elle va être rude. Que ce soit le cadre, les personnages ou les événements rien n’épargne le lecteur, qui va se retrouver face à un fait divers glaçant qui va refaire surface des années plus tard. C’est extrêmement bien écrit avec des va-et-vient intelligents entre présent et passé, entre rythme tranquille et rythme plus stressant.

Ma seule réticence vient des dessins des personnages que je n’aime pas trop, que ce soit au niveau des regards et surtout de la bouche de la copine du héros, cela me laisse une trop grande impression de maladresse, alors que pourtant le mangaka devrait être aguerri vu son parcours. Pour le reste, je suis séduite et je poursuivrai la série avec curiosité.

Tome 2

Soyons franc, même si j’ai eu un peu de mal à me relancer parce qu’entre ces 2 tomes j’avais lu Erased et que c’est cette histoire-là qui était la plus fraiche dans ma tête, j’ai encore pris énormément de plaisir à lire Echoes. Kei Sanbe est vraiment un excellent narrateur et j’ai eu la sensation de me faire mener par le bout du nez.

L’histoire de cette quête de vengeance un peu désespérée est très prenante malgré son ambiance ultra pesante. On suit encore une fois Senri dans toutes ses magouilles pour à la fin récolter du fric vite et facilement et aussi trouver le meurtrier présupposé de son frère. Les péripéties s’enchaînent entre présent et passé, le tout tissant une toile complexe dont qu’on ne pourra sûrement démêler que plus tard. Pour le moment, j’essaie juste d’en rassembler les fils au fur et à mesure pour ne pas trop me perdre.

Ça donne un héros très sombre, qui ne croit pas en l’avenir et qui a du mal à voir et encore plus saisir les mains qu’on lui tend. C’est vraiment triste. Mais pour ne pas trop plomber le lecteur quand même, le mangaka offre de bons seconds rôles près de lui pour apporter un rayon de lumière. C’est notamment le rôle que tient la fille de son orphelinat, qui le suit un peu partout ici, mais c’est également le cas, de façon plus tordu, d’un certain yakuza qu’il va croiser. C’est assez perturbant tout cet univers souterrain que l’on côtoie ici mais c’est cohérent avec la quête du héros.

Ce thriller reste donc très intelligemment construit. Il nous fait nager en eau trouble et nous embarque dans des histoires qui semblent loin du coeur de l’intrigue mais c’est un mirage pour mieux nous tromper. Bien sûr, Kei Sanbe ne serait pas Kei Sanbe, s’il ne terminait ce tome pour un cliffhanger terrible qui nous fait trépigner en attendant la suite. SPOILER : Je mise sur le frère encore en vie et qui aurait basculé du mauvais côté, ça me plairait trop ^^

Tome 3

Le côté évanescent du titre n’aura jamais été autant approprié que dans ce tome où le héros se lance à la poursuite de son frère disparu dont il pense avoir une preuve de vie. Le titre devient encore plus palpitant ici au fur et à mesure de que l’intrigue se corse et tombe dans la noirceur.

La quête de Senri n’a rien de facile et pour autant l’auteur est loin d’en faire un super héros, ce qui me plait énormément. On reste avec un garçon lambda dont seul le drame qu’il a vécu le fait sortir de l’ordinaire. De la même façon, Enan l’accompagne comme le ferait normalement une amie. Et pourtant ce qu’ils vivent est loin d’être normal, ça on le perçoit bien. Ils sont pris avec leurs amis dans un engrenage infernal dont on ne voit pas le bout. Entre guerre de clans rivaux, flics qui semblent bien louchent et assassins violents à souhait, on peut dire qu’ils sont gâtés. Cependant au milieu de tout ça, Senri commence à trouver des indices pour retrouver son frère. Il semble en apprendre plus également sur celui qu’il est devenu.

L’auteur joue à merveille les fils du thriller et du récit fantastique. L’ambiance est parfaitement dosée et le récit très dynamique. On ne décroche jamais, loin de là. Au contraire, on plonge toujours plus profondément comme le héros, mais avec l’espoir de remonter à la fin avec toutes les réponses à nos questions. Pour le moment en tout cas, je me régale comme jamais. J’aime le tournant pris par le récit et la nouvelle dimension donnée au frère du héros. C’est classique mais bien amené et bien développé. J’en redemande !

Tome 4

Comme la couverture le laissait pressentir, nous sommes en présence d’un tome où l’on va beaucoup voir Senri et Enan ensemble pour poursuivre l’enquête sur Kazuto et l’homme à la cicatrice. L’histoire va prendre un sérieux coup d’accélération grâce à cela et à l’arrivée d’un nouveau bonhomme dans l’équation, qui cherche lui aussi les mêmes hommes.

Kei Sanbe est toujours aussi doué pour mettre en scène son intrigue et faire avancer celle-ci d’un bon pas tout en la renouvelant. Aucune lassitude ne s’installe donc, même si j’ai peut-être eu le sentiment que c’était moins intense cette fois.

