Livres - BD / Illustrations

Heartstopper d’Alice Oseman

Titre : Heartstopper

Auteur : Alice Oseman

Éditeur vf : Hachette

Année de parution vf : Depuis 2019

Nombre de tomes vf : 3 (en cours)

Histoire : Ceci est l’histoire de deux lycéens. Nick, le rugbyman au sourire solaire. Charlie, le musicien au coeur solitaire. Parce qu’ils évoluent dans des cercles différents, parce qu’ils n’ont pas le même caractère, leur amitié n’était pas gagnée. Pourtant, petit à petit, de façon irrésistible, Charlie tombe amoureux. Même s’il sait que Nick aime les filles. Même s’il sait qu’il n’a aucune chance. Alors, pour ne pas mettre en péril cette amitié naissante qui compte pour lui plus que tout, Charlie préfère garder le silence…

Mon avis :

Tome 1 : Deux garçons, une rencontre

Gagné lors d’une Masse Critique sur Babelio, ce titre me faisait de l’oeil depuis sa sortie anglaise grâce aux blogueurs littéraires qui en disaient le plus grand bien. J’ai donc été ravie de le gagner.

Dans un premier temps quand je l’ai reçu, j’ai été surprise de découvrir une bande-dessinée. J’avais dû lire les avis trop rapidement parce que j’étais persuadée que c’était un roman et le format de l’éditeur n’a pas aidé à défaire cette confusion… Mais nous sommes en fait en présence d’une bande-dessinée que d’autres qualifient de roman graphique et en cela, je pense qu’effectivement le texte l’emporte sur les dessins.

Ces derniers sont vraiment le gros point noir du titre selon moi. Ils sont trop naïfs, trop simples et contiennent trop d’erreurs. Les visages des héros ont trop souvent les mêmes expressions et celles-ci ne sonnent pas très juste. De plus, les décors sont quasiment absents. Il n’y a aucune richesse dans ces dessins, seuls quelques idées de composition semblent poétiques par moment mais il aurait fallu quelqu’un avec un vrai coup de crayon pour mieux les porter. Je suis donc assez déçue de ce côté-là et ce n’est pas ce point qui m’aura fait apprécier le titre.

Heureusement au fil des pages, l’histoire de la rencontre de ces deux garçons nous emporte et nous fait oublier la faiblesse des dessins, parce que l’histoire, elle, est très forte. J’ai eu l’impression de me retrouver dans un yaoi/boys love à l’européenne, avec la rencontre entre un garçon ouvertement homosexuel dans une école pour garçons et un autre qui, lui, pense être hétéro. Ils se nouent rapidement entre eux une belle amitié mais dans laquelle on sent vite poindre une certaine attirance des deux côtés et donc beaucoup d’interrogations parce que l’un pense être tombé amoureux d’un hétéro et l’autre ne comprend pas ce qu’il commence à ressentir parce qu’il pense n’aimer que les filles.

L’ambiance est douce et tranquille avec l’évolution de cette relation au fil des mois et des saisons. Les deux héros sont de belles personnages avec de belles valeurs. L’un a rapidement assumé ce qu’il était en faisant son coming-out au collège. Il fait de la batterie et est doué à la course. Il est solaire et sait vite se faire apprécier des autres. Le second est en apparence le stéréotype du sportif, mais au fond c’est une bonne pâte, toujours là pour défendre et aider ses amis, et il est très ouvert d’esprit. On les suit donc faire maladroitement leurs premiers pas en tant qu’amis et plus si affinités.

J’ai beaucoup aimé la tendresse et la douceur avec laquelle l’autrice met en scène leur relation. Elle sait prendre son temps, choisir des scènes banales pour des lycéens mais très porteuses de sens pour eux deux. En quelques coups de crayons, elle nous fait rapidement nous attacher à eux malgré la faiblesse des dessins. Ce premier tome n’est cependant qu’un avant-goût de ce que la série pourrait proposer. On a à peine vu la famille et les amis de chacun même si leurs interventions ont eu un certain impact. On a à peine vu les prémices de ce que leur relation pourrait donner. Alors, il me tarde vraiment que les éditions Hachette sortent la suite. Le tome 2 est annoncé pour mars 2020, tandis qu’en Angleterre c’est le tome 3 qui doit sortir en début d’année. J’ai vraiment hâte !

