Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Rainbow Days de Minami Mizuno

Titre : Rainbow Days

Auteurs : Minami Mizuno

Éditeur vf : Kazé

Année de parution vf : Depuis 2016

Nombre de tomes vf : 15 / 16 (en cours)

Histoire : Suivez le quotidien haut en couleur de 4 lycéens unis par une franche amitié et leurs histoires avec les filles !
– Natsuki, le doux rêveur au romantisme assumé.
– Tomoya, le playboy de ses dames adepte de la drague compulsive.
– Keiichi, un véritable sadique caché derrière son éternel sourire.
– Tsuyoshi, l’otaku timide et légèrement gaffeur aimant vivre à son rythme.
Malgré leurs différences, ils n’ont qu’un but : s’amuser et profiter à fond de leur jeunesse ! Un concentré d’amour et d’humour !

Mon avis :

Tome 1

J’entends parler de Rainbow Days depuis sa sortie, mais ses dessins très simples et typés animés, ainsi que le fait qu’on suivait un groupe de garçons ne m’attirait pas au début. Sauf que maintenant, puisque la série est finie au Japon (16 tomes) et que c’est aussi quasiment le cas chez nous, j’ai eu envie de voir pourquoi elle avait un tel succès.

Son autrice Mizuno Minami officie maintenant depuis une dizaine d’années au Japon, mais quand elle a commencé la série, elle était encore une jeune mangaka qui n’avait fait que des oneshots dans lesquels elle n’était même parfois que la dessinatrice. Rainbow Days est sa première longue série, dans laquelle elle se différencie des autres mangaka sur le créneau du shojo en suivant un groupe de garçons et non de filles, ce qui est assez rare.

Elle raconte le quotidien de quatre lycéens qui sont unis par une belle amitié et surtout le même désir : profiter de leurs années de lycée et trouver une copine ! Ils sont tous les quatre assez différents. Natsuki est le plus banal, c’est un doux rêveur au romantisme assumé. Tomoya est le playboy de ses dames adepte de la drague compulsive, il aime jongler entre plusieurs conquêtes. Keiichi est un véritable sadique caché derrière son éternel sourire de gentil garçon. Et Tsuyoshi est l’otaku timide et légèrement gaffeur aimant vivre à son rythme.

Dans ce premier tome, nous faisons tour à tour leur rencontre ainsi que celle des filles auxquelles vont s’intéresser Natsuki, Tomoya et Tsuyoshi. Nous les suivons dans leur quotidien en classe et en dehors dans ses activités typiquement japonaises : karaoké, préparation des animations du lycée, célébration de Noël avec leur(s) copine(s), révisions pour les exams de rattrapage, etc. C’est gentil tout plein. On voit que les garçons s’entendent très bien. Ils aiment se chamailler et se chambrer, tout en étant toujours là les uns pour les autres. Mais dans l’ensemble ça n’a rien de transcendant. Le rythme est bon et on sent que l’autrice maîtrise bien son sujet. Ça se laisse lire mais c’est ultra classique et surtout très téléphoné.

Cependant, les personnages ont beau être classiques, ils sont attachants. J’ai aimé que l’autrice joue avec eux, en leur donnant des caractéristiques aussi assumées. C’est amusant d’en voir un qui est un vrai otaku dont la copine aime faire du cosplay. Tandis qu’un autre, sous sa bouille d’ange, est un adepte du SM qui a du mal à trouver quelqu’un de son âge partageant ses goûts. J’ai souri de retrouver le fameux playboy qu’on voit à chaque fois ou presque se faire désarçonner par une fille détestant les garçons. Seul celui semble être mis le plus en avant, c’est-à-dire le garçon banal, me semble bien fade pour le moment et ne me plaît pas. L’autrice n’a pas encore réussi à le rendre attachant, il est juste mièvre.

