Livres - Science-Fiction

Ubik de Philip K. Dick

Titre : Ubik

Auteur : Philip K. Dick

Éditeur vf (poche) : 10/18

Années de parution : 1969 (vo) / 1970 (vf)

Nombre de pages : 286

Histoire : La publicité des organismes de protection anti-psi proclame : « Défendez votre intimité. Est-ce qu’un étranger n’est pas à l’affût de vos pensées ? Ëtes-vous vraiment seul ? Cela concerne les télépathes mais aussi les précognitifs. Vos actes sont-ils prédits par quelqu’un que vous n’avez jamais rencontré ? Mettez fin à votre anxiété ; contactez le plus proche organisme de protection… » C’est dans cet univers que Glen Runciter vit et meurt. Mais meurt-il vraiment ? Le temps s’en va en lambeaux. Une bouffée de 1939 dérive en 1992. Et par les trous du décor se glissent les messages d’Ubik. Ubik qui est partout, Ubik qui est tout. Mais qui est Ubik ?

Mon avis :

Ubik est un classique de la science-fiction, tout comme son auteur est devenu un incontournable du genre. Pour ma part, je le connais plus pour les adaptations de ses romans et nouvelles au cinéma et à la télé que pour ses écrits à proprement dire que j’ai peu lus, alors il était temps de vraiment m’y frotter avec un titre aussi emblématique que celui-ci.

Ubik est d’une lecture aisée. J’avais un peu peur qu’avec un titre datant des années 70, le style ait vieilli et que la lecture soit malaisée, mais ce ne fut pas du tout le cas. Au contraire, il aurait très bien pu avoir été écrit de nos jours tant la plume fut fluide à lire.

Par contre, Ubik est une lecture exigeante. L’auteur y développe de nombreux thèmes qui s’entremêlent dans une intrigue complexe qui peut parfois nous faire perdre pied. L’histoire se déroule dans un monde futuriste où des individus ont certains pouvoirs psy : prévision du futur, altération du passé, altération des objets, évaluation des pouvoirs des autres, etc. Nous suivons, un certain Joe Chip, qui travaille pour une société et traque pour elle des télépathes. Son patron, Runciter, l’enjoint de venir, avec lui et toute une équipe d’experts aux pouvoirs psy, à un rendez-vous avec un grand ponte sur la Lune, mais cela ne se passe pas du tout comme prévu. S’en suit une véritable aventure dans un monde où les personnages ne savent plus s’ils sont vivants ou morts et où se déroulent de drôles d’événements parce que le temps leur joue des tours. Tout comme nous ils se retrouvent embarqués dans quelque chose qui les dépasse et dont ils peinent à comprendre le sens.

C’est ça Ubik, un imbroglio d’événements bizarres où le héros tente péniblement d’avancer pour sortir la tête de l’eau et lui donner un sens. C’est très prenant car nous cherchons nous aussi à rassembler les indices disséminés pour obtenir quelque chose de cohérent. Mais ça met complètement la tête à l’envers au fur et à mesure que nos théories s’écroulent ou nous emportent plus loin. J’ai aimé cette sensation étrange et en même temps j’ai eu le sentiment d’une certaine vacuité au final qui m’a laissée sur ma faim.

Pour autant, j’ai trouvé les différents thèmes développés par l’auteur dans cet univers très intéressants. Il brosse d’abord le portrait d’une société capitaliste poussée à l’extrême où tout est payant même l’ouverture de la porte du frigo chez soi… Il parle également beaucoup de la vie et de la mort, notamment avec l’invention d’une forme de vie après la mort : la « semi-vie » qui permet encore un temps de communiquer avec les morts, ce qui donne une dimension très métaphysique au roman, surtout que l’un des personnages clés de l’histoire est un espèce de vampire psychique post mortem. Passionnant et fascinant. Dernier thème important : les univers parallèles qu’il imbrique avec la dimension métaphysique de son histoire. Il s’en sert comme véritable moteur de l’histoire, nous faisant vite sentir que quelque chose n’est pas normal, puis laissant jouer son talent de conteur pour nous embarquer toujours plus loin dans de nombreux retournements de situations.

Pour finir, un dernier mot sur les personnages de cette histoire atypique qui le sont tout autant. On se retrouve dans Ubik avec un personnage principal très discret, Runciter, qui n’intervient que lorsqu’un problème se présente, un peu comme s’il était le maître du jeu. J’ai trouvé ça assez innovant pour l’époque. Ça permet ensuite de bien mettre en lumière les personnages secondaires un brin schizophréniques du récit : Chip, Pat, Jorry et Ella. Le premier est, comme souvent chez l’auteur (cf Blade Runner), un vrai anti-héros : il boit, n’a pas un sou, parle mal, joue les fiers à bras. Mais ça permet d’autant plus de s’attacher à ses aventures et d’y participer avec lui, alors qu’avec un Runciter bien plus lisse au premier abord, cela aurait été plus compliqué.

Pour conclure, je comprends pourquoi on considère Ubik comme un classique de la science-fiction. C’est une oeuvre qui n’a pas pris une ride aussi bien dans ce qu’elle dénonce que dans son écriture. Cependant, je regrette le sentiment d’une certaine vacuité finale à toute cette histoire. J’aime quand les récits ont plu d’ampleur que ça. Ici, je suis restée sur ma faim, même si c’est très bien écrit et mis en scène.

Ma note : 15 / 20

5 commentaires sur “Ubik de Philip K. Dick

    1. Je me doutais que le sujet te plairait ainsi que le fait que ce soit un classique de la SF 😉
      Après je trouve que K.Dick a d’excellentes idées mais qu’il a du mal à terminer ses histoires souvent. Il faudrait que j’en lise d’autres peut-être moins connues pour voir si ça se confirme ^^

      Aimé par 1 personne

      1. Je viens de vérifier, j’ai bien un receuil de nouvelle. C’est « Dans le jardin et autres réalités déviantes ». Il faudrait que je le lise avant de me lancer dans un grand roman. C’est lui qui a écrit Total Recall il me semble non ?

        Aimé par 1 personne

      2. Si je ne dis pas de bêtises, oui, ainsi que Blade Runner et Minority Report 😉
        Si tu as aimes, il y a une série tv qui adapte certaines de ses nouvelles : Electric Dream (je crois ^^’)

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s