Ainsi pour conclure, même après avoir lu pas mal de romances homosexuelles, notamment dans les manga avec les boys love, j’ai tout de même trouvé un vent de fraicheur dans ce titre, grâce à une romance qui prend le temps de s’installer entre deux belles personnes.

Tome 2 : Un secret

Après un tome 1 qui fut une franche réussite mais s’arrêtait sur un terrible cliffhanger, la lecture de ce tome 2 était une obligation pour moi !

J’ai encore passé un très beau moment de lecture, plein de douceur et de bienveillance malgré un sujet fort et important. Ce nouvel opus se concentre sur le coming-out de Nick, qui a enfin réalisé ses sentiments pour Charlie et s’interroge beaucoup sur sa sexualité désormais. Il veut à tout prix la définir et pouvoir assumer ce qu’il est pour ne pas faire souffrir les autres. Humble intention mais qui n’a rien de simple et surtout n’est pas une obligation comme cherche à lui faire comprendre son cher et tendre.

Celui-ci est un vrai amour pendant tout le tome. Charlie est déjà passé par là. Lui aussi a réalisé qu’il aimait les garçons et lui aussi a cherché à vivre dans le secret. Alors comme il le dit, il n’imposera jamais à personne de vivre ce qu’il a vécu, à savoir d’avoir quelqu’un qui révèle tout à sa place à tout le monde. Il fait donc preuve de beaucoup d’amour, de bienveillance et de patience envers Nick pendant tout le temps où il se cherche.

La relation qui se construit entre les deux est magnifique, parce qu’elle est authentique. Ils sont tous les deux des garçons d’une grande gentillesse et on est vraiment heureux qu’ils se soient trouvés. Leurs premiers pas sont adorables, naïfs et plein de passion à la fois. Nombre de baisers sont échangés. Beaucoup de mains sont effleurés. Plein de câlins sont partagés. La fleur bleue qui sommeille en moi a vraiment sa dose de bonheur et de choupitude grâce à eux cette fois.

Pour autant, la réalité n’est jamais bien loin. Du côté de Charlie, il y a la crainte de ses proches de le revoir vivre le calvaire qu’il a connu aussi bien sentimentalement qu’amicalement. Du coup, ils essaient de le protéger et le mettre en garde. Du côté de Nick, il y a la peur d’avouer à ses proches qu’il aime aussi bien les garçons que les filles, ce qui n’est pas simple pour quelqu’un qui se croyait vraiment hétéro jusqu’alors. L’autrice nous accompagne très bien à travers tout son cheminement et c’est extrêmement touchant. Je l’ai trouvé juste de bout en bout, montrant aussi bien ses forces que ses faiblesses, ses qualités que ses défauts.

J’ai donc terminé cette lecture avec un grand sourire aux lèvres et l’envie de vite replonger dans le monde des deux garçons, pourtant leur histoire est extrêmement simple, presque banale même, mais l’autrice y met tellement de beaux sentiments et d’authenticité que je n’ai pu que craquer. Vivement que j’achète le tome 3 !

Tome 3 : Voyage à Paris

Heartstopper est à chaque fois une belle lecture simple qui fait chavirer mon coeur, grâce à une autrice qui sait me surprendre en apportant toujours plus de profondeur à son histoire.

J’avoue que le titre de ce troisième tome : Voyage à Paris, ne me vendait pas forcément du rêve. J’aimais bien le contexte du lycée, de leur famille, et je ne voyais pas ce que ça allait pouvoir nous apporter en plus. Grossière erreur de ma part, puisque l’autrice y glisse les mêmes dynamiques et va même encore plus loin car un voyage de plusieurs jours ensemble, c’est l’occasion de voir l’autre autrement.