J’ai plus de mal avec les dessins que je trouve pour le moment sans âme. Ils sont vus et revus pour moi. Il leur manque une vraie touche personnelle, ce qui est d’autant plus dommage quand on voit qu’elle est publiée dans le « Betsuma« où les autrices parvenues chez nous ont quand même des coups de crayons bien caractéristiques, comme par exemple : Io Sakisaka avec Blue Spring Ride, Takano Ichigo avec Orange, Aya Nakahara avec Lovely Complex, Kazune Kawahara avec Mon Histoire et même Karuho Shiina avec Sawako. Alors que Mizuno Minami se contente d’un trait très simple qui sera certes facilement transposable en animé mais qui ne me fait rien ressentir U.U

Pour conclure, Rainbow Days est un shojo lycéen très classique en dehors du fait que les héros sont des garçons et non des filles. Leurs aventures seront sûrement assez prévisibles mais comme l’ambiance est sympathique et bon enfant, je pense que je vais continuer quelques temps avec eux.

Tome 2

Après un tome d’introduction, voici un nouveau tome où il ne se passe pas grand-chose… Franchement en dehors du fait que l’ambiance est bon enfant et que les garçons sont sympathiques, on s’ennuie sérieusement. Tout est terriblement vu et revu donc téléphoné que j’ai du mal à ressentir la moindre émotion en lisant leurs aventures. On a donc droit à un petit chapitre où les garçons montrent combien ils sont soudés en affrontant des étudiants sur un cour de tennis, puis un autre dans la même veine où ils vont aider l’un d’entre eux, Tsuyoshi, à terminer les planches de son manga. Sympas mais pas révolutionnaire. Dans le genre classique, on nous refile aussi le sempiternel Festival de l’école avec ses stands de bouffes et ses animations de cosplay/travestissement. Ouais, bof. S’il n’y avait pas eu quelques petits éléments permettant de faire avancer la romance entre Anna et Natsu, j’aurais dit que le tome était complètement vide. Même le dernier chapitre où cette fois, ce sont les filles qui se retrouvent et papotent m’a laissée froide. Franchement, si c’est juste pour les faire parler entre potes/copines de leur vie de lycéens/lycéennes, je vais vite me lasser :s

Tome 3

J’avais bien râlé dans le tome précédent parce qu’il ne se passait rien, c’est le contraire ici, l’autrice fait bien bouger les choses et j’en suis ravie. Bon les bases sont toujours les mêmes, rien ne change de ce côté-là. C’est du ultra classique sur lequel on ajoute de l’humour et une bonne dose d’amitié, mais au moins ici ça fait plus le job.

L’histoire de Natsu continue à avancer et j’en suis ravie. Il est mignon avec Anna. Il se découvre un rival et doit se bouger un peu plus. Heureusement il peut compter sur l’aide de ses copains, ce qui donne des situations bien cocasses que ce soit lors de leur virée à la plage ou bien lors d’un entraînement à se déclarer sur le toit.

L’autre histoire qui avance mais terriblement lentement, c’est celle de Tomoya et Mari, mais cette dernière est juste insupportable dans sa détestation extrême des garçons. Ça rend les pages où elle est présente assez pénibles à lire parfois. C’est dommage parce que j’aime bien que l’autrice joue sur son amitié pour Anna pour la faire repousser le playboy de la bande, c’est du déjà vu mais c’est amusant.

Enfin, le dernier garçon de la bande non casé, Keiichi, tombe au détour d’un chapitre (celui sur la plage en l’occurrence) sur la fille qui va le faire craquer, je parie, et là aussi il y a du potentiel pour nous faire sourire vu qui semble être cette dernière. J’ai hâte d’en voir un peu plus de ce côté-là.

Au final, ce tome a plein de petites choses sympathiques à se mettre sous la dent, le tout se passe le plus souvent sous le regard de Tsuyoshi qui joue les spectateurs avec sa copine otaku. Ils sont mignons tous les deux d’ailleurs et j’ai aimé que l’autrice leur consacre aussi des moments à eux. Dans ce tome, elle a réussi à s’occuper de tous les garçons et je crois que c’est vraiment ce qui m’a plu. Espérons que ça continue.

Tome 4

Ce nouvel opus est un entre deux, avec les tomes 2 et 3. On y retrouve des moments tranche de vie, qui ne m’intéressent pas beaucoup ici je l’avoue car je les trouve trop légers, et des moments qui font vraiment avancer l’histoire.

