Livres - Science-Fiction

Semiosis de Sue Burke

Titre : Semiosis

Auteur : Sur Burke

Editeur vf : Albin Michel Imaginaire

Année de parution : 2019

Nombre de pages : 435

Histoire : Ils sont cinquante – des femmes, des hommes de tous horizons. Ils ont définitivement quitté la Terre pour, au terme d’un voyage interstellaire de cent soixante ans, s’établir sur une planète extrasolaire, qu’ils ont baptisé Pax. Ils ont laissé derrière eux les guerres, la pollution, l’argent, pour se rapprocher de « la nature ». Tout recommencer. Retrouver un équilibre définitivement perdu sur Terre. Construire une Utopie.
Mais avant même de fonder leur colonie, des drames mettent à mal leur idéal. Avarie sur une capsule d’hibernation, accident d’une des navettes au moment de l’atterrissage. Du matériel irremplaçable est détruit. Les morts s’accumulent.
La nature est par essence hostile et dangereuse ; celle de Pax, mystérieuse, uniquement végétale, ne fait pas exception à la règle.
Pour survivre, les colons de Pax vont devoir affronter ce qu’ils ne comprennent pas et comprendre ce qu’ils affrontent.

Mon avis :

Une fois de plus, c’est la couverture signée Manchu qui a attiré en premier mon attention sur cette sortie d’Albin Michel Imaginaire et le bandeau publicitaire annonçant un « écosystème merveilleux […] (et une) énigme extraterrestre«  a acheté de me convaincre que ce titre était pour moi. Alors merci beaucoup à Gilles Dumay pour ce nouvel envoi.

Semiosis est le premier roman de Sue Burke, une journaliste, traductrice et éditrice américaine et il a fait grand bruit aux Etats-Unis lors de sa parution. Quand j’en ai entendu parler, j’étais à la fois curieuse et pleine d’appréhension, appréhension de tomber sur un texte trop complexe pour moi. Ça m’a longtemps freinée mais au final, je m’étais bien trompée. L’autrice a vraiment tout fait pour rendre son propos accessible et c’est tant mieux !

Dès les premières lignes, on découvre une plume simple, entraînante et pourtant très dense également. Pour lire, Semiosis, il faut avoir le temps. Le temps de s’impliquer dans l’aventure qu’on nous propose, le temps d’imaginer des concept sur les plantes qui nous sont étrangers. Mais contrairement à ce que je pensais, c’est loin d’être désagréable, au contraire. C’est prenant, marquant et cela donne vraiment à réfléchir.

L’aventure se déroule sur Pax, une nouvelle planète sur laquelle un groupe de pionniers humains, cherchant de nouveaux horizons pour fuir une planète à la mort annoncée, a atterri. Sauf que sous ses apparences de planète accueillante, Pax cache un grand secret, les plantes y sont intelligentes et peuvent devenir aussi bien des alliées que des ennemis pour ceux qui sont arrivés selon leurs choix.

J’ai d’emblée trouvé le concept intéressant. Au début, on découvre la planète avec les colons, on débarque, il y a des mystères, on cherche à les résoudre. L’autrice adopte un canevas d’intrigue bien connu pour les amateurs de cette branche de la SF. Je l’ai pour ma part appréciée dans des titres comme Ténébreuse de Marion Zimmer Bradley. Grâce à ça, on se sent vraiment impliqué par ce qui arrive aux nouveaux arrivés et on cherche avec eux à comprendre. Quand la réponse apparait, elle est surprenante et passionnante car plein de possibilités.

Ces possibilités, nous allons les découvrir dans les nombreux chapitres qui vont suivre. L’autrice a fait le choix de découper son intrigue en plusieurs phases qui correspondent à chaque fois à une époque donnée et un(e) certain(e) meneur(euse). Grâce à cela, on peut voir sur un temps moyennement long les possibilités offertes par cette nature intelligente qui va devoir cohabiter avec nous, les nouveaux arrivants. Pour nous aider à entrer dans son propos, Sue Burke nous propose de suivre l’installation des colons, la mise en place de leur nouvelle société et de ses valeurs. C’est un récit très riche en enseignements et très intéressant à suivre. Le groupe étant restreint, on suit des personnages et des « lignées » connues, ce qui permet de s’attacher encore plus au devenir de ces pionniers. Avec eux, on découvre la planète, son fonctionnement, son passé. J’ai été fasciné par l’ensemble des découvertes faites, que ce soit les lieux, la faune et la flore, les créatures… Ce sont des éléments simples et pourtant ils savent attiser la curiosité.

