Livres - Mangas / Manhwa / Manhua

Doppelgänger de Tamaki Vanessa Chihiro

Titre : Doppelgänger

Auteur : Tamaki Vanessa Chihiro

Editeur vf : Kazé (seinen)

Année de parution vf : 2020

Nombre de tomes vf : 4 (série terminée)

Histoire : Accusé à tort dans une affaire de meurtres en série, Makoto Kenzaki est exécuté. Par un coup du sort, il se retrouve projeté dans le temps juste avant que les crimes ne soient commis ! Pour empêcher les meurtres à venir et se venger du véritable assassin, le Makoto du futur choisit comme partenaire… son double du passé ! Ensemble, ils vont alors mener l’enquête pour découvrir le coupable. Le compte à rebours est lancé…

Mon avis :

Tome 1

Depuis quelques années, j’aime bien lire les thrillers à la sauce japonaise que nous proposent les auteurs de manga publiés dans nos contrées. C’est donc avec envie que je me suis jetée sur ce titre, le premier de l’auteur à nous parvenir chez nous, même si son nom n’est pas sans rappeler celui d’une autrice de josei que j’ai bien aimé autrefois.

Dans Doppelgänger, Tamaki Vanessa Chihiro nous raconte comment un homme on ne peut plus tranquille se retrouve accuser d’être un serial killer, finit en prison puis est exécuté, avant de se retrouver propulsé 11 ans plus tôt, juste avant que les premiers meurtres ne se produisent. La coïncidence est trop belle, il n’a qu’une envie arrêter le vrai coupable et pour ça, il va aller trouver un allié inattendu !

Inattendu ? Pas tant que ça au final et c’est bien ce que je reproche au titre. Sous des dehors de thriller bien rodé, j’ai trouvé que l’auteur utilisait bien trop de grosses ficelles et du coup, je n’ai pas été autant immergé dans le titre que je le suis dans ceux de Kei Sanbe par exemple. J’ai trouvé que c’était bien trop facile pour le héros d’aller trouver son moi d’alors. J’ai trouvé bien trop facile tous les indices sur lesquels ils tombent et les rencontres qu’ils font. J’ai trouvé bien trop facile de la part du mangaka de nous montrer par moment ce que faisait le tueur.

Alors oui, l’ambiance est stressante. C’est intéressant de voir ce prisonnier attendre dans le couloir de la mort, d’apprendre comment ça se passe, de remonter son passé pour comprendre comment il est arrivé là, mais ça ne m’a pas suffit. Je n’ai pas vraiment accroché au(x) héro(s), trop lisse(s), même si l’autrice essaie de noircir son propos avec l’opposition entre le jeune héros lumineux qui veut sauver des gens et le vieux héros fatigué par la vie et ce qu’il a vécu et qui veut juste se venger. J’ai trouvé, pour le moment, les personnages secondaires assez transparents. L’ensemble manque vraiment de corps. Ce ne fut pas pour autant une lecture désagréable, au contraire, ça se lit très facilement et on est vite emporté par l’affaire, mais j’attendais plus.

Les dessins, eux, sont assez plaisants. J’aime que l’auteur marque à ce point la différence entre les deux héros, jouant sur ce qui leur est arrivé pour endurcir l’un et adoucir l’autre. Je trouve les dessins sombres et stressants à souhait quand cela est nécessaire, grâce à cette vive insistance qu’il a sur les crayonnés noirs. A l’inverse, il peut avoir un dessin assez fin quand il s’agit de fixer sur le papier les visages ciselés des personnages. Il a donc une belle palette. Cependant cela manque encore ici d’originalité et l’ensemble fait assez consensuel.

Au final, ce fut une bonne lecture détente pas désagréable mais à laquelle il a manqué le petit truc en plus. Je trouve le titre trop lisse et policé pour le moment. L’auteur n’a pas su imposer sa marque de fabrique et se contente de remplir le cahier des charges. Après, je crois que c’était le premier titre de l’auteur, ceci expliquerait cela, et je me dis qu’en 4 tomes, ça ne coûte rien à lui laisser sa chance.

