Livres - BD / Illustrations

Les carnets de Cerise de Joris Chamblain et Aurélie Neyret

Titre : Les carnets de Cerise

Auteurs : Joris Chamblain (histoire) et Aurélie Neyret (dessins)

Éditeur : Soleil (Métamorphose)

Années de parution : 2012-2017

Nombre de tomes : 5 (série terminée) + 1 hors-série

Résumé du tome 1 : « Il était une fois… Quand j’étais petite, je me suis fait la promesse que si un jour, j’avais un journal intime, il commencerait comme ça. Il était une fois… ben moi, Cerise ! J’ai dix ans et demi et mon rêve, c’est de devenir romancière. Mon truc à moi pour raconter des histoires, c’est d’observer les gens, imaginer leur vie, leurs secrets. On a tous un secret enfoui que l’on ne dit pas, qui fait de nous ce que nous sommes…
En ce moment, avec les copines, on observe quelqu’un de vraiment mystérieux… »

Mon avis :

Tome 1 : Le zoo pétrifié

Ça fait un bout de temps maintenant que j’ai envie de découvrir cette série tant les couvertures me charment à chaque fois. Alors, j’ai profité du projet BD de ma classe pour acquérir celui-ci et le découvrir pour le faire ensuite découvrir à mes élèves.

Comme je m’y attendais, on se retrouve avec un titre vraiment magique, féérique et très poétique, où les auteurs nous charment d’emblée par un format différent. Nous sommes en présence d’une bande-dessinée résolument moderne, où l’on s’amuse à mêler des pages entières de journal intime (avec photos, dessins, coupes de presse…) et planches plus classiques – quoique – de BD. C’est très appréciable. Ça rend la BD dynamique, unique et immersive.

Immersive parce que l’on suit l’enquête que la jeune Cerise, apprentie romancière, mène sur un mystérieux monsieur couvert de peinture qui passe régulièrement à proximité de sa cabane dans les bois. Avec ses copines, elles décident donc de s’intéresser à cette affaire de plus près et elle découvre une fantastique histoire juste très très émouvante et plein de belles valeurs, dont je ne vous révèlerai pas grand-chose pour ne pas vous gâcher le plaisir.

Joris Chamblain et Aurélie Neyret ont parfaitement su jouer sur la nostalgie des adultes avec cette saga qui s’adresse aux petits comme aux grands. Leur héroïne et ses amies ont des airs de Club des Cinq et l’histoire se déroule dans un cadre un peu datée très plaisant mais surtout nostalgique, pour nous adultes, grâce à cette petite ville toute tranquille où évoluent les personnages. Le secret de l’histoire, lui aussi, jouera sur votre fibre nostalgique quand vous le découvrirait et vous en serez enchanté, j’en suis sûre, tant il est magique !

Les dessins contribuent d’ailleurs énormément au succès que ce titre a rencontré chez moi. Ils sont magnifiques, très doux et poétiques. J’ai aimé l’absence de cadre des cases qui laisse ainsi filé les couleurs des dessins. Celles-ci sont délavées telles des aquarelles et se marient ainsi à merveille avec l’ambiance de l’histoire qui se veut nostalgique et fait appel à nos souvenirs d’enfance. Les teintes sont douces et harmonieuses mais savent être vivent et frappante quand il le faut. C’est vraiment féérique.

Ainsi, ce titre a vraiment fait carton plein chez moi. J’ai tout aimé : ses dessins, son ambiance, son histoire, ses personnages et son format également. Cela se lit sans faim et sans déplaisir avec un grand sourire au lèvre et le coeur en bandoulière tant celui-ci est touché à chaque instant. Je voudrais plus de bande-dessinée comme ça pour les jeunes !

Ma note : 17 / 20

Tome 2

Nouvelle aventure de Cerise. Après mon coup de coeur pour le tome 1, je m’attendais à avoir le même pour la suite, ce n’est malheureusement pas tout à fait le cas.

Les dessins sont toujours aussi beaux. Je suis toujours aussi fan de la colorisation ultra douce et qui correspond à merveille à l’ambiance étrange et estivale du tome. Je trouve aussi génial de suivre les aventures de Cerise à travers les pages de son journal. Tout ça, c’est excellent et c’est vraiment devenu la marque de fabrique de la série.

Mais dans ce tome, je n’ai pas retrouvé la belle ambiance d’amitié du premier. Il faut dire que l’héroïne est longtemps séparée de ses copines pendant les vacances qui la séparent également de sa première rentrée au collège. C’est un moment étrange, dont je me rappelle également avec une certaine anxiété et je pense que c’est cette dernière que l’on ressent tout au long de l’album. Les filles n’arrivent pas à être aussi bonnes copines qu’avant. Cerise n’est pas très sympa avec tout le monde. On sent que le changement n’est pas loin, même si rien n’est dit, et que ça bouscule les choses. Alors ça a beau être une ambiance estivale, ce n’est pas une ambiance chaude et chaleureuse comme dans le premier tome. Les auteurs ont certes eu le talent de le rendre mais ça pèse également sur le plaisir de lecture qui n’y est plus.

Cette deuxième aventure marque encore plus l’individualisme de l’héroïne et ce n’est pas chouette à voir. Cerise n’est pas une petite fille que j’apprécie ici. Elle est curieuse d’accord, mais ici, ce n’est pas dans le bon sens. Certes cela se termine bien, mais elle a fait beaucoup de mal à plein de monde pour en arriver là. Heureusement les auteurs ne la laisse pas filer comme ça et la font réparer, ce qui tranche avec le tome précédent. On a ainsi une histoire en deux temps, celui de l’enquête et celui de la réparation.

L’enquête en elle-même est intéressante, elle a touché mon coeur d’amatrice de belle romance et d’amoureuse des livres. Cerise cherche à savoir pourquoi une vieille dame emprunte toujours le même livre et le secret que ça cache. On découvre un nouveau lieu qui fait rêver, la bibliothèque, et surtout l’histoire d’un couple qui est très émouvant. J’y ai cependant noté, une petite erreur historique, je crois. SPOILER : le mari, vu les dates, a participé à la Seconde guerre mondiale, or sur la représentation d’une scène où on le voit à la guerre, on se croirait pendant la Première (p.43). Point de détail mais qui m’a fait tiquer et comme j’avais du mal déjà à rentrer dans l’histoire, ça n’a pas trop aidé…

La réparation, elle, est trop facile et superficielle pour moi. J’espère qu’on verra par la suite le personnage de Cerise évoluer un peu plus, sinon je comprendrais totalement que ses copines la lâchent et que ça finisse mal avec sa mère. D’ailleurs, de ce côté-là, je comprends mal pourquoi les auteurs ont imaginé une telle relation entre les deux, ce n’est pas très sain et ça manque d’explications. Autant dans le tome 1, ça prête à sourire, autant dans ce tome 2, j’ai ressenti un malaise à cause de ça.

Avec Le livre d’Hector, les aventures de Cerise ont marqué un petit temps d’arrêt pour moi. Je n’ai pas retrouvé la pêche et la luminosité chaleureuse de sa première aventure. J’espère que ce petit coup de mou est dû à l’entrée dans l’adolescence et que la prochaine fois, nous retrouverons une héroïne grandie, moins désagréable envers son entourage et moins égoïste. Heureusement l’histoire d’Hector était très belle, elle.

Ma note : 15 / 20

Ce diaporama nécessite JavaScript.

8 commentaires sur “Les carnets de Cerise de Joris Chamblain et Aurélie Neyret

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s