Le groupe des colons va vivre bien des aventures au fil des ans mais va petit à petit reposer sur une idée : le pacifisme, une idée pas simple à mettre en pratique. Pour cela, ils vont devoir choisir de collaborer ou non avec les autres espèces pensantes de Pax et c’est là que se révèle la plus grande richesse du roman. Il y a des réflexions très intéressantes sur la communication interespèces : comment s’entendre avec quelque chose totalement différent de nous, comment s’appréhender, faire le pont entre nous, échanger, etc. Sue Burke a eu la très bonne idée d’en faire des personnages acteurs de l’histoire, l’un d’eux en particulier est un personnage surprenant dans ce type d’histoire. SPOILER : Pour ma part, je n’avais jamais suivi de plante comme personnage principal d’une histoire. Les colons forment alors un groupe témoin qu’on voit évoluer avec le temps et dont la civilisation prend forme lentement, petit à petit. Il est intéressant de voir émerger chez eux de réels questionnements sur cette notion de « pacifisme » et l’interprétation à en faire en fonction des circonstances…

Car tout n’est pas rose dans Semiosis. Arriver sur une planète étrangère ne se passe pas simplement, il y a des pertes, on n’a pas tous les mêmes idéaux, les mêmes désirs. Alors l’autrice nous parle également de militarisme, de dictature, d’abus, de la loi du plus fort…. Quand en plus, la nature est très éloignée de celle qu’on connait, il faut s’interroger sur comment la traiter si on est les dominants, mais aussi sur comment ne pas se faire piéger si on est les dominés. Il y a plein de belles réflexions sur le sujet, jamais manichéennes, dans Semiosis.

Pour finir, j’avais peur de tomber sur des termes scientifiques indigestes nuisant à l’histoire. Je ne cacherai pas qu’il y a parfois un peu de biologie relativement poussée mais au final, ça s’intègre bien dans l’histoire et du coup, ce n’est pas grave si on ne comprend pas tout car on voit où veut nous emmener l’autrice et ça donne à voir la nature sous un autre oeil.

Avec Semiosis, j’ai donc été surprise de découvrir un récit sur des pionniers qui repose sur une base classique mais qui offre des réflexions et un développement originaux. J’ai aimé suivre comme ça les colons de Pax sur plus d’un siècle. J’étais prise par les histoires de leur communauté, de son installation à ses choix parfois cornéliens, et son évolution. De ce fait, je regrette la fin un peu abrupte mais on me dit dans l’oreillette qu’un tome 2 est sorti en octobre dernier aux Etats-Unis, alors j’espère qu’il comblera cette lacune et arrivera bientôt chez nous.

Ma note : 16 / 20

Lire aussi les avis de : Apophis ; L’épaule d’Orion ; Lutin82 ; Célindanaé ; Les Chroniques du Chroniqueur ; …

12 commentaires sur “Semiosis de Sue Burke

  1. Je ne suis pas certaine que j’aurais osé me lancer dans cette lecture, mais le fait que la plume soit accessible tout en demeurant étoffée est quelque peu rassurant. Quant à cette idée de plantes intelligentes, elle est juste brillante et originale. Du moins, je n’ai jamais rien lu mettant en place ce concept…

    Aimé par 1 personne

    1. Moi non plus, je n’avais jamais vu ce concept développé de façon aussi poussée qu’ici, c’est surprenant et très bien fait.
      En plus, j’ai vraiment retrouvé des ambiances de SF que j’aime beaucoup quand un groupe d’humains est pionnier sur une planète et qu’il y a tout à faire.
      S’il t’intrigue, je ne peux que te le conseiller 😉

      Aimé par 1 personne

  2. Stevland ❤️ Quel personnage ! Il m’a (très) étrangement fait penser à Sheldon Cooper de la série Big Bang Theory sur certains points, notamment lorsqu’il s’essaie à l’humour et à l’ironie.
    Ça a vraiment été une excellente lecture. D’après Apophis, le tome 2 n’est vraiment pas à la hauteur et il n’est pas certain qu’il soit édité en VF.

    Aimé par 1 personne

    1. Ne regardant pas BBT, je ne peux pas dire, mais j’ai effectivement beaucoup aimé ces passages où il se construit une « personnalité » plus complexe.
      Je vais aller voir la chronique d’Apophis sur le tome 2 alors, même si ça me fait un peu peur xD

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s