Livres - Science-Fiction

Le temps fut d’Ian McDonald

Titre : Le temps fut

Auteur : Ian McDonald

Editeur vf : Le Bélial’ (Une heure lumière)

Année de parution : 2020

Nombre de pages : 140

Histoire : Bouquiniste indépendant, Emmett Leigh déniche un jour un petit recueil de poèmes lors de la liquidation de la librairie d’un confrère. Un recueil, Le Temps fut, qui s’avère vite d’une qualité littéraire au mieux médiocre… En revanche, ce qui intéresse Emmett au plus haut point, c’est la lettre manuscrite qu’il découvre glissée entre les pages de l’ouvrage. Pour le bouquiniste, tout ce qui peut donner un cachet unique et personnel à un livre est bon à prendre. Il se trouve ici en présence d’une lettre d’amour qu’un certain Tom adresse à son amant, Ben, en plein cœur de la Seconde Guerre mondiale. Remuant ciel et terre – et vieux papiers – afin d’identifier les deux soldats, Emmett finit par les retrouver sur diverses photos, prises à différentes époques. Or, la date présumée des photos et l’âge des protagonistes qui y figurent ne correspondent pas… Du tout.

Mon avis :

J’ai toujours aimé les histoires mélangeant drame, romance et histoire avec une touche de paranormal. Alors quand j’ai vu le résumé de cette novella d’Ian McDonald ainsi que la superbe couverture d’Aurélien Police qui l’accompagne, j’ai eu envie de la lire au plus vite !

L’écrivain nous raconte la drôle d’aventure que va vivre Emmett Leigh, bouquiniste, à partir du jour où il va tomber sur un recueil de poésie anonyme à l’intérieur duquel se trouve une lettre manuscrite entre deux amants qui va attirer son attention. Il se sent alors inexorablement attiré par l’histoire de ses deux hommes qui va se révéler de plus en plus étrange au fur et à mesure qu’il va les retrouver sur des photographies prises à différentes époques sans qu’ils aient l’âge indiqué.

Avec ce récit, j’ai eu l’impression de me retrouver dans à nouveau dans les aventures de Simon Morley que j’avais tant aimées il y a plusieurs années. On y retrouve la même ambiance fantastique flirtant avec notre réalité, le mêmes questions sur celle-ci et les événements étranges qu’il s’y passe qu’on cherche à comprendre. On suit également un personnage lettré au caractère réservé et un peu introverti qui donne une couleur propre à la narration. Avec lui, c’est une vaste enquête qui va s’étaler sous nous yeux et nous amener de surprises en surprises. Pour autant, celle-ci reste très intime et touche ainsi le coeur des lecteurs.

En effet, le point fort n’est pas tant l’univers et l’ambiance surfant avec la SF que les émotions que cette aventure sous-tend. Le couple que le héros cherche a vécu des événements dramatiques de notre Histoire et on a l’impression que le destin s’est acharné à les séparer. C’est ainsi d’autant plus émouvant de suivre leurs échanges épistolaires où l’on ressent toutes les émotions retenues se libérer sur le papier.

J’ai cependant ressenti une réelle frustration à la lecture de ce court texte, 140 pages. L’histoire ne décolle jamais totalement. L’auteur ne s’appesantit ni sur les événements historiques, que j’aurais aimé voir plus développés pour certains, ni sur la romance qui est assez fugace au final. Ça aurait sûrement valu le coup de nous offrir un roman plus long à la place de cette novella trop brève.

Par contre, mon coeur d’amatrice de belles plumes a été enchanté de cette découverte. J’ai aimé la force que j’ai ressentie dans l’écriture d’Ian McDonald, ça m’a donné envie de lire sa saga Luna disponible chez Denoël et Folio SF. D’ailleurs, l’utilisation qui est faite des voyages dans le temps et l’explication très visuelle de ceux-ci m’ont aussi séduite. Il y avait une ambiance un peu surannée magique pour moi.

J’ai donc passé un chouette moment de lecture, trop court probablement, parce que j’aurais souhaité ne pas quitter cet univers et voir tout ce qui a été abordé bien plus développer (romance, épisodes historiques, voyage dans le temps, relation avec Emmett…). Je referme donc ce livre avec un léger sentiment de frustration et l’envie de découvrir l’auteur sur un titre plus long.

Ma note : 15 / 20

9 commentaires sur “Le temps fut d’Ian McDonald

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s