Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Kanon – Au bout du monde de Kyo Yoneshiro

Titre : Kanon au bout du monde

Auteur : Kyo Yoneshiro

Editeur vf : Akata (L)

Années de parution vf : Depuis 2019

Nombre de tomes vf : 3 (en cours)

HistoireDepuis qu’une nuée d’extraterrestres s’est abattue sur le pays, une sempiternelle pluie tombe sur Tokyo. Le peuple vit désormais séparé en deux : ceux qui vivent à la surface, et des privilégiés vivant sous terre. Kanon, jeune femme qui travaille dans un petit café, fait partie de ceux de la surface. Sous ses airs fragiles, elle cache en réalité un caractère pour le moins unique : malgré la situation du monde, son unique préoccupation est Sosuke Sakai, l’homme qu’elle aime en vain depuis le lycée. Des retrouvailles inattendues lui permettront-elles d’enfin conquérir le cœur de son idole ? Rien n’est moins sûr… Car Sosuke, véritable héros national engagé dans la lutte contre l’invasion des « gelées », est de surcroît un homme marié… Kanon aura-t-elle le courage de courir après cet amour interdit ?

Mon avis :

Tome 1

Fan de SF et fan des éditions Akata en général, ce titre a attiré son attention dès son annonce. Sauf que le concept autour de l’héroïne m’a tout de suite refroidie, donc je n’ai pas osé me lancer. Il a fallu les avis de plusieurs blogueurs qui ont poursuivi la série pour oser sauter le pas. Et si la lecture de ce premier tome n’est pas une franche réussite pour moi, j’en ai aimé le décor et les promesses que j’y ai entrevues, assez pour continuer.

Kanon – Au bout du monde est un titre de SF qui se déroule dans un monde où des extraterrestre ont brusquement attaqué la Terre, du moins le Japon pour ce qu’on en sait et on détruit en grande partie la surface tout en en occupant certaines parties. Kanon vit à la surface de ce monde comme serveuse dans un café vendant aussi des pâtisseries. Depuis des années, elle est amoureuse du même homme dont le travail est justement à deux pas et qui combat vigoureusement les envahisseurs. Sauf qu’à chaque fois qu’il est blessé et soigné, il change un peu plus, s’éloignant de l’homme qu’elle a connu. Et pour compliquer encore les choses, celui-ci bien que marié lui fait régulièrement du rentre dedans…

Je dois avouer que lors de ma lecture, l’héroïne comme je m’y attendais m’a mise très mal à l’aise. Comme elle le dit, je la trouve vraiment tordue. Elle est obsédée au sens propre par le garçon qu’elle aime au point d’en devenir inquiétante parfois. Et en même temps, elle en est parfaitement consciente et donc ne franchit pas certaines limites, ce qui m’a permis de la supporter, elle. C’est quand même drôlement dérangeant de suivre une femme à ce point en adoration devant un homme et prête vraiment à tout pour lui. C’est très excessif.

En face d’elle, Sôsuke est tout aussi perturbant. Il l’a rejetée il y a des années alors pourquoi venir la voir tout sucre et tout miel, lui faire du rentre dedans et lui faire espérer des choses, surtout qu’il est déjà marié ! Je trouve son personnage vraiment troublant. Il m’a donné des frissons d’angoisse et vu son métier, je m’attends au pire de sa part à un moment donné. En effet, il combat les envahisseurs. Bon point. Mais à chaque fois qu’il doit être soigné, ça lui fait perdre une part de lui (un grain de beauté, une certaine réserve…) ou ça transforme ses goûts (il peut désormais manger de la viande contrairement à avant…). On ne sait donc pas à quoi s’attendre de sa part dans l’avenir…

Grande absente par contre dans tout ça et je le regrette vraiment : la femme de Sôsuke. Je me doute qu’on va la croiser plus tard mais j’aurais aussi aimé la voir dans ce premier tome pour voir ce qu’elle pensait de tout cet imbroglio.

Pour finir, le point que j’ai préféré ici, c’est clairement l’univers et l’ambiance. C’est un titre de SF désabusé où l’on ressent énormément de mélancolie et de tristesse. Le monde a été ravagé, du moins le Japon, mais on ne sait pas exactement ce qui s’est passé. On découvre juste la vie après. On sait que des gens, les pauvres, vivent à la surface, tandis que d’autres, privilégiés, vivent en sous-sol. On sait que les engeances extraterrestres qui nous ont potentiellement attaqués ressemblent à des sortes de méduses et sont toujours là, bel et bien présentes, ce qui est un rien angoissant. Du coup, suivre une habitante qui vit avec ce poids au-dessus de la tête au quotidien est assez particulier. J’espère qu’on en apprendra plus par la suite.

Graphiquement le titre colle bien à l’ambiance voulue. L’auteur a un trait un brin mélancolique, assez sobre mais qui insiste bien sur les émotions des personnages. Il nous communique parfaitement le malaise qu’il souhaite créer chez le lecteur. Je ne suis pas forcément fan du design des personnages mais ça colle bien à l’univers. De même, j’aimerais plus de décor mais ça colle à l’ambiance huis clos et intime pour le moment du titre. J’y ai même trouvé une certaine poésie quoique glaçante.

