Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Talli – Fille de la lune de Sourya

Titre : Talli – Fille de la lune

Auteur : Sourya

Éditeur : Ankama

Année de parution : Depuis 2018

Nombre de tomes : 2 (en cours)

Histoire : Dans un univers fantastique, un seigneur féodal élève seul sa fille adoptive : Talli, descendante des Dresseurs, un peuple disparu possédant un pouvoir fabuleux mais aussi très dangereux. Cachée aux yeux de tous, la princesse entame alors un grand voyage vers les rives de l’Ouest à la recherche de ses origines et de ce mystérieux pouvoir.

Mon avis :

Tome 1

Depuis plusieurs semaines, on parle énormément de ce titre : Talli – Fille de la Lune, sur les réseaux sociaux à grands renforts de publicité pour attirer les futurs lecteurs et de promo sur le petit prix de son tome 1 (5€), forcément comme je suis faible, j’ai fini par céder à leurs sirènes. Pour autant, je ne suis absolument pas déçue de mon achat !

Talli – Fille de la Lune est ce que l’on peut appeler un manfra, c’est-à-dire une de bande-dessinée réalisée par un auteur français mais qui s’inspire énormément des manga, au point d’en utiliser tous les codes et d’avoir un produit final très ressemblant. D’habitude, ce n’est pas autant le cas chez les autres auteurs qui se contentent d’y puiser leurs inspirations mais qui dans la réalisation ne parviennent pas à avoir la même qualité. Honnêtement, en général quand ce n’est pas dessiné, réalisé par un Japonais, je le repère de suite. Mais ici, une fois n’est pas coutume, je dois avouer que j’ai été bluffée par le travail de Sourya qui ressemble énormément à ce que font les Japonais au point de s’y méprendre.

Celui-ci est né tout comme moi en 1986 et a été diplômé de l’Institut Supérieur des Arts Appliqués de Paris, puis de l’École des Métiers du Cinéma d’Animation d’Angoulême. Entre 2013 et 2015, on le découvre chez Ankama aux dessins de Freaks’ Squeele – Rouge (3 tomes) de la franchise du même nom. Puis, il revient en 2018 avec une oeuvre originale cette fois : Talli – Fille de la Lune.

Ce dernier est un titre d’héroïc-fantasy dans la plus pure tradition, dans lequel il associe son amour pour les jeux de rôle japonais à de nombreuses références manga. Du coup, pour l’amatrice de fantasy et de manga que je suis, le titre m’a de suite parlé.

J’ai beaucoup aimé suivre Talli, une orpheline avec un mystérieux pouvoir, recueillie par un puissant seigneur, mais qui doit fuir quand un autre apprend sa présence chez lui. Pourquoi l’intéresse-t-elle ? Quels sont ses pouvoirs ? D’où lui viennent-ils ? Qui est-elle ? Ce sont là quelques unes des questions que nous serons amenés à nous poser dès le début de l’histoire et qui nous accompagneront un temps.

J’ai trouvé d’emblée la narration de Sourya très bien fichue. Il nous accompagne pas à pas dans la découverte de son univers sans qu’à aucun moment ça devienne indigeste. Il distille plutôt les informations au gré des aventures de son héroïne et ça passe très bien. Ça donne un vrai allant à la série, ce que j’ai adoré. Ensuite, on sent qu’il a bien réfléchi à son univers et à son histoire avant de se lancer, ce qui fait que tout coule de source, tout s’enchaine à merveille sans accroc, et là aussi c’est un vrai plus à la lecture.

On se retrouve ainsi (pour ma part) en territoire connu, dans un univers de fantasy digne des jeux de rôle que l’auteur aime tant. On y découvre un cadre moyenâgeux typique (château fort, marché de bric et de broc, hérétiques, guilde, taverne…) avec Talli, une jeune file noble adoptée, héritière d’un pouvoir ancestral, qui va devoir s’enfuir et chercher refuge, ce qui va l’amener à vivre de grandes aventures. Elle est aidée par un chevalier, Allan et rencontre sur son chemin, un mystérieux vieil homme et son apprenti qui cachent tous deux bien leur jeu et sont très forts. Ils vont tous deux l’accompagner dans sa fuite et l’aider à passer chaque obstacle. Derrière cette fuite, il y a l’histoire de son mystérieux pouvoir qui prend racine dans les légendes de ce monde où les personnages évoluent. Et bien sûr, des hommes avides de pouvoir le convoitent. Voici les bases de cette histoire, ma foi classique mais très prenante à lire parce que la dynamique est bonne. 

Il y a une autre chose que j’ai apprécié dans les débuts de cette saga, ce sont les références, peut-être inconsciente, je ne sais pas, de l’auteur à des manga que j’ai lus, ainsi Talli ressemble à des personnages de Kaoru Mori (Bride Stories), son chevalier Allan à Gros Yeux dans Vinland Saga, et Nina la chevalière qui la pourchasse à Olivia de FullMetal Alchemist. Ses autres compagnons me disent également quelque chose mais je n’ai pas encore réussi à mettre le doigt dessus ^^ Franchement, ça donne vraiment un petit truc en plus appréciable à la lecture.