Senri se découvre un nouvel allié dont on va découvrir le passé et les motivations de manière assez classique. Ce sera un allié de poids sûrement, mais pour le moment c’est sa propre enquête qu’il poursuit et ce manière plutôt magistrale. Il décode avec beaucoup de maestria le carnet que son père a laissé et il nous dévoile les secrets de celui-ci. Son père cherchait déjà l’homme aux cicatrices, pour une raison certes commune mais qu’innocemment je n’avais pas vu venir. J’ai aimé être surprise par cette révélation et si en prime SPOILER on apprenait que l’homme a la cicatrice était le meilleur ami ou le frère du père des héros, voire leur propre père, je ne serais pas surprise ^^

En tout cas, le mangaka s’amuse toujours autant à nous balader dans son histoire, lui faisant prendre un tournant résolument réaliste, laissant un peu tomber ses histoires de visions et ce n’est pas plus mal. Le récit devient plus sérieux. L’enquête bouge, comme les personnages et les dernières pages nous laissent sur un cliffhanger plutôt efficace.

J’ai donc encore passé un très bon moment de lecture avec un mangaka dont on sent qu’il sait où il va et qu’il maitrise le rythme de son récit. On aime.

Tome 5

C’est encore une lecture très nerveuse que nous offre Kei Sanbe qui ouvre autant de perspectives qu’il en ferme dans ce thriller sur deux frères séparés par un terrible drame.

Senri semble se rapprocher de plus en plus de son frère. Son enquête avec Enan porte ses fruits, mais le mystère reste complet. C’est donc très astucieux de la part de l’auteur de multiplier les points de vue et de ne pas rester qu’avec lui, sinon on tournerait en rond avec son envie de vengeance et de retrouvailles. J’ai vraiment apprécier de voir de plus en plus Kazuto interagir avec son partenaire, découvrir leur dynamique et un pan de leur passé. On ne comprend toujours pas bien le sens de leur action, l’auteur gardant le mystère jusqu’au bout, mais au moins on découvre un peu leur quotidien.

De la même façon, suivre l’enquête ou plutôt les enquêtes de la police est palpitant. On voit les multiples ramifications que cela peut avoir, les différents inspecteurs qui sont sur le dossier et qui n’ont pas tous la même méthode. Mais c’est encore très flou ici aussi et on ressort avec plus de questions que de réponses.

Cependant l’ambiance est vraiment bien travaillée. C’est un thriller fantastique stressant avec les visions des héros qui sont de moins en moins un artifice. C’est passionnant de se mettre dans les pas de Senri, de chercher avec lui à remonter le fil du passé de sa famille et en même de travailler sur ses émotions complexes en relation avec l’affaire, son frère et le meurtrier de leurs parents. C’est touchant de voir Enan tenter de l’épauler alors qu’elle sait ce qu’il souhaite faire, mais elle espère à juste titre le voir évoluer dans le bon sens. Enfin, c’est inquiétant mais énigmatique de découvrir la relation entretenue par Kazuto et l’homme à la cicatrice, on s’interroge vraiment sur qui dirige qui et pourquoi. Sans parler des révélations qu’on vient d’avoir sur l’origine et les conséquences du « troisième oeil » de Kazuto qui offre de nouvelles perspectives.

Tout cela mis bout à bout donne un récit stressant, bien rythmé, qui sait varier les ambiances et suivre différents personnages à tour de rôle, ce qui rend la lecture vraiment prenante et dynamique. Un très bon cru.

Tome 6

C’est encore passé beaucoup trop vite grâce à une narration et un rythme parfaitement maîtrisés chez ce maître du thriller.

Dans ce tome, petit focus sur Kazuto, le jumeau mystérieux. L’auteur décide de nous en révéler un peu plus sur sa blessure, ses possibles objectifs vis-à-vis de son frère et le vrai caractère qu’il cache. C’est un bon moyen pour titiller encore plus notre curiosité et celle de Senri également qui n’a jamais perdu espoir de revoir un jour son frère et de le sauver.

Mais la partie vraiment frappante fut le récit de ce qu’il s’est vraiment passé le soir de la mort des parents des jumeaux, et personnellement, je n’avais pas vu la chose venir même si ça tombe sous le sens. Ça assène une nouvelle fois tout le drame de vivre dans une famille toxique où il y a quelqu’un de violent. Un drame sobrement mis en scène.

Pour le reste, c’est toujours aussi flou, par contre. On se demande bien comment ça va finir. L’auteur n’en finit plus de tendre des pièges à Senri pour l’entraîner dans des folles aventures mais dans quel but ? Mystère.

Dans ce tome, le rythme était soutenu, l’action équilibrée et on a vu le héros continuer à grandir et progresser tout en apprenant des petites choses. Je regrette juste de voir toujours les mêmes jouer le rôle d’appât, c’est un peu redondant même si c’est le genre qui veut ça.

En attendant, cela a beau être classique, je prends toujours autant de plaisir. Je trouve juste le titre un peu plus superficiel que les autres de l’auteur pour le moment. Mais peut-être que quand j’aurai terminé la série une vision globale de celle-ci me fera changer d’avis. Pour l’instant, c’est juste un thriller extrêmement bien huilé.

Ma note : 15/ 20

4 commentaires sur “Echoes de Kei Sanbe

  1. Content que tu t’y lance enfin ! J’adore ce mangaka 😍
    Je te rejoins sur le chara-design, notamment avec les bouches des femmes qui sont toujours étranges avec ce mangaka. On a l’impression qu’elles ont mis du rouge à lèvres, mais que ça a dépassé, tel un clown 🤡🤣

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s