Ainsi même si ce premier tome ne m’a pas entièrement convaincue et qu’il m’a souvent mise mal à l’aise comme je m’y attendais. Il m’a également assez intriguée pour me donner envie de poursuivre la série, afin de voir la voie que choisira l’héroïne et surtout quel genre d’homme deviendra Sôsuke. J’espère juste qu’il y aura un meilleur équilibre entre leur histoire et l’univers de SF qui se dessinait.

Tome 2

Changement de narration ici, j’ai trouvé celle-ci bien plus rythmée et du coup, je suis complètement rentrée dans l’histoire avec ce tome, merci Kyo Yoneshiro !

L’autrice commence à mettre en place un vrai drame shakespearien. Avec l’apparition du troisième sommet de ce triangle amoureux hors du commun, l’histoire prend une toute autre ampleur. J’ai adoré l’arrivée de la femme de Sôsuke. Au début, elle semble terriblement froide et machiavélique mais la mangaka nous révèle peu à peu ses failles et c’est extrêmement touchant. On questionne alors le lecteur sur ce qu’est l’amour, ce qu’est le couple, mais aussi sur la confiance en soi, les changements qu’on opère pour l’autre, etc. C’est très intéressant et bien amené.

J’ai donc vu se développer un des points qui me manquait et j’en suis ravie. Cependant, je reste très mal à l’aise face à l’héroïne que je trouve très dérangeante dans l’expression de ses sentiments. Elle ressemble trop à une pré-ado dans sa gestion de l’amour, de sa relation avec Sôsuke et du reste. C’est assez malsain à mes yeux même si certains trouveront peut-être ça attendrissant. Du coup, j’ai aimé que l’autrice développe en parallèle le personnage du « frère », cela faisait un bon contre-poids et cela permettait également de voir l’héroïne sous un autre prisme. Par contre, c’est encore une fois très triste. Décidément les relations dans ce titre n’ont rien de joyeux V.V

Pour ce qui est de la science-fiction, cela reste malheureusement un cadre lointain de l’histoire. Cependant, j’ai eu l’impression qu’on l’utilisait un peu plus et un peu mieux ici. Avec la régénération de Sôsuke et le travail de sa femme, on s’intéresse d’une autre façon à ces formes de vie et à leur implication vis-à-vis de nos vies. C’est assez fascinant et plein de possibilités.

Ainsi, j’ai vraiment accroché à ce tome 2, donc l’ambiance triste et malsaine est toujours présente mais commence à me fasciner, notamment grâce à ses réflexions fines et poussées sur le couple, l’identité, les sentiments, les relations en général. C’est compliqué mais intéressant. Rendez-vous au prochain tome 😉

Tome 3

Quel tome vraiment complexe et dérangeant. Décidément, l’arrivée d’Hatsuho dans l’équation est vraiment source de richesse pour le titre.

J’ai été vraiment remué par le récit de Sôsuke dans ce tome, qui nous livre enfin le débat que se fait en lui. Il est conscient de changer et ça l’agace de voir les autres s’y opposer et ne pas pouvoir l’aimer pour celui qu’il est désormais. Il n’aime pas vivre dans le passé et pourtant, les deux femmes de sa vie sont l’anti-thèse même de cela. Elles vivent complètement dans le passé, chacune aimant l’un des anciens Sôsuke mais pas vraiment l’actuel. C’est très troublant et puissant à la fois. Le message est terrible et on ne peut que souffrir pour ce personnage.

De la même façon, la femme de Sôsuke, Hatsuho est vraiment celle qui m’a le plus émue peut-être ici. Sous ses airs de femme forte, elle est perdue sans l’amour de Sôsuke. Alors elle cherche par tous les moyens à le rappeler à elle, à lui laisser la chance de prouver qu’elle a tort, mais ça finit tragiquement.

A l’inverse, Kanon m’irrite de plus en plus. Je m’arrive pas à apprécier ce personnage dont la personnalité aussi bien que la morale changeante m’agacent plus que de raison. Elle est vraiment dérangée et elle fait trop de mal autour d’elle. J’ai vraiment eu pitié pour son « frère » ici, même si c’était un développement totalement prévisible. Et à la fin, j’ai vraiment eu mal pour sa « mère » qui la voit lui échapper un peu plus chaque jour sans pouvoir rien faire. C’était déchirant. Par contre, elle, Kanon est un personnage que j’exècre. Certes, elle prend un peu de poigne dans ce tome pour dire ces 4 vérités à Sôsuke mais ça ne dit pas. Elle est complètement aveuglée par lui. Pour ça, je salue le talent de l’auteur parce que ce n’est pas simple de parvenir à retranscrire sur le papier un tel personnage.

J’ai donc passé un bon moment de lecture à disséquer les intentions et personnalités de chacun autour de ce drame sentimental. Mon seul regret, c’est qu’une fois de plus la SF est complètement reléguée à l’arrière-plan, encore plus que d’habitude, à part dans les dernières pages. C’est vraiment dommage de ne pas plus exploiter un cadre aussi riche en drame et horreur. Du coup, j’ai plus l’impression de me retrouver dans une romance qui ne veut pas le dire que dans de la SF et c’était quand même ce dernier point qui m’avait attirée V.V

Ma note : 14,5 / 20

3 commentaires sur “Kanon – Au bout du monde de Kyo Yoneshiro

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s