Les dessins sont un autre point positif dans ma découverte du travail de Sourya. Je les ai trouvé très harmonieux dans l’ensemble et collant vraiment au genre donné à l’histoire. Ils sont le résultat d’un beau mélange entre dessins d’inspiration manga et dessin d’inspiration plus personnelle donc sûrement européenne. Cependant quand on regarde de plus près, on ne peut s’empêcher de trouver des petits défauts. Ainsi, je trouve qu’il y a un problème assez désagréable de pixellisation/texturisation des trames et fonds gris (ou bien est-ce voulu ?). Des maladresses sont également présentes dans certaines prises de vues aériennes, dans les fonds un peu vides ou manquants de détails, brefs étant trop sommaires. J’ai aussi été vite agacée pas l’usage tout sauf subtil, pour ne pas dire maladroit et excessif, des lignes de forces et de vitesse. Mais ce sont des défauts de jeunesse, facilement corrigeables, je pense, qui surtout n’enlèvent pas le plaisir que j’ai pris à découvrir ce titre.

Pour terminer, je voudrais saluer le travail de la maison d’édition : Ankama, dont je découvrais le travail ici. L’objet livre est de toute beauté, surtout pour un modique prix de 5€. La couverture épaisse, sur un papier canson texturé, donne un côté très qualitatif et correspond bien, selon moi, à l’époque où se déroule le récit. Le format 30% plus grand que celui des manga est sympa pour découvrir les planches. Le papier à l’intérieur est également épais et devrait bien résister au passage du temps. L’impression est nickel avec des noirs et blancs bien affirmés. Franchement, c’est un sans faute pour moi de ce côté-là.

En conclusion, Talli – Fille de la Lune fut une vraie surprise. Je ne pensais pas autant apprécier ce titre, parce que j’ai toujours un a priori négatif sur les titres européens qui disent être des « manga », souvent on en est bien loin. Ici, c’est l’exception qui défie la règle. L’histoire a beau être une classique aventure d’héroïc-fantasy avec une héroïne qui découvre ses pouvoirs, fuit ses ennemis et se fait des alliés en route tout en découvrant ses origines, c’est très bien raconté et mis en scène. Seuls les dessins, pourtant beaux dans l’ensemble, présentent de petits défauts quand on regarde dans le détail. Et l’édition est tip top. A 5€ vous n’avez aucune excuse pour ne pas sauter le pas si vous êtes friand de ce genre d’histoire !

Tome 2

Un deuxième tome encore plus qualitatif que celui qui m’avait permis de découvrir la série. Certains des défauts graphiques que je pointais ont été corrigés ici (plus de problèmes avec les gris) et c’est un vrai plus pour moi qui tique vite quand un détail dans les dessins accrochent mon regard à tort ^^!

Pour ce qui est de l’histoire par contre, on marque un peu le pas, comme souvent dans ce genre d’histoire. L’auteur pose son intrigue et cela s’en ressent dans le rythme, puisque les révélations sont moins nombreuses. Mais cela se fait afin de développer les personnages et je ne critiquerai jamais cela. J’aime quand on nous présente le background de ceux-ci et ici j’ai apprécié de découvrir ce qui était arrivé à Lelo ou encore d’où vient Nina. Cela permet de rendre le groupe plus attachant et plus profond, car c’est vraiment la constitution de celui-ci avec des ajouts notables qui est au coeur de ce tome. En plus de Nina, il y a aussi une paire de jumeaux un peu fou fou qui rejoint notre héroïne.

La mythologie n’est pas abandonnée pour autant. On découvre ce qui se cache derrière la forêt interdite, les créatures qui semblent la peupler et pourquoi. On nous en apprend également plus sur les Invocatrices d’autrefois, la guerre qu’elles ont menée et ce qu’elles sont devenues.

Par contre, pour moi, nous n’en sommes encore qu’au tout début et quand je lis sur la 4e de couverture « série en 3 tomes », je prends peur. Je n’aimerais pas me sentir coupée dans mon élan…

Ma note : 15,5 / 20

Ce diaporama nécessite JavaScript.

9 commentaires sur “Talli – Fille de la lune de Sourya

  1. Pour le tome 3, c’est en attente, vu que les ventes ne sont pas bonnes ce qui explique que Ankama ait décidé de relancer le tome 1 au prix de 5€. Pour ça aussi qu’il y a eu un grand élan sur les réseaux où tout le monde en parlaient. J’espère sincèrement qu’il verra le jour parce que c’est l’une de mes récentes surprises en matière de manga. Contente que tu es toi aussi apprécié ces deux tomes

    Aimé par 1 personne

    1. Ah, je me demandais justement pourquoi ils en avaient tant parlé d’un coup. Je comprends mieux et je soutiens totalement le projet. J’espère vivement qu’on aura la suite parce que c’est pour moi l’un des rares (le seul) projet de « manga » à la française qui m’ait convaincue ^^

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s