J’ai bien aimé qu’on se mette à parler plus de Kei dans ce tome, il était un peu trop laissé pour compte avant. Au passage, il aurait été plus judicieux d’inverser cette couverture avec celle du tome 3 vu l’importance de chacun dans les tomes concernés… Bref, comme prévu on commence à découvrir qui sera la fille qui intéressera Kei et j’avais vu dans le mille. Avant ça, on a droit à une brève amourette fort cocasse entre l’infirmière du lycée et lui, c’était bien amusant. Pour le reste, ce sont les habituels clichés de la vie lycéenne japonaise avec les filles qui préparent des plats pour les garçons en cours de cuisine, la petite sortie au Parc d’attractions du coin, etc.

Toujours rien de révolutionnaire dans cette série mais au moins les romances avancent. Cependant, j’ai moins aimé que le tome précédent.

Tome 5

Dans la même veine que le tome précédent, nous continuons à suivre notre fine équipe qui est désormais bien constituée avec 4 garçons et 4 filles, on voit donc bien les couples se dessiner.

Cette fois, on les retrouve à leur sortie au Parc d’attractions puis à l’hôtel où ils passent la nuit tous ensemble. L’autrice met en scène plein de petits moments pour chacun. Natsuki et Anna sont toujours aussi naïfs et s’interrogent sur l’amour, c’est mignon. Tomoya et Mari commencent à se rapprocher, cette dernière le supportant un tout petit peu mieux que d’habitude, mais elle reste insupportable et il va falloir que la mangaka change ça rapidement avant de nous lasser. Keiichi, lui, se rapproche de la soeur de Tomoya en qui il voit un certain potentiel. Quant à Tsuyoshi et sa copine, tout roule toujours pour eux, mais du coup ils sont parfois un peu trop en retrait, ce que je regrette.

Bref, c’est une affaire qui marche pour l’autrice qui a compris ce que ses lecteurs voulaient : de l’humour, de la tendresse, de l’amitié et beaucoup d’amour léger. Ce n’est pas mauvais mais ça n’a rien de transcendant. Ça se laisse lire tranquillement, sans plus.

Tome 6

Ah ce tome était définitivement dans la moyenne haute de la série. La plupart des chapitres étaient vraiment trop mignons et en plus les personnages avancent, c’est chouette, même si c’est parfois à vitesse d’escargot. J’ai particulièrement aimé voir Tomoya se lancer à la conquête de Mari après avoir compris ses sentiments, même si ça ne va pas être facile pour lui. Sa conversation avec le frère de celle-ci était adorable. J’ai beaucoup aimé aussi le court chapitre sur Tsuyoshi et sa copine, j’adore vraiment leur couple, j’aimerais bien découvrir comment ils ont fini ensemble et j’aimerais qu’on les voit plus souvent. Enfin, le chapitre spécial noël avec Natsuki et Anna boucle la boucle de belle façon avec même un petit peu de piment même. Seul Keiichi m’a vraiment manqué dans ce tome. Il aurait peut-être bien de le voir plus au lieu de faire un apporté, certes sympa, sur leur camarade Chiba.

Bref un petit tome sympa plein de moments mignons où les couples continuent à avancer chacun à leur rythme avec leurs particularités.

Tome 7

Je n’ai pas grand-chose à ajouter par rapport aux autres fois vu que le schéma narratif de l’autrice est rodé. L’histoire avance sans surprise mais je commence à en avoir marre de la lenteur de la mise en place des romances. J’avais espoir pour Anna et Natsuki après la fin du tome précédent, mais au final ce dernier a tout oublié et seule Anna avance du coup. J’ai eu un temps espoir pour Tomoya mais ça reste lettre morte dans ce volume. Idem pour Tsuyoshi qu’on ne voit toujours pas assez à mon goût. J’ai également cru qu’on aurait un petit quelque chose concernant Keiichi dans les dernières pages mais ce ne fut qu’un pétard mouillé. Ça commence légèrement à m’agacer quand je vois qu’on en est déjà au tome 7 et qu’il en reste encore pas mal derrière.

Heureusement il y a aussi quelques questions intéressantes qui sont soulevées comme le consentement entre 2 personnes et le fait que celui-ci ne soit pas forcément du même degré pour tous. J’ai aussi bien aimé qu’on nous présente des lycéens avec des aspirations romantiques différentes, ce qui est normal puisqu’on est tous différents.