Tome 2

Pas d’amélioration entre ce tome et le précédent par rapport aux critiques que j’avais émises. Je trouve toujours l’ensemble assez consensuel et mal maitrisé même si je passe un bon moment de lecture. La série serait plus longue, je ne l’aurais peut-être pas continué mais en 4 tomes, j’ai envie de connaitre la fin.

Dans ce deuxième tome, notre duo d’enquêteurs passe vraiment à l’action, tout comme le meurtrier. Petite originalité ici, nous suivons longuement ce premier dans les chapitres d’ouverture, ce qui permet de voir un peu ce qui se passe dans sa tête, nous plongeant ainsi rapidement dans l’horreur et nous mettant d’emblée dans une ambiance stressante. La suite est du même tonneau, nous ne sommes pas là pour rigoler. Les événements s’enchainent, Makoto et Kenzaki mènent l’enquête tambours battants, cherchant à assembler les indices qu’ils récoltent pour partir dans la bonne direction. On voit petit à petit quelque chose se dessiner toujours autour du fameux groupe qui a vécu l’incendie qui mit fin aux études de Kenzaki autrefois. Le récit et la mise en scène de tout cela s’agence plutôt bien, chaque pièce du puzzle s’imbriquant parfaitement avec l’autre juste quand il faut, ce que j’ai bien aimé. Ils trouvent même, assez rapidement compte tenue de l’histoire, je trouve, un potentiel coupable mais je trouve ça un peu beaucoup tiré par les cheveux, alors s’ils ont raison, je serai un peu déçue.

Le problème est clairement venu de deux points importants cette fois : la caractérisation des nouveaux personnages et le graphisme. Le premier point est un élément auquel j’attache toujours beaucoup d’importance, car des personnages bien écrits me feront toujours passer un bon moment même avec un récit moyen, alors qu’à l’inverse des personnages mal écrits me font sortir de n’importe quelle histoire… Ici, j’ai toujours du mal avec les différentes versions du héros que je ne trouve pas crédible, le mangaka les a écrit sans nuances selon moi. Il en va de même avec les camarades de Makoto dont on fait la connaissance. La Reine des glaces est le cliché de cette fille élitiste jusqu’au bout qui écraserait les autres et l’idée de la faire devenir une hôtesse dans un bar est nulle pour moi. Leur amie Hikari est pour le moment le cliché de la gentille fille un peu cruche et nunuche sur les bords même si elle n’est pas bête ce qui fait qu’elle ne brille pas vraiment par son charisme… Le potentiel « méchant » est également une vraie caricature tel qu’il est présenté, l’auteur insistant lourdement sur sa folie… Bof bof.

J’avais aimé les dessins dans le précédent tome, ici, ils m’ont déçue. Je les ai bien trop souvent trouvés brouillons et surtout jouant trop la carte du surjeu. Les scènes sont bien souvent exagérées et le mangaka aime bien faire un effet « pause » avec personnage figé avec une expression surjouée. Une fois ça passe mais là c’était en permanence et ça m’a vraiment agacée. Ça faisait amateur. C’est dommage parce que j’aime toujours le côté crayonné, un peu sale, qui aide vraiment à se plonger dans cette ambiance inquiétante de thriller.

Ce deuxième tome, malgré les défauts que je pointe, fut une bonne lecture parce que l’auteur continue à faire avancer son intrigue à un bon rythme et dans une direction claire. Je n’adhère pas forcément à ses partis pris mais il a le mérite d’être fidèle à ses idées.

Tome 3

Le tome précédent m’avait laissée sur une révélation inattendue à ce stade-là de l’histoire sur le coupable des meurtres. Je me demandais donc ce que l’auteur allait bien pouvoir raconter par la suite et comment il allait mener la course contre la montre des héros.

Aucune baisse de régime au rendez-vous. Makoto se fait très vite enlever par le meurtrier avec l’un de ses amis, future victime, il faut agir ! L’auteur est vraiment très doué pour créer une ambiance stressante de bout en bout sans qu’on ait vraiment le temps de respirer. le rythme s’est clairement accéléré ici et je n’ai pas l’impression qu’il veuille relâcher la tension. C’est très plaisant dans ce genre de titre. On a l’impression d’être comme le héros et de courir non-stop derrière le coupable pour l’arrêter et empêcher que le pire ne se produise.