Ainsi, avant même qu’ils partent de nouveaux thèmes avaient été abordés. Après avoir fait son coming-out à sa mère, Nick n’en avait pas fini, il restait à en parler (s’il en avait envie) à son frère, son père, ses amis. Pareil pour Charlie qui devait parler de sa relation à ses parents et ses amis pas encore au courant. Une source de stress dont ils se seraient bien passé.

Le stress, l’inquiétude, la peur du regard des autres, de leurs réactions, la peur d’être à nouveau harcelé, tout cela est au coeur de ce troisième tome et c’est encore abordé avec une justesse folle. Les personnages sont simples et pourtant complexes à la fois. Nick est celui qui semble le plus fort, mais Charlie lui cache un mal être profond et il ne s’en est pas débarrassé contrairement à ce qu’on pourrait croire car c’est beaucoup plus insidieux. On a beau aller bien le souvenir du mal vécu est toujours là, lui et ça peut nous ronger. J’ai vraiment trouvé le récit de la détresse de Charlie poignante et réaliste, faisant écho à des choses que chacun a pu vivre à sa mesure.

Il y a également la question de s’afficher en couple, du coming out et de l’outing qui sont à nouveau abordées. On revient sur les circonstances dans lesquelles Charlie a vécu ça, ce qui est une bonne chose pour approfondir l’histoire. Mais surtout, il y a un moment magique où une de leurs amies en couple avec une autre fille raconte comment elles, elles ont procédé en toute simplicité, sans se forcer. Comment elles l’ont vécu naturellement sans penser aux autres mais en pensant à elles. C’était magnifique et ça devrait toujours être comme ça. Est-ce que les hétéro se posent des questions sur comment on va voir leur couple parce qu’ils sont hétéro ? Non. Alors les homo, bi et autres ne devraient pas non plus avoir à vivre ce moment autrement. Alice Oseman pose les choses avec simplicité mais force !

On pourrait croire maintenant à me lire que ce tome ne fut que drame, douleur et lourdes réflexions, mais pas du tout. Ces questions existentielles importantes sont glissées dans un récit lumineux et positif où l’on retrouve notre chouette bande de copains à Paris, visitant la capitale, cohabitant dans des chambres d’hôtel, faisant la fête, etc. C’est sympa, dynamique, ça donne la pêche et le sourire. On voit de nouveaux couples se former, on suit des discussions entre potes, ça flirte à droite à gauche. C’est mignon tout plein et ultra positif.

Mon seul petit bémol, *pas taper*, c’est que j’ai l’impression que le titre ne met en scène que des relations du cercle LGBT et qu’il n’y a pas le moindre couple hétéro là-dedans. Je suis pour la diversité mais pour qu’elle concerne tout le spectre. Là, on se retrouve avec deux nouveaux couples : deux professeurs hommes et un garçon avec une trans. Toujours pas l’ombre d’un couple hétéro… Je trouve que ça ne fait pas réaliste *pas taper bis*.

Même si cette nouvelle aventure fut encore un très beau moment, qui m’a donné le sourire, je trouve que l’autrice commence à aborder des sujets de plus en plus sombres et complexes aussi, notamment autour du personnage de Charlie, et j’ai peur pour lui. Rendez-vous l’année prochaine pour un tome 4 où les garçons vont s’interroger sur l’évolution de leur relation pendant que Nick s’inquiètera pour Charlie et la suite de son coming-out.

Ma note : 16 / 20

© 2018 by Alice Oseman / ©2019 Hachette livre pour la traduction française

2 commentaires sur “Heartstopper d’Alice Oseman

  1. Malgré les illustrations qui ne t’ont pas convaincue, ton avis donne globalement envie de découvrir l’histoire et les protagonistes 🙂
    Quant à ta confusion sur le type d’ouvrage, sans les avis sur les blogs américains, je serais également tombée dans le piège.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s