Tome 8

Le tome de transition par excellence où il ne se passe rien ou presque. Je suis déçue. On a d’abord l’arrivée de la soeur de Tomoya dans leur lycée, bonne nouvelle, surtout que sa relation avec Kei-chan avance, même si je n’en suis pas forcément fan vu comme elle est tordue… Mais après, on a une longue ellipse revenant sur la rencontre des 4 garçons à leur entrée au lycée et ça n’apporte rien à l’histoire. Surtout si c’est pour ensuite nous lancer sur une nouvelle piste sans vraiment la commencer, c’est-à-dire nous parler de leur futur voyage scolaire où Natsuki et son rival veulent se déclarer à Anna. Ça fait beaucoup de chapitres faisant du remplissage pour peu d’avancées dans l’histoire…

Tome 9

Que ce fut long, que ce fut long encore ! L’autrice délaye beaucoup trop son intrigue. Alors oui, c’est sympa de voir notre petite bande partir en voyage scolaire, faire des visites, s’amuser le soir dans leur hôtel, etc. Mais il ne se passe rien concrètement pendant beaucoup trop de pages et c’est agaçant surtout que c’est exclusivement centré sur Natsuki et Anna, qui ne sont pas mon couple préféré. Heureusement on a quand même droit à quelques scènes mimis entre eux, montrant qu’ils sont bien plus à l’aise ensemble qu’avant et que la déclaration n’est pas bien loin. J’ai aussi aimé la belle amitié entre Kaikun et Mochi, le premier faisant tout pour son pote. Mais maintenant, je veux que ça bouge !

Tome 10

Oui, je vais encore me répéter mais mon dieu comme c’est agaçant que l’autrice repousse et repousse encore le moment de la mise en couple de ses héros. On passe encore un tome à attendre que Natsuki ou Anna se déclare et ça n’arrive pas, parce que la mangaka a encore trouvé une bonne excuse pour le retarder. Donc de ce côté-là, la frustration est à son comble ! Heureusement, en parallèle, on a droit à des explications sur le caractère de Mari, qui est plus que pénible depuis les débuts. Le récit de son passé la rend plus touchante, on comprend d’où vient son manque de confiance en elle et dans les autres. Tomoya est d’ailleurs bien patient avec elle. Après, si on prend du recul, tout ça est quand même bien léger. Il n’y a pas à dire, ce n’est vraiment pas le shojo du siècle, dans le genre shojo lycéen classique, il y a bien meilleur et bien plus touchant sur le marché français ^^!

Tome 11

Un tome mignon où la mangaka a décidé de nous faire patienter concernant le couple principal en nous parlant des autres, ce que je n’ai pas détesté même si le procédé m’a agacée. Cependant, j’ai été ravie de conclure avec un long chapitre sur Tsuyoshi et Yukiko, et de suivre tout au long du tome l’évolution des sentiments complexes de Keiichi, même si j’ai l’impression qu’on cherche aussi à nous entuber en amoindrissant son côté sadique puisque certains doivent se dire que ça fait bizarre pour un lycéen, ce que je trouve dommage puisque c’était ce qui le rendait original. Cependant j’aime sa relation avec la soeur de Tomoya, cette dernière est une fille qui a vraiment du caractère. Reste ensuite Natsuki, Anna, Tomoya et Mari dont on reparlera sûrement dans le prochain tome vu comment se conclut leur histoire ici. Et au passage, je suis de plus en plus fan de Tomoya, de sa patience et de sa compréhension. La série remonte donc lentement dans mon coeur même si elle reste trop légère à mon goût.

Tome 12

Je pensais vraiment que ce tome serait celui que j’attendais depuis un bout de temps et encore une fois ce ne fut pas le cas. L’autrice se moque vraiment de nous ! Du coup, ça m’agace de devoir encore poireauter pour le couple principal pour lequel l’autrice est en train de tout mettre en scène avec la Fête de l’école pour apporter plus de symbolique, et d’un autre côté je suis contente de voir certaines petites choses avancer. Ainsi ça m’a fait plaisir de voir Mari se confier et se rapprocher de Tomoya, ils forment un joli couple. J’ai aussi aimé les petits moments où voyait Keiichi et Tsuyoshi. Mais je veux enfin passer à la suite, bon sang ! *cri de frustration*