Cependant plusieurs grains de sable vont encore se mettre dans l’engrenage. D’abord une partie des révélations sur le coupable et sa ressemblance avec le héros sont remises en question. J’avoue que ça ne m’a pas surprise parce que je trouvais étrange une telle concomitance. J’attends tout de même de voir qu’elles seront les explications à ce sujet et si ça collera bien. Ensuite, à vouloir sauver tout le monde et récolter des indices, forcément ils sèment également de nouvelles pièces à mettre dans le dossier qui sera sûrement à charge contre eux. C’est bien vu de la part de l’auteur de montrer qu’il y a des conséquences à leurs actes.

Par contre, on a vraiment abandonné totalement tout espoir de rationalité ici. L’ensemble de leurs aventures sont complètement surréalistes. L’ensemble des personnages est caricatural dans ses réactions et ses actes. L’auteur en rajoute une couche en dramaturgie avec la situation familiale de l’inspecteur qui mènera l’enquête dans le futur, ainsi qu’avec le passé du potentiel coupable. Ça fait beaucoup, soyons honnête…

Sauf que malgré tout ça fonctionne, le récit étant nerveux, on avance bien une fois de plus. le meurtrier en a terminé avec une partie des victimes, il sait qu’il est poursuivi, il enclenche donc la dernière partie de son plan. le dernier tome s’annonce encore plus fou que celui-là, je parie, parce que sinon ce serait dur de tout faire tenir. Je suis très curieuse de voir comment tout cela va se goupiller pour le grand final et ce qui se cache vraiment derrière toute cette histoire. Est-ce vraiment tout ce qu’on nous a raconté jusqu’à présent ou s’est-on fait totalement mener en bateau ? La dernière hypothèse ne me déplairait pas ^^!

Tome 4

Conclusion sous tension pour cet ultime tome de Doppelganger qui démarre sur les chapeaux de roue et ne baisse pas en intensité jusqu’à un final sans concession. Ce ne fut pas la série du siècle, elle fut fort classique et orientée jeunesse, mais elle m’a vraiment tenue jusqu’au bout, ce qui est déjà une belle réussite.

Commençons avec ce qui m’a agacée. Sous prétexte d’offrir un ultime chapitre tendu à son histoire, l’auteur en fait des caisses. Tout est surjoué, jusque dans la représentation graphique de ce qui se passe. Les personnages n’en finissent pas de faire des grimaces ultra théâtrales ! Les cases sont surchargées de noir et les bulles également avec des effets de style beaucoup trop redondant pour avoir le moindre impact à force. C’est vraiment trop. Le titre manque totalement de nuance dans sa mise en scène.

C’est d’autant plus dommage qu’à côté l’histoire tient plutôt la route. Dans ce dernier tome, l’auteur offre un ultime rebondissement que je n’avais pas vu venir. Certes, je trouvais étrange d’avoir si vite découvert le coupable, mais en soi je pensais que c’était pour proposer un autre type de récit. En fait, je me trompais et cela est démontré en long en large et en travers ici. Le mangaka revient donc longuement sur l’origine des différents crimes, celui qui les a commis, comment et pourquoi, le passé de celui-ci, sa psychologie, etc. Et franchement ça tient la route, c’est juste un psychopathe comme on en voit plein dans les thrillers et j’avoue que la dimension artistique et tout ce qu’elle implique m’a plu. C’était intéressant de parler de reconnaissance publique, familiale, d’inspiration ou de manque d’inspiration, etc.

Du coup, j’ai vécu à la fois cette lecture comme un bon moment haletant, rempli de révélations et rebondissements en tout genre et ce jusqu’à la fin. D’ailleurs, je salue l’auteur d’être allé jusqu’au bout de son propos et d’avoir proposé un final tout sauf idyllique. Bravo ! J’aime quand on est sans concession comme ici. Et en même temps, cette lecture fut douloureuse dans sa mise en forme trop forcée et approximative. L’auteur a donc de bonnes inspirations, reste à peaufiner tout ça !

Ma note : 14 / 20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s