Tome 13

Enfin, j’ai envie de dire ! Depuis le temps qu’on l’attendait, nous avons enfin la déclaration de Natsuki et d’Anna dans ce tome. C’était pas trop tôt ! J’ai passé un bon moment du coup même si l’autrice nous aura fait patienter jusqu’au bout voire même tourner en bourrique comme Natsuki qui cherchait un endroit tranquille pour ne pas être espionné. La déclaration fut faite dans les règles de l’art, mignonne à souhait et correspondant parfaitement aux personnages. Le nouveau petit couple est donc tout mignon, à l’image de leur premier rendez-vous. Nous avons donc maintenant 3 couples sur 4 d’établis, youpi ! Bon ça roule plus pour certains que pour d’autres mais on va pouvoir passer à autre chose. C’est ce qu’amorce la fin du tome où l’on se questionne sur cette dernière année de lycée et sur l’avenir. Il y a du boulot ! Mais avec l’humour, l’amour et l’amitié que ressentent les personnages, ça devrait bien se passer.

Tome 14

Je voulais voir plus Tsuyoshi et Yukiko depuis le début, j’ai enfin été exaucée mais j’aurais préféré que ce soit pour un autre sujet que celui-ci qui et déjà vu et revu et dont l’issue fut donc très prévisible. En effet, les garçons arrivant en terminale, il est temps pour eux de s’interroger sur leur futur. Tsuyoshi est le plus intelligent des quatre donc celui qui a le plus d’opportunités, ce qui n’est pas forcément le plus facile. Il se pose donc beaucoup de questions sur son avenir. Quelle école choisir ? Pour y apprendre quoi ? Pour exercer quel métier ensuite ? Il a 17 ans et ne sait pas, c’est tout à fait normal. J’ai apprécié de voir l’autrice traiter ce sujet comme il faut, sans en faire trop dans l’humour comme ce fut parfois le cas avec elle. Ici les questions de Tsuyoshi sont réalistes, de même que les réponses apportées à son choix et à sa relation à Yukiko. C’était donc un bon tome. J’ai apprécié d’y croiser Keiichi avec un peu les mêmes questionnements mais plus orienté sur le « pourquoi étudier ». J’espère qu’on s’arrêtera enfin sur ce personnage la prochaine fois.

Tome 15

Et voilà le dernier tome des aventures de nos quatre lycéens, de leurs copines et de leurs amis. Comme prévu, l’autrice consacre une large part à Keiichi, le Peter Pan de la bande, celui qui ne veut pas grandir et qui vit mal la fin de ses années lycée où ils se sont tant amusés les uns avec les autres. Je comprends et partage totalement sa nostalgie, du coup ça a rendu ce dernier tome tout mignon à lire. Le dernier chapitre en particulier est parfait pour clore ces 15 tomes passés avec eux. On sent bien l’amour et l’amitié qui les lient.

Certes le titre ne restera pas dans ma mémoire mais ce fut une lecture sympathique de bout en bout où j’ai senti l’autrice progresser au fil des pages, notamment au niveau des dessins qui sont beaucoup plus fins et détaillés qu’au début et transmettent plus d’émotion. Ce ne sont plus juste des traits faciles à animer et ça fait plaisir. Rainbow days fut une jolie petite bluette adolescente agréable à lire en cette fin d’été qui correspond aussi pour nous au moment de l’année où l’on a dû dire au revoir à nos amis quand on changeait de niveau ou d’établissement.

Il reste désormais un volume d’histoires supplémentaires que j’espère bien voir sortir chez Kazé 😉

Ma note : 13 / 20

9 commentaires sur “Rainbow Days de Minami Mizuno

      1. Le problème, c’est que quand tu commences à en avoir lu pas mal dans le genre, ce qui est mon cas, tu deviens plus difficile et tu cherches ceux qui ont le petit truc en plus. Et malheureusement ce ne fut pas le cas ici U.U

        Aimé par 1 personne

      2. Eh oui, le schéma reste toujours le même :/ Et pourtant le concept avait l’air intéressant puisqu’on a l’air de suivre des garçons, ce que je trouve plutôt rare, sauf dans les shonen xD C’est tellement dommage.. :/

        Aimé par 1 personne

  1. Quoi tu viens aussi de lire tout Rainbow Days d’une traite ? T’es pas humaine ! 😱
    Plus sérieusement, j’avais bien aimé les trois premiers tomes, mais j’ai jamais continué, il faudrait que je me m’y remette un de ces jours, peut-être 😁

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s